Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

19 février 2015

Résultat 16ème journée: Sélestat 21-27 Montpellier, des raisons d'esperer...

jordan-francois-marie-et-selestat-n-ont-pas-reussi-a-se-sortir-de-la-nasse-heraultaise-photo-dna-franck-delhomme

Ils ont fini par céder, logiquement, hier contre Montpellier (21-27). Mais même diminués, les Violets ont chahuté le leader du championnat. De quoi se reprendre à espérer, même si les autres résultats n’ont pas été favorables à Sélestat…

Il aurait fallu un miracle. Les Sélestadiens, hier, ont longtemps donné à penser que cela pouvait exister. Parce qu’en dépit d’une cascade de blessés (Vujic, Gudjonsson, Joli, Seri, Huck), ils ont lutté, résisté, jusqu’à l’épuisement, contraignant le leader à s’employer.

« Je reste persuadé que ça va payer au fil du temps »

Que peut-on, objectivement, reprocher à Frédéric Beauregard et ses coéquipiers ? Franchement, pas grand-chose. Peut-être un brin de réussite ou de lucidité supplémentaires. « On a un peu perdu le fil dans les moments cruciaux, c’est dommage », souffle ainsi l’entraîneur alsacien Christian Gaudin.

Ses joueurs, en effet, ont eu les ballons pour réellement instiller le doute dans l’esprit des Montpelliérains. En revenant tout près, à un tout petit but, après un doublé de François-Marie (16-17, 37e ). Mais le leader ne s’est jamais affolé.

Au contraire, c’est à ce moment précis qu’il a resserré les rangs, asphyxiant l’attaque violette (un seul but inscrit entre la 37e et la 56e ), retrouvant de l’efficacité devant grâce au duo Kavticnik-Bonnefond (17-23, 51e ).

Le rêve était passé. Mais il a existé. Et c’est déjà beaucoup, parce que dans cette période où les vents contraires ne manquent pas, il faut s’accrocher à la moindre petite branche d’arbre qui dépasse. « On a eu les ballons, répète Christian Gaudin. Mais c’est la différence entre une équipe en tête du championnat et une autre qui est relégable. »

Le coach sélestadien aura sans doute apprécié l’état d’esprit de ses troupes, le début de match appliqué, pour rester dans la roue de Montpellier (5-6, 10e ). Même quand ils semblaient décrochés, après une nouvelle réalisation de Gajic (5-9, 13e ), les Violets n’ont jamais lâché.

Mieux, ils sont revenus, portés par le triplé de François-Marie (8-10, 16e ), portés aussi par les arrêts de Fulop dans le but. Et si ça ne suffisait pas, temporairement, pour empêcher Montpellier de reprendre ses aises (8-13, 22e ), l’abnégation de Beauregard dans les dernières minutes du premier acte montrait qu’il n’était surtout pas vain de lutter (12-16 à la pause).

La suite, on la connaît. Sélestat a espéré, au moins jusqu’à la 40e (16-18), mais a fini par plier. Plus d’essence dans le moteur. Plus guère d’énergie à déployer pour encore contrecarrer les plans d’un leader à nouveau conquérant.

Le contenu a séduit. Le public du CSI a vu de l’envie. « Les joueurs font tout ce qu’il faut à l’entraînement », indique Christian Gaudin pour confirmer leur détermination.

Mais cela ne rapporte pas encore de points. Certes, le calendrier est tout sauf favorable. Mais Nîmes (à Toulouse) et Créteil (à Saint-Raphaël) ont gagné hier, creusant encore davantage l’écart au classement sur les Alsaciens, désormais repoussés à cinq longueurs de ces deux concurrents.

Christian Gaudin l’assure, personne ne baissera les bras. « J’ai une mission de quatre mois et demi ici. On se bat. Je suis venu pour ça. »

L’ancien coach de Saint-Raphaël (qui croisera son ancien club lors de la prochaine journée) a vu du positif. « On va s’attacher à progresser encore, pour être plus performants lors des matches qui vont compter. Je reste persuadé que ça va payer au fil du temps. »

Il faut maintenant simplement espérer que les Violets en auront assez pour se sauver…

Source Dna par Simon Giovaninni


Commentaires

Poster un commentaire