Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

20 novembre 2015

Vu du côté de cherbourg: Ne pas sous-estimer Sélestat...

La JS Cherbourg accueille ce vendredi 20 novembre le club de Sélestat dans son antre de Chantereyne. Gare à ne pas sous-estimer cet adversaire redouté, actuel 6e du championnat de Pro D2.

120377

 

La trève aura été plus longue que prévue pour les handballeurs cherbourgeois. Ces derniers devait renouer avec la compétition le 14 novembre dernier en affrontant Massy. Les attentats de Paris en auront décidé autrement. Après trois semaines de pause, les Mauves retrouvent le chemin des parquets ce vendredi 20 novembre, en accueillant le club de Sélestat à Chantereyne.

Invaincus à domicile
Encore invaincus à domiciles, les Cherbourgeois affrontent le 6e du championnat, une équipe que connait bien Lazslo Fulop, le gardien Cherbourgeois, qui a évolué pendant 4 ans dans le club alsacien. "L'équipe de Sélestat a été modifiée à 50%. Mes anciens camarades de jeu vont tenter de trouver mes points faibles... Comme je suis désormais à 100% de mes capacités, je leur ferai opposition", glissait Lazslo Fulop à quelques jours de la rencontre.

Une fraîcheur physique à exploiter
Pour le coach, Sébastien Leriche, les Mauves auront un avantage : "la fraîcheur physique". "Nous devrons les mettre en difficulté dès le départ. Sélestat a une densité physique importante et a fait un amalgame parfait entre expérience et jeunesse. Nous ne devons pas sous-estimer cet adversaire sous peine de le regretter amèrement. Il faudra être bons en défense et jouer juste en attaque afin de mettre en difficulté Julien Meyer qui a été sacré meilleur joueur de Pro D2 au mois d'octobre".

Source La manche libre

Posté par fredgo à 15:21 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 octobre 2015

Vu du côté de Pontault: Pontault chute à nouveau

Une semaine après leur premier revers de la saison à Massy, les Pontellois se sont une nouvelle fois inclinés, à domicile cette fois contre Sélestat. Si la mission semblait difficile face à l'un des deux ex-pensionnaires de D1, elle aurait pu être accomplie sans les blessures successives de trois cadres (Vranic, Taskovic, Lagier-Pitre), et trois pénalties manqués.

5196577_qesthumbqda8t57v_545x460_autocrop

La sortie de Davor Taskovic en tout début de rencontre a lourdement pesé Icon Sports/André Ferreira

"Dans ce genre de match, chaque détail compte, explique Sébastien Quintallet, l'entraîneur. Les trois blessures ont beaucoup compté." Dans ce scénario défavorable, ce sont les coéquipiers de Vincent Moreno qui tirent les premiers, avec un Davorin Vranic de retour. Crispante, la 1ère période le devient encore plus lorsque Davor Taskovic sort après un choc sur le nez (4e). Dans les cages, Ricardo Candeias fait des merveilles, à l'instar de Jérémy Sargenton, qui se rappelle par la même occasion à ses anciens partenaires. A la pause, Pontault mène d'une longueur, puis de 5 peu après la reprise. Les sorties prématurées de Vranic et de Laurent Lagier-Pitre redonnent espoir aux Alsaciens. Sans s'affoler, les hommes de Christian Gaudin reviennent au score et passent devant. Pontault a laissé passer sa chance.

PONTAULT - ANGERS : 20-21 (9-8).

Spectateurs : 700.
Arbitres : MM. Klein et Rolland.

Source le Parisien

Posté par fredgo à 09:20 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 octobre 2015

Vu par nos adversaires: Sélestat 28–17 Dijon, cette fois ça ne passe pas, le DGHB coule à Sélestat...

dbhb-oct-2015-1Auteur d’un bilan comptable intéressant depuis le début de saison (4v 1D) le DBHB n’avait jamais complètement rassuré montrant des lacunes importantes dans le jeu offensif et la cohésion collective, s’en tirant pourtant finalement pas mal au final. On se doutait que cette fragilité affichée finirait par causer des dégâts si elle devait persister. Hier soir le DBHB a volé en éclat en Alsace, battu sèchement par Sélestat (27-18)

 

Si une défaite n’est pas catastrophique en soi, c’est plus la manière qui inquiète. Car si l’on peut toujours dire que l’équipe est nouvelle et à besoin de temps, cela fait maintenant 6 match où l’on ne voit pas vraiment les choses bouger au DBHB. Sans un Stojinovic sauvant ce qu’il pouvait notamment en première période, l’addition aurait même pu être plus lourde.

Une attaque aux abonnés absent

Cela devient une habitude. Dijon entame sa prestation offensive par un festival de balles perdues ou de tirs sur le gardien adverse. Jugez en plutôt: 13 pertes de balle pour Dijon en première périodes. 8/16 soit 50% d’arrêt pour Meyer le portier alsacien.

Dijon n’arrive vraiment pas au fil des semaines à corriger le tir. Jackson espérait de ses troupes qu’elle relèvent la tête et se retroussent les manches dans l’adversité, force est de constater que ce n’est pas le cas pour le moment. Sans un Sélestat également défaillant par moment et un Stojinovic pas en reste dans sa cage, lui aussi à 8 arrêts à la pause, Dijon aurait pu sombrer en 30 minutes. A la pause auteurs de 8 malheureux buts, les Bourguignons font encore illusion.

Dijon sans réaction

On se raccroche donc à l’espoir d’une deuxième mi-temps plus réussie, ce qui a été le cas plusieurs fois depuis le début de saison. On doit vite déchanter. 2 nouvelles pertes de balle dijonnaise dès la première minute de ce deuxième acte et Sélestat qui s’envole ...

La suite de l'article ...

Source Dijon Sport News.fr

Posté par fredgo à 08:27 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 octobre 2015

Vu du côté de Billère: Etxaburu « Ne pas se relâcher »

aitor-etxaburu-tout-le-monde-pense-que-ce-sera-plus_1174111_490x327p

Aitor Etxaburu : « Tout le monde pense que ce sera plus facile maintenant, mais non, au contraire c’est maintenant le plus difficile, à cause du risque de relâchement ». (Photo archives Jean-Philippe Gionnet)

Billère (5e, 3 victoires pour 1 défaite) - Sélestat (8e, 2 victoires pour 2 défaites)
c'est ce vendredi à 20h30 au Sporting d'Este.

L’effervescence qui gagne l’entourage du BHB, après trois victoires de rang et le recrutement ce lundi d’un joker argentin, n’a pas infiltré le bureau d’Aitor Etxaburu.

Pour « garder la concentration », vendredi face à l’athlétique armada de Sélestat, l’entraîneur basque présentera l’équipe vainqueur de ces trois derniers matches (hormis Arnaud Fernandez, blessé). « Leo Querin va bien, il a repris l’entraînement et sera probablement sur la feuille de match, mais il n’a pas joué depuis un mois et n’est pas encore en forme », prévient Aitor Etxaburu.

Idem pour le joker médical d’Arnaud Fernandez, Franco Gavidia, argentin de 24 ans (1,97m, 86kg) qui n’a pas joué à haut niveau depuis le mois d’avril. Au delà de ces aléas de forme, le tacticien billérois ne voudrait pas perturber l’équilibre auquel est parvenu son équipe ces dernières semaines : « Pour intégrer de nouveaux joueurs, il faut bien le faire, et ça prend du temps.On peut encore jouer quelques matches sans Leo ni Franco, mais pour la suite du championnat, ils seront bein évidemment nécessaires.»

Pour le défilé automne/hiver, revenez plus tard.

L'Avant BHB-Sélestat

Source La république des Pyrennées

25 septembre 2015

Vu du côté de Besançon: « ...l’épreuve du feu, ... ils n’attendent que ça !

Lorsqu’on a pris l’habitude de suer comme un damné dans la pénombre, entrevoir, enfin, la lumière du jour ressemble à un cadeau du ciel.

les-bisontins-le-savent-c-est-en-conservant-leur-esprit-de-groupe-qu-ils-peuvent-creer-l-exploit-ce-soir-en-alsace-photo-ludovic-laude

C’est en tout cas de cette manière que les handballeurs bisontins appréhendent leur place de leader, eux qui, depuis plusieurs années, sont plutôt habitués à la noirceur d’une cave qu’à la séance de bronzette sur les tuiles du toit. « C’est sûr que c’est plaisant, même si je n’ai pas l’habitude de regarder à outrance le classement ou le calendrier », reconnaissait hier l’entraîneur du GBDH, Christophe Viennet. « On sent qu’il y a plus d’engouement autour de nous, et ce coup de projecteur valide le travail de tout le monde ».

« Pas de timidité »

Il ne se prolongera toutefois qu’en cas de nouvelles performances lors de plusieurs semaines qui s’annoncent ardues. Avec pour commencer ce qui se fait de mieux, ou de pire c’est selon, sur l’échelle de la difficulté : le déplacement prévu ce soir dans la salle de Sélestat, fraîchement relégué de LNH. En Alsace, les Bisontins seront soumis à l’épreuve du feu. Et pour être franc, ils n’attendent que ça !

L’appétit aiguisé par la victoire sans discussion possible décrochée la semaine dernière devant Massy, les coéquipiers d’Ilija Komnenovic l’ont annoncé à qui voulait bien l’entendre : ils évolueront sans le moindre complexe dans la salle de ce cador annoncé. « Je ne veux surtout pas qu’on fasse preuve de timidité », reprenait Viennet. « Bien sûr tout reste fragile, évidemment on garde les pieds sur terre, car on reste largement perfectibles dans tous les domaines. Mais les gars doivent conserver leur appétit et surfer sur la vague qui les porte en ce moment ».

Une spirale positive dont la puissance a été renforcée, cette semaine, par le retour aux affaires de Sylvain Rognon. Touché au ménisque et absent depuis le début du championnat, ce dernier effectue son retour sur la feuille de match. Et même si Jules Portet, qui marche sur l’eau actuellement, conservera sa place sur le terrain d’entrée, l’expérience du vieux briscard bisontin pèsera forcément à un moment donné. On l’aura compris, le GBDH peut donc s’avancer vers ce test ultime sans la moindre arrière-pensée négative. Tout le contraire de Sélestat qui, battu à Mulhouse et privé de trois de ses treize pros (Vujic, Eudaric et Gaudin), n’a déjà plus le droit à l’erreur.

« La pression peut jouer contre eux »

« Ils auront une pression importante à gérer car ils ne peuvent pas se permettre de perdre deux matches de suite », comprenait bien Viennet. « Ça peut jouer contre eux ». Et permettre par ricochets à Besançon de sortir de ce match entre les deux meilleures défenses du championnat avec une invincibilité préservée. Et le sentiment que quelque chose d’aussi réjouissant qu’inattendu est véritablement en train de se produire dans la capitale comtoise.

Le groupe : Komnenovic, Simonin – Bedel, Bolaers, Gros, Brkljacic, Scotto, Eymann, Alvarez, Laguillaumie, Hugard, Portet, Cornet, Rognon.

Coup d’envoi ce soir (20 h).

Source l'est Republicain.


10 septembre 2015

Vu par SARAN : « S'il y a moyen de le faire, on va saisir notre chance...

« S'il y a moyen de le faire, on va saisir notre chance. Et jouer le coup à fond », explique Jean-Jacques Acquevillo, l'arrière gauche de l'USM Saran.

Saran Sélestat

Allusion, là, à la rencontre de ProD2 de handball contre Sélestat, la première de l'histoire du club du Loiret à domicile, qui se jouera demain soir à la Halle du Bois-Joly. Un affrontement qui comptera pour la deuxième journée du championnat.

Les promus saranais ont signé une entame de saison parfaite, après un premier succès (30-26) obtenu, la semaine passée, à Istres, ex-pensionnaire de la LNH. Une performance qui n'empêche pas Jean-Jacques Acquevillo de garder les pieds sur terre : « Sélestat », dit-il, « c'est un gros morceau. Une équipe physique ». Un adversaire qui, sur le papier, figure parmi les postulants à la montée. Alors, forcément, la problématique qui arrive ne sera pas la plus simple à régler…

Pour s'en sortir, les hommes de Fabien Courtial n'auront pas d'autres choix que de réutiliser les ingrédients ayant parfaitement fonctionné à Istres : « Bien défendre, ce qui était déjà notre force la saison passée, avant de remonter les ballons ». Et puis, aussi, « ne pas s'affoler en attaque. Rester calme », ajoute Jean-Jacques Acquevillo, l'un des gros bras de la base arrière de l'USM. Le tout, dans une ProD2 « où il y a énormément de contacts. Où cela court et ....

Source La Rep.fr

Posté par fredgo à 21:17 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 octobre 2014

Vu par Dunkerque; le handball reste la grande affaire à Sélestat ...

 

Battiste Butto, formé à sélestat

En France, on associe Guingamp à son club de foot. Cholet, à son équipe de basket. Et Sélestat, au hand. Seule ville de moins de 20 000 habitants dans l’élite, la cité alsacienne résiste. Mercredi soir, l’USDK est attendue par une équipe… et son public. Match à guichets fermés.

   On va se serrer, mercredi soir, au centre sportif de Sélestat. « Cet après-midi (mardi), il restait 16 places. On va jouer à guichets fermés demain, c’est sûr, expliquait Frédéric Antoine, le directeur marketing et communication du club. On était aussi plein contre Chambéry, mais il restait 150-200 places le soir du match. Là, je crois qu’il y a un double effet. On vient voir le champion de France et il y a l’effet vacances scolaires. »

Les 2 300 places de la salle ont trouvé preneur. Pourtant, s’il faut se garder d’enseignements définitifs en octobre, le glissement des matchs de championnat du week-end vers le milieu de semaine, cette saison (1), n’a pas favorisé les recettes au guichet. « On a ressenti une légère baisse du public familial. Par contre, pour les partenaires, venir en semaine, c’est plus intéressant. » Le week-end est alors libre pour les entrepreneurs.

Mais mercredi ou samedi, le handball reste la grande affaire à Sélestat. La concurrence est quasiment inexistante. Une équipe de rugby féminin au 2e échelon, une formation de volley-ball en N3 et des footeux à l’échelon… départemental. Circulez, le hand est roi.

Alors que Cesson s’est rapproché au fil des ans du grand voisin rennais, Sélestat fait figure d’irréductible village, dans la France du hand. Le club alsacien doit se battre. Il serait celui qui est le moins aidé par les collectivités locales, en D1. Pas étonnant : une ville de 19 000 habitants, une communauté de communes de 30 000 habitants. C’est maigre. À l’arrivée, selon nos confrères alsaciens, une aide de 300 000 €. « C’est dû à la taille de notre agglo. Pour le conseil général ou régional, on a comme les autres. La ville et la communauté de communes c’est différent. » Mais pas de reproches dans la voix de Frédéric Antoine. On lui parle d’un handicap actuellement. Il répond : « Oui, ça l’est, aujourd’hui. Mais ça peut devenir un avantage, si demain, les subventions viennent à baisser. C’est peut-être la tendance qui va arriver. Nous, on est prêts. » Le discours paraît empreint de sagesse puisque les caisses des collectivités semblent sonner le creux, en France. Ce qui signifie, en filigrane, que le modèle du financement du sport français sera peut-être bientôt à revoir.

Cette saison, Sélestat présente l’avant avant-dernier budget de D1 (2,57 M€), en progression de 15 %. Il doit se battre pour rester dans l’élite. Il est passé en société, il y a quatre ans. Le club alsacien s’est structuré avec l’arrivée à la fin de sa carrière, en qualité de directeur sportif, de Christian Omeyer, le jumeau de Thierry, le gardien des Bleus. Il entend durer.

Mais il rêve à court terme d‘épingler le champion, Dunkerque. La dernière fois, c’était en 2005.

(1) Décision prise par BeINSPORTS, le nouveau diffuseur télé

Source la voix du sport

Posté par fredgo à 12:43 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mai 2014

Vu du côté de: Dijon éspère s'offrir Sélestat ....

Dijon Sélestat

Toujours à la recherche d’un premier succès en championnat en 2014, Dijon espère bien qu’il s’offrira à lui ce soir contre Sélestat. Même si ce sera pour l’honneur…

Le DBHB a encore soixante minutes de D1 à vivre cette saison, avant de retourner en ProD2 l’an prochain. Alors bien sûr on peut le regretter, se souvenir de ces points qui lui ont parfois bêtement échappé. Mais on peut aussi essayer de profiter à plein de cette dernière soirée dans l’élite du handball français.

Depuis le mois de novembre, Dijon est à la recherche d’un succès en D1, et si Marc Poletti aurait pu lui offrir contre Saint-Raphaël, en mettant le ballon ‘‘sous le maillot’’ en fin de match, une nouvelle occasion se présente ce soir.

Sélestat, qui a assuré son maintien, est une équipe que Dijon avait bien secouée en coupe de France, en menant 16-10 à la pause, le 12 avril dernier. L’occasion de débloquer enfin le compteur en 2014 est donc belle. « Pour cette dernière, on a évidemment envie de bien faire, et de décrocher enfin ce succès qui nous fuit depuis si longtemps », souligne Ulrich Chaduteaud. « Ce sera un match particulier, avec pas mal de joueurs qui ne seront plus là la saison prochaine. Il sera aussi particulier pour moi, puisque ce sera mon dernier dans le staff de l’équipe première (le technicien devrait, a priori, occuper une fonction différente au sein du club l’an prochain).

En guise de motivation, les Dijonnais pourront se souvenir qu’ils avaient débuté leur apprentissage par une défaite de quatre buts à Sélestat, fruit d’une bonne deuxième période, après un naufrage en première (-9 à la pause). Depuis, ils ont montré en coupe qu’ils pouvaient dominer Sélestat, et qu’il ne leur manquait qu’un peu de continuité.

Ce soir, le palais espère donc finir sur une victoire du DBHB. Un bonheur dont il a été sevré cette année. Mais ce soir, il est possible aussi que l’antre dijonnaise bruisse de nouvelles rumeurs sur l’identité du prochain technicien du DBHB. Un sujet désormais sur toutes les lèvres.

Source Le bien public

Posté par fredgo à 12:00 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 avril 2014

Vu du côté de Nimes: Sélestat, le match à 4 points !

Nimes

Il y a fort à parier que la venue de Sélestat au Parnasse ce mercredi soir à 20 h, va faire des étincelles. Car la Green Team 9e avec 15 points, quasiment sûre de se maintenir si elle remportait cette rencontre, accueille Sélestat 11e avec 13 points, à deux doigts d’obtenir son maintien également !

Voilà donc deux équipes pour qui les 2 points sont ultra importants et qui jouent le même championnat. L’avantage de jouer à domicile est un fait pour les Nîmois, mais il faudra se méfier d’un adversaire qui est l’auteur de plusieurs matchs nuls ces derniers temps dont le plus glorieux contre le PSG ( 32-32) à la maison. Mais il ne faut pas oublier non plus les points acquis contre Aix (28-28) et Tremblay (24-24).

L’USAM se doit néanmoins une revanche puisque Damien Scaccianoce et ses coéquipiers étaient revenus très frustrés de l’Est, avec une défaite 27-30.

Alors, nul doute que devant son public, la Green Team aura à cœur de sonner la révolte dans cette dernière ligne droite...

Source USAM

Nimes - Sélestat
A nîmes à 20H
le 09/05/2014

Posté par fredgo à 12:46 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 février 2014

Vu du côté de Tremblay: Teddy Prat se confie ...déterminés à bien les recevoir…

Teddy Pray

Ce soir les tremblaysiens reçoivent Sélestat pour les 1/8 de finale de la Coupe de France. Une "bête noire" qu'il faut absoulment dompté pour poursuivre l'aventure. Rencontre avec Teddy Prat.

Ted, troisième fois contre Sélestat cette saison… Après 2 défaites, la troisième sera la bonne ?

Oui oui, il est temps d’arrêter cette série négative, car déjà la saison dernière nous avions perdu les trois rencontres contre la même équipe. C’est ce qui en fait notre bête noire depuis quelques années.

Et croyez moi, cette fois ci nous sommes vraiment déterminés à bien les recevoir… (Je me comprends).

Plus de 10 ans que tu es à Tremblay maintenant ; tu as déjà participé à plusieurs Coupes de France, et est même allé jusqu’en finale en 2010. C’est le moment d’ajouter ce trophée à ta carrière n’est ce pas ?
 

C’est vrai que la Coupe de France a une saveur particulière étant donné que nous avons connu une finale il y a quelques années ; mais quelque soit la compétition, j’ai toujours pour objectif d’aller le plus loin possible, voir même d’aller jusqu’au bout.

Cette saison, l’objectif prioritaire dans mon esprit est le maintien, même si il est vrai que je ne bouderai pas quelques tours supplémentaires en Coupe de France (sourire).

 

Face à vous, l ‘équipe de Sélestat, que vous connaissez plutôt bien, l’ayant déjà joué deux fois cette année. Tremblay est dans une phase plutôt positive. Quels vont être selon toi, les clefs de la réussite ?

La réussite, ça va être de nous servir de nos défaites passées face à cette équipe de Sélestat qui joue bien au handball, et qui a une équipe homogène.

Il va falloir avoir cette envie, cette détermination, de stopper les défaites face à cette formation. Il va falloir être agressif aussi bien en attaque qu’en défense.

Teddy, il paraît que tu es le plus vieux mais le mieux conservé des joueurs de LNH. Quel est ton secret de longévité ?

C’est vrai que parfois mon corps me rappelle que je n’ai plus 20 ans. Mais dans ma tête, j’oubli souvent que je vais bientôt avoir 40 ans.Cela me permet de me surpasser et de donner le meilleur de moi même à chaque match. Même si j’avoue que les jeunes loups de la LNH vont de plus en plus vite…Croyez moi, je ne leur ferai cependant aucun cadeau ! Ils ont la fougue et moi l’expérience... et surtout encore de la force (sourire).

Source Tremblay HB

Posté par fredgo à 12:35 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,