Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

03 septembre 2015

Présentation de la 1° Journée de Pro D2: Toujours plus forte ?

Quatorze au départ, un seul à l’arrivée, quatre billets pour les play-offs, deux condamnations à l’exil en nationale 1, la donne est claire à l’orée de cette saison 2015-2016.

beauregard_melody

      D’autant plus claire que pour une fois depuis bien longtemps, l’été n’aura pas été meurtrier pour les participants au championnat le plus fou du monde. Pas de relégation administrative, pas d’empêchement de monter, aucune sanction financière, tout juste quelques limites de masse salariale imposées par la CNCG, l’avant saison s’est écoulée sans heurts pour les 14 protagonistes. Quatorze, les dix rescapés de la dernière saison, les deux relégués de LNH et les deux promus de nationale 1. Du beau monde en vérité pour un championnat qui s’annonce passionnant et disputé. Comme d’hab’…

   Et si l’été n’a pas eu à souffrir de tempêtes ou de coups de chaleur, c’est sans doute grâce aux clubs. La D2 est de plus en plus Pro et de structuration en développement, la raison et la rigueur prennent le pas sur l’amateurisme qui prévalait il y a peu. Pour preuve, les transferts. Soixante seize départs, cinquante neuf arrivées, les clubs ont fait dans le dégraissage du mammouth, une masse salariale toujours plus importante dans des budgets qui peinent à se développer. Exit expérience et (quelques) gros salaires, place aux jeunes et aux bonnes affaires. Jeunesse avec une cohorte de « 92 », comme Antoine Gutfreund (23 ans) qui arrive à Dijon avec 67 matches au compteur avec Montpellier, Antoine Conta, de Créteil à Massy, Adrien Ballet, un autre cristolien venant s’aguerrir à Nancy, ou le néo valentinois Alexis Bon, formé à Chambéry puis à Istres ou encore l’istréen Kevin Mesnard (un 93), strasbourgeois issu de la filière montpelliéraine. Côté bonnes affaires, les clubs se sont tournés vers l’étranger. Notamment vers l’inépuisable filon de l’ex-Yougoslavie et de ses voisins des Balkans : Puljic (Croatie) à Angers, Kuduz (Croatie) à Dijon, Markovic (Serbie) à Mulhouse,...

...  tout ça devrait déboucher sur du beau jeu et une compétition encore plus disputée.

    Des favoris ? Forcément.
     La D2 s’est assagi au fil du temps et si sur un malentendu, tout le monde peut encore battre tout le monde, la lutte pour le Top 5 devrait se circonscrire aux poids lourds de la division. A commencer par les deux exclus de LNH, le Sélestat de Christian (et Thomas !) Gaudin et Istres, l’autre club provençal qui a recruté malin pour retrouver la première division aussi sec. Derrière ces deux là, Dijon et sa recrue emblématique du handball tricolore, Jackson Richardson, Mulhouse l’éternel prétendant à la montée, Massy et sa stabilité, l’ambitieux Nancy et… quelques autres ne devraient concourir que pour les play-offs. Côté maintien, la bagarre sera rude elle aussi. Entre manque d’expérience et hausse du niveau de jeu, les promus (Saran et Limoges) font forcément partie des plus exposés. Pontault-Combault, Angers, Besançon, Valence auront à cœur de mieux faire, et ça ne sera pas difficile… Privé de play-offs, Billère a envie de revanche. Quant à Cherbourg, il s’agira de confirmer, ou plutôt de s’affirmer comme un futur grand du handball hexagonal.

En guise d’entrée en matière, dans le vif du sujet, la première journée s’annonce déjà musclée, incertaine et révélatrice des forces en présence et des ambitions de chacun. Et il y en aura pour tous les goûts ! Un duel des extrêmes entre Istres (ex LNH) et Saran (ex nationale 1), un choc de prétendants, un Sélestat-Massy destiné à donner le ton à la saison et le la à son vainqueur, avec Pontault-Nancy, Besançon-Valence et Mulhouse-Angers des derbies estampillés D2, un gros match pour Limoges en déplacement à Dijon et une belle opposition de probables futures meilleures défenses, un Billère-Cherbourg au doux parfum d’une Pro D2 qu’on aime, une D2 aux suaves relents de sueur, aux doux bruits des bourre-pifs que tous se distribuent généreusement et amoureusement, au son de cette petite balle pégueuse qui n’en finit pas de nous rendre fou… Allez, c’est parti !

Les matchs:
ISTRES - SARAN Pronostic : Istres

SELESTAT - MASSY  Pronostic : Sélestat

 PONTAULT COMBAULT - NANCY Pronostic : nul

MULHOUSE  - ANGERS Pronostic : Mulhouse

DIJON  - LIMOGES Pronostic : Dijon

BESANCON  - VALENCE Pronostic : Valence

BILLERE  - CHERBOURG Pronostic : Billère

Source Hadzone © Philippe Dairou

Posté par fredgo à 21:08 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Avant match: Sélest - Massy ; Le chant du retour

gregory-martin-est-de-retour-a-selestat-pour-aider-son-club-formateur-a-retrouver-la-d1-photo-dna-franck-delhommeSix ans après son départ, Grégory Martin est de retour à Sélestat. L’arrière gauche entend ramener son club formateur là où il l’avait quitté : en D1.

Même si beaucoup de choses ont changé depuis son départ – la salle, l’équipe dirigeante, le staff technique –, en 2009, il n’est pas pour autant dépaysé. « J’arrive dans une nouvelle équipe, mais quand même pas dans un nouveau club », sourit Greg Martin, formé et lancé dans le monde pro à Sélestat.

« Je ne reviens pas en terrain conquis »

L’arrière gauche (30 ans) est de retour dans la maison violette. Et cela ressemble à une évidence. L’opportunité de revenir dans son club formateur avait déjà existé par le passé, elle s’est concrétisée cet été.

« J’avais encore une année de contrat avec Mulhouse et au départ, j’étais parti pour l’honorer », précise le Martiniquais. Mais les contacts avec Sélestat et la sensation d’avoir peut-être fait le tour de la question après cinq saisons dans le Haut-Rhin l’ont amené à reconsidérer sa position.

Libéré de sa dernière année de contrat par Mulhouse, Grégory Martin s’est « très rapidement mis d’accord » avec Sélestat, où il s’est engagé deux ans.

Avec le MHSA, Greg Martin a toujours joué les premiers rôles en D2, mais a buté trois fois lors des quatre dernières saisons en finale des play-offs, au pied de la LNH. « C’est sûr que quand on n’y arrive pas, on se pose des questions. Mais ce ne sont pas ces échecs qui ont dicté mon choix de partir. »

Son retour à Sélestat, c’est surtout « le choix du cœur », un choix « familial » également. « Cela me permet de me rapprocher de mon fils, qui habite à Strasbourg. Et aussi de retrouver des amis comme Frédéric (Beauregard) , Yoann (Eudaric) ou Olivier (Jung). »

Et il y a bien sûr l’ambition de retrouver la D1, qu’il a connue de 2003 à 2009 lors de son premier passage à Sélestat. Il n’y est pas parvenu avec Mulhouse, il espère réussir enfin, en Violet cette fois. « Mon premier objectif, c’est de prendre le maximum de plaisir avec mes coéquipiers, de me sentir bien, que l’équipe tourne bien, que l’on forme un vrai groupe, surtout dans les moments difficiles. Mais j’espère qu’ils seront rares (sourire). »

Greg Martin sait pertinemment les attentes autour de Sélestat. Mais il a désormais assez d’expérience pour les gérer, parfois même les tempérer. « L’effectif a été chamboulé. Nous visons d’abord les play-offs. Mais si on peut monter directement en terminant premier, on ne se privera pas. »

Parce que revenir dans un club où l’on a déjà évolué est un pari à double tranchant, le Martiniquais n’a pas forcément choisi la facilité. Mais il aborde ce challenge avec sérénité. « Je suis très heureux d’être là, mais je ne reviens pas en terrain conquis, même si j’ai aujourd’hui un autre statut, celui d’un joueur expérimenté en D2. En tout cas, je suis là pour apporter à l’équipe. »

Une expérience de la D2 précieuse

Christian Gaudin, l’entraîneur, compte sans doute sur lui pour densifier la défense, pour faire parler sa puissance en attaque, mais aussi pour encadrer la jeune troupe sélestadienne.

Car la D2, Greg Martin en connaît tous les pièges. « Ce que je sais, c’est qu’il n’y a pas de favori. J’ai pu en faire l’expérience ! Ce n’est pas le championnat le plus facile… »

Hier, lors de la présentation des nouveaux maillots au public sélestadien (près de 150 supporters étaient là), l’arrière gauche a pu s’apercevoir que l’engouement autour des Violets n’avait pas changé. « Je suis content de retrouver ce côté convivial. À 48 heures du premier match (contre Massy) , ces moments avec les supporters permettent d’apaiser l’excitation. On nous attend et il faudra être performant d’entrée. »

Comme beaucoup, Greg Martin n’imagine pas son retour autrement que victorieux.

Source Dna

Posté par fredgo à 20:32 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,