Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

19 décembre 2015

CdF,16es de finales : Sélestat élimine Ivry (27-26)! Quel Finish !!!!!!

 

On sentait ces Violets capables de réaliser l’exploit. Et ils l’ont fait ! Grâce à un incroyable dernier quart d’heure, Sélestat a éliminé Ivry, club de D1 (27-26), pour s’inviter en 8es de finale de la Coupe de France.

joie-et-allegresse-pour-les-selestadiens-qui-s-offrent-un-beau-cadeau-de-noel-grace-a-un-dernier-quart-d-heure-renversant-photo-dna-franck-delhomme-14504

Jamais un club de D2 n’a gagné la Coupe de France. On n’en demandera pas tant à Sélestat. Mais cela n’empêche pas de saluer la superbe performance réalisée par les Violets hier soir.

On n’avait pas vu les Sélestadiens aussi brillants depuis Voir l'article complet sur le site du journal Dna longtemps au CSI, où Ivry, de retour en D1 cette saison, s’était présenté en favori logique. Oui mais voilà, si les surprises sont plutôt rares en Coupe de France quand il s’agit de handball, elles ne sont pas impossibles pour autant.Mais sincèrement, à l’entame du dernier quart d’heure, quand S. Simonet venait de donner cinq buts d’avance aux Franciliens (19-24, 45e ’), on pensait que l’histoire allait s’arrêter là.

«Ça montre les capacités de cette équipe»

Et puis la magie violette a opéré. Sargenton, entré dans le but alsacien trois minutes plus tôt, a littéralement écœuré B. Bataille et consorts. Dans le sillage de son infranchissable gardien, Sélestat n’a pas encaissé le moindre but pendant treize minutes.

Durant ce laps de temps, Eudaric a sonné la révolte (20-24, 45e ’), Jung, enfin sorti du banc auquel il était cantonné depuis plusieurs matches, a égalisé (24-24, 53e ’). Et puisque Sargenton détournait le penalty de P. Simonet, tous les espoirs étaient permis.

D’autant plus quand Valentin, étincelant hier, plaçait les siens sur le chemin de l’exploit (25-24, 54e ’). Deux buts du capitaine Beauregard et, après un 8-0 (!), la victoire avait choisi son camp (27-24 à la 58e ’, 27-26 au final).

Auparavant, Sélestat avait connu quelques moments de flottement (3-8, 16e ’), mais avait toujours su trouver les ressources pour ne pas sombrer. Un arrêt de Meyer, un penalty de Savic ou une contre-attaque de Lenne permettaient aux joueurs de Christian Gaudin de rester au contact (7-9, 20e ’). Et à la pause, ils étaient là, tout près (14-15).

Ils étaient même devant au score, pour la première fois, après le but de T. Gaudin (18-17, 35e ’). Mais l’accélération ivryenne semblait doucher l’euphorie sélestadienne (19-24, 45e ’). On sait finalement ce qu’il est advenu…

«Il y a forcément une motivation supplémentaire quand tu joues contre une équipe de LNH, souffle Yanis Lenne, l’ailier droit violet. On a montré un bel état d’esprit, on a réalisé un match plutôt complet. On a eu des temps faibles, mais on a su les compenser.» Par une défense toujours aussi solide, par la performance du duo Meyer-Sargenton dans le but.

Le PSG au CSI pour les 8es de finale ?

Face à un pensionnaire de l’élite, Sélestat a su se mettre au niveau. Et même un peu plus. «Ce n’est qu’un match, mais ça montre les capacités de cette équipe», apprécie Yanis Lenne. Et c’est avec un surcroît de confiance que les Alsaciens aborderont l’année 2016.

Sélestat sera donc au rendez-vous des 8es de finale et reprendra donc la compétition plus tôt que prévu, le week-end du 6 février. «Ce serait génial, pour le club et pour le public, d’affronter une grosse équipe de D1 à domicile», sourit Yanis Lenne. Tout le monde pense évidemment au PSG de Thierry Omeyer et Nikola Karabatic.

On saura bientôt si le souhait violet sera exaucé…

Source Dna

Posté par fredgo à 13:42 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,