Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

26 octobre 2015

Des nouvelles de nos anciens: Baptiste BUTTO dans le club des « Millénaires » ...

la LNH vous invite chaque semaine à aller à la rencontre de l’un de ses acteurs les plus en forme du moment. Ce lundi, place à Baptiste Butto, l’ailier gauche de Dunkerque, qui vient de passer la barre des 1000 buts en Division 1. 

Butto B Dunkerque 2015
"Quand on commence à jouer en Division 1, on ne se dit pas:
« Je vais marquer 1000 buts »". Alors que ses neuf buts inscrits lors de la défaite de Dunkerque face au PSG, jeudi dernier, lui ont permis de devenir le sixième joueur à passer la barre des 1000 réalisations en Division 1, Baptiste Butto ne cherche pas à en faire plus que cela. "Je savais que ça se rapprochait, mais ce n’était pas un réel objectif, explique l’ailier gauche qui, avec ses 1002 buts, rejoint Anouar Ayed (1204), Guillaume Saurina (1128), Mladen Bojinovic (1101), Raphaël Caucheteux (1081) et  Matthieu Drouhin (1066) dans le club des « Millénaires ». C’est quelque-chose d’un peu anecdotique, qui fait plaisir à son petit ego mais si ça ne fait pas gagner des matches ou des titres, ça ne sert à rien."

is0004d2_20090214_BR

Reste que ce cap, qui ne devrait pas être dépassé de nouveau cette saison, montre la place qu’à su se faire le Dunkerquois au plus haut niveau du handball français. Désormais âgé de 28 ans, Baptiste Butto a démarré sa carrière de handballeur 22 ans plus tôt, en suivant les traces de son père, lui aussi handballeur. "Dès mes premiers pas j’avais un ballon dans la main. J’ai pris une licence dès que j’ai pu vers l’âge de 5-6 ans", explique le natif d’Algrange, en Moselle. Passé par Thionville, celui qui évolue alors au poste d’arrière gauche intègre ensuite le Pôle Espoirs de Strasbourg tout en jouant une première saison à Metz, avant d’intégrer le centre de formation de Sélestat. "C’est ce qu’il y avait de mieux pour moi, ce Pole Espoirs, c’est presque une institution quand on voit les joueurs qui en sont sortis", note-t-il.

"On a écrit les belles pages de ce club"

C’est à ce moment que le jeune homme d’1m86 est replacé à l’aile, en raison de son manque de taille. Pas de quoi l’empêcher de continuer sa progression, qui va finalement prendre un coup de boost en 2009, quand Dunkerque frappe à sa porte. "Ce n’était pas dans mes plans de partir (de Sélestat). En plus on venait de descendre en D2, et je sortais moi-même d’une saison difficile, avec une longue blessure à la cheville, raconte l’ailier. Mais c’était une belle opportunité pour moi d’intégrer un grand club français, et de jouer la Coupe d’Europe. Je remercie d’ailleurs Sélestat qui n’a pas freiné mon transfert, alors qu’il me restait deux années de contrat." Voilà donc Baptiste Butto catapulté dans une équipe pleine d’ambitions, et toujours en quête de son premier titre.

Aux côtés de Vincent Gérard, Mohamed Mokrani ou Bastien Lamon, l’ailier gauche, sa puissance de tir et son sang froid dans l’exercice des jets de 7m, va pleinement participer à la décoration de la vitrine aux trophées du club nordiste avec une Coupe de France, une Coupe de la Ligue et un titre de champion de France. "J’ai également pu participer à la Ligue des champions durant deux ans. On a écrit les belles pages de ce club, souffle le Mosellan, alors que l’équipe nordiste semble désormais lancé dans un nouveau cycle. Il y a un nouvel élan à avoir. On a rajeunit l’équipe, on a perdu des joueurs importants. Après il reste encore pas mal de joueurs qui ont vécu notre épopée. Mais c’est aussi important de rajeunir le groupe pour retravailler."

Battiste_Butto_penaltys

Désormais cadre au sein de la troupe de Patrick Cazal, l’ailier gauche garde tout de même une petite cicatrice, celle d’une histoire avec l’équipe de France qui n’a jamais vraiment commencée. Sélectionné chez les Jeunes, Baptiste Butto n’a été appelé qu’à une seule reprise par Claude Onesta, lors de la préparation pour l’Euro 2012. Depuis, c’est le silence radio. Un silence que le joueur tente de dompter. "J’y pensais plus il y a quelques années, où je pensais vraiment pouvoir intégrer l’équipe, au moins pour les rassemblement. Maintenant ce n’est plus trop dans mon esprit. Je ne me fais pas de faux espoirs", conclut-il. 

Benoît Conta

Crédit photo: Michel Guilbert/USDK
Source LNH

----------

BUTTO Baptiste

Violet pendant 5 saisons de 2004/2009
Formé à Sélestat

20122013_baptiste_butto

Nationalité:

20px-Flag_of_France_svg

France

Né le: 13/02/1987
A : Algrange (57)

Taille: 183cm
Poids: 82kg

Poste: Ailier Gauche 
Numéro: 57

Sélections en équipe de France : 2011 Sélections en Equipe de france A = 1

 

Palmarès:
Saison 2015/16 : 6ème joueur à atteindre les 1000 buts en LNH (22/10/15 contre Paris)
Saison 2013/14 : Champion de France avec Dunkerque
Saison 2012/13 : Vainqueur Trophée des ... voir la suite ici

Ses Stats au SAHB:
Nombre de rencontres: 77
Buts sur tir: 152
Buts sur penalty: 105
Total buts: 257

voir la suite ici

Le violet il a fièrement porté, violet il restera !

Bravo Baptiste

 


10 juillet 2015

Et revoilà Seufyann Sayad !

nantes_sayad_1_pr

Après avoir disparu des radars pendant plus d'une saison, Seufyann Sayad rebondit en Espagne en Liga Asobal avec le club de Puerto Sagunto où à presque 36 ans, il a signé pour une saison.

Sous le maillot nantais, la carrière de Seufyann Sayad s'est surtout arrêtée à la fin de la saison 2012-2013 à Ivry par une rupture du talon d'Achille. A cette époque, l'avenir du meneur de jeu franco-marocain était incertain et le temps de la rééducation, son nom avait disparu des tablettes. C'est en Liga Asobal où il a déjà évolué entre 2006 et 2009 (Cangas, Almeria, Teucro) que le Sélestadien d'origine fera son retour dans quelques semaines. A Puerto Sagunto (dans la région de Valence) qui a terminé 12ème la saison écoulée du championnat espagnol. Sur le site du club, il est précisé que "Sayad est un joueur de superclasse, avec une vue extraordinaire sur le jeu et une grande capacité de 1 contre 1." Le joueur lui-même a indiqué qu'il était "très heureux de retrouver le championnat espagnol avec Fertiberia Puerto Sagunto qui semble avoir des objectifs réalistes." A noter que Seufyann Sayad a été sélectionné à 17 reprises en équipe de France entre 2000 et 2005. Depuis 2012, il défend les couleurs du Maroc.

Source Handzone

Posté par fredgo à 18:52 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juin 2015

Des News de nos anciens violets: Quentin Eymann de retour dans l'Est

Eymann-Istres

L’aventure avec Istres aura été de courte durée pour Quentin Eymann qui un an seulement après son arrivée, va quitter la Provence pour rejoindre Besançon.

           L’arrière droit de 24 ans formé à Sélestat a réalisé une saison en demi-teinte en LNH, inscrivant 49 buts en 25 rencontres de D1, pour un taux de réussite à 41%. Il aura à coeur de se relancer du côté de l’ESBM, qui reste sur une saison compliquée en Pro D2 (10e). Après Emanuel Alvarez et Luka Brkljacic, Quentin Eymann est la troisième et dernière recrue à rejoindre la formation bisontine pour la saison prochaine.

Source Handnews

 

Posté par fredgo à 19:17 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 juin 2015

Des News de nos anciens: Frepp's et Maxime Duchêne prolongent à l'ESSAHB

    l’ESSAHB, qui rejouera à nouveau en N1 la saison prochaine, vient de prolonger les contrats de deux anciens violets.

Maxime Duchêne prolongent

       Arrivé la saison dernière à Strasbourg, Arnaud Freppel poursuivra sa belle carrière sous le maillot bleu de l’ESSAHB.

      Maxime Duchêne, gardien malicieux, voit également son contrat prolongé d'un an.

 

 

30 mars 2015

Des news de nos anciens violets: Saison terminée pour Mickaël Robin

Sorti sur blessure lors de la 1⁄2 finale du Final Four face à Nantes, ce samedi 28 mars, Mickaël Robin a rapidement été pris en charge par le staff médical de la LNH. Il a passé une IRM qui a révélé une rupture du ligament croisé antérieur. Mickaël Robin aura des examens complémentaires sur Rennes et il rencontrera le chirurgien dans les jours à venir, afin de déterminer la date de l’opération. Le portier cessonnais ne retrouvera pas les terrains avant le mois de septembre. 

robin-cesson

Réaction de Mickaël Robin : C’est un coup dur mais c’est une épreuve que j’ai déjà vécu et je suis revenu à chaque fois plus fort ; j’espère que ce sera encore le cas cette fois. Je n’ai pas trop de douleurs, maintenant nous attendons les examens complémentaires, notamment le rendez-vous avec le chirurgien, pour savoir quand je serai opéré et le protocole pour la rééducation. En général, le temps de récupération, pour ce genre de blessure, est d’environ 6 mois ; en plus, au poste de gardien, les contraintes sont différentes que pour un joueur. Nous allons tout mettre en œuvre pour que je sois de retour pour la reprise du championnat en septembre. Je ne serai peut-être pas à 100 %, mais je serai là pour épauler Kévin. Je le soutiendrai jusqu’à la fin de saison, j’ai totalement confiance en lui, je connais sa valeur et je suis sûr qu’il va être performant, il a tout ce qu’il faut.

Lire l'article complet

Communiqué du Cesson-Rennes

Tous les violets lui souhaitent un bon rétablissement


11 novembre 2014

J9: Avant Sélestat- Aix; La voie de “Marco”

marc-wiltberger-retrouve-le-parfum-du-haut-niveau-sur-le-banc-d-aix-en-provence-photo-sylvain-sauvage-pauc-handball

Il est de retour dans le circuit. Marc Wiltberger, adjoint de la légende Serdarusic à Aix-en-Provence, et à Sélestat demain, s’est (re)lancé dans la carrière d’entraîneur. Le Strasbourgeois le sent, il est fait pour ça. Et il savoure cette opportunité de pouvoir le prouver.

Cela faisait un moment qu’il espérait replonger dans le grand bain. Cela faisait un moment aussi qu’il pensait que le train était peut-être passé. Et puis tout a basculé cet été. Jusqu’à cette « opportunité que je n’attendais plus ».

« Je n’avais pas fait une croix sur une carrière d’entraîneur au plus haut niveau, mais je savais que ça passerait par un coup du destin », explique Marc Wiltberger.

Petit retour en arrière. Depuis sa fin de sa carrière de joueur, en 2004, l’Alsacien avait gardé un pied dans le hand. Mais sans jusque-là atteindre les sommets tutoyés lors de sa précédente vie, quand il brillait en D1 (meilleur buteur du championnat en 1992-1993) ou avec le maillot bleu sur les épaules (241 buts en 148 sélections, médaillé de bronze aux Mondiaux en 1997).

Il y avait bien eu quelques belles saisons du côté de Bouillargues, entre 2006 et 2010, en D2 féminine, puis plus récemment avec les -18 ans de Nîmes (vice-champion de France en 2013).

« Ça me plaisait beaucoup, poursuit le Strasbourgeois à propos de cette dernière expérience. Mais je n’avais pas un vrai contrat de travail, c’était précaire, et à 45 ans, c’est pénible… »

« Travailler avec Noka Serdarusic, je n’en rêvais même pas ! »

Alors l’ancien arrière gauche avait accueilli avec beaucoup d’entrain ses deux premières pistes de l’été. « J’aurais pu entrer dans le giron fédéral au Pôle Espoirs masculin de Poitiers. Ça m’aurait plu. »

Il aurait pu s’asseoir sur le banc du PSG, dans le rôle d’adjoint de l’Allemand Martin Schwalb, contacté cet été par le club parisien. Mais la crise cardiaque de son ancien coéquipier puis entraîneur à Wallau-Massenheim (de 1996 à 1999) a mis fin à ce projet.

C’est finalement la troisième piste, sans doute la moins attendue, qui a été la bonne. Fin août, Aix-en-Provence le contacte pour seconder Noka Serdarusic, légende du jeu à sept (onze fois champion d’Allemagne, triple vainqueur de la Coupe EHF et vainqueur d’une Ligue des champions avec Kiel). « Travailler avec lui, je n’en rêvais même pas !, lance “Marco”. On s’est vu et au bout d’une demi-heure, c’était parti… »

La « première mission » de Marc Wiltberger, c’est d’être… traducteur (Noka Serdarusic ne parle pas français et le duo communique en allemand). Mais pas seulement.

« Noka m’a dit : “Tu es entraîneur comme moi”. Il y a des adaptations à faire, mais c’est facile de travailler avec les meilleurs. »

En passe de valider ses diplômes pour coacher au plus haut niveau, le joueur formé au défunt Racing Club de Strasbourg apprend aussi sur le terrain au contact d’un des plus grands techniciens de l’histoire.

« Je me sens à ma place »

Et il entend forcément tirer le meilleur de cette collaboration. « Sur le plan tactique, je n’ai que des confirmations, avance le champion de France 1995 avec Montpellier. Mais je profite de sa grande expérience du très haut niveau. Noka a un recul, un sang-froid que je n’ai pas encore. J’apprends sur le management, la gestion des moments-clés. »

Demain, Marc Wiltberger sera de retour à Sélestat, pour un match aussi très important pour les Aixois, qui, comme les Violets, ne décollent pas au classement. « J’ai déjà vécu ce genre de retour quand j’étais joueur, c’est toujours mieux quand on gagne », sourit l’ancien Violet (1999-2001).

Il se fait un plaisir de retrouver sa famille basée en Alsace, « la famille sélestadienne », des amis aussi comme Alain Voyer (l’ancien journaliste chargé de la rubrique handball aux DNA, ndlr). « Il était à l’origine de ma venue. Je lui avais promis un jour que je jouerais à Sélestat. C’est aussi la première fois que je vais revenir ici sans Germain Spatz (l’ancien président du club, décédé en 2011, ndlr) dans la salle. Mais je suis sûr qu’il nous regardera », confie-t-il avec émotion.

Après plusieurs années à chercher sa voie, Marc Wiltberger l’a trouvée. « Ces premiers mois à Aix me confirment que je suis fait pour ça, que je suis capable d’entraîner au plus haut niveau. Je me sens dans mon élément, légitime, à ma place. Reste maintenant à le prouver. » Comptez sur lui pour aller au bout de ce défi…

Posté par fredgo à 08:26 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 septembre 2014

Des news de nos eanciens: Pintor, le massif central de la défense cristolienne

Pintor

C'est le bal des promus. En barrage de qualification au 1er tour de la Coupe de la Ligue, Créteil accueille Istres. L'occasion pour Guynel Pintor et son imposante stature de prendre un peu plus ses marques au centre de la défense cristolienne.

            En recrutant Guynel Pintor, Créteil fait un pari sur l’avenir. Le club val-de-marnais a toujours sorti de sa "pouponnière" ses propres éléments mais en a aussi attiré de l’extérieur. Agé de 24 ans et après six saisons à Sélestat, le Martiniquais de La Gauloise de Trinité (le club des débuts de Cédric Sorhaindo) fait partie des six nouvelles têtes qui arrivent dans le groupe pour la remontée parmi l’élite. «Je ne savais pas du tout où j’atterrissais, affirme amusé, l’intéressé. Je savais juste que Créteil, c’était un club avec un palmarès impressionnant. Ils ont assez insisté pour que je vienne, j’ai pris cela comme de la fierté. » Deux mètres sous la toise, 89 kilos, d’indéniables qualités physiques et une aptitude à défendre, il y a de quoi séduire n'importe quel dirigeant. Guynel Pintor avait cette responsabilité défensive en Alsace, il la conservera sous ses nouvelles couleurs. «A Sélestat, ils m’ont vite fait confiance. J’ai commencé sur le poste 2 et lors des deux dernières années, j’ai défendu en 3. Ici, ce sera pareil, avancé ou en bas. » Pour ne pas rater les débuts en championnat, le 10 septembre contre… Sélestat puis à Aix avant de retrouver Nantes, Dunkerque, St Raphaël, Toulouse et Chambéry d’ici la fin octobre, le recrutement est conséquent. Avec des joueurs expérimentés ou d’autres comme Erwan Siakam avide de se remettre sur les rails après une saison perturbée par les blessures. La préparation a également été à la hauteur. Un gros stage en Macédoine et un tournoi au Luxembourg avec des adversaires comme Metalurg Skopje, Metaloplastika ou le FC Porto que les hommes de Benjamin Pavoni (photo ci-dessous) ont battu, parfois même très largement. « On est allé au combat, renchérit Guynel Pintor, et la montée en puissance a je pense, satisfait les entraîneurs. Avec l’accent mis sur la défense. Ce sera notre atout majeur. » Et quand on se retrouve à évoluer aux côtés de Muhamed Toromanovic, capitaine de la Bosnie (1.94 – 108 kg), Jérémy Toto (1.97 – 96 kg) et le Lituanien Vaidotas Grosas (1.92 - 108 kg), on se dit que ce secteur ne sera pas dépourvu.

      Alors à Créteil, même si on rabâche à l’envie que l’objectif est clairement le maintien, les joueurs eux, voient un tout petit peu plus haut. « Il ne faudra pas avoir de blessés. Lors du dernier match amical contre Tremblay, on était douze sur la feuille (Descat, Quentin Minel, Toto, Ballet et Rémili, tous pros étaient blessés) et cela s’est parfaitement passé (23-26). Ce groupe, ça me rappelle un peu ce que j’ai connu à Sélestat. Je suis bien intégré, il y a une bonne entente, ça se passe vraiment bien. » Guynel Pintor trompe bien son monde. Hors du terrain, il dégage une certaine indolence donnant parfois une impression de se laisser vivre. Mais une fois que le match est lancé, il se transforme en véritable pieuvre. "Hermétique" est en quelque sorte, son second prénom. Se pose alors une question qui brûle les lèvres: quand on est passé par l’équipe de France jeunes puis juniors avec une participation à un Euro en 2010 en Slovaquie, l’envie de frapper à la porte des "A" le démange-t-elle ? « Bien-sûr que j’y pense. Mais tout le monde travaille pour ça, moi le premier. » D’autant qu'en sélection, la défense est plus que jamais l’affaire de Didier Dinart, un autre ultramarin de... Guadeloupe. « Si je suis bon avec Créteil, je serai peut-être remarqué (sourires). Si j’ai cette chance, je ne dirai pas non (rires). Si Didier veut assister à plusieurs de nos matches, il est le bienvenu ! Et si j’apprends qu’il est dans les tribunes, je serai encore plus motivé. Ce jour-là, ça va faire mal ! (rires)»  Que ses coéquipiers et ses entraîneurs à Créteil se rassurent. Comme il le répète constamment, « il faut prendre les choses comme elles viennent». Et le 1er rendez-vous officiel, c’est ce barrage de coupe de la Ligue face à Istres, l’autre promu. Guynel Pintor se rappellera sans doute qu’en 2012-2013, sous les couleurs violettes de Sélestat, il avait atteint les demi-finales de l’épreuve (éliminé par Nantes). De quoi lui donner des idées et surtout ....

Source Handzone

25 juillet 2014

Des nouvelles de nos anciens: Vlado Ostarcevic, de retour en Alsace...

ostarcevic

      On le savait en partance de Tremblay, mais on ne connaissait pas sa future déstination.  Et bien Vladimir Ostarcevic, violet de 2010 à 2012  s’est engagé pour deux saisons avec Strasbourg, promu en Pro D2.

         Agé de 31 ans, Vlado revient en Alsace, à l'Essahb avec dans l'objectif de redonner un coup de fouet à sa carrière. Le demi-centre croate, quitte donc Tremblay après deux saisons mitigées.

         Vladimir Ostarcevic ne sera pas dépaysé en posant ses valises à Strasbourg puisqu’il a porté le maillot de Sélestat en Pro D2 lors de la saison 2010 à 2012. Il retrouvera dans le groupe deux joueurs qu'il connait bien: Maxime Duchene et Arnaud Freppel. 

Posté par fredgo à 09:43 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 avril 2014

Des nouvelles de nos anciens: Victor Boilaud va mieux...

Boillaud

     Victime d’un « burn out »* l’an dernier, et disparu des terrains de handball depuis la mi-novembre, le demi-centre du Mulhouse Handball Sud Alsace Victor Boillaud va beaucoup mieux. Mais peut-être pas au point de reprendre la compétition.

« C’est venu progressivement, les premiers signes sont apparus en juin dernier. » Ces signes, comme les appelle Victor Boillaud, ont été les prémices d’un « burn out », le syndrome d’épuisement professionnel. « J’étais dans un sale état. Mon esprit voulait continuer, mon corps me disait tout simplement stop. »

C’est à la mi-novembre, alors que le MHSA était leader et invaincu (7 victoires et un nul) que le demi-centre mulhousien de 28 ans a décidé de réagir et se prendre en main. Fini le hand, terminé Mulhouse, il fait ses bagages et retourne chez lui, à Dijon. « Aujourd’hui, ça va mieux, je me retape. Le plus dur est passé, mais c’est un processus vraiment très, très lent. Je suis suivi par un bon psy, avec qui j’ai des discussions très intéressantes. Ça m’aide beaucoup. J’ai également acheté un livre sur le ‘’burn out‘’ qui me permet de comprendre pas mal de choses. »

Désormais à Paris, « chez mon oncle pour m’occuper, apprendre un nouveau métier et ne pas ruminer » , Victor Boillaud pense avant tout à se refaire une santé, loin du handball. « Je suis en phase de récupération et j’évite de me prendre la tête. C’est long, mais il faut attendre que le temps passe. Le hand ? Parfois j’ai envie de rejouer, d’autres fois non. Je n’en sais rien en fait. Ce que je sais, c’est que je ne veux plus me remettre dans le même état. »

Mais loin du handball ne veut pas dire loin du MHSA. « Je suis toujours les résultats du club et je suis resté en contact avec les mecs de Mulhouse. J’ai même participé à un entraînement avec eux il y a trois semaines. J’irai peut-être les voir à Massy samedi. Si je me sens bien et si ça ne me perturbe pas trop. »

S’il a évidemment déploré l’absence de son atypique demi-centre, aussi talentueux qu’imprévisible sur un parquet de handball, le MHSA a poursuivi sa route sans lui. Si les mauvais résultats actuels (8 défaites lors des 11 derniers matches) ne peuvent pas uniquement se limiter à l’absence d’un seul joueur, le club mulhousien guette avec impatience le retour de l’un de ses cadres. De son côté, Victor Boillaud remonte la pente, à son rythme, celui que lui impose son corps. La bataille n’est pas encore gagnée, mais elle bien engagée.

*Le burn out, ou syndrome d’épuisement professionnel, résulte d’un stress. Ses symptômes psychologiques et physiques se traduisent par une grande fatigue voire une dépression.

Marc Calogero

www.lalsace.fr

Nous lui souhaitons un bon rétablissement
Le 8ème Rugiss'Hand

Posté par fredgo à 12:23 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 janvier 2014

Thierry Omeyer ne débutera pas l'euro...

Omeyer_w484

      En préambule du deuxième match de Golden League des Bleus ce dimanche contre le Danemark, Claude Onesta, le sélectionneur de l'équipe de France, a annoncé à nos confrères de Canal+ que Thierry Omeyer, touché au coude en octobre, ne disputerait pas le premier tour de l'Euro 2014 à compter du 13 janvier prochain. C'est donc Vincent Gérard et Cyril Dumoulin qui garderont alternativement les cages de l'équipe de France face à la Russie (le 13), la Pologne (le 15) et la Serbie (le 17). Le gardien de Montpellier n'est pas encore définitivement forfait pour la compétition européenne.

Source Sport.fr

Posté par fredgo à 12:51 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,