Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

29 novembre 2012

Résultat Chambery 35 - 35 Sélestat,

 

kevin-beretta-(de-face)-n-a-pas-tremble-photo-archives-dna-franck-delhomme

Dans un Phare réputé imprenable, le Sélestat Alsace Handball est passé tout près de créer une énorme surprise. Les Violets ont été récompensés de leur superbe prestation en décrochant, grâce à un penalty de Beretta à la dernière seconde, le point du match nul contre Chambéry (35-35).

   Les coéquipiers de Yuriy Petrenko rêvaient d’éteindre le Phare pour offrir au Sélestat Alsace Handball une deuxième victoire en terre savoyarde, le seul et unique succès violet à Chambéry remontant au… 19 novembre 1994 (17-20).
   Ils ont failli créer une véritable sensation hier face au 2 e du championnat, seulement battu par Paris à domicile cette saison. Nul doute qu’ils auraient mérité de repartir vainqueurs, mais ce point du match nul revêt, comme contre Montpellier au Rhenus début novembre, des allures de victoire.
   Kevin Beretta l’avait annoncé avant la rencontre : « Un résultat positif à Chambéry ne serait que du bonus pour nous ».
    C’est d’ailleurs l’ailier gauche qui a offert ce joli bonus aux Violets en transformant, à la dernière seconde et avec un sang-froid époustouflant, son deuxième penalty de la soirée.
    La liesse qui s’emparait du banc sélestadien traduisait la joie et la mesure de la performance des joueurs de Jean-Luc Le Gall.

Il était dit que Sélestat ne pouvait, ne devait pas perdre ce match

     Si Chambéry prenait le meilleur départ (3-1, 4 e), c’était bien les Alsaciens qui faisaient la course en tête après l’égalisation de Jung (3-3, 7 e). Podsiadlo (11 buts au final) commençait son festival et le Sélestat Alsace Handball jouait les yeux dans les yeux avec son prestigieux adversaire (6-7, 11 e).
    L’entrée de N’Guessan redonnait du tonus à une équipe de Chambéry ayant un grand besoin de se rassurer après trois défaites consécutives entre championnat et Ligue des champions (11-9, 17 e).
    Podsiadlo permettait à son équipe de rester au contact d’une formation savoyarde (14-13, 23 e) qui profitait ensuite d’un temps faible alsacien pour s’envoler au score (20-14, 28 e). Le vent avait-il tourné en faveur de Chambéry ?
    Beretta faisait mouche à deux reprises et entretenait toutefois l’espoir violet à la pause (20-16).
   Les coéquipiers de Jordan François-Marie continuaient sur leur lancée (20-18, 32 e). La défense faisait bonne garde devant l’immense Ivezic (19 arrêts au total) et les Sélestadiens revenaient tout près (21-20, 34 e). Basic sonnait le réveil chambérien et ses trois buts consécutifs repoussaient les Alsaciens à cinq longueurs (25-20, 37 e).
   Mais les Violets ne renoncent jamais. François-Marie initiait un 0-6 qui instillait le doute dans une équipe de Chambéry soudainement fébrile (25-26, 42 e).
    La bonne période sélestadienne se poursuivait encore quelques minutes, en dépit de l’égalisation de Detrez (26-26, 42 e). Podsiadlo et François-Marie continuaient de tourmenter la défense savoyarde et Sélestat se prenait à rêver (26-29, 45 e).
   La suite allait fatalement s’avérer plus compliquée face à des Chambériens poussés par leur public. Les coéquipiers de Guillaume Gille reprenaient le contrôle des opérations grâce à un N’Guessan inarrêtable (31-30 à la 54 e puis 32-31 à la 56 e). Si Freppel s’en allait tromper Dumoulin en contre-attaque (32-33, 57 e), c’est bien Chambéry qui semblait le mieux placé pour sortir vainqueur de ce duel de titans (35-33 à 30 secondes de la fin).

« C’est énorme ! »

    Il était dit que Sélestat ne pouvait, ne devait pas perdre ce match. François-Marie décochait un nouveau missile (35-34), Ivezic détournait une énième tentative adverse et Jung s’arrachait pour obtenir un penalty.
    Beretta ne tremblait pas et les Sélestadiens pouvaient laisser éclater leur joie. « C’est énorme !, sourit Jordan François-Marie, l’arrière droit violet. On prend un point, on aurait pu aussi en prendre deux. Ce point n’était forcément pas prévu. Je suis fier de l’équipe. »
    Ce point décroché à Chambéry est assurément une très bonne opération. Pas sûr, en effet, que les concurrents de Sélestat pour le maintien en D1 repartent du Phare avec un sourire aussi large que celui des Violets hier…

Voir les stats...

Source Dna.


Commentaires

Poster un commentaire