Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

31 mars 2014

Après Sélestat 27-28 Toulouse: Garder cet état d’esprit ..

arnaud-freppel-est-pris-a-la-gorge-par-les-toulousains-selestat-a-vecu-une-soiree-douloureuse-photo-dna-franck-delhomme

Ils ne méritaient pas de perdre ce match, et encore moins dans ces conditions. Les Sélestadiens ont fait jeu égal avec Toulouse avant de subir une terrible désillusion. Sur une faute technique d’arbitrage ?

Les images, provoquant frustration et incompréhension, se bousculent dans la tête de Djordje Pesic, le pivot devenu gardien de fortune sur l’ultime penalty toulousain, celui de la défaite pour Sélestat. « Je pense qu’il n’y avait même pas penalty, il (Beauregard) était en dehors des 6 m. L’arbitre me dit : “Pesic tu vas au but”, alors que moi, je voulais sortir pour laisser la place à Obrad ! »

Obrad Ivezic, donc, ne sera pas autorisé à rentrer. Et le pivot, envoyé au casse-pipe alors que Sélestat jouait le tout pour le tout, ne peut rien sur le tir de Jérôme Fernandez… Les arbitres, MM. Denis et Bourgeois, dont quelques décisions étaient déjà défavorables les 59 minutes précédentes, ont-ils été dépassés par l’enchaînement des événements ?

« Sur un jet franc, on ne peut pas changer de défenseur mais, sur un penalty, un gardien si », précise Jean-Luc Le Gall. Le coach violet doute cependant que la réserve inscrite sur la feuille de match soit analysée d’une manière bienveillante à la fédération. « La logique voudrait que le match soit à rejouer, mais chaque cas est différent et je ne m’attache pas à cette réclamation. »

Du rare à l’improbable

« On fait un grand match, dans la lignée de celui livré face à Tremblay, face au 4e du championnat, qui dispose d’un Fernandez extraordinaire et dont tous les buts sont importants. Vu le nombre de blessés, et avec un seul gardien, on a pourtant su s’adapter à lui, ainsi qu’à Porte, et bien tenu le choc. Il reste six matches et d’autres tomberont, la roue tourne toujours. »

Sélestat reste 11e à l’issue de cette 20e journée, et se console en constatant que les deux derniers, Dijon et Ivry, ont fait match nul. « Nous sommes bien obligés de regarder derrière nous, mais mes pensées ne vont pas vers là. Dans ce cycle retour, nous n’avons raté qu’une seule mi-temps, contre Ivry. Une nouvelle fois, l’équipe n’est pas récompensée. Et il y a du lourd derrière, mais on peut faire un exploit à Nîmes et prendre des points à Saint-Raphaël. »

Louant l’état d’esprit, la qualité de jeu et le collectif, le Breton a pleine confiance sur les capacités et la volonté de son groupe. « Reproduisons ce que nous avons été capables de faire ! » Et cela en l’absence de cadres blessés ou en attente de punition. Une sanction plane sur Pesic, qui passera en commission de discipline le 24 avril pour le carton rouge d’Aix (et il en a aussi pris un à Tremblay). Une autre sur Beauregard pour son geste désespéré de samedi soir, où il a été excellent avec ses 10 buts.

« Il aurait été logique qu’on finisse devant, estime l’arrière gauche qui a marqué dans presque toutes les positions. Malgré les blessés, on affiche une belle mentalité en ne lâchant rien. »

Pawel Podsiadlo, lui, rongeait ses béquilles dans les tribunes : « Je vais être opéré du ménisque à Strasbourg mercredi, pour une absence de six ou sept semaines. C’est dommage pour nous, on aurait dû gagner. » Rien n’est perdu, mais sur le plan comptable, tout reste à faire pour rendre un bilan satisfaisant.

Source Journal Dna par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 12:59 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 mars 2014

Sélestat 27-28 Toulouse: Trop cruelle, cette fin !

frederic-beauregard-(au-centre)-a-vecu-une-soiree-mouvementee-photo-dna-franck-delhomme

Le SAHB ne s’est pas laissé impressionner par Toulouse. En menant pendant la grande partie du match, la victoire lui tendait les bras, mais quelques imperfections et une dernière ligne droite aussi animée que malheureuse le laisse à un but.

Une tuile ne tombe jamais seule : à la liste des blessés du SAHB avant ce match contre Toulouse s’est ajouté Obrad Ivezic. L’entorse au poignet n’a cependant pas empêché le gardien de tenir sa place au but, mais sans doute avec l’appréhension de prendre une mauvaise balle.

Au bout du compte, il sera l’un des meilleurs joueurs de la soirée. Après l’ouverture du score par Jung en pivot, c’est du pied qu’Ivezic stoppe la première tentative de Fernandez, l’ennemi numéro 1. Rien de mieux pour la confiance.

Les éléments sont contraires aux intérêts du SAHB à la reprise

Lorsque l’international marque après un échec initial, c’est sur penalty, la balle touchant cependant le bras du gardien sélestadien. Les deux équipes se tiendront tout au long de cette première mi-temps.

La défense agressive de Sélestat fait de son mieux pour contenir les assauts toulousains (3-4), avec le risque de concéder des jets à 7 m.

Devant, Sélestat éprouve les pires difficultés à passer au centre de la défense, où Zvijev et Osmajic forment un mur très haut. Perez de Vargas Moreno n’effectue son premier arrêt qu’à la 12e ’. Grâce aux décalages, et à trois buts consécutifs de Beauregard, le score bascule à nouveau en faveur des Violets.

François-Marie est aussi efficace deux fois (7-6), mais ses trois tirs à la hanche suivants échoueront ensuite sur le gardien.

Sélestat avait aussi raté deux occasions, en contre, de prendre deux buts d’avance. Et le cadre était aussi frappé trois ou quatre fois.

Le compteur de Toulouse augmente grâce à la vitesse des remontées de balle et aux penalties de Fernandez (4 réussites sur ses 7 buts en 30 minutes). À 9-9, Ivezic empêche Ilic de donner un but d’avance aux visiteurs.

Beauregard est chaud et Vujovic, qui a remplacé Petrenko au poste de demi-centre, accroît la marge (11-9).

Si Fernandez égalise à 12 partout, c’est cependant François-Marie qui marque le dernier but, en perçant aux 6 m pour tirer entre les jambes de Pardin qui avait pris place dans la cage quatre minutes avant.

Les éléments sont contraires aux intérêts du SAHB à la reprise (14-15) mais Salami, sur deux penalties et un tir de l’aile, et Ivezic, qui fait douter les tireurs toulousains, le remettent dans le bon sens de la marche (17-15).

La tension monte d’un cran lorsque Freppel, qui vient de lui marquer un but, et Pardin s’accrochent : leurs coéquipiers auront beaucoup de mal à les calmer, avant qu’ils ne se fassent exclure tous les deux.

Fernandez grignote (19-18), mais Beauregard lui répond, et Sélestat garde deux buts de mieux.

Ce sera encore le cas cinq minutes plus tard (22-20, 48e ’), mais Toulouse reste toujours au contact avant d’égaliser à 23 partout par Ilic. François-Marie et Vujovic échouent successivement sur Perez, et Andjelkovic plonge le SAHB dans le doute (23-24).

Pas pour longtemps, même si Salami expédie un penalty sur la barre. Les événements se précipitent alors : 26-25 – et une standing ovation méritée pour la prestation d’Ivezic – à 1’45 de la fin, Fernandez qui égalise puis Andjelkovic qui donne l’avantage (26-27), deux temps morts dans les trente dernières secondes, Sélestat qui choisit de sortir son gardien pour jouer en surnombre dans le champ.

Réserve pour une faute technique d’arbitrage

Tactique au demeurant gagnante avec un but de François-Marie à 9 m : 27-27. Malheureusement, le repli est défaillant. Sur le rapide engagement adverse, Beauregard bouscule un peu sèchement Chelle sur l’aile et prend un carton rouge.

Et c’est même une double peine : face au tireur de penalty attitré Fernandez, le “gardien” Pesic n’avait aucune chance…

Le SAHB a cependant déposé une réserve pour une faute technique d’arbitrage dans cette dernière séquence. À suivre…

Source Dna par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 10:17 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 mars 2014

Présentation de la 20ème journée: Une journée décisive à tous les niveaux ?

Tej

Rien ne sera définitivement joué mais le scénario du 20ème épisode de la D1 masculine peut être préjudiciable ou favorable à quelques-uns. C'est le cas pour le trio de tête Dunkerque, Paris, Montpellier, c'est aussi le cas pour Dijon, Ivry et Tremblay toujours enlisés dans la zone des potentiels condamnés.

... Les temps ont changé et cette saison, le PSG malgré son budget hors normes a plus de mal à installer sa suprématie. Rien n’est joué et l’issue de la rencontre de jeudi ne peut sceller définitivement la saison 2013-2014.

Jusqu’au bout, Paris et Dunkerque vont se livrer un duel sans merci,...

Sélestat enchaîne les contreperformances et en championnat, les Alsaciens courent après un succès depuis le 15 décembre. Il y a bien eu ce point pris face à Paris, Aix et Tremblay mais cela n'a pas suffi pour assurer le maintien parmi l'élite. La venue de Toulouse est à double tranchant. Après un léger fléchissement en février, les partenaires de ...

Dijon, Ivry et Tremblay plus que jamais concernés par la descente

Dijon
a bien ciblé ses objectifs. Pour espérer encore s’en sortir et rester parmi l’élite, les Bourguignons n’ont aucun droit à l’erreur. Les trois rencontres qui arrivent avec en moins d’un mois, la réception des deux adversaires directs (ce jeudi face à Ivry et à la mi-avril, face à Tremblay) peuvent entretenir...

Les rencontres de la 20ème journée:

Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date  
Paris (2è, 30pts) Dunkerque (1er,31pts )   Jeudi 27/03  
Dijon (14è, 6pts) Ivry (13è, 8pts)    Jeudi 27/03  
Cesson (6è, 21pts) Nîmes (9è, 15pts)   Vendredi 28/03  
Montpellier (3è, 30pts)* St Raphael (7ème, 20pts) 35 31 Mercredi 26/03  
Nantes (4è, 25pts)* Aix en Provence (10è, 14pts) 26 25 Mercredi 26/03  
Sélestat (11è, 13pts) Toulouse (5è, 25pts)   Samedi 29/03  
Tremblay (12è, 9pts) Chambéry (8è, 19pts)   Jeudi 27/03  

* Ne prend pas en compte le résultat des matchs

Source Handzone

Posté par fredgo à 12:40 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 mars 2014

Obrad Ivezic s'en va mais continue sa carrière en france...

  

obrad-ivezic

   Obrad Ivezic, gardien de but de 32 ans, sera dans les rangs de la JS Cherbourg pour la saison 2014-2015, et cela même si l'équipe ne monte pas en Pro D2.

  2015. L'équipe, qu'elle parvienne à monter en Pro D2 ou non, aura dans ses cages un gardien de LNH, le Serbe Obrad Ivezic.

   Ce joueur de 32 ans est actuellement titulaire à Sélestat, en D1, avec 15 à 20 arrêts par match. "C'est une assurance tout risque pour assurer la stabilité de l'équipe", commente André Baude. "Il est possible que nous ayons une évolution de niveau, il faut s'y préparer. Les meilleures affaires se font au début du marché."

La formation des gardiens

Le président assure pour autant que le club "n'a pas cassé sa tirelire. Certes, il ne va pas jouer au SMIC, mais ce n'est pas un gros salaire. Obrad a accepté de venir car c'est un contrat de 4 ans, avec un cadre de vie et des possibilités de reconversion". Le club s'intéresse aussi à l'expérience du gardien de but pour peaufiner la formation à ce poste dans le Nord-Cotentin.

Quant à l'avenir dans le club des deux gardiens de la JSC, Sébastien Le Goff et Simon Dalmont, rien n'est encore décidé. "J'apprécie qu'ils aient réagi à cette annonce de façon aussi positive, qui s'ajoute aux bons signaux envoyés tant à Nanterre pour Sébastien que contre Gonfreville pour Simon" indique pour le moment le président.

BONUS AUDIO : André Baude nous en dit plus sur le recrutement d'Obrad Izevic

Source Tandence Ouest.

 

Posté par fredgo à 21:34 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Signatures: Gudjonsson, deux ans à Selestat

Gudjonsson

Après Richard Kappelin, Samuel Clémentia, Florent Joli et Igor Vujic, Selestat vient d’annoncer sa cinquième recrue pour la saison prochaine, et non des moindres. Il s’agit du demi-centre international islandais Snorri Gudjonsson, 32 ans.

Passé par Grosswallstadt, Minden, Rhein-Neckar Löwen et Copenhague, Gudjonsson avait été laissé pour compte à la faillite du club danois, et avait choisi de s’engager avec GOG Gudme, à l’époque en D2 danoise, où il avait déjà joué de 2007 à 2009. Après avoir aidé le club à atteindre la 1ère division, et si tout va bien à s’y maintenir, le demi-centre aux plus de 200 sélections en équipe d’Islande a choisi de connaitre un nouveau championnat, la LNH. Il s’est engagé pour les deux prochaines saisons avec Selestat, où il viendra remplacer Yuriy Petrenko, qui n’a pas prolongé son contrat en Alsace.

Gudjonsson, 1m87 pour 87 kilos, possède une très grosse expérience au niveau mondial, avec une médaille d’argent aux JO de Pékin (élu meilleur demi-centre du tournoi) et une médaille de bronze à l’Euro 2010. Au dernier Euro au Danemark, il a inscrit 19 buts en 7 rencontres, obligé de laisser petit à petit la place à Aron Palmarsson (Kiel) et Gunnar Steinn Jonsson (Nantes). En club, il a atteint en 2011 le Final Four de la Ligue des Champions en 2011, et les quarts de finale de la compétition deux saisons auparavant avec Rhein-Neckar Löwen. Cette saison, il a inscrit 66 buts (dont 2 pénaltys) en 25 matchs de championnat danois pour 4.5 passes décisives par match.

Source Handneuws

Lire aussi sur le site du SAHB: Un vice-champion Olympique à Sélestat !!!

Posté par fredgo à 12:49 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 mars 2014

Résultat 19ème journée: Selestat 24-24 Tremblay; Plus fort que le sort...

   Il fallait gagner pour faire un pas de géant vers le maintien en D1. Même amoindri, Sélestat a su au moins ne pas perdre. Le point pris hier contre Tremblay (24-24) sera sans doute précieux.

djordje-pesic-frederic-beauregard-et-guillaume-huck-et-les-selestadiens-se-sont-battus-pour-arracher-un-nul-au-tremblay-de-sebastien-bosquet-p

Il fallait être fort pour ne pas sombrer. Car les vents contraires étaient nombreux hier. Sélestat avait déjà abordé ce match décisif contre Tremblay largement diminué par les absences de Fulop, Beretta, François-Marie et Salami (les deux derniers cités devraient être de retour contre Toulouse le week-end prochain).

Et pour ne rien arranger, Pawel Podsiadlo devait quitter ses coéquipiers dès la 19e (touché au genou, le Polonais va passer une IRM pour connaître la gravité de sa blessure, mais il manquera plusieurs semaines). Comme un symbole, c’est après la sortie de son arrière gauche que Sélestat a commencé à plier.

« On a fait avec les moyens du bord »

Car l’entame de match avait montré toute la détermination alsacienne. Si Sall frappait le premier (0-1, 1re ), Pesic et Podsiadlo replaçaient rapidement Sélestat devant (2-1, 3e ). Et si les Violets trouvaient à trois reprises les montants de Malina, cela ne les empêchait pas de creuser l’écart. Le 3-0 initié par Freppel et conclu par Jung leur donnait de l’air (6-2, 11e ).

Le bateau sélestadien naviguait encore en eaux calmes jusqu’à cette maudite 19e minute, après le 4e but de Podsiadlo (9-6). Sans son atout offensif numéro 1, Sélestat commençait à tanguer. Muets pendant huit minutes, les joueurs de Jean-Luc Le Gall voyaient Tremblay recoller (10-10, 27e ) et même virer en tête à la pause (11-12).

Les affaires alsaciennes ne s’arrangeaient guère en début de seconde période. Bosquet donnait trois longueurs d’avance aux joueurs du 93 (13-16, 37e ), faisant craindre un scénario catastrophe. Drouhin insistait pour Tremblay (15-18, 39e ), Vujovic échouait deux fois sur penalty et Sélestat commençait sérieusement à trembler.

Mais cette équipe-là ne manque pas de cœur. Petrenko égalisait (18-18, 48e ), Freppel redonnait l’avantage (20-19, 51e )… avant un nouveau retournement de situation pour Tremblay (20-21, 54e ).

Pesic voit rouge

L’atmosphère devenait irrespirable. Freppel, sur penalty, trouvait la transversale (20-21, 54e ), mais Ivezic, encore une fois excellent malgré un genou douloureux (16 arrêts), détournait dans la foulée celui tiré par Drouhin. Et c’est Huck qui s’en allait sur son aile gauche égaliser (le premier but en D1 de sa jeune carrière) et faire renaître l’espoir (21-21, 55e ).

Un espoir qui semblait s’éteindre aussitôt quand Pesic voyait rouge à la 56e pour une faute pas vraiment évidente sur Drouhin. Boughanmi convertissait le penalty (21-22), mais Vujovic envoyait deux missiles pour remettre les compteurs à zéro (23-23, 58e ).

Ternel donnait une dernière fois l’avantage à Tremblay (23-24, 59e ), mais Petrenko égalisait encore (24-24, 60e ). Le tir de Bataille, à dix secondes de la fin, échouait sur le poteau d’Ivezic et Sélestat évitait le pire.

« On a fait avec les moyens du bord, souffle Jean-Luc Le Gall, l’entraîneur alsacien. Malgré ce contexte difficile, c’est vraiment positif d’avoir pris un point. Mais il va falloir cravacher lors des sept dernières journées pour décrocher les cinq encore nécessaires pour le maintien. »

Sélestat a prolongé son invincibilité contre Tremblay, qui dure depuis maintenant plus de deux ans.

Les Violets ont conservé quatre points d’avance sur le club francilien (et même cinq en tenant compte du goal-average particulier) et cinq sur Ivry, le premier relégable. Ils devront encore batailler pour conserver leur place en LNH, mais ils ont, et c’est finalement le principal enseignement de la soirée d’hier, évité que le spectre de la D2 ne se fasse trop pressant.

Source Dna par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 08:28 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mars 2014

Matthieu Drouhin: Sélestat, C’est clairement notre bête noire...

Drouhin M

Entre championnat , Coupe de France, Coupe de la Ligue et matches amicaux, cela fait maintenant plus de deux ans et neuf rencontres que Tremblay n’a plus battu Sélestat. Matthieu Drouhin, l’ailier droit tremblaysien depuis six saisons et qui a donc connu toutes ces défaites, évoque ce rendez-vous « plus qu’important » pour l’avenir des deux équipes en D1.

– Comment expliquer cette mauvaise série contre le club alsacien ?

C’est clairement notre bête noire. Le style de jeu de cette équipe ne nous convient pas spécialement. Mais le dernier match en Coupe de France, même si le résultat était décevant (défaite 27-29 aux tirs au but, match nul 25-25 à l’issue du temps réglementaire) , nous a reboostés. On va tout faire pour enfin battre Sélestat.

– Vous n’avez de toute façon pas le choix si vous voulez encore croire au maintien…

– C’est sûr que c’est un match plus qu’important pour nous. Nous avons déjà grillé pas mal de jokers et si nous voulons être maîtres de notre destin, surtout avant d’aller à Ivry et à Dijon, nous devons gagner en Alsace.

– Comment expliquer cet exercice si compliqué ...

– On n’arrive pas vraiment à ...

Source Dna par Simon Giovannini...

Posté par fredgo à 10:30 - 05b) La phrase du jour - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19ème journée: Sélestat - Tremblay; L'heure de vérité

defaite-interdite-pour-frederic-beauregard-et-selestat-photo-archives-dna-franck-delhomme

Une défaite et la peur du vide, un succès et des promesses d’un printemps souriant : l’équation est simple pour Sélestat, ce soir contre Tremblay. Les Violets, même diminués, doivent gagner. Sinon…

« Ce match constitue LE tournant de la saison. » La phrase est de Guillaume Crépain, demi-centre de Tremblay. Mais elle aurait pu tout aussi bien être prononcée par un Sélestadien.

« L’équation est simple : il faut gagner »

Jean-Luc Le Gall, d’ailleurs, ne dit pas mieux : « C’est un vrai tournant ». Un simple coup d’œil sur le classement suffit pour illustrer les propos de l’entraîneur alsacien.

Une victoire donnerait aux Violets six points d’avance sur Tremblay (et même sept en tenant compte du goal-average particulier). S’il restera encore sept journées, Sélestat serait « presque définitivement à l’abri » pour son arrière gauche Frédéric Beauregard. Voilà pour le scénario idéal.

Car une nouvelle défaite à domicile face à un concurrent direct (après celle concédée contre Ivry) rebattrait totalement les cartes pour le maintien et placerait plus que jamais les coéquipiers de Yuriy Petrenko sous la menace du duo francilien Ivry-Tremblay.

« L’équation est simple, souffle “Bobo”. Il faut gagner. Et on va essayer de bien faire. Non, on doit bien faire. » Le bémol, et il n’est pas du tout dénué d’importance, c’est que les Sélestadiens vont devoir bien faire avec moins.

Laszlo Fulop, Kevin Beretta, Michal Salami et Jordan François-Marie ne seront pas là et c’est forcément très embêtant (doux euphémisme…). « On sait que ce sera encore plus difficile que les fois précédentes », lance Frédéric Beauregard.

Ce sera aussi plus dur parce que Tremblay joue sa dernière carte, parce que la dernière confrontation entre les deux équipes, si elle a une nouvelle fois tourné en faveur de Sélestat, s’était soldée par un match nul à l’issue du temps réglementaire, avant que Freppel et consorts ne se qualifient aux tirs au but pour les quarts de finale de la Coupe de France.

Si les coéquipiers de Quentin Eymann n’ont plus perdu face aux Franciliens depuis plus de deux ans, la tendance n’a jamais été aussi près de s’inverser, au regard de la cascade de blessés côté alsacien.

Alors, le public violet devra pousser encore plus fort que d’habitude derrière son équipe et les Sélestadiens devront montrer encore davantage d’engagement et de combativité.

L’avenir, c’est aujourd’hui

« Il faudra se montrer solidaires en défense, prévient Frédéric Beauregard. C’est comme ça que Sélestat peut gagner des matches. Oui, il y a des blessés, mais il va falloir faire sans et montrer que les autres joueurs sont capables de faire de belles choses. »

La marge de manœuvre est réduite, les Sélestadiens sont condamnés à l’excellence, mais ils en sont capables. « Il faudra réaliser un grand match, résume Jean-Luc Le Gall. J’ai confiance en mon équipe. »

Le passé récent incite à l’optimisme. Sélestat s’est parfois raté, mais a le plus souvent assuré dans les matches qu’il ne faut perdre sous aucun prétexte. « Cela ne servirait à rien d’avoir battu Chambéry au Rhenus ou d’avoir arraché le nul contre le Paris Saint-Germain si on n’arrive pas à prendre des points face à nos concurrents directs », souligne, lucide, Frédéric Beauregard.

Le maintien en D1 se joue avant tout lors de ces matches-là. Les Sélestadiens en sont conscients. Ils savent aussi que leur situation, avant le coup d’envoi, est plus enviable que celle de leurs adversaires. « On a toujours notre destin en main. On doit battre Tremblay pour que ce soit encore le cas », avance l’arrière gauche.

Les Violets n’ont toujours pas gagné en championnat depuis le début de la phase retour, mais ce premier succès tant attendu ne serait pas loin d’être celui de la délivrance.

Une victoire contre Tremblay et Sélestat pourra entrevoir un printemps souriant. Une défaite et les Violets plongeraient dans une spirale négative qu’il serait difficile d’enrayer.

L’avenir se joue aujourd’hui.

Source Dna par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 10:12 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 mars 2014

Guillaume Crépain Tremblay: ... Sélestat sera LE match tournant de la saison ...

crepain

     Propos recueillis après la 13ème défaite de Tremblay pour le compte de la 18ème journée.

Guillaume Crépain analysait à chaud la défaite à domicile face à Cesson 24-27. Il en a profité pour se projeter sur la prochaine rencontre face à nos violets:   « On est sorti du match, c’est une défaite de plus. Un début de deuxième encore catastrophique, donc la je dois avouer que « j’ai et nous » avons du mal à trouver les mots. On est un peu abattus, après on ne s’en sortira que par le travail et on le sait. Là on va dire que ça devient extrêmement urgent ; j’ai un peu peur de le dire, mais Sélestat sera LE match tournant de la saison, car après ça sera trop compliqué ; donc nous avons une finale à jouer la semaine prochaine et nous devons nous remobiliser dans nos têtes. »

Source site Tremblay HB

19ème Journée
Samedi 22 mars: 20H00
Sélestat - Tremblay
Je réserve mes places: ici

Posté par fredgo à 12:36 - 05b) La phrase du jour - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 mars 2014

Richard Kappelin: ... signer à Sélestat pourrait être une nouvelle expérience...

 

kappelin_250

Quatrième recrue pour le Sélestat Alsace Handball, le gardien de but suédois Richard Kappelin, 30 ans, découvrira la LNH la saison prochaine. Après avoir connu la Suède, l’Espagne (à Cuenca puis Aragon), le Qatar et le Danemark (à Aalborg cette saison), il posera ses valises en Alsace pour les deux prochaines saisons. Quelques jours après l’annonce officielle de sa signature et à une semaine du huitième de finale de Champions League qui opposera Aalborg à Barcelone, il revient avec nous sur les raisons qui ont motivé son choix.

Richard, vous jouez le weekend prochain contre Barcelone en huitièmes de finale de Champions League. Qu’attendez-vous de cette confrontation?

Nous ne sommes clairement pas les favoris, et nous sommes conscients que nos chances d’atteindre les quarts de finale sont maigres. Mais nous allons jouer le premier match à domicile, et certains de nos joueurs qui ont été absents ces derniers temps vont revenir de blessure. On va essayer que ce soit un vrai combat, en se donnant à fond, sans véritable pression. De plus, la salle dans laquelle nous jouons sera à guichets fermés, je crois que les places sont toutes parties en l’espace de deux heures. Je suis sûr que ce sera une super expérience, et j’espère que sur ce match aller on pourra s’en sortir avec un bon résultat.

Est-ce que vous pensez qu’en atteignant les huitièmes de finale, vous avez déjà atteint l’objectif fixé?

Collectivement, notre objectif était d’atteindre la phase de matchs à élimination directe. Bien sûr, maintenant que nous y sommes arrivés, nous avons envie de gagner encore des matchs. Nous savons que ces confrontations avec Barcelone vont être difficiles mais nous allons en profiter un maximum. J’ai déjà joué contre le Barca quand j’étais en Espagne, et c’était toujours des matchs agréables. Ils ont une équipe fantastique et je suis sûr que nous allons faire bonne figure.

Crédit photo : Jean-Pierre RiboliAlors qu’Aalborg va certainement jouer de nouveau une coupe d’Europe l’an prochain, pourquoi avoir choisi Selestat pour continuer ta carrière?

Avant cette saison, j’ai vécu trois ans à l’étranger en Espagne. Et même si nous avons dû partir en cours de route à cause de problèmes financiers, cela a été une excellente expérience et je voulais vivre de nouveau ce genre de choses. Pour moi même, principalement, pour découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture, une nouvelle langue. Aalborg va également perdre son coach à la fin de la saison (Nicolai Jacobsen s’est engagé avec Rhein-Neckar Löwen pour la saison prochaine, ndlr), ainsi que de nombreux joueurs clés, et il m’a semblé que c’était le bon moment pour partir. A partir de ce moment là, je voulais aller ou en France ou en Allemagne. Sélestat construit une nouvelle équipe l’an prochain, avec quelque chose comme sept nouveaux joueurs, et j’ai tout de suite été intéressé par ce projet, comme ils ont été intéressés par mon profil. Pour moi, c’est apparu comme étant ma meilleure option. J’ai été en contact avec un club allemand, mais j’ai pensé que signer à Sélestat pourrait être une nouvelle expérience, très différente de la Suède, d’où je viens, et du Danemark, qui lui ressemble en beaucoup de points. Et encore une fois, l’équipe va beaucoup changer la saison prochaine et le challenge va être très intéressant.

Crédit photo : Jean-Pierre Riboli

Quels ont été les facteurs décisifs dans ta signature avec Sélestat?

Je voulais faire quelque chose que je n’avais encore jamais fait auparavant. J’ai vu la ville, le match contre Ivry l’autre jour, j’ai visité un petit peu le coin et j’ai été très agréablement surpris par ce que j’ai vu. Pour le match, la salle était remplie même si l’adversaire était un des derniers du championnat, et le club a l’air de provoquer un vrai engouement populaire dans le coin. Cela me rappelle Cuenca, où j’ai évolué, où toute le village était derrière son équipe de hand. Mais je voulais vraiment essayer quelque chose de nouveau, où je pourrais apprendre quelque chose et faire face à un nouveau challenge.

Qu’as-tu pensé du match contre Ivry que tu as vu?

Sélestat a perdu et ce n’était pas leur meilleur match, je pense qu’ils n’ont pas montré tout ce dont ils sont capables. Mais j’ai vu d’autres matchs en vidéo, et je crois que le coach a des bonnes idées. Il me semble calme et réfléchi, de ce que j’ai pu parler avec lui. L’an prochain, il y aura des nouveaux joueurs, peut être des ambitions plus élevées et cela pourrait donner quelque chose d’intéressant.

Quand tu as quitté Aragon, tu as dit que jouer en Bundesliga était ton rêve. Est-ce toujours le cas?

J’ai eu la possibilité de signer en Allemagne, mais j’ai choisi le championnat français. Il grandit d’année en année, avec des bons joueurs qui signent dans tous les clubs, des budgets qui sont presque tous en augmentation, donc la LNH m’a semblé une bonne idée à ce moment de ma carrière. La partie culturelle, si je peux dire, est très importante quand je choisis le club où je vais jouer. J’aimerais avoir la possibilité de parler différentes langues, de connaitre différentes cultures quand j’arrêterai ma carrière de joueur de hand. Je pense que toutes ces expériences feront de moi une personne plus riche dans le futur.

Enfin, as-tu fait une croix sur l’équipe nationale suédoise?

Je ne sais pas…vous savez, en Suède, nous avons une tradition de très bons gardiens de but. Certains d’entre eux jouent dans de très bons clubs, Kiel, Flensburg… Bien sûr, si je suis appelé, je serais heureux d’y aller, mais je pense qu’il va être compliqué pour moi d’avoir ma chance dans le futur proche. On va voir comment la situation évolue, mais ce n’est pas ma préoccupation principale pour le moment.

Source Handnews

Posté par fredgo à 12:48 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,