Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

08 décembre 2012

1/2 finale Coupe de Ligue: Nantes 33- 25 Sélestat...

Nantes passe tranquille en finale

2012-12-08_cdl_nantes_passe_tranquille_en_finale

Dans un match qu’ils ont dominé de la tête et des épaules, les Nantais ont su prendre la mesure de Sélestat (33-25) et passent ainsi en finale. Les hommes de Thierry Anti se présenteront avec le plein de confiance.

L’espoir n’aura duré qu’un peu plus d’un quart d’heure (3-3 à la 5’ puis 8-8 à la 18’) pour Sélestat. Et puis, implacable, Nantes aura déroulé son jeu (14-10 à la 30' puis 24-15 à la 42') pour totalement annihiler des velléités alsaciennes pourtant réelles mais mal dirigées car souvent trop personnelles et pas assez collectives. Ainsi face à la bonne défense ligérienne organisée par Rock Feliho, certains artilleurs d’habitude efficaces sont restés muets, ou presque, tels le meilleur buteur du club Pawel Podsiadlo (1/7) ou Frédéric Beauregard (1/6). Seul Kevin Beretta (5/7) maintenait à flot ses partenaires. La faute à un mur bien groupé et à un dernier rempart, Marouène Maggaiez (18 arrêts), qui aura dégoûté ses adversaires. Côté attaque, Nantes a une nouvelle fois fait montre de ses atouts avec 6 buteurs à 3 unités et plus. Trop difficiles à contenir pour le petit poucet de la compétition…

Les réactions:

Frédéric Beauregard (arrière gauche de Sélestat) :

Il y a beaucoup de déception et de frustration après ce match parce que je pense que l’on n’a pas pu mettre notre jeu en place. On a essayé de revenir au score après avoir été décroché mais ça a été par bribes et pas collectivement, du coup, ça n’a pas pu durer. Sélestat fonctionne par le collectif ! Il n’y avait pas plus de pression que cela. On venait pour essayer de faire une bonne performance, se faire plaisir. Mais on ne peut pas sortir de notre demi-finale en disant qu’on est fier de ce que l’on a fait.

Jorge Maqueda (arrière droit de Nantes, en photo):

Nous sommes très contents de cette victoire car ça a été un match très difficile. Il fallait faire attention à cette équipe de Sélestat qui pratique un bon handball. Nous avons fait un très grand match pour nous qualifier pour cette finale et maintenant il va falloir la gagner. A titre personnel, je me sens vraiment très bien dans cette équipe de Nantes. La ville et le club sont fantastiques.

Thierry Anti (entraîneur de Nantes):

D’entrée, on a respecté Sélestat qui est une bonne équipe, mais qui n’a peut-être pas fait le match qu’elle souhaitait aujourd’hui. Mais je pense aussi que si elle a été moins bonne, c’est aussi parce qu’on a été sérieux d’entrée, que chacun s’est impliqué comme il fallait. On a été solide en défense, ça les a usés et je pense qu’à un moment ils n’y arrivaient plus. Pendant ce temps, on a continué à imprimer notre rythme, à faire tourner l’effectif, ce qui est intéressant pour la suite. Derrière on a pu bien géré la seconde mi-temps sans se faire peur. Tout le monde a fait son boulot. On va savourer cette victoire ce soir et on verra demain la finale.

Source LNH

 

Posté par fredgo à 19:11 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Bis repetita pour françois-marie ?

direction-le-final-four-de-toulouse-pour-jordan-francois-marie-et-selestat-photo-dna-franck-del

La Coupe de la Ligue ne rappelle que des bons souvenirs à Jordan François-Marie. L’arrière droit est ainsi le seul Sélestadien à avoir déjà soulevé le trophée. C’était en avril 2009, à Miami, l’un des temples de la NBA dont le joueur de 23 ans est particulièrement fan. Prêté par Montpellier à Istres, il avait contribué (4 buts) à la victoire surprise de l’équipe provençale face à… Montpellier en finale (22-20). « J’avais dix-neuf ans, je découvrais le haut niveau », sourit “Jojo”.

Trois ans après, le Violet, auteur d’un début de saison époustouflant (49 buts en 11 matches dont 9 lors de la dernière journée à Chambéry), retrouve le Final Four, avec l’envie de créer une nouvelle sensation. « Sur le papier, Nantes est plus fort que nous. Mais on sait se dépasser. Et il ne faut pas oublier que nous avons nous aussi des joueurs d’expérience comme Pawel  (Podsiadlo), Obrad  (Ivezic) ou Yuriy  (Petrenko). Aller en finale serait historique pour le club. »

S’il sait que Sélestat reste le Petit Poucet de ce dernier carré, Jordan François-Marie croit fermement aux chances de son équipe. « On sait que l’on peut faire quelque chose. C’est un rêve de gagner le titre, mais on y va pour ça. Notre force, c’est que nous n’avons aucune pression. »

« Je sens que l’on nous craint davantage »

Surtout, l’arrière droit sélestadien ne nourrit aucun complexe. « Je n’avais pas été intimidé à dix-neuf ans à Miami, alors aujourd’hui… »

Jordan François-Marie brûle d’impatience de montrer que Sélestat peut être un peu plus qu’un simple outsider. « Je pense que l’image du club a évolué aux yeux des gens. Quand je parle avec les joueurs des autres équipes, je sens que le discours a changé, que l’on nous craint davantage. On surprend et il faut continuer dans ce sens-là. On a prouvé que l’on méritait d’être en D1. Maintenant, on veut faire plus… »

Source Dna

Lire plus encore...

1) Ils sont 3...
2) Sans Pesic, resté à sélestat

Posté par fredgo à 10:20 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Coupe de la ligue: Aux porte du rêve

      

jordan-francois-marie-vainqueur-de-la-coupe-de-la-ligue-en-2009-avec-istres-se-verrait-bien-creer

Retrouver le Sélestat Alsace Handball au Final Four de la Coupe de la Ligue n’est pas quelque chose de banal. C’est même une première dans l’histoire du club alsacien. Face à Nantes, nouveau riche  de LNH, les Violets voudront une nouvelle fois déjouer la logique, cet après-midi en demi-finale.

Nantes, Dunkerque, Chambéry… et Sélestat. Cette 12 e édition de la Coupe de la Ligue a réservé une jolie surprise. Pas de Montpellier, huit fois vainqueur de la compétition, pas de Paris, éliminé en quart de finale par de brillants Nantais, au Final Four. Mais bel et bien les Sélestadiens, “intrus” de ce dernier carré ; des “intrus” que tout le monde en LNH prend cependant très au sérieux après leurs récents coups d’éclat.

« Nous sommes outsiders, c’est une évidence »

Et pourtant, le Sélestat Alsace Handball n’appartient pas (encore) à ce monde-là. Le contraste est même saisissant : là où le club violet affiche 1,9 million d’euros de budget, ses adversaires évoluent dans d’autres sphères (4,4 pour Chambéry, 3,5 pour Dunkerque et 3,2 pour Nantes).

Les esprits chagrins diront que les coéquipiers de Yuriy Petrenko n’effectueront qu’un bref passage à Toulouse, théâtre du Final Four. Les plus audacieux feront remarquer qu’Istres, vainqueur surprise en 2009, devait en faire de même.

« Nous sommes outsiders, c’est une évidence, souligne Jean-Luc Le Gall. Nos adversaires font partie du Top 5 du championnat et ce sera encore le cas en fin de saison. » Cette participation au Final Four ne fait pas tourner la tête à l’entraîneur sélestadien.

Le rendez-vous toulousain peut constituer, dans le plus beau des scénarios, une parenthèse enchantée pour un club avant tout focalisé sur son parcours en championnat. C’est donc sans pression, mais pas sans ambition, que les Violets ont rallié la ville rose.

« On a le même objectif que les trois autres équipes qualifiées, lance Jean-Luc Le Gall. On va jouer notre chance à fond. On va s’appuyer sur notre cohésion, notre volonté de se dire que rien n’est impossible. Nous avons montré que nous n’étions pas si loin que ça de ces équipes-là. Théoriquement, Nantes, Dunkerque et Chambéry sont plus forts que nous, mais encore faut-il le prouver sur le terrain. »

Là où Dunkerque et Chambéry marquent le pas actuellement, Nantes reste sur quelques performances de choix, notamment une victoire sur le parquet du PSG en quart de finale (35-36 a.p.). « C’est une équipe bien bâtie avec des joueurs expérimentés, à l’image d’Alberto Entrerrios que l’on ne présente plus, et un entraîneur qui ne l’est pas moins, analyse Jean-Luc Le Gall. Nantes est taillé pour gagner ce titre et l’a prouvé en sortant Paris. »

« Une Coupe de la Ligue sans favori »

« Sur un Final Four, la forme du moment est très importante. Et nous ne sommes pas spécialement en “surchauffe” actuellement », estime le coach alsacien, dont l’équipe n’a cependant concédé qu’une seule défaite lors des cinq dernières rencontres et surtout réalisé deux matches nuls contre Montpellier et Chambéry.

« Ce n’est pas la première fois que nous aurons cette étiquette d’outsider, souffle Jean-Luc Le Gall. Faisons un match parfait et nous compterons les points ensuite. »

Le Sélestat Alsace Handball peut-il bouleverser l’ordre établi ? Personne n’ose affirmer le contraire. Interrogé par le site internet spécialisé  Handzone, Jérôme Fernandez, le capitaine de l’équipe de France et de Toulouse, évoque « une Coupe de la Ligue sans favori ». C’est précisément ce qui rend ce Final Four toulousain particulièrement attrayant.

Source Dna

Posté par fredgo à 06:55 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,