Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

22 mars 2012

Résultat: St Raphael 35-29 Sélestat

Une mi-temps de promesses

Sélestat a livré une bonne première mi-temps avant de céder progressivement à Saint-Raphaël.  Photo MAXPPP
 
En tête à la pause (17-18), Sélestat a finalement cédé devant Saint-Raphaël après avoir pensé à l’exploit sur le parquet du 3 e de D1 (35-29). Les Violets n’ont toujours pas gagné depuis cinq matches en championnat, mais les promesses affichées hier semblent indiquer que la fin de cette spirale négative est proche.

« On aurait pu faire quelque chose… », souffle Kevin Beretta. En une phrase, l’ailier gauche violet a presque résumé débats entre Saint-Raphaël et Sélestat.

L’exploit, les joueurs de Jean-Luc Le Gall y ont cru, après une première période très aboutie. Le troisième de LNH, certes amoindri par les absences de Ploquin, Abily, Tomas et surtout Juricek, a tangué durant trente minutes, la faute à des Sélestadiens retrouvés.

« On réalise une bonne entame, raconte Kevin Beretta. On avait tous envie d’oublier au plus vite ces défaites qui s’enchaînent. » Dans le sillage de Podsiadlo, auteur de quatre des sept premiers buts violets, le Sélestat Alsace Handball avait vite creusé un premier écart (4-7, 10 e). Et ses coéquipiers, plus que jamais solidaires, ne fléchissaient pas (11-14, 19 e).

« Ce qui nous tue, c’est ce dernier but encaissé avant la mi-temps »

L’arrière gauche polonais, sur penalty, manquait une balle de +3 (14-16, 26 e). Qu’importe, Beretta et ce même Podsiadlo repoussaient les Varois (14-18, 27 e). L’infériorité numérique qui suivait allait saper les efforts alsaciens et Saint-Raphaël en profitait pour recoller juste avant la pause (17-18).

« Ce qui nous tue, c’est ce dernier but encaissé avant la mi-temps », soupire Kevin Beretta. Alors qu’il aurait pu rentrer aux vestiaires avec trois longueurs d’avance, le SAHB devait finalement s’en contenter d’une seule.

Les Azuréens allaient vite montrer qu’ils ne sont pas troisièmes du championnat par hasard. « Ils n’ont pas montré leur vrai visage et sont revenus des vestiaires avec d’autres intentions. Ils défendaient beaucoup plus dur. »

Stehlik égalisait très vite (18-18, 31 e), puis Guillermin plaçait le SRVHB en tête pour la première fois de la rencontre (19-18, 32 e). Stehlik, intenable (8 de ses 12 buts après la pause), allait constituer un casse-tête insoluble pour Sélestat.

L’arrière droit tchèque marquait dans toutes les positions et les Alsaciens, malgré leurs efforts, n’allaient jamais vraiment réussir à recoller (25-20 à la 41 e puis 28-26 à la 49 e).

Les Sélestadiens n’ont pas su mettre fin à leur série négative (cinq défaites consécutives en championnat, sans compter l’élimination en Coupe de France). Mais ils ont assurément retrouvé les vertus qui leur faisaient défaut ces dernières semaines. « C’est vrai que l’on a affiché l’état d’esprit du début de saison », positive Kevin Beretta, sans pouvoir masquer une certaine « déception ».

« Il faut essayer de grapiller des points partout »

Le SAHB pourrait voir son avance sur les deux relégables fondre à deux points, si Paris et Ivry venaient à battre Créteil et Chambéry cette semaine. « Le maintien n’est pas encore assuré, loin de là. C’est pour cela qu’il faut essayer de grappiller des points partout », lance l’ailier gauche violet.

Le prochain match face à Paris (le 31 mars) sera capital. Il faudra alors confirmer les promesses affichées hier en ce premier jour du printemps pour le rendre définitivement souriant.

Source Dna

Posté par fredgo à 12:24 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 mars 2012

Présentation 19ème journée: St Raphael - Sélestat

La fin du tunnel ?

Olivier Jung reste confiant. Photo archives DNA – Franck delhomme
 
Face à une équipe de Saint-Raphaël diminuée et peut-être sonnée par sa large défaite ce week-end en quart de finale de la Coupe EHF, Sélestat espère mettre fin à de longues semaines sans le moindre succès.

Il y a d’abord les chiffres. Si Sélestat occupe toujours la 8 e place, l’écart avec les deux relégables, Ivry et Paris, s’est réduit à quatre points ce week-end. « Ça commence à revenir tout doucement derrière », constate Olivier Jung.

Et il y a aussi la dynamique, pas franchement en faveur des Violets, battus lors de leurs quatre dernières sorties en championnat (sans compter la défaite en 8 es de finale de la Coupe de France). « Ces quelques semaines sans gagner donnent forcément un coup au moral », souligne le capitaine sélestadien, lequel refuse cependant de céder à la panique.

« Saint-Raphaël sera un peu énervé »

« Il ne faut pas s’affoler. On n’a pas peur, même si on doit maintenant prendre des points. Ce n’est pas comme si nous étions à la place de Paris ou d’Ivry. J’ai toujours confiance en nous. Nous avons encore la maîtrise de notre destin. »

Chaque défaite réduit néanmoins un peu plus la marge de manœuvre des joueurs de Jean-Luc Le Gall. Et le déplacement à Saint-Raphaël (3 e) n’est pas forcément le plus idéal pour mettre à fin la période de disette violette.

Les Varois, battus samedi en quart de finale aller de la Coupe EHF par Dunkerque (23-31), seront certes privés de plusieurs joueurs majeurs, mais Olivier Jung redoute surtout une réaction d’orgueil azuréenne.

« Il arrive souvent qu’une équipe arrive à bien jouer, même avec des absents. Cela a été notre cas en début de saison. Et je crois aussi que Saint-Raphaël sera un peu énervé. »

Le capitaine sélestadien n’a pas oublié que Chambéry était venu s’imposer en Alsace après sa déroute contre Dunkerque début février (30-18). Dunkerque, qui vient justement de surclasser Saint-Raphaël. « À chaque fois, c’est pour nous, sourit-il. On va jouer notre chance à fond et on verra bien… »

Olivier Jung sait très bien qu’une victoire dans le Var relèverait de l’exploit, d’autant plus pour une équipe qui n’a encore jamais gagné contre un adversaire mieux classé et qui n’a en outre remporté qu’un seul match à l’extérieur cette saison.

« Faire un bon match pour se rassurer »

« Ce sera très difficile. Notre premier objectif sera de faire un bon match, de manière à nous rassurer sur notre jeu. » En difficulté depuis plusieurs semaines, le collectif sélestadien a quelque peu redressé la tête contre Dunkerque lors de la dernière journée, en dépit de cette quatrième défaite de rang (22-27).

« On a élevé notre niveau de jeu par rapport aux dernières rencontres. On a encore eu du déchet au tir, mais on a aussi perdu moins de ballons. Il faut essayer de rester sur cette dynamique, tout en continuant à gommer les autres erreurs. »

En bon capitaine, Olivier Jung voit déjà plus loin que la Côte d’Azur. Le 31 mars, c’est Paris qui viendra rendre visite aux Alsaciens. Un rendez-vous capital. « On sera dans l’obligation de gagner. Ce match contre Saint-Raphaël doit nous servir pour continuer à faire évoluer notre jeu, de façon à être prêts face aux Parisiens. Après, si on peut faire quelque chose là-bas, on ne se privera pas… »

Les Violets ne pensent qu’à engranger le maximum de points avant un mois de mai déterminant, durant lequel le Sélestat Alsace Handball affrontera trois équipes a priori à sa portée, Cesson, Ivry et Nîmes.

« Je pense qu’il nous manque encore deux victoires (pour assurer le maintien en D1). L’idéal serait de battre Saint-Raphaël et Paris (sourire). » Chiche ?

SAINT-RAPHAËL :
Aux buts 1. Djukanovic et 12. Bonnefoi au but.
Les joueurs : 2. Krantz, 4. Krakowski, 5. A. Claire, 9. Guillermin, 10. Abily (?), 11. Fortuneanu (cap.), 17. Megannem, 18. Moretti, 20. Caucheteux, 22. Garain, 23. Stehlik, 27. Stetsyura.
Entraîneur : Christian Gaudin, assisté de Pascal Bourgeais.

SÉLESTAT :
Aux buts 12. Ivezic et 69. Fulop.
Les joueurs 3. Jung (cap.), 5. Petrenko, 6. Pesic, 7. Beretta, 8. Podsiadlo, 9. Beauregard, 11. Freppel, 13. Aman, 15. Pintor, 19. Eymann, 20. François-Marie, 27. Ostarcevic.
Entraîneur : Jean-Luc Le Gall, assisté de Thierry Demangeon.

Arbitres : MM. C. et J. Rolland.

Source Dna

Posté par fredgo à 12:09 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2012

Vu du côté de St Raphel: L'inquiétude est de mise avant la reception de Sélestat

Megannem_nimes_11-12Très probablement éliminés de la coupe d’Europe après leur sévère revers contre Dunkerque (23-31), les Raphaëlois misent tout désormais sur le championnat. Mais avec quel effectif ?

       ...

Cinq joueurs sur le flanc

     Mais Gaudin a su, intelligemment, ne pas tirer sur ses joueurs au terme de ce match. A l'image du public, d'ailleurs, qui a soutenu son équipe jusqu'au coup de sifflet final. Car cette formation du SRVHB, même si elle est incontestablement passée à côté de son sujet, avait ce week-end bien des circonstances atténuantes.

     Quand un joueur de la classe de David Juricek est sur le flanc, que des hommes clés comme Aurélien Abily ou Yohann Ploquin (dont l'absence contraint quasiment Slavisa Djukanovic à rester dans les cages toute la partie), sont également absents, que Grégoire Sanssouci, lui aussi relevant de blessure ne peut soulager l'aile gauche quand celle-ci est défaillante, il est bien difficile au SRVHB d'offrir un visage homogène. Et pour noircir le tableau, l'entorse de la cheville d'Alexandre Tomas en tout début de rencontre (lire ci-contre) a un peu plus déséquilibré le jeu varois.

Samedi soir, on jouait un quart de finale de coupe d'Europe et pourtant, il fallait se frotter les yeux pour s'en convaincre, notamment en seconde période avec la présence de trois joueurs du centre de formation. Tous talentueux, mais encore tendres à ce niveau de la compétition.

Centre de formation à la rescousse

Face à un adversaire de la trempe de Dunkerque, au jeu bien huilé, à la défense agressive, à l'expérience affirmée, la barre était placée bien trop haut. « Même si on a pris un coup sur la tête, il va falloir très vite faire le vide et se reconcentrer sur le championnat et la venue, mercredi de Sélestat », a insisté le coach varois. Le problème est de savoir avec quel effectif le SRVHB va pouvoir préparer cette importante échéance. Car Juricek, touché à l'aine, ne sera pas rétabli (et n'ira vraisemblablement pas à Dunkerque en fin de semaine), pas plus que Tomas. Ploquin et Sanssouci, eux, ne reprendront pas avant le mois d'avril, et Abily (béquille) boîte encore bas.

Christian Gaudin et son adjoint, Pascal Bourgeais, vont donc se tourner, plus que jamais, vers le centre de formation. Pour la venue des Bas-Rhinois, actuels 8es, on pourrait donc voir des joueurs comme Bonnefoi, Guillermin bien sûr, mais aussi Claire, Boschi ou Herbulot.

Epaulés évidemment par les cadres de l'équipe, les Djukanovic, Krantz, Fortuneanu ou Megannem et Stehlik. Après Sélestat, il y aura encore le vendredi 30 un déplacement difficile à Nîmes. Si au soir de ce match, le SRVHB est toujours sur le podium de la LNH, tous les espoirs seront permis !

Source Journal Var Matin

Posté par fredgo à 12:38 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mars 2012

Résumé de la 18ème journée: 6 équipes en trois points...

56728_bigNîmes et Ivry, victorieux de Cesson et à Créteil, sont les deux bénéficiaires de la 28ème journée de D.1 masculine. La lutte pour le maintien s’annonce plus dense que prévue. Tant mieux ! Cela rompra avec la relative monotonie du championnat.

 

Les équipes à suivre de près:

 

CRETEILvsIVRY
     Créteil      21 - 28     Ivry

      C’est finalement à Créteil qu’Ivry a produit une de ses meilleures prestations depuis le début de la saison. Les joueurs de Pascal Léandri, lanterne rouge au classement ont véritablement asphyxié leur voisin val-de-marnais. Le succès de sept buts (21-28) est amplement mérité et permet aux Ivryens de quitter la dernière place du classement, abandonnée désormais à Paris.

NIMESvsCESSON
      Nîmes       23 - 22     Cesson.

Nîmes, bastion du hand de haut niveau dans les années 80-90 n’abdiquera pas. C’est certain. Mais les Gardois n’épargnent rien à leurs fidèles supporters. Face à Cesson, ils ont encore joué à se faire peur. Menant de six buts à un quart d’heure de la fin, ils ne se sont finalement imposés que sur le fil (23-22). 

CHAMBERY    vsIstres
     Chambéry   27 - 23     Istres

Istres s'est incliné ce samedi à Chambéry, mettant fin à une série de quatre matches victorieux, coupe de France incluse. Mais au Phare, les camarades de Sassi Boultif (notre photo) sont loin d'avoir démérité.

Nantes HvsPARIS

     Nantes     26   -  24      Paris  

Victoire sur le fil (26-24) des Nantais qui, sur le coup, ne se sont pas vraiment rassurés sur le plan offensif. Le H conserve l'essentiel, sa 5ème place. Promis à une défaite annoncée, Paris a quant à lui joué crânement sa chance... mais n'a jamais su la saisir. Une chance qu'il a pourtant eu tout au long de ce match "On est déçu car il y avait vraiment la place. On a que les yeux pour pleurer" dira François Berthier.

            J18  

             C’est donc vers la queue de classement que la lutte promet d’être rude. Il n’y a pas si longtemps, quatre clubs (Ivry, Paris, Istres, Nîmes) étaient concernés, depuis cette semaine, deux autres (Créteil et Toulouse) sont venus se rajouter au casting et ces six convives se tiennent en trois points. « Plus il y a de monde qui joue le maintien, se plait désormais à dire Pascal Léandri, mieux c’est. » Pas sûr que tout le monde partage l’avis de l’entraîneur d’Ivry.

Extraits du résumé présenté par Handzone

Posté par fredgo à 12:21 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 mars 2012

A suivre de près : La lutte pour le maintien est engagée !

56716_bigOn en oublierait presque que la 18ème journée de D.1 masculine n’est pas terminée. Si Montpellier, en mode diesel a rajouté un 18ème succès à son actif, si St Raphaël et Dunkerque se sont neutralisés en allant s’imposer à l’extérieur, Chambéry mais surtout les équipes qui jouent le maintien, ont une sacrée carte à abattre en cette fin de semaine.
 
.
.
;
.
 
NIMESvsCESSON
          Nîmes                  Cesson.
   (11ème 11pts)      (7ème 16pts)
      N, D, V, D, V           V, DV, D, V
          

         A commencer par Nîmes qui ce vendredi, accueille Cesson. Un match important pour les Gardois face à un adversaire à leur portée et surtout dans la perspective du calendrier démentiel qui les attend jusqu’à la fin avril. Après avoir reçu les Bretons, ils devront en effet se déplacer à Istres, accueillir Saint Raphaël, être l’hôte de Dunkerque et enfin recevoir le voisin montpelliérain. La bonne nouvelle c’est que l’infirmerie de l’Usam se vide peu à peu et que Guillaume Saurina et le capitaine Jean Philippe Haon (notre photo de têteretrouvent le terrain. « C’est vrai que lorsque tu as une cascade de blessés, ça se complique beaucoup, reconnait Jean Philippe Haon, mais ça permet aussi à certains jeunes de jouer, de prendre de la confiance, on l’a vu lors du dernier match contre Tremblay et c’est quand même positif qu’ils prennent leurs responsabilités. » Depuis les deux dernières journées, les positions en queue de classement se sont resserrées, Nîmes est actuellement 12ème mais jusqu’à la 8ème place, personne n’est à l’abri de la relégation. « On s’aperçoit que les équipes qui avaient pris de l’avance ont trébuché et sont loin d’être sorties d’affaire. Mais avant toute chose, il faut qu’on s’occupe de nous et qu’on gagne des matches. » Neuf buts, c’est très exactement l’écart qui avait permis aux Gardois de s’imposer à Cesson, lors du match aller, il y a six mois. Les joueurs de David Christmann s’en rappellent eux qui la semaine dernière sont retombés dans leurs travers en se faisant éliminer de la Coupe de France par Ivry (31-23). « C’est un match dont l’issue peut avoir des conséquences, poursuit Jean Philippe Haon. Si ça se passe mal contre Cesson, ça risque de nous rendre la suite, plutôt difficile. Soyons donc vigilants car les Cessonnais savent être dangereux à l’extérieur. » C’était en effet en début de saison, les Bretons étaient allés s’imposer à Dunkerque, Paris et Créteil. 
 
 
CHAMBERY    vsIstres
      Chambéry                    Istres
                                   (12ème, 11pts)
     D, D, V, V, D             N, D, D, V, V
 
         Autre mal classé, Istres se déplace à Chambéry. L’opposition est intéressante à plus d’un titre. D’une part, les Provençaux sont en phase de conquête (quatre succès consécutifs dont la coupe de France) et leur collectif dégage une véritable sérénité et d’autre part Chambéry n’a plus que le championnat à disputer et sa place qualificative à la Ligue des Champions à défendre. Les Savoyards qui restent sur leur courte défaite (28-27) à Montpellier ne pourront toujours pas compter sur Xavier Barachet qui devrait faire sa rentrée, la semaine prochaine à Ivry. Philippe Gardent qui ce jeudi fête ses 48 printemps se méfie beaucoup de l’adversaire istréen. « C’est une équipe qui a eu du mal à se mettre en place cette saison, qui n’a pas été épargnée par les blessures et qui arrive au bon moment à trouver un rythme de croisière, analyse le technicien chambérien sur le site du club. Cette équipe est extrêmement dangereuse quand elle se présente comme elle va le faire samedi, sans une pression insurmontable et en jouant décontractée. Il va falloir être vigilant et intransigeant sur ce qu’on a à faire. » A juste titre puisqu’il y a deux saisons, Istres était venu s’imposer en Savoie de deux buts grâce notamment à un certain Maxime Derbier, tout heureux de jouer un sale tour à certains de ses anciens coéquipiers. 
 
 Nantes HvsPARIS
        Nantes        -          Paris  
                               (13ème, 10pts)
     V, N, V, N, D          D, D, D, D,
 
          Comme on se retrouve à moins d’une semaine d’intervalle ! Et surtout va-t-on assister au même Paris-Nantes qu’en quarts de finale de la Coupe de France ? Si c’est le cas, comme il n’y a pas eu de match et qu’en face, c’est une équipe amoindrie qu’ils ont affrontée, les Nantais peuvent déjà inscrire deux points à leur tableau de marche. L’objectif n°1 des Parisiens, c’est le maintien en D1. Débarrassés de la coupe de France, ils engagent une véritable course-contre-la-montre et contre le classement pour s’extraire de la zone rouge. Après le déplacement nantais, Paris qui ce samedi récupère Nicolas Claire (qui ne se ressent plus de sa béquille à la cuisse) va affronter en quatre journées, trois des concurrents directs au maintien, c’est dire si jusqu’à la fin avril, tous les points récoltés sont importants. Mais voilà, avec une infirmerie qui ne désemplit pas, l’affaire est bien mal engagée. Depuis la trêve, Nantes a limité la casse en championnat : deux nuls, une victoire et une défaite en déplacement à Saint Raphaël. Avec une fin de saison où il est fort probable que les accessits européens restent figés, Nantes n’aura plus que la coupe de France pour espérer briller hors des frontières. Pour cela, il faudra éliminer Montpellier (à Montpellier) en demi et remporter la finale. Bercy est encore bien loin de la Loire-Atlantique. 
 
CRETEILvsIVRY
       Créteil          -           Ivry
  (10ème, 13pts)      (14ème, 8pts)
     D, V, D, V,D           D, N, D, D, D 
 
Le match qui boucle cette 18ème journée dimanche, marque là aussi de passionnantes retrouvailles. Créteil-Ivry, c’était, il y a trois semaines, une des affiches des 8èmes de finale de la Coupe et les Ivryens s’étaient imposés après la séance de tirs au but. A en croire quelques joueurs de la jeune classe cristolienne croisés cette semaine, il est hors de question de revivre pareil scénario ou du moins, de sortir de Robert Oubron, avec un tableau d’affichage défavorable. Seul dernier, Ivry a besoin de points pour s’en sortir et Créteil doit rester vigilant  car avec seulement 13 points, à trois longueurs du 1er relégable, rien n’est acquis. Peu épargnées par les blessures, des deux formations, seule Ivry s’est renforcée en conséquence. En revanche, Créteil doit composer avec l’absence définitive jusqu’à la fin de la saison de Yannick Limer qui s’est fait opérer du genou (ménisque). Pierre Montorier revient dans le groupe après une rechute et un souci à la voûte plantaire. « J’ai encore quelques petites douleurs mais comme on entre dans une série de matches importants, nous a-t-il confié, je me dois d’être là et faire ma part de boulot. En plus, dimanche, le match risque d’être très serré et très tendu. » L'Auvergnat sera épaulé sur le poste par l’international junior Jérémy Toto.
 
Source Handzone.

Posté par fredgo à 12:12 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 mars 2012

Résultat: Sélestat 22-27 Dunkerque

   Trop haut l’obstacle  !

  Auteur d’un bon départ, Sélestat semble avoir retrouvé une cohésion. Mais son efficacité offensive face à une forte équipe de Dunkerque est restée limitée.

 

Jordan François-Marie (à d), Valentin Aman (au c) ont tenté de forcer le verrou. La défense de Dunkerque s’est révélée intraitable. PHOTO Jean-Paul Kaiser — DNA
 
     Le président du SAHB, Vincent Momper, et la plupart des supporters, considérait ce match contre Dunkerque comme celui de la réhabilitation. Pour effacer le traumatisme lié au naufrage à Istres, de surcroît dans une série noire de trois défaites en championnat, tous souhaitaient, à défaut de victoire pour ce 18 e match, que les Violets livrent une opposition de qualité susceptible d’infléchir la courbe de la confiance.

Défense sous pression constante

Le scénario de départ est plutôt heureux. Pintor vole la première balle d’attaque aux Nordistes, mais Eymann rate l’occasion d’ouvrir le score. C’est Touati qui aura cet honneur (0-1), mais comme Fulop stoppe les trois tirs d’un Bosquet pour le moins persévérant, le SAHB va mener 3-1 après cinq minutes. La défense de Sélestat est ensuite mise sous pression par une équipe de Dunkerque qui joue vite et juste. Très impliquée, elle parvient à faire échec à plusieurs tentatives.

Avant de subir la première exclusion de deux minutes du match, Pesic est efficace en pivot et l’écart de deux buts en faveur de Sélestat se maintient (5-3). Des approximations collectives empêchent cependant de décoller davantage et Dunkerque égalise (6-6, 12 e’). Butto ne fait pas de sentiments face à son ancien club et exécute froidement ses penalties (trois dans cette seule première période).

Inquiétude au SAHB avec Freppel qui reste au sol après avoir marqué, mais ce sont deux poteaux et des tirs téléphonés ou pas assez appuyés qui vont nuire à l’évolution du score pour Sélestat. En face, Nagy est beaucoup plus précis et Dunkerque repasse devant (6-8, puis 8-11 à la 20 e’). Les transmissions du SAHB se révèlent défectueuses. Si Beauregard force ses tirs à 9m, François-Marie trouve des espaces pour marquer et son équipe reste au contact.

Mais Dunkerque sort un nouvel atout de son banc, Mokrani marquant deux fois des 6m (11-15). Lui aussi bien servi à l’entrée de zone, Aman subit un triple échec, en face-à-face ou sur le poteau, et il n’a pas la même réussite à ce poste. Et on ne peut pas non plus compter sur Podsiadlo (penalty tiré sur Gérard) pour ramener Sélestat à trois longueurs à la pause.

Beretta ramène Sélestat à deux buts à la reprise, mais Gérard devient un rempart infranchissable sur les tirs suivants et Dunkerque a vite fait de reprendre le large (13-18). Des solutions différentes doivent être mises en œuvre et c’est Freppel, de l’aile, et Beauregard qui découvrent des clés. Le rapport de forces ne change pourtant pas, Dunkerque pouvant compter sur des enchaînements bien rodés et un Bosquet redoutable à la finition.

Le penalty et les deux tirs arrêtés par Ivezic, qui vient de rentrer, donnent un coup de fouet passager à Sélestat. Mais il n’est toujours possible que de faire que jeu égal en restant déficitaire de cinq buts (17-22). Les remontées de balles locales ne vont pas assez vite pour déborder Dunkerque qui gère tranquillement son affaire. Si Ivezic multiplie les parades et entretient un peu de suspense (19-22), les attaques placées de ses coéquipiers sont confuses et n’aboutissent que trop rarement.

À cinq minutes du terme, la victoire ne risquait plus de changer de camp. Le candidat au podium final Dunkerque a bien préparé son match de Coupe d’Europe contre Saint-Raphaël de samedi et Sélestat a encore tout à prouver pour espérer une véritable embellie ce printemps.

Source Dna.

Voir les stats et les autres résultats : Dna

 

Posté par fredgo à 12:17 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Joyeux anniversaire Michal

Le 8eme Rugiss' Hand souhaite un :
Salami_Michal
qui fête ses 30 ans. 

Au plaisir de te revoir sur le terrain.

Posté par fredgo à 12:00 - 24) Anniversaires et naissances - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mars 2012

Présentation Sélestat - Dunkerque

laszlo-fulop-l-un-des-gardiens-de-selestat-et-ses-coequipiers-sont-determines-a-relancer-la-machin       Dunkerque n’est pas l’adversaire idéal pour effacer la déroute d’Istres et se relancer ce soir à 20 h 30 après trois défaites d’affilée en championnat. Car l’équipe nordiste, à la veille d’un quart de finale de coupe d’Europe, ne peut plus gaspiller de points en D1. Sélestat devra donc se sublimer.

Plus que la série de trois défaites de rang qui n’est pas encore inquiétante, c’est surtout le comportement de l’équipe sélestadienne lors du dernier match à Istres (34-23) qui laisse perplexe au moment de la réception de Dunkerque ce soir (20 h 30) au CSI. « Sur ce qu’elle avait montré jusque-là, je pensais que cette équipe était à l’abri d’un tel accident, avoue son entraîneur Jean-Luc Le Gall. Mais disparaître comme elle l’a fait à Istres, non. C’est arrivé à d’autres cette saison comme Ivry à Cesson. L’important est de réagir. »

Le coach aurait pu aussi citer Chambéry qui avait volé en éclat (30-18) un soir de février à Dunkerque. D’autant que c’est contre ces mêmes Nordistes que Sélestat devra se réhabiliter pour montrer que le mal n’est pas aussi profond que le laisserait croire le mauvais résultat de leur dernière sortie. Comme Chambéry avait d’ailleurs redressé la barre une semaine après cette déconvenue au Rhenus contre… Sélestat.

« On n’est pas en crise »

Alors si les Sélestadiens n’ont pas pu s’imposer chez une équipe du bas de tableau, comment vont-ils pouvoir le faire contre un prétendant à la deuxième place du championnat ? En Provence, au lieu de faire un pas supplémentaire vers le maintien, ils en sont revenus avec un gros coquard. « Une énorme gifle, acquiesce Laszlo Fulop. À se demander comment on va réagir. Allons-nous trouver la force de nous révolter ou allons nous renoncer ? En tout cas, ce sera difficile d’être aussi mauvais qu’à Istres, où seul François-Marie et Aman ont été exempts de reproches. »

Le constat est cinglant. En revanche, le gardien hongrois arrivé à l’intersaison de Saint-Cyr, balaye toute pensée négative. « Il ne faut pas chercher de crise, là où il n’y en a pas. Si on ôte la Coupe de France, on a perdu trois matches de championnat. Contre Chambéry dans le contexte particulier du hall Rhenus à Strasbourg, ensuite à Créteil où on n’était pas si loin (NDLR : défaite de deux buts). À Istres, ce sont nos pertes de balles qui nous coûtent cher, pas le repli défensif. On les a accumulées et on a été immédiatement sanctionné en contre. »

À force de s’entendre dire qu’ils réalisaient une belle saison, les joueurs du SAHB ne se sont-ils pas vus trop beaux ? Ne les a-t-on pas endormis en renouvelant les contrats très tôt dans la saison ? Laszlo Fulop qui vient de resigner pour une saison supplémentaire, tout comme son partenaire dans les buts Obrad Ivezic (2 saisons), un mois après les prolongations pour deux ans de Podsiadlo et de Pesic et un contrat de trois ans pour Beretta, pense que cela a pu être néfaste car « on se retrouve inconsciemment dans une situation plutôt confortable. »

Ne pas attendre le dernier soir

Ce soir, il faudra sonner la révolte. Ne serait-ce que pour éviter de tendre l’autre joue contre un adversaire qui se servira aussi de se match pour se mettre en configuration européenne avant son quart de finale de la coupe EHF contre Saint-Raphaël. Laszlo Fulop a vécu une série de cinq défaites de suite l’an dernier avec Saint-Cyr jusqu’à la 20 e journée avant d’assurer le maintien de l’équipe en remportant quatre de ses six derniers matches, alors que le club était condamné financièrement. « On avait cette rage de s’en sortir face à un avenir incertain. Mais ce serait mieux d’arriver à dix victoires avant la dernière journée… »

Sélestat – Dunkerque. 
Coup d’envoi ce soir à 20 h 30 au CSI 
Arbitres : MM. Clapson et Fieschi.

Sélestat :
Aux buts 12. Ivezic et 69. Fulop
Les joueurs 3. Jung (cap.), 5. Petrenko, 6. Pesic, 7. Beretta, 8. Podsiadlo, 9. Beauregard, 11. Freppel, 13. Aman, 15. Pintor, 19. Eymann, 20. François-Marie, 27. Ostarcevic.
Entraîneur : Jean-Luc Le Gall.

Dunkerque :
Aux buts: 1. Gérard (cap.) et 16. Annotel 
Les joueurs: 3. Afgour, 4. Lamon, 6. Nagy, 7. Touati, 8. Bosquet, 10. Siakam, 15. Soudry, 17. Emonet, 21. Grocaut, 26. Nilsson, 46. Mokrani, 57. Butto.
Entraîneur : Patrick Cazal.

Source L'Alsace par Christian Weibel

Posté par fredgo à 12:17 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Bobby, la mascotte de l'USDK

       L'actu, c'est la venue de Dunkerque à Sélestat ce soir. Mais comme vous le savez, Le 8ème Rugiss Hand fait grand place aux mascottes de france et de Navarre ces derniers jours. Bobby
      

       C'est donc l'occasion de vous présenter Bobby, la mascotte de Dunkerque Handball Grand Littoral.

       Ah!  Au fait, il n'y aurait pas un air de ressemblance avec un certain ''Gégé'' ?

Posté par fredgo à 12:00 - 23) Les mascottes dans le Hand - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mars 2012

Le retour de l’ailier prodige Baptiste Butto

       Pour la première fois depuis qu’il a quitté Sélestat, Baptiste Butto retrouve son club formateur demain à l’occasion de la venue de Dunkerque, qui mène de front une campagne européenne et en LNH pour emboiter le pas de Montpellier.

Après avoir fait ses débuts au plus haut niveau à Sélestat, Baptiste Butto s’épanouit désormais à Dunkerque où il a terminé meilleur buteur de la Ligue la saison passée. Archives Jean-Marc Loos
 
A la manière dont il s’est rendu indispensable à Sélestat alors qu’il n’avait encore que 20 ans, il ne faisait aucun doute qu’il avait trouvé un club à ses dimensions en prenant la direction du Nord au lendemain de la relégation de son club en D2. Baptiste Butto avait pourtant participé en août 2009 au début de la préparation du SAHB avant de recevoir une proposition d’un des meilleurs clubs de l’élite. De celles qui ne se refusent pas. Les dirigeants sélestadiens l’ont bien compris en ne l’obligeant pas à honorer sa dernière année de contrat, alors que Baptiste faisait partie des plans pour remonter le plus vite possible.

L’oiseau rare s’était envolé et il n’allait pas tarder à s’imposer sur l’aile gauche de Dunkerque. Une première année à s’adapter, une seconde pour se révéler, une troisième désormais pour continuer à hisser le club maritime le plus haut possible dans la hiérarchie après avoir goûté à la Ligue des champions (élimination en prolongation en poule de qualification). Plus que jamais en embuscade à la quatrième place à seulement trois longueurs de Chambéry, littéralement laminé (30-18) dans le Nord lors de la reprise en février, Dunkerque peut logiquement ambitionner de briser l’éternel duo Montpellier-Chambéry en s’emparant de la deuxième place. C’est donc au sein d’une équipe particulièrement déterminée que l’ancien Sélestadien retrouvera un club où il a joué durant cinq saisons entre 2004 et 2009. « C’est en effet là que tout a commencé. Ce sera l’occasion de jouer pour la première fois dans une salle qui n’était pas terminée au moment de mon départ. Je serai content d’y retrouver beaucoup de personnes que je connais. Mais je vais surtout être concentré sur le match car nous entamons une série de quatre matches très importants. »

Sélestat au milieu de l’Europe

Quatre matches en 11 jours pour une formation de l’USDK qui jonglera entre le championnat et un quart de finale de la Coupe de l’EHF contre l’autre rescapé français, Saint-Raphaël. Sélestat se retrouve d’ailleurs par le biais du calendrier au centre de ce duel franco-français pour une place en demi-finale. En affrontant, tour à tour, Dunkerque ce mercredi à 20h30 puis saint-Raphaël, le mercredi suivant dans le Var. Au point de brouiller les cartes ? En tous cas, les Dunkerquois qui ont vu leur série de neuf victoires d’affilée en LNH stoppée par une surprenante défaite à domicile contre Istres, avant de repartir de l’avant avec un succès étriqué (27-28) chez la lanterne rouge Ivry, ont profité de leur semaine off pour recharger leurs accus.

« A Ivry nous avons commis quelques boulettes alors que nous menions de 4 buts à cinq minutes de la fin, relativise celui qui a eu le bonheur de participer à la préparation de l’équipe de France pour l’Euro avant de rester en France. Il faut regarder devant nous. Tenter de gagner ces quatre matches. Celui de Sélestat va nous servir à préparer la Coupe d’Europe. On va se concentrer sur nous pour tenter d’aller plus loin. Saint-Raphaël est un adversaire à notre portée pour faire encore mieux qu’il y a deux ans quand nous nous sommes arrêtés à ce stade de l’épreuve. »

Trois ans après avoir pris son baluchon pour vivre ce type d’aventures comme d’autres Sélestadiens avant lui, Baptiste Butto démontre qu’il a fait le bon choix : quitter le cocon, se mettre en difficulté, pour progresser et récolter. Sa carte de visite s’est enrichie d’un titre de vainqueur de la Coupe de France la saison dernière et de meilleur buteur de la LNH. « Ces trois années m’ont permis d’accumuler de l’expérience. Ça se sent sur le terrain et en dehors. J’ai mûri comme c’est le cas quand on a 25 ans. » Avec un bel avenir et un rendez-vous devant ses anciens supporteurs qui lui avaient déjà réservé une superbe ovation lors du match aller chez lui désormais, dans le Nord.

Source L'Alsace par Christian Weibel

Posté par fredgo à 12:08 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,