Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

27 juillet 2015

L’heure du rebond ...

Sélestat, de retour en D2, entend ne pas s’y éterniser. À la tête d’un effectif rajeuni et fortement renouvelé, Christian Gaudin devra être l’homme de la remontée, pour effacer la noire saison 2014-2015.

1775i_les_selestadiens_ont_sept_semaines_devant_eux_pour_etre_prets_le_4_septembre_et_la_reprise_du_championnat_contre_massy_photos_dna_laurent_rea

Pour les Sélestadiens, les vacances sont bel et bien finies. Mais il y avait des sourires, et même quelques éclats de rire, hier lors de la reprise de l’entraînement. Les cinq recrues (T. Gaudin, Savic, Martin, Sargenton, Eudaric) étaient là, sans que les Violets n’affichent complet pour autant.

« Ne pas être dans le Top 5 serait un échec »

Julien Meyer et Rudy Seri (championnats du monde juniors avec l’équipe de France), Olivier Jung (Jeux Panaméricains avec le Canada) et Yanis Lenne (qui prépare les Mondiaux avec l’équipe de France jeunes) manqueront ainsi une partie de la préparation, mais ils sont tout excusés !

C’est donc un groupe de neuf pros, renforcé par trois jeunes de la réserve – le demi-centre Thibaud Valentin, l’ailier gauche Virgile Wagentrutz et le gardien Hugo Kriszt –, qui a rechaussé les baskets pour une matinée consacrée à des tests physiques et de musculation, avant un premier contact avec le ballon en fin de journée.

« On va s’adapter », commente l’entraîneur, Christian Gaudin, au sujet de ces “soucis” d’effectif. Il y aura de toute façon suffisamment de matches amicaux – huit – pour que les absents, par ailleurs rompus à la “méthode Gaudin”, attrapent le train en marche.

Frédéric Beauregard, qui devrait garder le brassard de capitaine, et ses coéquipiers ont entamé la première de leurs sept semaines de “prépa”. « C’est un moment important de la saison. » Le moment où les joueurs soignent leur physique, assimilent le projet de jeu, où les affinités, sur et en dehors du terrain, se créent entre les anciens et les nouveaux.

Mais tout cela, finalement très classique, n’était pas forcément le plus important hier. Ce jeudi 23 juillet constituait la première étape de la saison d’après, celle qui doit voir Sélestat repartir de l’avant après un exercice 2014-2015 noir, marqué par le retour en D2.

Pour tourner la page, les dirigeants et le staff ont décidé, cette année encore, de remodeler l’effectif. « C’était indispensable, indique Christian Gaudin. Beaucoup de choses n’ont pas fonctionné la saison passée. Certains joueurs étaient en fin de contrat. Pour d’autres, il était préférable de partir. La saison dernière a été un réel traumatisme pour l’ensemble du club. C’est derrière nous, mais il fallait injecter du sang neuf pour redonner de l’allant et de la fraîcheur. »

Même si le budget a diminué, Sélestat s’est attelé à bâtir, sur le plan sportif, une équipe pour jouer les premiers rôles et se mêler à la lutte pour la montée en D1. Mais pas seulement.

« Un groupe complice »

« On repart avec un groupe comme j’aime en avoir, c’est-à-dire complice, ce que je n’avais pas trouvé la saison dernière en arrivant », souffle Christian Gaudin. Tous les nouveaux connaissent la D2, mais tous ou presque se connaissent déjà, nourrissent parfois même une forte amitié.

« Il y avait une réelle volonté de notre part de créer un groupe avec une cohésion la plus rapide possible. C’est le premier jour, mais il semblerait que l’ambiance soit bonne. Ce sera important. » Pour le double champion du monde, c’est même le chantier prioritaire.

« On doit effacer le traumatisme, répète-t-il. Cette saison, je veux voir un groupe solidaire, je veux de l’ambiance, je veux que l’on donne du plaisir avec notre jeu et aussi avec l’image que l’on va renvoyer. »

Il faudra aussi pour cela se montrer performant dans un championnat où Dijon, Istres, Mulhouse, Massy et Cherbourg nourriront également des ambitions élevées.

« On fait partie des favoris, ne cache pas Christian Gaudin. Mais il faut garder de l’humilité. On veut remonter dans les deux ans, si c’est avant, tant mieux. Dans un premier temps, l’objectif est d’être dans le Top 5 (pour accéder aux play-offs). Ne pas y être serait un échec pour moi, les joueurs et le club. »

La jeunesse promue

Il y a encore quelques interrogations à lever. Comment répondra par exemple Julien Meyer (18 ans) à son statut de gardien n°1 ? Ses prestations en D1 en fin de saison dernière laissent présager le meilleur.

Sélestat se présente aussi sur la ligne de départ avec le seul Rudy Seri (21 ans) au poste de demi-centre, les contacts avec le Mulhousien Mehdi Ighirri n’ayant pu aboutir. Qui pour l’épauler ? Les jeunes de la réserve auront une vraie carte à jouer, l’arrière gauche Igor Vujic pourrait être repositionné.

Le challenge est connu. Les Sélestadiens ont commencé hier à le relever.

Article et photo DNA

Posté par fredgo à 18:29 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 juillet 2015

Sélestat vise les play-offs

 

Beauregard-Sélestat

Malgré un budget en baisse de 25% par rapport à la saison passée en LNH, Sélestat sera ambitieux cette année en Pro D2. Le club vise a minima un classement dans le Top 5.

Oublier la saison cauchemardesque vécue la saison passée en LNH : telle est la priorité pour les joueurs de Christian Gaudin, qui ont repris cette semaine le chemin de l’entraînement. Les alsaciens travaillent à (re)créer un véritable esprit d’équipe pour affronter les incertitudes de la Pro D2. Estampillé LNH, le SAHB sera attendu tous les week-ends aux quatre coins de la France. Les sélestadiens auront donc un statut à assumer, et se donnent deux ans pour retrouver l’Elite du handball hexagonal.

« On fait partie des favoris, confie l’entraîneur Christian Gaudin dans les DNA. Mais il faut garder de l’humilité. On veut remonter dans les deux ans, si c’est avant, tant mieux. Dans un premier temps, l’objectif est d’être dans le Top 5. Ne pas y être serait un échec pour moi, les joueurs et le club. » Si le budget a dû baisser de 25%, les recrues (Sargenton, Martin, Gaudin, Savic et Eudaric) doivent permettre au club phare de l’Est de la France de retrouver des couleurs. Avec une équipe rajeunie, et sans recrue au poste de demi-centre après avoir longtemps ciblé Mehdi Ighirri, Sélestat a plus de six semaines devant lui pour monter en puissance

source Handnews

Posté par fredgo à 18:20 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 juillet 2015

Et revoilà Seufyann Sayad !

nantes_sayad_1_pr

Après avoir disparu des radars pendant plus d'une saison, Seufyann Sayad rebondit en Espagne en Liga Asobal avec le club de Puerto Sagunto où à presque 36 ans, il a signé pour une saison.

Sous le maillot nantais, la carrière de Seufyann Sayad s'est surtout arrêtée à la fin de la saison 2012-2013 à Ivry par une rupture du talon d'Achille. A cette époque, l'avenir du meneur de jeu franco-marocain était incertain et le temps de la rééducation, son nom avait disparu des tablettes. C'est en Liga Asobal où il a déjà évolué entre 2006 et 2009 (Cangas, Almeria, Teucro) que le Sélestadien d'origine fera son retour dans quelques semaines. A Puerto Sagunto (dans la région de Valence) qui a terminé 12ème la saison écoulée du championnat espagnol. Sur le site du club, il est précisé que "Sayad est un joueur de superclasse, avec une vue extraordinaire sur le jeu et une grande capacité de 1 contre 1." Le joueur lui-même a indiqué qu'il était "très heureux de retrouver le championnat espagnol avec Fertiberia Puerto Sagunto qui semble avoir des objectifs réalistes." A noter que Seufyann Sayad a été sélectionné à 17 reprises en équipe de France entre 2000 et 2005. Depuis 2012, il défend les couleurs du Maroc.

Source Handzone

Posté par fredgo à 18:52 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 juillet 2015

Le programme des Violets cet été...

Actuellement en vacances, les Sélestadiens reprendront le chemin de l’entraînement le 20 juillet. Ils prendront ensuite la direction du Lac Blanc pour un stage de deux jours (31 juillet et 1er août).

Les premiers matches amicaux seront disputés au tournoi de Bâle (8 et 9 août).

Les joueurs de Christian Gaudin auront encore quatre matches de préparation avant la première journée de Pro D2, le vendredi 4 septembre au CSI contre Massy (20h) : le 12 août (19h) à Balingen (D1 allemande), le 19 (19h) au CSI contre Winterthour (D1 suisse), le 23 à Sedan face à Dunkerque (D1), et enfin le 28 (20h) au CSI contre l’ESSAHB (N1).

Pour compléter son effectif, fort aujourd’hui de treize joueurs pros, Sélestat cherche encore un demi-centre qui ne sera pas Mehdi Ighirri. L’ancien Violet (29 ans) a décidé de poursuivre l’aventure avec Mulhouse (D2).

Source Dna

Posté par fredgo à 15:19 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2015

Clementia rebondit à Vernon

samuel-clementia-photo-dna-christophe-maillard

Il était le seul des neuf joueurs à quitter Sélestat à ne pas encore avoir trouvé de point de chute. L’ailier droit Samuel Clementia va rebondir à Vernon (N1).

On connaissa it déjà la destination de huit des neuf partants : les gardiens Laszlo Fulop à Cherbourg (D2) et Richard Kappelin à La Rioja (D1 espagnole), le pivot Djordje Pesic à Martigues (N1), les arrières droit Jordan François-Marie à Dijon (D2) et Cristian Ghita à Baia Mare (D1 roumaine), les demi-centres Snorri Gudjonsson à Nîmes (D1) et Stevan Vujovic à Wetzlar (D1 allemande), l’ailier gauche Kevin Beretta à Hoenheim (N3).

Celle du 9e joueur à quitter Sélestat est aussi désormais connue. Samuel Clementia met le cap sur la Haute-Normandie et la N1, un niveau qu’il a déjà fréquenté avec Nanterre en 2013-2014.

L’ailier droit de 25 ans formé au Paris Handball s’est en effet engagé avec Vernon, 1er de la poule 2 de N1, mais 4e des barrages de montée et donc recalé pour l’accession en Pro D2.

Samuel Clementia n’aura joué qu’un an en Alsace (28 buts en 23 matches de D1). L’aile droite violette sera occupée par Florent Joli et Yanis Lenne (lequel a signé son premier contrat pro) la saison prochaine.

Source Dna

Posté par fredgo à 15:10 - 20) La saison 2014/15 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


20 juin 2015

Vincent Momper : « Ma saison la plus difficile »

La relégation, le changement d’entraîneur, l’avenir… A l’issue d’une saison plus que compliquée, Vincent Momper, le président du Sélestat Alsace Handball, a accepté de dresser un large éventail de l’actualité du club.DNA : Une saison difficile vient de s’achever au SAHB. Comment l’avez-vous vécue en tant que président ?

malgre-une-saison-noire-vincent-momper-president-du-sahb-croit-que-le-club-va-rebondir-photo-dna-jean-paul-kaiser

 

F.E Une saison difficile vient de s’achever au SAHB. Comment l’avez-vous vécue en tant que président ?

Vincent Momper : C’est assurément la plus difficile depuis que je suis président. La fin de saison dernière avait déjà été compliquée, nous avions eu du mal à nous maintenir. Cette saison, au vu du recrutement, on avait une des meilleures équipes jamais vues à Sélestat. On pensait passer une année tranquille et regarder davantage vers le haut que vers le bas… On ne s’attendait tellement pas à vivre une telle saison que c’est deux fois plus difficile. C’est aussi ce qui fait la beauté du sport : il n’y a jamais de certitudes. Malheureusement, c’est une mauvaise surprise pour nous et personnellement, une année vraiment noire car j’ai dû être opéré en raison d’une hernie discale.

« Je suis persuadé qu’en changeant d’entraîneur plus tôt, on aurait pu espérer mieux »

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ?

VM:  La mayonnaise n’a jamais pris, mais on est tous responsables, moi le premier. Je ne me défausse pas, j’assume l’échec. On a aussi dû faire face à de nombreuses blessures, touchant des joueurs cadres.

La décision de se séparer de Jean-Luc Le Gall à la reprise de la trêve hivernale a surpris. Avec du recul, pensez-vous qu’il y a eu une erreur de timing ?

VM: On s’est peut-être trop longtemps accroché à Jean-Luc… On espérait vraiment s’en sortir avec lui, surtout après les sept belles années qu’on avait passées ensemble. Ces émotions créent des liens et il est difficile de faire abstraction du côté affectif. Mais ça fait partie de la vie d’un club sportif qui, aujourd’hui, se gère comme une entreprise. Il faut parfois faire des choix. Les joueurs ressentaient aussi de la lassitude d’avoir eu aussi longtemps le même entraîneur, ce qui est humain.

Le bilan de Christian Gaudin (2 victoires en 14 rencontres) est pourtant pire que celui de Jean-Luc Le Gall (4 victoires en 15 rencontres)…

VM: Je suis persuadé qu’en changeant d’entraîneur plus tôt, on aurait pu espérer mieux. Christian est arrivé tard, au moment où plusieurs joueurs cadres se sont blessés. C’était presque mission impossible. J’y ai pourtant cru jusqu’au bout même si je savais qu’il serait difficile d’enrayer la spirale négative.

« Dire qu’on veut remonter, c’est crédible »

A l’arrivée, le SAHB finit 13e sur 14, très loin du 12e. Sélestat a-t-il le niveau pour évoluer durablement en LNH ?

VM: J’ai toujours dit que le SAHB en D1, c’était un petit miracle. On a vu cette saison qu’il y avait une part de vérité même si en 25 ans, Sélestat a connu plus de hauts que de bas. Il faut qu’on arrive à conserver l’esprit familial qui nous caractérise en rajoutant une dose de professionnalisme. L’équilibre est difficile à trouver mais pas impossible. A une autre échelle, Kiel (Allemagne) a su le faire. Christian Gaudin a justement cette culture, qu’il peut imprégner au club. Nous avons un genou à terre, mais il va falloir rebondir.

Le SAHB aura-t-il les moyens de remonter en LNH la saison prochaine ?

VM: Le recrutement n’est pas terminé* mais on affiche clairement l’ambition de retrouver la D1 l’an prochain, au plus tard dans deux ans. Nous n’aurions pas pu, pour des raisons financières, conserver les joueurs qui sont partis. Nous allons nous appuyer sur des joueurs cadres comme Jung, Beauregard, Fleurival, Joli et Vujic et promouvoir les jeunes que sont Yanis Lenne, Rudy Seri, Julien Meyer ou Thomas Gaudin. Nous allons compléter l’effectif avec des joueurs aguerris, même si on sait qu’il est plus difficile de recruter pour la D2 que pour la D1. Mais les joueurs savent que Sélestat a la culture de la D1. C’est un argument, tout comme la présence de Christian Gaudin en est un. C’est pourquoi dire qu’on veut remonter, c’est crédible.

Le budget est-il déjà bouclé pour la saison prochaine ?

VM: Il devrait passer de 2 000 000 € à 1 500 000 €. Même si notre masse salariale devrait baisser de 20 à 30 %, nous devons faire face, outre la baisse des droits télés, à une forte baisse des subventions publiques (seule la Ville de Sélestat s’est engagée à maintenir sa subvention actuelle pendant encore un an), liées non seulement à notre régression sportive, mais aussi à l’état des finances publiques.

« Le Département baisse sa subvention de 160 000 € à 12 000 € »

VM: Le Conseil départemental vient de nous annoncer que la subvention passerait de 160 000 € à 12 000 € la saison prochaine. On savait que ça allait diminuer, mais pas dans ces proportions. Quant à la Région, nous attendons les chiffres mais sa subvention devrait passer de 400 000 € à 250 000 €, sachant qu’une partie est dévolue à notre centre de formation.

Cela signifie-t-il que l’avenir du centre de formation est menacé ?

VM: Non, la formation est essentielle pour nous, il ne faudrait pas qu’elle disparaisse. Le centre de formation a un coût, mais on trouvera toujours des solutions pour qu’il tourne, quitte à impacter le budget de l’équipe pro.

Vos principaux partenaires restent-ils fidèles malgré la descente ?

VM: Chaque année, il y a un renouvellement parmi les 150 partenaires privés que nous comptons et qui, pour moi, sont aussi importants les uns que les autres, au-delà de l’aide qu’ils peuvent apporter. Mais, pour répondre à votre question, personne ne quitte le navire. Nos partenaires sont aussi et surtout des supporters, qui sont là dans les bons moments comme dans les moments difficiles.

Le label LNH (DNA du 3 mai) montre que le SAHB est structuré, mais fragile. « Les perspectives pour faire mieux passent par une augmentation de la surface financière », conclut le rapport du label. Comment faire ?

VM: On est fragile, oui, et l’annonce du Conseil départemental nous fragilise encore un peu plus. Alors on travaille beaucoup et il faudra travailler encore plus. On sème, on sème, et parfois, on récolte. Pour trouver un partenaire, il faut plusieurs facteurs : être au bon endroit, au bon moment. Pour certains, ça n’est pas le moment aujourd’hui mais ça le sera peut-être demain… Certains ont mis dix ans avant de s’engager.

« La visibilité n’est qu’une partie de ce qui peut intéresser une entreprise »

Le SAHB aura plus de mal à trouver des partenaires en évoluant en D2...

VM: La visibilité, ça n’est qu’une partie de ce qui peut intéresser une entreprise. À côté, il y a aussi l’hospitalité. Quand une entreprise nous envoie un de ses clients, elle sait qu’il passera un bon moment car les prestations qu’on propose les satisfont. Aujourd’hui dans le sport professionnel, c’est plus qu’un match qu’on regarde, c’est une soirée qu’on passe. L’objectif, c’est que quelque soit le résultat, on passe une bonne soirée. Et ce n’est pas parce que nous sommes en ProD2 que les prestations seront de moins bonne qualité.

Certaines “soirées” auront-elles lieu au Rhenus la saison prochaine ?

VM: Probablement pas : remplir le Rhenus en ProD2, ça me paraît compliqué. La seule affiche qui pourrait nous le permettre, c’est face à Mulhouse. Mais est-ce que jouer un derby Sélestat-Mulhouse à Strasbourg aurait un sens ? Je ne suis pas sûr…

Mulhouse, justement, rate la dernière marche de la D1 depuis quelques années. Le SAHB, lui, y joue régulièrement le maintien. Pour s’installer durablement en D1, l’avenir ne doit-il pas s’écrire à deux ?

VM: L’Est de la France mérite une équipe en D1 ; or, je constate que l’an prochain, il faudra faire 400 km pour voir de la D1. Un projet de rapprochement avec Strasbourg a échoué il y a trois ans, mais il va falloir sérieusement creuser cette piste, surtout quand on voit qu’Ivry et Chartres, promus en D1 la saison prochaine, présenteront des budgets de 2,8 et 3 millions d’euros. Remonter en D1 avec un budget de 2M € d’euros, comme cette année, ne serait plus suffisant.

« Un rapprochement ? Je pense que ça devient tout doucement urgent »

Avec Strasbourg plutôt que Mulhouse alors ?

VM: Ce serait plus plausible même si je ne suis fermé à rien. En tout cas, il ne faudrait pas une fusion des clubs, mais un rapprochement des équipes professionnelles. Ça nous permettrait aussi de fédérer plus facilement les entreprises. Peut-être que la prochaine fois sera la bonne…

On a l’impression d’entendre ce discours chaque année ou presque…

VM: Je pense que ça devient tout doucement urgent. Il va de toute façon falloir trouver des solutions si on veut pérenniser le club en D1, sachant que pour Sélestat seul, ce sera très compliqué voire impossible, même si impossible n’est pas alsacien.

* Quatre recrues ont été enregistrées depuis l’entretien.

Source Dna

Posté par fredgo à 11:54 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 juin 2015

Kevin BERETTA : L’envie d’une nouvelle vie

apres-quatre-saisons-en-d1-avec-selestat-kevin-beretta-change-radicalement-de-cap-photo-archives-dna-franck-delhommeÀ seulement 25 ans, Kevin Beretta, ailier gauche de Sélestat en D1 pendant quatre saisons, a décidé de tourner la page du professionnalisme et d’anticiper sa reconversion en revenant à Hoenheim (N3), le club de ses débuts. Un choix mûrement réfléchi. Libérateur même.

L’idée n’est pas nouvelle. Elle lui a même toujours trotté dans la tête. Kevin Beretta s’était imaginé revenir un jour à l’AS Hoenheim Sports, là où tout a commencé il y a quinze ans. Elle se concrétise seulement un peu plus tôt que prévu.

« J’ai vu ce que je voulais voir, je n’ai pas envie d’en voir plus »

C’est donc à seulement 25 ans, après quatre saisons en D1, qu’il a choisi de clore un chapitre de sa vie. La décision, qui peut surprendre au premier abord, mérite assurément quelques explications. « Je pensais être pro plus longtemps, mais ce n’est pas un coup de tête », commence-t-il par dire.

Kevin Beretta quitte le monde pro « heureux », presque soulagé. Quand il a appris, fin mai, que Sélestat ne le prolongerait pas, il y a eu un peu d’anxiété. « Mais depuis que j’ai pris ma décision, j’ai le sourire. »

La non-reconduction de son contrat, une blessure au tibia l’an passé et une dernière saison en Violet difficile, avec très peu de temps de jeu, ont sans doute pesé dans la balance.

En septembre, c’est sur les parquets de Nationale 3 qu’on le verra, très loin des flonflons de la LNH. Même si l’annonce de Sélestat est survenue tard – « Je m’en doutais » –, les opportunités de continuer sa carrière professionnelle existaient.

Mais Kevin Beretta ne voulait tout simplement plus de cette vie-là. « J’ai beaucoup d’attaches en Alsace. Je sais que le changement est parfois bénéfique, mais je n’avais pas envie de repartir à zéro. »

« Une vision différente »

La perspective de devoir tout sacrifier pour le handball, de s’exiler, de faire et défaire ses valises chaque été ne l’emballait pas. « Les priorités sont différentes selon les gens. Une carrière pro, ce n’est pas éternel. Tu vis des choses extraordinaires, tu es privilégié, mais c’est temporaire. Je respecte ceux qui veulent faire une carrière, mais j’ai une vision différente de la vie », souffle-t-il.

Peut-être aurait-il fini par s’y résoudre. Mais la proposition formulée par Hoenheim est venue, « au bon moment », valider son choix.

Pourquoi, tout de même, arrêter si tôt ? Tout simplement parce que l’ailier gauche ne se sent plus à l’aise dans ce monde pro, où l’humain a parfois tendance à devenir un vain mot. « Je veux reprendre du plaisir, celui que j’ai perdu depuis ma blessure il y a un an et demi. »

Ça, c’est pour le terrain. Pour le reste, Kevin Beretta a choisi d’anticiper sa reconversion. « Des personnes à Hoenheim, où j’avais toujours gardé des liens, m’ont tendu la main, souffle-t-il, touché par le geste. Je suis content de revenir dans mon club, au milieu de tous ces gens que je connais. »

Un contrat d’avenir pour préparer le sien

Avec le club hoenheimois, il va signer un contrat d’avenir. « Je ne serai pas payé en tant que joueur. » Mais il devra gérer la comptabilité, la communication, le sponsoring, l’organisation des manifestations mises en place avec la Ville…

« J’aurai un éventail très large de missions, tout en continuant à me former, en passant le BP JEPS par exemple (brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport spécialité animation sociale, ndlr) , et à prendre du plaisir sur le terrain. » Car il n’était évidemment pas question d’arrêter le hand.

En faisant ce choix, l’ailier gauche sait pertinemment que le train ne repassera plus, que le handball professionnel s’éloigne définitivement. « Je n’ai pas spécialement envie d’y revenir, sourit-il. Évidemment, c’est super de pouvoir vivre de sa passion. Mais j’ai vu ce que je voulais voir, je n’ai pas envie d’en voir plus. »

Kevin Beretta anticipe l’inévitable question. « Si j’ai peur d’avoir des regrets ? Non, je ne pense pas. Je ne joue pas au handball pour la gloire. »

L’Alsacien a atteint son Graal, foulé les parquets de LNH (206 buts en 81 matches), affronté certains des meilleurs joueurs du monde. « J’ai fait mon chemin, j’ai pris beaucoup de plaisir. Mais je pense que ce qui m’attend est encore plus enrichissant, humainement et professionnellement. » Kevin Beretta va bientôt redevenir « Monsieur Tout-le-Monde ». Et ça suffit à son bonheur.

Posté par fredgo à 11:58 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 juin 2015

Transfert: Des Violets musclés ...

greg-martin-(au-tir)-fera-equipe-avec-vujic-(n-17)-et-beauregard-(n-9)-la-saison-prochaine-photo-dna-michel-kurst

Sélestat (Pro D2) a donné un sérieux coup d’accélérateur à son recrutement en officialisant hier l’arrivée de trois nouveaux joueurs : Grégory Martin, Yoann Eudaric et Kosta Savic.

Il y avait surtout eu beaucoup de départs : sept, en attendant que celui de Cristian Ghita soit officiel (voir nos éditions précédentes). Mais en trois jours, il y a aussi eu des arrivées.

Après l’ailier gauche Thomas Gaudin (2 ans) mardi, Sélestat a annoncé hier la signature de trois nouveaux joueurs : l’arrière gauche Grégory Martin (2 ans), le pivot Yoann Eudaric et l’arrière droit Kosta Savic (1 an plus une option pour une année supplémentaire).

Greg Martin (30 ans) n’est pas un inconnu. Et pour cause, il a été formé à Sélestat, y a découvert la D1. Parti en 2009 pour Angers, il avait rallié Mulhouse l’été suivant.

Un retour pour Greg Martin

« J’avais déjà eu une opportunité de revenir, l’été dernier, mais ce n’avait finalement pas été possible contractuellement », indique l’arrière gauche. Mercredi, le joueur (95 buts en 24 matches de D2 cette saison) a trouvé un accord avec Mulhouse pour se libérer de sa dernière année de contrat. Et l’offre de Sélestat l’a convaincu.

« Même s’il y a eu beaucoup de changements depuis mon départ, je sais où je mets les pieds. Je suis content de revenir. »

À Sélestat, Greg Martin va notamment retrouver ses « potes » martiniquais Yoann Eudaric et Frédéric Beauregard, avec lesquels il se veut ambitieux. « Je pense que l’on aura une équipe compétitive, que l’on pourra viser au moins les play-offs. C’est bien, mais il faudra confirmer notre potentiel sur le terrain », prévient-il.

Comme nous l’indiquions récemment, Yoann Eudaric (54 buts en 21 matches de D2) s’est lui aussi engagé avec Sélestat. Le pivot de l’ESSAHB (Strasbourg/Schiltigheim) vient épauler Olivier Jung, suite au départ de Djordje Pesic.

« C’était une opportunité difficile à refuser, avec la possibilité de rester en D2 dans une équipe ambitieuse. Je connais déjà pas mal de joueurs, mon intégration sera rapide. Le challenge est excitant », souffle le joueur formé à Angers (27 ans).

La troisième recrue n’est pas totalement inconnue non plus. Kosta Savic a fréquenté la D2 et la D1 française lors de son passage à Aix-en-Provence, entre janvier 2012 et décembre 2013.

Depuis, l’arrière droit gaucher de 27 ans évoluait en Pologne, au KS Azoty-Pulawy.

L’international bosnien vient combler le vide laissé par les départs de Jordan François-Marie (qui s’est engagé trois ans avec Dijon) et Cristian Ghita. Grégory Martin devrait aussi être utilisé au poste d’arrière droit. « C’est un joueur intéressant, capable de percuter et de tirer de loin », précise Christian Gaudin.

De la densité physique

L’entraîneur sélestadien voulait ajouter de la densité physique. Avec les arrivées de Greg Martin et Yoann Eudaric, il est servi. Et la défense violette sera indéniablement grande et solide, avec en plus Frédéric Beauregard, Igor Vujic, Rudy Seri et Thierry Fleurival.

« On bâtit un projet avec des jeunes (Julien Meyer, Yanis Lenne, Rudy Seri ou Thomas Gaudin) , mais il était aussi nécessaire de pouvoir compter sur des joueurs d’expérience. »

S’il apprécie l’avancée du chantier, Christian Gaudin appelle cependant à la prudence. Parce qu’il connaît la difficulté de la Pro D2.

« Dijon et Istres montent une grosse équipe, Massy et Cherbourg seront présents. On vise la remontée en D1 dans les deux ans à venir. Mais il faut rester humble et travailler. »

Le recrutement s’est sérieusement accéléré, mais il n’est pas encore terminé. Sélestat espère encore pouvoir attirer un demi-centre pour former un duo avec Rudy Seri. Sachant que l’un ou l’autre mouvement supplémentaire n’est pas à exclure.

Source Dna de Simon Goivannini

Posté par fredgo à 18:51 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juin 2015

Transfert: Gregory Martin de Retour chez les violets... Kosta SAVIC, lui, arrive ...

           La composition du groupe Saison 2015/2016 se poursuit au sein de la maison violette ; En effet, cet après-midi ce sont 2 joueurs qui ont paraphés leur contrat et qui seront à la reprise de l’entrainement en juillet. Kosta SAVIC arrière droit gaucher de 27 ans et Grégory MARTIN ont paraphés cet après midi leur contrat. Tous les 2 renforceront considérablement le bloc défensif des violets Les dirigeants et le staff technique se félicitent de cette double signature et souhaitent une très belle saison à Kosta et Grégory.

savicmartin

 

Grégory MARTIN
Arriere gauche 30 ans -
Fait son retour dans le club 
Il a débuté sa carrière professionnelle après être passé par Angers et Mulhouse
Il apportera sa puissance lui aussi en attaque et en défense
Il a signé pour 2 saisons.

Kosta SAVIC
Arrière droit gaucher de 27 ans
International bosniaqueArrive du club polonais de KS Azoly Pulawy
Il a joué à Aix en Provence de 2011 à 2013 et connait donc déjà le championnat de France.
Joueur complet capable de défendre et d’attaquer, il apportera tout son savoir-faire à notre équipe.
Il a signé pour 1 an + 1 an en option.

Les dirigeants et le staff technique se félicitent de cette double signature et souhaitent une très belle saison à Kosta et Grégory.

Source SAHB

Les supporters violets leurs souhaitent la bienvenue

Posté par fredgo à 20:00 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Transfert: Yoann Eudaric rejoint le SAHB

      yoan-eudarice

       Le SAHB était à la recherche d'un pivot pour remplacer Djordje Pesic non conservé. Il a jeté son dévolu sur Yoann Eudaric joueur à l'ESSAHB depuis l'année passée.

 

             Formé à Angers, ce costaud gaillard (1m95 pour 95 kg) devrai apporter du volume dans l’équipe de Christian Gaudin. Solide défenseur, il apportera toute son expérience dans la zone des neufs mêtres.

 

Tous les supporters violets lui souhaitent la bienvenue

 

Posté par fredgo à 19:47 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,