Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

27 novembre 2013

Avant Ivry-Sélestat: le bastion s'effrite...

Ivry en plei doute avant la reception de sélestat

C'est LE CLUB historique du handball français avec une présence depuis toujours dans l'élite et une permanence dans les résultats que personne d'autre ne peut revendiquer. Avec huit championnats, c'est le deuxième palmarès derrière l'ogre Montpellier, mais c'est surtout des titres dans chacune des cinq dernières décennies !

Cette équipe est le fleuron d'une ville, d'un département, le Val de Marne, une institution dans laquelle on ne rentre jamais par hasard. Avec Chambéry en 2001, c'est la seule équipe à avoir su contester l'hégémonie héraultaise de ces dernières années.

Le titre de 1997 est celui de Sead Hasanefendic, déjà trois fois titré avec Créteil, Vénitieux et l' OM Vitrolles ! Un spécialiste du genre, bien aidé par des joueurs cadres comme Prandi, Hager, Joulin et le champion olympique russe Koudinov.

En 2007, le contexte est différent. Daniel Hager a passé la main à Stéphane Imbratta qui jusque là gérait le centre de formation. Et là c'est Jackpot, dès sa première année il décroche le Graal en s'appuyant sur de jeunes joueurs comme Abalo, Tuzolana, Guilbert ou Mokrani, encadrés par le meneur de jeu islandais Oskarsson.

Après une saison suivante satisfaisante, le coach s'en va vers d'autres cieux banlieusards, et c'est son adjoint Pascal Léandri qui prend les rênes de l'équipe.

Tout d'abord deux fois cinquième, et malgré une belle finale de coupe de France face à Montpellier, Ivry semble se complaire dans l'urgence depuis trois ans et flirte avec la relégation, 12e,9e et 10e la saison dernière. Et cette année encore davantage où le bilan est alarmant : 14e après 10 journées, deux victoires pour huit défaites !

Retour en arrière coté coulisse. En 2011, la Présidente Béatrice Barbusse est d'abord ébranlée par une tentative de putsch avant d’être remplacée un an plus tard par l'ancien joueur Marc Olivier Albertini. Son programme est à la fois de professionnaliser le secteur du haut niveau tout en s'appuyant sur les forces vives du club. Pascal Léandri est conforté dans son rôle de coach.

Sur le papier tout cela paraît séduisant d'autant que la formation a toujours été un pilier de l'institution val-de-marnaise. Dans les faits l'ensemble manque un peu de lisibilité. Les jeunes formés au club tardent à confirmer, d'autant que le contexte n' est pas propice au coté « couveuse » qu'apporte la sérénité des résultats. On a connu dans le passé des périodes plus propices à l'épanouissement des jeunes pousses, voire des saisons où elles assumaient une place importante dans l'équipe.

Les recrues, en particulier étrangères n'apportent pas non plus entière satisfaction. Là aussi on peut s'interroger, en particulier quand des stars mondiales comme Lavrov, Koudinov, Smajilajic ou Urios ont porté le maillot rouge et noir. Certes, le budget n'est pas celui du voisin parisien, mais il se situe quand même au 8e rang de la LNH.

Cette saison a très mal démarré, sur une grosse défaite à domicile face à Nantes. S'en est suivie une série de défaites d'un but qui ont fait mal au mental. L'actuelle dernière place doit faire beaucoup parler du coté de la Pasta, le fief de tous les amoureux de ce grand club. Pas sur que les amis d'Ali, le patron des lieux, apprécient de voir cette équipe s'embourber au fond du classement. Même si les dernières saisons ont montré une capacité certaine à survivre, cette fois il faudra être encore plus fort. Sinon une nouvelle page pourrait se tourner, inconnue pour ce club, celle de la relégation.

Nicolas Cochery
Hand Planet

Posté par fredgo à 12:32 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 novembre 2013

Résumé de la 10ème journée: Sélestat devra vite rebondir...

       

DSC_6628

Nantes et Chambéry ont fait les frais de leur déplacement respectif à Toulouse et à Nîmes. Les scénarii ont été différents mais les deux vainqueurs font une bonne opération au classement. Dunkerque et le PSG n'ont pas joué, Montpellier, St Raphaël et Cesson sont passés entre les gouttes. En s'inclinant à domicile face à Aix, Sélestat passe une mauvaise soirée. Ivry fait du surplace à la dernière place.

Sélestat 30-31 Aix en Provence

Malgré les neuf réalisations de Jordan François-Marie et les 20 arrêts de ses gardiens (17 pour Fulop, 3 pour Ivezic), Sélestat réalise une bien mauvaise opération en s'inclinant à domicile (30-31) face à Aix, un adversaire direct pour le maintien. Dans le sillage d'un Alexandros Vasilakis des grands soirs (9 buts) et d'un Pierre Marche très opportuniste (le pivot inscrira les deux derniers buts aixois), les partenaires de Yohann Ploquin (notre photo) n'ont rien lâché. Les Alsaciens auraient pu espérer arracher le match nul si après une parade d'Obrad Ivezic, Frédéric Beauregard n'avait pas perdu le ballon.

Tous les matchs de la 10ème journée:

 

Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date  
Dunkerque Paris   5/12  
Cesson Ivry 24 21    
Nîmes Chambéry 34 29    
St Raphael Dijon 26 18    
Sélestat Aix en Provence 30 31    
Toulouse Nantes 31 27    
Tremblay Montpellier 27 35    

 

 

Le classement après 10 journées:

 

Pl Equipe Pts MJ Vic Def Nul But + But - (Places)  
1 Paris 17 9 8 0 1 298 261 (-) -1match 
2 Montpellier 15 10 7 2 1 334 277 (+1)  
- Dunkerque 15 9 7 1 1 235 213 (-1) -1match
4 Toulouse 13 10 6 3 1 280 264 (-)  
5 Nantes 10 10 5 5 0 278 266 (-)  
6 Cesson 10 10 4 4 2 269 279 (+1)  
7 St Raphael 10 10 5 5 0 283 288 (+1)  
8 Nîmes 9 10 4 5 1 271 277 (+1)  
9 Chambéry 9 10 4 5 1 304 303 (-3)  
10 Aix en Provence 9 10 4 5 1 255 277 (-)  
11 Sélestat 6 10 3 7 0 277 304 (-)  
12 Dijon 6 10 3 7 0 239 259 (-)  
13 Tremblay 5 10 2 7 1 257 291 (-)  
14 Ivry 4 10 2 8 0 243 264 (-)  

 

Source Handzone

Source Photo: Strasbourg Photos

Posté par fredgo à 12:35 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 novembre 2013

Après Sélestat 30-31 Aix; Sélestat s’est compliqué la vie et doit vite rebondir

En laissant filer un joker à domicile face à Aix, un concurrent direct pour le maintien (30-31), le SAHB s’est mis dans le dur à l’approche de la dernière ligne droite du cycle aller.

oup-de-sifflet-final-mais-les-violets-ont-une-semaine-pour-se-remettre-en-question-avant-un-match-charniere-chez-la-lanterne-rouge-ivryenne-photo-denis-werwer

Autant la superbe prestation fournie dix jours plus tôt n’a pas donné des ailes aux Sélestadiens, autant leur défaite par un petit but d’écart, c’est-à-dire trois fois rien, samedi contre Aix (30-31), ne doit pas devenir un boulet aux pieds. Certes, les conséquences de ce revers contre un adversaire à leur portée sont lourdes puisque les Violets sont plus que jamais sous la menace des relégables. 11es en compagnie de Dijon, ils n’ont pas pu creuser l’écart sur Tremblay qui les talonne à un point, ni sur Ivry qui ferme la marche, deux unités derrière l’équipe alsacienne.

Et puisque la prochaine journée leur propose un voyage chez la lanterne rouge, Yuriy Petrenko et les siens se sont mis une pression qu’ils auraient pu s’éviter en prenant le dessus sur Aix-en-Provence.

Mais puisque les circonstances en ont voulu autrement, ils devront faire le dos rond, éviter de trop ruminer ce faux pas à domicile qui ne leur ressemble guère et repartir de l’avant. Il leur reste trois échéances avant la trêve hivernale qui marque la fin du cycle aller. Ce premier déplacement dans la banlieue parisienne, samedi prochain, avant deux matches à négocier en quatre jours, juste avant les fêtes : la réception de Chambéry au Rhenus, le dimanche 15 décembre, et un dernier voyage en terre hostile à Cesson, le mercredi 18.

L’épreuve de vérité à Ivry

Pour éviter de ruminer pendant les sept semaines de trêve et la terrible reprise en février qui leur offrira un programme européen avec, tour à tour, les deux équipes françaises de la Ligue des Champions (à Dunkerque et contre Paris), il faudra absolument rebondir le plus rapidement possible. Sans quoi, la suite serait des plus compliquées.

Si le SAHB a perdu samedi une bonne occasion de se replacer dans des eaux plus calmes, il n’a pas perdu la possibilité de virer à mi-saison dans les mêmes temps que lors des deux dernières saisons. Un sans-faute avant la trêve leur permettrait de compter 12 points. Autant qu’en 2011 et un de moins que l’an dernier.

L’épreuve de vérité aura lieu la semaine prochaine à Ivry. Il faudra se rendre sur les bords de la Seine avec un moral de guerrier à l’image de leur adversaire de samedi. L’an dernier, les Sélestadiens s’y étaient inclinés d’un but alors que deux ans plus tôt, ils y avaient mathématiquement assuré leur maintien en obtenant le nul dans le petit gymnase Auguste Delaune.

Ils devront surtout être plus agressifs ou attentifs en défense puisque c’est dans ce domaine qu’ils ont le plus péché samedi face à Aix. Car cette défaite, aussi rageante qu’elle puisse être, n’est pas le fruit d’un match raté ou d’une mauvaise sortie. Non, les Sélestadiens sont tombés sur plus coriaces qu’eux. Autant les Dijonnais et les Nîmois ont été des proies faciles, autant les Aixois ont joué les durs à cuire.

Des détails à corriger

Les Violets ont simplement payé cher leur incapacité à stopper ce diable de Vasilakis qui a réussi ses meilleurs scores de l’année au CSI. Le gaucher grec qui avait déjà marqué 11 buts en avril dernier avec Toulouse, a récidivé ce week-end sous le maillot d’Aix ! Ils ont aussi été trop souvent surpris par le jeu rapide de leur adversaire qui a inscrit une quantité de buts quelques secondes à peine après en avoir encaissé un.

En corrigeant ces détails, le SAHB peut croire en son étoile. Les mines dépitées des joueurs au coup de gong ont montré qu’ils avaient pris un coup sur la tête. À eux de faire en sorte qu’il les rende encore plus forts la semaine prochaine. Le défi est dans leurs cordes. Jusqu’à présent, les Sélestadiens ont toujours su répondre lorsqu’ils étaient au pied du mur.

Source journal L'Alsace

Posté par fredgo à 12:27 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 novembre 2013

Résultat 10ème journée: Sélestat 30-31 Aix; le faux pas de Sélestat

les-sept-buts-de-pawel-podsiadlo-n-ont-pas-suffi-hier-soir-a-selestat-pour-battre-une-efficace-equipe-provencale-photo-denis-werwer

Pour sa dernière sortie de l’année au CSI, le Sélestat AHB a commis un faux pas en concédant une défaite malvenue face à Aix qui a su saisir sa chance au terme d’un rude combat (30-31).

Dans le tableau de marche idéal, la réception d’Aix-en-Provence devait être synonyme de victoire pour Sélestat. Surtout à l’occasion de sa dernière sortie chez lui au CSI, les prochaines réceptions étant prévues au Rhenus. Mais les choses ont tourné différemment, hier, puisque les Provençaux ont finalement tiré les marrons du feu en l’emportant d’une courte tête (30-31).

Dans cette soirée particulièrement animée et au terme d’une grosse débauche d’énergie de la part des deux équipes, Sélestat s’est donc retrouvé le bec dans l’eau.

La faute à pas grand-chose. Comme c’est toujours le cas quand le score est aussi serré. Quelques détails. Un tir qui manque sa cible d’un poil, un poteau qui repousse un but qu’on croyait tout cuit, une parade du gardien sur une contre-attaque ou sur une occasion aux six mètres.

Car dans le jeu, Sélestat a été plutôt propre, hier soir, ne gâchant en fin de compte que très peu de ballons (quatre en première période, un de plus en deuxième). Ses gardiens ont fait le job puisque Fulop termine à 17 arrêts en 55 minutes alors qu’Ivezic a bloqué les deux premiers penaltys sur les quatre où il officiait. Ses arrières ont été plutôt efficaces avec 9 réalisations pour un percutant François-Marie et 7 du côté gauche pour son compère Podsiadlo.

C’est d’ailleurs grâce au travail de sape de son gaucher, Jordan François-Marie, que le SAHB est rentré aux vestiaires avec un avantage de deux buts (18-16). Auteur de 7 buts au cours des 30 premières minutes, il a donné le change à son homologue d’en face, Alexandros Vasilakis. L’attaquant grec, qui avait déjà fait tant de mal à Sélestat l’an dernier lorsqu’il portait les couleurs de Toulouse, a fini la soirée avec exactement les mêmes statistiques qu’en avril dernier quand il avait jeté un froid dans la salle bas-rhinoise.

Aix au finish

Les défenseurs étaient donc prévenus, mais ils n’ont rien pu faire pour stopper ce diable de buteur qui « allume » à qui mieux. Ses 11 buts en 19 tentatives ont joué un grand rôle dans le succès du Pays d’Aix.

Tout comme la qualité de la défense des Provençaux qui a magnifiquement manœuvré durant toute la rencontre. La muraille aixoise avait pourtant donné des signes de fatigue dans les dernières minutes du premier acte, alors que le PAUC avait pris trois longueurs d’avance (10-13, 21e ). Lorsque le SAHB a appuyé sur l’accélérateur, les neuf dernières minutes de la première minute ont tourné à l’avalanche pour Sélestat crédité de 8 buts contre seulement trois pour son adversaire (18-16).

Mais le match s’est à nouveau équilibré pour rendre sa deuxième partie pratiquement irrespirable. On notera neuf égalités au cours des trente dernières minutes. Un chassé-croisé qui aurait pu se terminer en faveur de Sélestat qui menait 24-22 dans le dernier quart d’heure. Mais les Aixois étaient venus pour faire un coup et ne s’en sont pas privés. Ploquin, solide dans sa cage, lançait de rapides montées de balle qui surprenaient la défense alsacienne (25-26, 52e ). Aix avait chaque fois un coup d’avance dans les dernières minutes. Sélestat a même eu la balle du nul en main à deux occasions, mais n’a pas pu sauver les meubles en s’emmêlant les pinceaux.

Source journal L'Alsace

Posté par fredgo à 12:35 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 novembre 2013

Vu du côté d'Aix: Aix veut « Faire une perf à Sélestat » et les enfoncer un peu plus...

   A quelques heures d’affronter Sélestat samedi, Vincent Vially a souligné l’importance de ce déplacement en Alsace face à un concurrent direct au maintien. Pour l’ailier droit du PAUC, l'objectif est clair:  « Faire une perf à Sélestat » et de les enfoncer un peu plus... 

 

Source Pays d'Aix

Posté par fredgo à 18:24 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Avant Sélestat-Aix : Olivier Jung, le plaisir retrouvé

-photographe-aux-dernieres-nouvelles-d-alsace-a-decroche-la-2-e-place-du-dernier-concours-interregional-grand-est-de-l-ujsf-photo-archives-dna-franck-delhomme

Olivier Jung (25 ans) est venu tardivement au handball, simplement « pour s’amuser ». Le pivot sélestadien est aujourd’hui un joueur de D1 et l’un des hommes en forme côté violet.

Olivier Jung s’est souvent laissé guider par le plaisir. Son parcours n’a pas manqué de lui donner raison jusqu’à présent. C’est justement parce qu’il n’en prenait plus au basket, le premier sport qu’il a pratiqué, que l’Alsacien a bifurqué vers le handball, à l’âge de 14 ans.

« Je jouais à Altkirch, explique Olivier Jung. J’avais été sélectionné en équipe d’Alsace. Mais j’en avais un peu marre. » Et c’est pour « s’amuser et suivre (s)es potes » qu’il a choisi une autre balle ronde, plus petite celle-là.

« Je ne captais rien au début ! »

Ensuite, tout est vraiment allé très vite pour lui. Douze mois à peine s’écoulent avant de le voir intégrer l’équipe d’Alsace, puis l’équipe de France et enfin le Pôle Espoirs de Strasbourg où Philippe Schlatter l’installe au poste de pivot.

« Je ne captais rien au début quand on me demandait d’attaquer un intervalle ! », sourit le Sélestadien. Olivier Jung écoute, applique et se révèle, en dépit d’aspirations alors très loin d’être tournées vers le haut niveau.

« Je n’avais pas d’ambition au départ. Je voulais juste m’amuser et j’ai toujours essayé de garder cette philosophie », lance le pivot au gabarit atypique (1,84 m, 91 kg), ce qui ne l’empêche pas de se frotter efficacement à plus costaud. « Je suis venu au handball pour me “bagarrer”. Ce que je préfère, c’est la défense. »

Ses qualités se chargent d’attirer l’attention. En 2004, deux ans seulement après avoir touché son premier ballon de hand, c’est le grand saut. Bruno Boesch, responsable du centre de formation de Sélestat à l’époque, lui fait intégrer la pouponnière violette.

« Je ne savais même pas que Sélestat jouait au plus haut niveau, je n’avais encore jamais vu un match de D1 », avoue Olivier Jung, le sourire éternellement accroché aux lèvres.

Son insouciance le mènera jusqu’en D1, découverte lors de la saison 2007-2008, et à l’équipe de France juniors, aux côtés de William Accambray ou Xavier Barachet.

« Je suis toujours là »

Le plaisir, toujours, s’était fait plus rare ces deux dernières saisons en raison d’un temps de jeu très réduit. « J’étais content grâce aux bons résultats de l’équipe, mais personnellement, c’était frustrant. »

Olivier Jung savoure donc pleinement son début de saison réussi. Jean-Luc Le Gall, l’entraîneur, lui fait confiance et son joueur la lui rend bien (25 sur 34 au tir, 4e joueur le plus adroit de LNH derrière Gajic, Honrubia et Tej). « Je fais le “taf”, évoque-t-il humblement. Je n’ai rien lâché et je suis content de voir que ça paie. Je suis aussi en fin de contrat et c’est bien de pouvoir prouver que je suis toujours là. »

Le Sélestadien savoure, mais sans excès, sa bonne passe actuelle. « Je profite et je ne me pose pas trop de questions, car je sais que tout peut changer du jour au lendemain. Ce n’est pas fini. Je ne peux pas me reposer sur ce que j’ai fait. »

Aujourd’hui, le handball est devenu un peu plus qu’un amusement pour Olivier Jung. S’il n’a jamais abandonné son leitmotiv, le Sélestadien sait aussi se montrer « sérieux », surtout à l’approche de cette 10e journée face à Aix-en-Provence. « C’est un match important. »

Comme toujours, Olivier Jung donnera tout, sans calculer, pour « faire gagner l’équipe ».

Source Dna

Posté par fredgo à 12:44 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 novembre 2013

Résumé de la 9ème journée: Paris a eu chaud...

 

csaszar_dely

Le PSG accentue son avance en tête de la D1 masculine. Les Parisiens qui ont difficilement battu Sélestat profitent du match nul entre Dunkerque et Montpellier. En queue de classement, Dijon grâce notamment à Pierrick Naudin, s’offre une bouffée d’oxygène en s’imposant face à Cesson. Malgré leur succès face à Nîmes et à Chambéry, Ivry et Tremblay restent en position de relégables. 

PSG 37-34 Sélestat

     Le partage des points entre Dunkerque et Montpellier est profitable au PSG. Les Parisiens qui pensaient que battre Sélestat ne serait qu'une simple formalité, sont tombés sur une équipe alsacienne revancharde après la gifle et les douze buts d'écart en coupe de la Ligue. Excepté dans les cinq dernières minutes, Gabor Csaszar (notre photo) et ses partenaires n'ont mis aucun rythme sur cette rencontre, peu aidés il est vrai par la totale déroute de J.M Sierra dans ses cages (0/10). 

Tous les matchs de la 7ème journée:

Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score  
Dunkerque Montpellier 25 25  
Aix en Provence Toulouse 25 22  
Dijon Cesson 27 26  
Chambéry Tremblay 26 29  
Ivry Nîmes 29 23  
Nantes St Raphael 31 27  
Paris Sélestat 37 34    

Le classement après 9 journées:

Pl Equipe Pts MJ Vic Def Nul But + But - Sér GAP
1 Paris 17 9 8 0 1 298 261 8  (-)
2 Dunkerque 15 9 7 1 1 235 213 0  (-)
3 Montpellier 13 9 6 2 1 299 250 0  (-)
4 Toulouse 11 9 5 3 1 249 237 -1  (-)
5 Nantes 10 9 5 4 0 251 235 1 (+1)
6 Chambéry 9 9 4 4 1 275 269 -1 (-1)
7 Cesson 8 9 3 4 2 245 258 -2 (-)
8 St Raphael 8 9 4 5 0 257 270 -4 (-)
9 Nîmes 7 9 3 5 1 237 248 -3 (-) 
- Aix en Provence 7 9 3 5 1 224 247 1  (+1)
11 Sélestat 6 9 3 6 0 247 273 -1 (-1)
12 Dijon 6 9 3 6 0 221 233 1 (-)
13 Tremblay 5 9 2 6 1 230 256 2  (-)
14 Ivry 4 9 2 7 0 222 240 1  (-)

Source Handzone

Posté par fredgo à 12:44 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 novembre 2013

Après Paris-Sélestat: Le crime de lèse-majesté était presque parfait

jordan-francois-marie-(a-droite)-et-le-sahb-ont-longtemps-fait-douter-les-parisiens-mercredi-photo-denis-werwer

Paris a rarement été si près de tomber de son trône à domicile face à l’un des plus petits du championnat. Mais l’héroïsme sélestadien n’a pas été récompensé mercredi.

C’est donc l’improbable Jeffrey M’Tima qui a, pratiquement à lui seul, sorti une belle épine du pied aux stars parisiennes en inscrivant 5 des 10 derniers buts du PSG mercredi contre Sélestat (37-34). Bien mal embarqués, puisqu’incapables de se défaire d’une équipe qu’ils laissent d’habitude entre 12 et 16 buts derrière eux, les Parisiens ont dû attendre les deux dernières minutes du match pour assurer leur huitième victoire d’affilée pour l’ouverture de la 9e journée de championnat. « Samuel Honrubia m’a confié après le match que lui et ses coéquipiers avaient eu peur de perdre ce match , témoigne Jordan François-Marie. Sur le terrain, j’ai aussi entendu Philippe Gardent, leur entraîneur, s’en prendre à quelques-uns de ses joueurs. C’est sûr, on les a fait douter. Mais à l’arrivée, ce sont quand même eux qui prennent les deux points. Le seul moment où on se retrouve trois buts derrière le PSG, c’est au décompte final. »

Dans le fameux « money-time », une expression qui n’a jamais aussi bien porté son nom que dans l’antre de ce club aux ressources quasi inépuisables, les Parisiens ont donc évité l’affront suprême de se faire surprendre par l’un des plus petits des petits du championnat de France. Des Violets en bleus de chauffe dans la capitale et qui n’avaient rien à voir avec l’équipe qui s’était inclinée quatre jours tôt chez elle en Coupe de la Ligue. Si la défense du SAHB a encaissé le même nombre de buts que dimanche dernier, l’efficacité de son attaque a permis aux Sélestadiens d’être encore au même niveau que son adversaire à moins de cinq minutes du coup de sifflet final (32-32).

Il faudra recommencer

Avec deux funambules en verve, Pawel Podsiadlo (11 buts) et Jordan François-Marie (9), la ligne arrière a sérieusement fait trembler le champion de France sur ses fondations. « On prend encore beaucoup de buts mais le PSG a trop de talents pour qu’on puisse le limiter dans ce domaine, estime le gaucher de l’attaque alsacienne. Si notre réussite, à Olo (Podsiadlo) et à moi, a permis d’être quasiment dans le coup jusqu’à la fin, c’est toute l’équipe qui a sorti un gros match. Olivier (Jung) a provoqué une quantité de penaltys, Kevin (Beretta) a aussi été très utile et le bref passage d’Obrad (Ivezic) nous relance avec l’arrêt d’un penalty. »

En inscrivant 20 buts sur 26 tirs, le duo d’arrières du SAHB signe une performance proprement exceptionnelle à 77 % de réussite. Qui a longtemps permis d’entretenir cet espoir, encore irréel avant le match, de réussir un crime de lèse-majesté. « Au lieu d’être à égalité, on aurait pu être à +4 ou +5 à la mi-temps , regrette Jojo. Mais la rentrée d’Annonay a fait du bien aux Parisiens alors qu’Abalo a marqué quelques buts venus de nulle part. Paris est revenu dans le coup sur des exploits individuels. »

Se reposant sur leur collectif, les Sélestadiens sont venus mourir à quelques encablures d’un retentissant exploit. Comme ces échappés du Tour de France rattrapés par un peloton calculateur dans les derniers hectomètres, ils ont promis de retenter leur chance lors des prochaines étapes. À commencer par le match contre Aix, le 23 novembre à domicile.

Source L'Alsace

Posté par fredgo à 12:31 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Paris 37-34 Sélestat: Les réactions...

 

Source PSG Hb

Posté par fredgo à 12:10 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 novembre 2013

9ème journée : Paris - Sélestat; là-bas, c'est Paris ...

kevin-beretta-et-selestat-veulent-avant-tout-eviter-de-boire-le-bouillon-dans-la-capitale-photo-archives-dna-franck-delhomme

Trois jours après son élimination en Coupe de la Ligue (25-37), Sélestat retrouve le PSG, en championnat et dans la capitale cette fois. Avec des illusions aussi limitées que la première fois.

Que dire qui n’ait pas encore déjà été dit sur Paris ? Son budget pharaonique (13,5 millions d’euros) ? Son incroyable effectif ? Son ambition dévorante ? Tout cela est désormais parfaitement connu de la planète handball.

La domination du club parisien sur la scène hexagonale est tout aussi bien intégrée par la concurrence. « On sait à quoi s’attendre », souffle Kevin Beretta. L’ailier gauche violet n’ignore pas que le PSG n’a jamais perdu à domicile en championnat depuis septembre 2012 et l’entrée du club dans l’ère qatarie.

« Les Parisiens n’ont pas vraiment de limites »

Que peut donc espérer Sélestat, là où Montpellier, Dunkerque ou Chambéry n’ont jamais réussi ? Réaliser un exploit improbable reste forcément dans les têtes alsaciennes. Même si avec le PSG, il y a toujours un “mais”.

« On ne vient pas faire de la figuration, avance Kevin Beretta. Mais il faudrait que les Parisiens soient tous dans un jour sans et nous exceptionnels pour avoir la possibilité de faire un résultat. » Le discours n’est pas du tout défaitiste, simplement empreint de réalisme.

L’ailier gauche a une nouvelle fois pu constater, dimanche en Coupe de la Ligue, que Luc Abalo et ses coéquipiers évoluent dans un autre monde. « On a été combatifs, on n’a jamais lâché. Mais on perd de douze buts, en toute logique. C’est le tarif. » À plus forte raison contre un PSG décidé à ne pas laisser échapper un titre qui lui manque. « Ce trophée doit leur revenir. Ils le veulent absolument. »

Le championnat, aussi, est promis à Paris. Et si les joueurs de Philippe Gardent lâchent parfois du lest, comme à Dijon lors de la dernière journée (28-30), ils ne perdent jamais.

« Tous évoluent au plus haut niveau depuis de très nombreuses années. Nous sommes capables de très belles séquences sur de courtes périodes. Eux en sont capables pendant pratiquement soixante minutes. » Au final, le PSG n’est pas loin d’être intouchable pour ses rivaux de LNH. « Ils n’ont pas vraiment de limites. On a l’impression que tout est simple pour eux. »

Sans Hansen et Honrubia

Dans ce match sans véritable enjeu (ce n’est pas contre Paris, même sans Hansen et Honrubia, laissés au repos, que les Violets doivent prendre des points), Sélestat devra s’appuyer sur ses vingt-cinq bonnes minutes de la première période en Coupe de la Ligue, celles où il avait rivalisé avec les stars de la capitale.

« On doit essayer d’être encore plus rigoureux, plus attentifs, plus concentrés. Le danger peut venir de partout, à la moindre petite erreur de notre part », explique Kevin Beretta.

Une obligation pour ne pas revenir les valises trop chargées, comme la saison dernière (42-27). « On veut faire bonne figure, jouer notre va-tout, faire honneur au maillot. » Une obligation également pour éviter de gamberger avant la prochaine échéance, Aix-en-Provence, le 23 novembre au CSI, un rendez-vous abordable et décisif.

« C’est important pour notre confiance, pour ne pas laisser le doute s’installer. C’est toujours mieux de sortir d’un match avec l’impression d’avoir fait du bon boulot et de ne pas avoir baissé les bras. »

Là-bas, c’est Paris, mais Sélestat ne se laisse pas tourner la tête par les lumières de la capitale.

Paris- Sélestat: ce soir 20h

Source Dna

Posté par fredgo à 11:55 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,