Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

30 avril 2014

Duško Čelica

Violet pendant 1/4 de saison en 2014

dusko-celica

 

Nationalité:


Bosnie

Né le: 16/08/1986
A: Bosanska Dubica, (You)

Taille: 198 cm
Poids: 100kg (2014)

Poste: Arrière gauche
Numéro: 14

 

Sélections nationale: 35

Palmarès :

 

 

 

 

 

Joue actuellement :Qatar Al Sadd SC (handball)

 

Saison nov 2014 à 2015: Drapeau : Croatie RK Zagreb (D1 )
Saison 2014 à nov2014 : Drapeau : France Cesson (13ème LNH) 

Saison 2014 à nov2014 : Drapeau : France Cesson (13ème LNH)

Saison 2013/2014 :
            d'avril à 06/14: Drapeau : France Sélestat (11ème LNH)
              Sept à 03/14: Drapeau : France Cesson (LNH)
Saison 2012/2013:       Flag of Qatar.svg  Quatar Army (-ème D1 Quatar)
Saison 2011/2012:       United Arab Emirates Al Shabab Al Arabi (-ème D1 Émirats arabes-unis)
Saison 2010/2011:       Bosnia and Herzegovina Bosna Gas Sarajevo (4ème D1 Bosnie)
Saison 2009/2010:      Slovenia Maribor Branik
Saison 2008/2009:      Slovenia Maribor Branik
Saison 2007/2008:      Slovenia Cimos Koper 
Débute à Bosnia and Herzegovina Kozara

Nbre de matchs joué en violet*: 5 matchs
Nbres de buts marqués: 9/21 (42.9%)
Moyennes de buts marqués par matchs: 1.80
* hors matchs coupe de france et de la Ligue
        

Ses saisons en Violet:

Saison 2013/2014 : Sélestat (LNH)
Nombre de rencontres: 5
Buts sur tir: 9/21 (42.9%) 
Buts sur penalty: 0/1
Total buts: 9
2 minutes: 2
Sa saison: Il ne sera resté que le temps d'un prêt après la multitude de blessés. Serieux, il a joué son rôle de joker à 100% et a apporté sa pièrre à l'édifice pour l'opération maintien.

A voir : l'extraordinaire but marqué à 17 mêtre du but avec qui donne la victoire à Zagreb.

Le violet il a fièrement porté, violet il restera !

Merci Dusko

Posté par fredgo à 12:22 - 11b) Nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 avril 2014

Après Sélestat 28-20 Cesson; « Une juste récompense »

les-selestadiens-ont-pu-plus-de-quatre-mois-apres-celebrer-une-victoire-avec-leur-public-photo-dna-franck-delhomme

Le Sélestat Alsace Handball s’est remis en selle contre Cesson, après une longue période de disette sur le plan comptable. À condition bien sûr de rééditer pareille prestation, à Chambéry lors la prochaine journée, contre Nantes et Dijon lors des suivantes, le maintien sera obligatoirement au bout du chemin.

Davantage que du soulagement, Jean-Luc Le Gall évoquait surtout hier, au moment de revenir sur cette victoire tant attendue, « une juste récompense ». Après tant d’efforts mal payés ces dernières semaines, Sélestat est enfin sorti du tunnel, a enfin revu la lumière.

« On a toujours gardé confiance en nous. On n’a pas dévié de notre projet »

Les Violets n’ont jamais déjoué depuis le début de la phase retour (hormis, peut-être, contre Ivry), ils n’ont jamais manqué d’envie (hormis, sans doute, en première période face à Dijon en quart de finale de la Coupe de France).

« On jouait plutôt pas mal », estime ainsi le coach sélestadien. Mais entre les blessures, les coups de sifflet malheureux ou un brin de malchance, « il y avait toujours un petit quelque chose qui n’allait pas ». Et quand le compteur points reste désespérément bloqué, tout cela est finalement terriblement frustrant.

Cette frustration, les coéquipiers d’Olivier Jung l’ont évacuée avec force. En la passant sur des Bretons étouffés par leur envie collective défensivement. « En défense, on a commis quelques erreurs, notamment en première période. Mais dans l’envie, dans l’intensité, on était présent. »

En retrouvant, aussi, de l’efficacité offensivement, en dépit de l’absence du chef d’orchestre Yuriy Petrenko. « Sur le plan tactique, on a été au plus simple », explique l’entraîneur alsacien.

Sélestat n’avait de toute façon pas vraiment le temps suffisant pour envisager une autre option, le trio Beauregard – Vujovic – François-Marie n’ayant pas beaucoup de vécu commun.

Au final, les Violets ont récité une partition avec très peu de fausses notes.

« Stevan (Vujovic) a été très bon », avance ainsi Jean-Luc Le Gall, au sujet de son demi-centre, qui attendait encore un match référence.

Sélestat s’est rassuré, et c’est tant mieux, alors que le championnat est entré dans sa phase la plus décisive.

Certes, l’avance sur Ivry, le premier relégable, est restée la même (quatre points, trois en tenant compte du goal-average particulier défavorable), mais cette victoire n’est pas complètement neutre.

Déjà parce qu’une journée supplémentaire est passée. Ensuite parce que Sélestat, en remontant au 10e rang au classement, a remis d’autres concurrents derrière lui (Aix et Tremblay). Surtout parce que le moral est forcément en hausse.

 « Dans le sport de haut niveau, la confiance est essentielle, rappelle Jean-Luc Le Gall. Ce n’est pas qu’on l’avait perdue… On a toujours gardé confiance en nous. On n’a pas dévié de notre projet. »

Mais quand le projet ne rime plus avec résultats, il est évidemment plus facile de douter. « C’est passé cette fois, apprécie le coach. Et quand on gagne, c’est plus facile de croire en ce qu’on fait. »

Ne compter que sur soi

Cette croyance habitera toujours Frédéric Beauregard et les siens lors de la prochaine journée à Chambéry (le 7 mai). « Je ne vois pas pourquoi on n’irait pas faire un “truc” là-bas », lance le coach sélestadien.

Ce serait encore le meilleur moyen de ne pas dépendre des autres, de ne pas compter sur les résultats de ses rivaux, Ivry en particulier. « On ne s’occupe que de nous. On a envie d’avoir notre destin en main. »

En gagnant contre Cesson, Sélestat s’est offert ce droit-là. Cette victoire, si elle s’est longtemps fait attendre, marquera sans doute un tournant dans la saison violette.

Nul doute qu’il n’oubliera pas de sitôt ce moment. Déjà inscrit sur la feuille de match face à Saint-Raphaël (il n’était pas entré en jeu), William Trindade, le jeune pivot de la réserve sélestadienne (18 ans), a joué les deux dernières minutes contre Cesson, ses toutes premières en D1.

Posté par fredgo à 19:29 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 avril 2014

Sélestat 28-20 Cesson; La voilà enfin !

obrad-ivezic-et-les-violets-peuvent-exulter-ils-decrochent-enfin-une-victoire-photo-dna-franck-delhomme

Plus de quatre mois que les Violets courraient après une victoire en championnat ! Cesson a fait les frais hier de l’envie et de la défense de fer alsacienne (28-20). Et si Ivry, principal concurrent, a lui aussi gagné, Sélestat a enfin mis fin à la spirale négative.

Le public violet a enfin pu hurler de bonheur au coup de sifflet final. Et le vestiaire sélestadien a enfin résonné de cris de joie. Il suffisait d’être juste patient…

« On la cherchait depuis tellement longtemps », soufflait Arnaud Freppel après la rencontre, un large sourire accroché aux lèvres.

« Un véritable soulagement »

Cette victoire contre Cesson, la première des joueurs de Jean-Luc Le Gall en D1 face au club breton, est tout simplement la… première en championnat en 2014.

Depuis le 15 décembre et leur succès au Rhenus contre Chambéry (une première là aussi), ils tournaient désespérément autour de cette libération. « C’est un véritable soulagement », ajoutait ainsi l’ailier droit sélestadien.

L’entame de match allait rapidement rassurer le CSI. Cette fois, contrairement à leurs dernières sorties à domicile contre Dijon et Saint-Raphaël, les Violets ne loupaient pas leur départ.

Car si Genty détournait les deux premiers tirs de Beauregard et Vujovic, Salami avait lui décidé de ne rien rater. Dans son sillage, Sélestat prenait les devants (3-2 à la 8e puis 6-5 à la 15e ).

Le temps mort posé par David Christmann allait enrayer la dynamique alsacienne. Suty et Doré inversaient la tendance au tableau d’affichage (6-7, 17e ). Les Bretons trouvaient des espaces dans la défense violette, aussitôt exploités par les pivots Guillo et Anic (8-10, 21e ).

C’était alors au tour de Jean-Luc Le Gall d’interrompre la rencontre. Même remède, mêmes effets, mais pour Sélestat cette fois. Le 4-0 initié et conclu par Salami laissait Cesson pantois (12-10, 26e ). La défense ne laissait (presque) plus rien passer et Beauregard, en capitaine (exemplaire) d’un soir, donnait trois longueurs d’avance à son équipe à la pause (14-11).

Pourquoi, alors, s’arrêter en si bon chemin ? Jung s’échappait en contre-attaque pour lancer idéalement les siens dans ce deuxième acte (15-11, 31e ). L’arrière-garde sélestadienne se montrait infranchissable, Ivezic se chargeant de rattraper les (rares) erreurs de ses coéquipiers.

Après quatorze minutes en seconde période, Cesson n’avait marqué que trois petits buts, tous par l’intermédiaire de Derbier. Bien trop peu pour résister à l’envolée des coéquipiers de Salami, impérial sur son aile gauche (20-14 à la 44e ).

Cesson, handicapé par les blessures – mais que dire alors de Sélestat ? – ne trouvait plus de solutions, étouffé par l’envie alsacienne. Freppel lobait Genty, Beauregard nettoyait la lucarne bretonne, Sélestat se débarrassait de toutes ses récentes frustrations (23-15 à la 48e puis 25-18 à la 54e ).

Le (timide) rapproché adverse (25-20, 57e ) ne suscitait pas la moindre peur. Ivezic détournait trois tentatives de Le Boulaire en moins de deux minutes, François-Marie, Freppel et Salami parachevaient la renaissance violette (28-20).

« On a réussi à prendre de l’avance et, cette fois, à la conserver, appréciait Arnaud Freppel. Ça fait vraiment plaisir de regagner enfin. On a cassé la mauvaise spirale et on va essayer de surfer sur cette victoire pour bien finir le championnat. »

La soirée d’hier aurait pu être parfaite. Mais Ivry ayant dans le même temps dominé Chambéry (24-22), il faudra encore attendre pour le maintien sélestadien en D1. Mais après avoir attendu ce succès si longtemps, il serait malvenu de bouder son plaisir…

Source Dna par Simon Giovannini.

Posté par fredgo à 19:15 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 avril 2014

Après Sélestat -St Raphael: On va s’en sortir ...

yuriy-petrenko-touche-a-l-epaule-sera-sans-doute-absent-samedi-prochain-contre-cesson-comme-beretta-podsiadlo-pesic-et-vraisemblablement-beaur

Sélestat joue à se faire peur à force d’enchaîner les défaites depuis le début de l’année. Vincent Momper, le président sélestadien, veut croire que son équipe saura surmonter les difficultés actuelles.

Sélestat est-il en crise ? « Non », répond Vincent Momper. Mais en crise de résultats, c’est une évidence. « C’est sûr que l’on traverse un passage noir, un passage très difficile sportivement », ne peut nier le président sélestadien.

« Pas un chat, mais une meute de chats noirs ! »

On se répète, mais les coéquipiers de Frédéric Beauregard n’ont toujours pas gagné en championnat en 2014. Plus inquiétant encore, le jeu alsacien se délite au fur et à mesure des matches. Contre Saint-Raphaël, l’attaque violette a une nouvelle fois peiné à trouver de la fluidité. Et une nouvelle fois, Sélestat a perdu.

Certes, on peut avancer des circonstances atténuantes. Le rendement de n’importe quelle équipe serait affecté par la perte de son atout offensif numéro 1 (en l’occurrence Podsiadlo) et de son maître à jouer (Petrenko, qui a dû “abandonner” ses coéquipiers dès la 5e minute jeudi soir).

« Nous ne sommes vraiment pas épargnés par les blessures, souffle Vincent Momper. Ce n’est pas un chat, mais une meute de chats noirs qui rôde au CSI ! » Seulement voilà, « ça fait partie du sport » et Sélestat va devoir composer avec tous ces coups du sort.

« C’est clair que l’on ne s’attendait pas à vivre un moment aussi difficile, ajoute le président. Avec une équipe au complet, je pense que l’on serait tranquille. » Mais tranquille, justement, le club alsacien ne le sera pas tant qu’il ne regagnera pas.

Jamais les joueurs de Jean-Luc Le Gall n’avaient connu un tel passage à vide depuis leur retour en D1. « Toutes ces défaites marquent forcément le groupe, mais dans les moments difficiles, il faut encore davantage se serrer les coudes pour inverser la tendance. »

Il faut aussi se raccrocher aux branches, et espérer qu’elles ne rompent pas. « La “chance” que l’on a quand même, ce sont les résultats de nos concurrents directs. »

Dijon et Ivry, en effet, ne vont guère mieux et les Violets ont encore « les cartes en main ». C’est une hypothèse tout à fait possible : les coéquipiers d’Olivier Jung pourraient très bien se maintenir sans gagner le moindre match d’ici la fin de la saison.

« C’est toujours embêtant de devoir compter sur les autres, estime Vincent Momper. On veut que notre avenir ne dépende que de nous. » Pour cela, il va falloir (re)gagner, vite.

Le président veut croire que la tempête va bien finir par s’éloigner. « Si en plus on est pessimiste…, sourit-il. Il faut rester optimiste, mais ne pas être d’un optimiste béat. Il faut se dire que l’on a les moyens d’y arriver, même si ce ne sera pas simple. On va s’en sortir. » Puisse-t-il être entendu…

Yérime Sylla, l’ancien entraîneur de Dunkerque, s’est engagé hier ...

Source Dna, par Simon Giovaninni

Posté par fredgo à 07:16 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 avril 2014

Résumé de la 21ème journée: Statu quo en tête, Ivry broie du noir ...

 

guynel-pintor-(a-g)-frederic-beauregard-et-les-selestadiens-ont-tout-donne-pour-contrer-irfan-kovac-et-les-nimois-en-vain-photo-maxppp

Le PSG s'impose face à Nantes, retrouve Montpellier à la 2ème place mais compte toujours trois points de retard sur Dunkerque, le leader. En queue de classement, Tremblay prend de l'oxygène au détriment d'Ivry qui se prépare à une fin de saison très tourmentée.

A Coubertin, l'assistance est de plus en plus clairsemée, l'accueil toujours aussi fade, l'ambiance artificielle mais qu'importe, les tauliers ont gagné. Après sa défaite face à Dunkerque et pour ne pas se laisser distancer encore un peu plus par les Nordistes et par Montpellier, le PSG se devait de réagir. Nantes n'était pourtant pas l'adversaire rêvé, mais les Parisiens y sont parvenus.

Sélestat (11ème) reste aussi sous la menace

     Les Alsaciens n'ont gagné que deux points (2 matches nuls) sur les neuf dernières rencontres de LNH. Ce manque de résultats du en partie aux nombreux blessés (ce mercredi à Nîmes, Fulop, Podsiadlo et Beretta étaient absents) se fait obligatoirement sentir au classement. Du coup, le maintien n'est pas assuré. Les deux prochaines réceptions face à des adversaires qui sont à l'abri de toutes mauvaises surprises (St Raphaël et Cesson) seront capitales.

Même en grappillant un point à Aix (33-33), Dijon reste dépositaire de la lanterne rouge. Les Bourguignons ne sont plus maîtres de leur avenir mais préfèrent y croire tant que mathématiquement, tout est possible. Mais le DBHB part de loin... de très loin.  

Les autres matchs pour le maintien

En queue de peloton, Ivry ne pouvait imaginer pire résultat face à Tremblay qui sort vainqueur de ce duel entre voisins et surtout entre mal classés. Le dénouement survenu dans les cinq dernières secondes avec un dernier tir gagnant lâché par Ibou Sall est certes cruel mais les hommes de Pascal Léandri ne doivent s'en prendre qu'à eux mêmes. Ils ont dominé ...

Même en grappillant un point à Aix (33-33), Dijon reste dépositaire de la lanterne rouge. Les Bourguignons ne sont plus maîtres de leur avenir mais préfèrent y croire tant que mathématiquement, tout est possible. Mais le DBHB part de loin... de très loin.  

A moins que l'extra-sportif ne l'emporte

Le classement est une chose, la réalité économique en est une autre. A la fin de la saison, tous les clubs de D1 et ceux de Pro D2 qui peuvent sportivement y accéder passeront au tamis de la commission de contrôle et de gestion de la LNH. Chacun devra présenter un budget global minimum de 1,6 millions d'euros hors droits télé et marketing. Si Créteil qui vient d'obtenir son billet pour la D1 ne devrait pas être inquiété, il n'en est pas de même pour certains candidats issus de la Pro D2. Dans ces conditions, l'US Ivry dont le budget cette année avoisinnait les 2,8 millions d'euros pourrait être repêché. Si bien entendu les Val-de-Marnais terminent avant-derniers.

Le calendrier des 4 derniers lors des cinq journées de LNH

Sélestat  13pts

Tremblay 13pts

Ivry   9pts

Dijon  8pts

r/ St Raphaël

à Dijon

à Nantes

r/ Tremblay

r/ Cesson

r/ Nantes

r/ Chambéry

à PSG

à Chambéry

à Aix

à Nîmes

r/ St Raphaël

r/ Nantes

r/ PSG

r/ Montpellier

à Cesson

à Dijon

à Dunkerque

à Aix

r/ Sélestat

Le classement après 21 journées

Pl Equipe Pts MJ Vic Def Nul But + But -    
1 Dunkerque 35 21 17 3 1 542 480    
2 Montpellier 32 21 16 3 2 675 568    
- Paris 32 21 15 4 2 649 592    
4 Toulouse 27 21 13 7 1 588 567    
5 Nantes 27 21 13 7 1 589 544    
6 Cesson 23 21 10 8 3 573 575    
7 St Raphael 22 21 11 10 0 598 618    
8 Chambéry 19 21 9 11 1 613 609    
9 Nîmes 17 21 8 12 1 566 575    
10 Aix en Provence 15 21 6 12 3 539 586    
11 Sélestat 13 21 5 13 3 575 628    
12 Tremblay 13 21 5 13 3 537 601    
13 Ivry 9 21 3 15 3 531 567    
14 Dijon 8 21 3 16 2 510 575  

Source Handzone

Posté par fredgo à 12:47 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 avril 2014

Cesson-Rennes lorgne son nouvel entraîneur du côté du Centre Alsace...

      Le président de Cesson-Rennes Stéphane Clémenceau a révélé la succession de David Christmann sur le banc du 6e de D1M serait réglée « sous dix jours ».
 cesson
      Une liste de quatre noms a été évoqué: 

  • François Berthier (Maya), ancien entraîneur de Paris, Saint Cyr, et bien sûr de Sélestat de 2001 à 2008 
  • Yérime Sylla, actuel sélectionneur de la Belgique et ancien entraîneur de Dunkerque.
  • Olivier Mantes, entraineur du club féminin de Saint-Grégoire (N1).
  • Jean-Luc Le Gall, l’actuel technicien de nos violets qui aurait l'occasion de se rapprocher de sa terre natale. A préciser tous de même qu'il est encore sous contrat jusqu'en 2015.

     A noter que Yérime Sylla, très interressé par le projet et François Berthier sont également ciblés par notre voisin de Pro D2, Nancy. 

Verdict prochainement

Posté par fredgo à 13:00 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Nimes 31-30 Sélestat; La roue va tourner...

Comme contre Toulouse, Sélestat aurait mérité de prendre au moins un point. Comme contre Toulouse, les Violets se sont inclinés d’un petit but, hier à Nîmes (31-30). Il va falloir vite regagner pour se sauver.

guynel-pintor-(a-g)-frederic-beauregard-et-les-selestadiens-ont-tout-donne-pour-contrer-irfan-kovac-et-les-nimois-en-vain-photo-maxppp

Il faudra encore attendre pour voir Sélestat s’imposer dans le Gard (le dernier succès violet à Nîmes remonte à… 1996). Et il faudra aussi attendre pour voir Sélestat remporter son premier match en championnat en 2014.

Nîmes n’était pas vraiment plus fort hier. Mais les coéquipiers de Saurina ont peut-être parfois montré plus de détermination. « L’envie affichée par notre adversaire, on ne l’a eue que partiellement », pestait à chaud Frédéric Beauregard, l’arrière gauche alsacien. Sélestat n’était pas inférieur hier, mais il a commis trop d’erreurs, perdu trop de ballons. Et en donnant le bâton, il s’est fait battre.

Tout avait pourtant bien commencé. Tout fonctionnait, ou presque. Ivezic mettait en échec les tireurs gardois, Beauregard et Jung alimentaient la marque avec régularité et Sélestat prenait, logiquement, les devants (3-6, 10e ). Si les Violets manquaient une première occasion de prendre quatre longueurs d’avance, Freppel, en contre-attaque, ne loupait pas la deuxième (6-10, 16e ).

Et puis tout s’est soudainement détraqué. Jusque-là patients et précautionneux en attaque, les joueurs de Jean-Luc Le Gall n’ont subitement plus trouvé de solutions face à une défense gardoise plus concernée.

Et si l’USAM n’était pas géniale, elle grignotait peu à peu son retard. Le duo Mourioux-Haon, en inscrivant les quatre derniers buts de son équipe, lui permettait, in extremis, de virer en tête à la pause (14-13).

Mais Sélestat reprenait le fil de ses idées en début de seconde période. Salami et Jung illustraient le bon passage alsacien, Eymann décochait deux flèches de loin et les Violets reprenaient le contrôle des opérations (14-15 à la 33e puis 17-18 à la 38e ). Chaque équipe répondait à l’autre pendant encore quelques instants (21-21, 43e ).

Et puis la maladresse sélestadienne allait tout compliquer. Les pertes de balle devenaient (beaucoup) trop fréquentes, donnant (beaucoup) trop de munitions à une formation nîmoise vraiment heureuse du cadeau. Quelques contre-attaques plus loin, l’USAM s’était échappée (26-22, 48e ). « On perd trop de balles, mais on doit aussi se battre pour les récupérer », pestait toujours Frédéric Beauregard.

Un compteur vierge de victoire en 2014

Sélestat avait cependant trop besoin de points pour abandonner si tôt. Eymann permettait de recoller rapidement (27-25, 51e ), Salami l’imitait (28-27, 53e), mais les Violets allaient tourner autour de l’égalisation sans jamais l’accrocher. Ivezic entretenait l’espoir en détournant le penalty de Saurina (30-28, 58e ). Vujovic en faisait de même (30-29), mais le but, heureux, de Ferreiro dans la dernière minute douchait les dernières illusions alsaciennes (31-30).

Sélestat ne gagne plus et sa position au classement s’en ressent forcément. Certes, Ivry, le premier relégable, pointe toujours à quatre longueurs. « Mais il nous manque des points », résumait Frédéric Beauregard, forcément un peu « inquiet » par la tournure des événements.

« Il faut garder le mental que l’on affiche depuis plusieurs semaines. La roue va tourner », voulait positiver Jean-Luc Le Gall, malgré la déception. Le plus vite sera le mieux…

Source Dna par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 12:09 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 avril 2014

21ème journée : Passages à niveau, attention danger...

fernan530_melody

Six matches ce mercredi, l’affiche télévisée ce jeudi, la 21ème journée de D1 peut encore réserver son lot de surprises. L’équipe de Dunkerque supportera-t-elle la pression du leader ? Celles de Montpellier et de Paris referont-elles leur retard ? Qui terminera 4ème ? Qui sera condamné en Pro D2 ? Autant de questions qui restent en suspens.

Dunkerque ferait un très beau champion de France ! Certes ! Mais il reste six journées à disputer et malgré les 3 points d’avance....

Nîmes - Sélestat
Pour Nîmes (9è, 15pts) et Sélestat (11è, 13pts), la  question du maintien sera sur toutes les lèvres. Les deux formations aux accents bien différents traînent le même handicap. Leur parcours en LNH est trop irrégulier. Deux victoires à peine lors des dix derniers matches. Les Alsaciens se distinguent en étant toujours qualifiés pour les quarts de finale de la coupe de France. Dimanche, ils accueilleront Dijon. 

Les autres matchs pour le maintien

Aix - Dijon
A Dijon (14è, 7pts), va-t-on enfin se réveiller et profiter du déplacement à Aix en Provence (10è, 14pts) pour renouer avec le succès ? Un mot absent du vocabulaire bourguignon depuis quelques mois, la dernière victoire (en LNH) remontant...

Ivry - Tremblay
A découvrir (ICI) la présentation de Ivry (13è, 9pts) - Tremblay (12è, 11pts) à travers l'interview de Romuald Kollé, la dernière trouvaille des Val-de-Marnais.

Les autres matchs pour le haut de tableau:

St Raphael - Chambery
Entre St Raphaël et Chambéry, il sera inutile de se regarder en chiens de faïence pour s'apercevoir que le retard accumulé en championnat pour...

Montpellier - Toulouse
Montpellier
se déplace à Toulouse et pour la circonstance, Patrice Canayer dispose d'un effectif au complet. L'avantage pour les Héraultais ...

PSG-Nantes
PSG-Nantes
est devenu une sorte d'attraction, le "H" étant l'an passé, la bête noire des futurs champions de France. La série est en cours puisque encore cette saison, à l'aller,...

Le classement avant la 21ème journée:

Pl Equipe Pts MJ Vic Def Nul But + But -    
1 Dunkerque 33 20 16 3 1 516 457    
2 Montpellier 30 20 15 3 2 647 545    
- Paris 30 20 14 4 2 619 564    
4 Toulouse 27 20 13 6 1 565 539    
5 Nantes 27 20 13 6 1 561 514    
6 Cesson 23 20 10 7 3 550 549    
7 St Raphael 20 20 10 10 0 570 591    
8 Chambéry 19 20 9 10 1 586 581    
9 Nîmes 15 20 7 12 1 535 545    
10 Aix en Provence 14 20 6 12 2 506 553    
11 Sélestat 13 20 5 12 3 545 597  
12 Tremblay 11 20 4 13 3 511 576    
13 Ivry 9 20 3 14 3 506 541  
14 Dijon 7 20 3 16 1 477 542  

Source Handzone

Posté par fredgo à 12:37 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 avril 2014

Vu du côté de Nimes: Sélestat, le match à 4 points !

Nimes

Il y a fort à parier que la venue de Sélestat au Parnasse ce mercredi soir à 20 h, va faire des étincelles. Car la Green Team 9e avec 15 points, quasiment sûre de se maintenir si elle remportait cette rencontre, accueille Sélestat 11e avec 13 points, à deux doigts d’obtenir son maintien également !

Voilà donc deux équipes pour qui les 2 points sont ultra importants et qui jouent le même championnat. L’avantage de jouer à domicile est un fait pour les Nîmois, mais il faudra se méfier d’un adversaire qui est l’auteur de plusieurs matchs nuls ces derniers temps dont le plus glorieux contre le PSG ( 32-32) à la maison. Mais il ne faut pas oublier non plus les points acquis contre Aix (28-28) et Tremblay (24-24).

L’USAM se doit néanmoins une revanche puisque Damien Scaccianoce et ses coéquipiers étaient revenus très frustrés de l’Est, avec une défaite 27-30.

Alors, nul doute que devant son public, la Green Team aura à cœur de sonner la révolte dans cette dernière ligne droite...

Source USAM

Nimes - Sélestat
A nîmes à 20H
le 09/05/2014

Posté par fredgo à 12:46 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 avril 2014

Des nouvelles de nos anciens: Victor Boilaud va mieux...

Boillaud

     Victime d’un « burn out »* l’an dernier, et disparu des terrains de handball depuis la mi-novembre, le demi-centre du Mulhouse Handball Sud Alsace Victor Boillaud va beaucoup mieux. Mais peut-être pas au point de reprendre la compétition.

« C’est venu progressivement, les premiers signes sont apparus en juin dernier. » Ces signes, comme les appelle Victor Boillaud, ont été les prémices d’un « burn out », le syndrome d’épuisement professionnel. « J’étais dans un sale état. Mon esprit voulait continuer, mon corps me disait tout simplement stop. »

C’est à la mi-novembre, alors que le MHSA était leader et invaincu (7 victoires et un nul) que le demi-centre mulhousien de 28 ans a décidé de réagir et se prendre en main. Fini le hand, terminé Mulhouse, il fait ses bagages et retourne chez lui, à Dijon. « Aujourd’hui, ça va mieux, je me retape. Le plus dur est passé, mais c’est un processus vraiment très, très lent. Je suis suivi par un bon psy, avec qui j’ai des discussions très intéressantes. Ça m’aide beaucoup. J’ai également acheté un livre sur le ‘’burn out‘’ qui me permet de comprendre pas mal de choses. »

Désormais à Paris, « chez mon oncle pour m’occuper, apprendre un nouveau métier et ne pas ruminer » , Victor Boillaud pense avant tout à se refaire une santé, loin du handball. « Je suis en phase de récupération et j’évite de me prendre la tête. C’est long, mais il faut attendre que le temps passe. Le hand ? Parfois j’ai envie de rejouer, d’autres fois non. Je n’en sais rien en fait. Ce que je sais, c’est que je ne veux plus me remettre dans le même état. »

Mais loin du handball ne veut pas dire loin du MHSA. « Je suis toujours les résultats du club et je suis resté en contact avec les mecs de Mulhouse. J’ai même participé à un entraînement avec eux il y a trois semaines. J’irai peut-être les voir à Massy samedi. Si je me sens bien et si ça ne me perturbe pas trop. »

S’il a évidemment déploré l’absence de son atypique demi-centre, aussi talentueux qu’imprévisible sur un parquet de handball, le MHSA a poursuivi sa route sans lui. Si les mauvais résultats actuels (8 défaites lors des 11 derniers matches) ne peuvent pas uniquement se limiter à l’absence d’un seul joueur, le club mulhousien guette avec impatience le retour de l’un de ses cadres. De son côté, Victor Boillaud remonte la pente, à son rythme, celui que lui impose son corps. La bataille n’est pas encore gagnée, mais elle bien engagée.

*Le burn out, ou syndrome d’épuisement professionnel, résulte d’un stress. Ses symptômes psychologiques et physiques se traduisent par une grande fatigue voire une dépression.

Marc Calogero

www.lalsace.fr

Nous lui souhaitons un bon rétablissement
Le 8ème Rugiss'Hand

Posté par fredgo à 12:23 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,