Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

15 mars 2012

Joyeux anniversaire Michal

Le 8eme Rugiss' Hand souhaite un :
Salami_Michal
qui fête ses 30 ans. 

Au plaisir de te revoir sur le terrain.

Posté par fredgo à 12:00 - 24) Anniversaires et naissances - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mars 2012

Présentation Sélestat - Dunkerque

laszlo-fulop-l-un-des-gardiens-de-selestat-et-ses-coequipiers-sont-determines-a-relancer-la-machin       Dunkerque n’est pas l’adversaire idéal pour effacer la déroute d’Istres et se relancer ce soir à 20 h 30 après trois défaites d’affilée en championnat. Car l’équipe nordiste, à la veille d’un quart de finale de coupe d’Europe, ne peut plus gaspiller de points en D1. Sélestat devra donc se sublimer.

Plus que la série de trois défaites de rang qui n’est pas encore inquiétante, c’est surtout le comportement de l’équipe sélestadienne lors du dernier match à Istres (34-23) qui laisse perplexe au moment de la réception de Dunkerque ce soir (20 h 30) au CSI. « Sur ce qu’elle avait montré jusque-là, je pensais que cette équipe était à l’abri d’un tel accident, avoue son entraîneur Jean-Luc Le Gall. Mais disparaître comme elle l’a fait à Istres, non. C’est arrivé à d’autres cette saison comme Ivry à Cesson. L’important est de réagir. »

Le coach aurait pu aussi citer Chambéry qui avait volé en éclat (30-18) un soir de février à Dunkerque. D’autant que c’est contre ces mêmes Nordistes que Sélestat devra se réhabiliter pour montrer que le mal n’est pas aussi profond que le laisserait croire le mauvais résultat de leur dernière sortie. Comme Chambéry avait d’ailleurs redressé la barre une semaine après cette déconvenue au Rhenus contre… Sélestat.

« On n’est pas en crise »

Alors si les Sélestadiens n’ont pas pu s’imposer chez une équipe du bas de tableau, comment vont-ils pouvoir le faire contre un prétendant à la deuxième place du championnat ? En Provence, au lieu de faire un pas supplémentaire vers le maintien, ils en sont revenus avec un gros coquard. « Une énorme gifle, acquiesce Laszlo Fulop. À se demander comment on va réagir. Allons-nous trouver la force de nous révolter ou allons nous renoncer ? En tout cas, ce sera difficile d’être aussi mauvais qu’à Istres, où seul François-Marie et Aman ont été exempts de reproches. »

Le constat est cinglant. En revanche, le gardien hongrois arrivé à l’intersaison de Saint-Cyr, balaye toute pensée négative. « Il ne faut pas chercher de crise, là où il n’y en a pas. Si on ôte la Coupe de France, on a perdu trois matches de championnat. Contre Chambéry dans le contexte particulier du hall Rhenus à Strasbourg, ensuite à Créteil où on n’était pas si loin (NDLR : défaite de deux buts). À Istres, ce sont nos pertes de balles qui nous coûtent cher, pas le repli défensif. On les a accumulées et on a été immédiatement sanctionné en contre. »

À force de s’entendre dire qu’ils réalisaient une belle saison, les joueurs du SAHB ne se sont-ils pas vus trop beaux ? Ne les a-t-on pas endormis en renouvelant les contrats très tôt dans la saison ? Laszlo Fulop qui vient de resigner pour une saison supplémentaire, tout comme son partenaire dans les buts Obrad Ivezic (2 saisons), un mois après les prolongations pour deux ans de Podsiadlo et de Pesic et un contrat de trois ans pour Beretta, pense que cela a pu être néfaste car « on se retrouve inconsciemment dans une situation plutôt confortable. »

Ne pas attendre le dernier soir

Ce soir, il faudra sonner la révolte. Ne serait-ce que pour éviter de tendre l’autre joue contre un adversaire qui se servira aussi de se match pour se mettre en configuration européenne avant son quart de finale de la coupe EHF contre Saint-Raphaël. Laszlo Fulop a vécu une série de cinq défaites de suite l’an dernier avec Saint-Cyr jusqu’à la 20 e journée avant d’assurer le maintien de l’équipe en remportant quatre de ses six derniers matches, alors que le club était condamné financièrement. « On avait cette rage de s’en sortir face à un avenir incertain. Mais ce serait mieux d’arriver à dix victoires avant la dernière journée… »

Sélestat – Dunkerque. 
Coup d’envoi ce soir à 20 h 30 au CSI 
Arbitres : MM. Clapson et Fieschi.

Sélestat :
Aux buts 12. Ivezic et 69. Fulop
Les joueurs 3. Jung (cap.), 5. Petrenko, 6. Pesic, 7. Beretta, 8. Podsiadlo, 9. Beauregard, 11. Freppel, 13. Aman, 15. Pintor, 19. Eymann, 20. François-Marie, 27. Ostarcevic.
Entraîneur : Jean-Luc Le Gall.

Dunkerque :
Aux buts: 1. Gérard (cap.) et 16. Annotel 
Les joueurs: 3. Afgour, 4. Lamon, 6. Nagy, 7. Touati, 8. Bosquet, 10. Siakam, 15. Soudry, 17. Emonet, 21. Grocaut, 26. Nilsson, 46. Mokrani, 57. Butto.
Entraîneur : Patrick Cazal.

Source L'Alsace par Christian Weibel

Posté par fredgo à 12:17 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Bobby, la mascotte de l'USDK

       L'actu, c'est la venue de Dunkerque à Sélestat ce soir. Mais comme vous le savez, Le 8ème Rugiss Hand fait grand place aux mascottes de france et de Navarre ces derniers jours. Bobby
      

       C'est donc l'occasion de vous présenter Bobby, la mascotte de Dunkerque Handball Grand Littoral.

       Ah!  Au fait, il n'y aurait pas un air de ressemblance avec un certain ''Gégé'' ?

Posté par fredgo à 12:00 - 23) Les mascottes dans le Hand - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mars 2012

Le retour de l’ailier prodige Baptiste Butto

       Pour la première fois depuis qu’il a quitté Sélestat, Baptiste Butto retrouve son club formateur demain à l’occasion de la venue de Dunkerque, qui mène de front une campagne européenne et en LNH pour emboiter le pas de Montpellier.

Après avoir fait ses débuts au plus haut niveau à Sélestat, Baptiste Butto s’épanouit désormais à Dunkerque où il a terminé meilleur buteur de la Ligue la saison passée. Archives Jean-Marc Loos
 
A la manière dont il s’est rendu indispensable à Sélestat alors qu’il n’avait encore que 20 ans, il ne faisait aucun doute qu’il avait trouvé un club à ses dimensions en prenant la direction du Nord au lendemain de la relégation de son club en D2. Baptiste Butto avait pourtant participé en août 2009 au début de la préparation du SAHB avant de recevoir une proposition d’un des meilleurs clubs de l’élite. De celles qui ne se refusent pas. Les dirigeants sélestadiens l’ont bien compris en ne l’obligeant pas à honorer sa dernière année de contrat, alors que Baptiste faisait partie des plans pour remonter le plus vite possible.

L’oiseau rare s’était envolé et il n’allait pas tarder à s’imposer sur l’aile gauche de Dunkerque. Une première année à s’adapter, une seconde pour se révéler, une troisième désormais pour continuer à hisser le club maritime le plus haut possible dans la hiérarchie après avoir goûté à la Ligue des champions (élimination en prolongation en poule de qualification). Plus que jamais en embuscade à la quatrième place à seulement trois longueurs de Chambéry, littéralement laminé (30-18) dans le Nord lors de la reprise en février, Dunkerque peut logiquement ambitionner de briser l’éternel duo Montpellier-Chambéry en s’emparant de la deuxième place. C’est donc au sein d’une équipe particulièrement déterminée que l’ancien Sélestadien retrouvera un club où il a joué durant cinq saisons entre 2004 et 2009. « C’est en effet là que tout a commencé. Ce sera l’occasion de jouer pour la première fois dans une salle qui n’était pas terminée au moment de mon départ. Je serai content d’y retrouver beaucoup de personnes que je connais. Mais je vais surtout être concentré sur le match car nous entamons une série de quatre matches très importants. »

Sélestat au milieu de l’Europe

Quatre matches en 11 jours pour une formation de l’USDK qui jonglera entre le championnat et un quart de finale de la Coupe de l’EHF contre l’autre rescapé français, Saint-Raphaël. Sélestat se retrouve d’ailleurs par le biais du calendrier au centre de ce duel franco-français pour une place en demi-finale. En affrontant, tour à tour, Dunkerque ce mercredi à 20h30 puis saint-Raphaël, le mercredi suivant dans le Var. Au point de brouiller les cartes ? En tous cas, les Dunkerquois qui ont vu leur série de neuf victoires d’affilée en LNH stoppée par une surprenante défaite à domicile contre Istres, avant de repartir de l’avant avec un succès étriqué (27-28) chez la lanterne rouge Ivry, ont profité de leur semaine off pour recharger leurs accus.

« A Ivry nous avons commis quelques boulettes alors que nous menions de 4 buts à cinq minutes de la fin, relativise celui qui a eu le bonheur de participer à la préparation de l’équipe de France pour l’Euro avant de rester en France. Il faut regarder devant nous. Tenter de gagner ces quatre matches. Celui de Sélestat va nous servir à préparer la Coupe d’Europe. On va se concentrer sur nous pour tenter d’aller plus loin. Saint-Raphaël est un adversaire à notre portée pour faire encore mieux qu’il y a deux ans quand nous nous sommes arrêtés à ce stade de l’épreuve. »

Trois ans après avoir pris son baluchon pour vivre ce type d’aventures comme d’autres Sélestadiens avant lui, Baptiste Butto démontre qu’il a fait le bon choix : quitter le cocon, se mettre en difficulté, pour progresser et récolter. Sa carte de visite s’est enrichie d’un titre de vainqueur de la Coupe de France la saison dernière et de meilleur buteur de la LNH. « Ces trois années m’ont permis d’accumuler de l’expérience. Ça se sent sur le terrain et en dehors. J’ai mûri comme c’est le cas quand on a 25 ans. » Avec un bel avenir et un rendez-vous devant ses anciens supporteurs qui lui avaient déjà réservé une superbe ovation lors du match aller chez lui désormais, dans le Nord.

Source L'Alsace par Christian Weibel

Posté par fredgo à 12:08 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mars 2012

Les mascottes... à l'Euro et au mondial...

Chabala      En ce début de semaine, continuons notre petit tour d'horizon sur les mascottes en prenant celles qui ont participé à un championnat d'Europe ou bien Mondial. Qui se rappele de ''Ruski'' ou bien peut être ''Chabala"" ?

 Euro 2006

                                    Euro 2010

               Ruski

 

    Merci aux clubs pour l'envoie de photos de leur mascotte...   
    
Si vous aussi, vous avez en votre possession une photo d'une mascotte connue ou moins connue, n'hésitez pas à me la fournir, elle figurera bien entendue dans la longue liste des mascottes du hand.

Posté par fredgo à 21:12 - 23) Les mascottes dans le Hand - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 mars 2012

Nos amis les mascottes...

     N1 Bordeaux Blacky

      Avec cette petite semaine d'accalmie dans le monde du handball, voici un petit tour d'horizon sur nos amis les mascottes.     

     Ce ne sont pas moins de trente-huit mascottes qui vous seront présentées aujourd'hui et les prochains jours... Trente-huit mascottes provenant des quatre coins de la France mais aussi de pays étrangers comme l'allemagne...

      Merci aux clubs pour l'envoie de photos de leur mascotte...
     Si vous aussi, vous avez en votre possession une photo d'une mascotte connue ou moins connue, n'hésitez pas à me la fournir, elle figurera bien entendue dans la longue liste des mascottes du hand.

N1 Hazebrouck Pinpin  D0 Saint Cyr Tourraine

 

Prochainement, place aux mascottes des grands évenements...

A bientôt...

Posté par fredgo à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 mars 2012

Des nouvelles de : “Mika” rêve d’arrêts !

Huit mois après une grave blessure aux ischio-jambiers, Mickaël Robin a retrouvé la compétition avec Montpellier. La fin d’un long tunnel pour le gardien alsacien.

 

Après huit mois d’absence, Mickaël Robin a repris sa place dans le but de Montpellier. Photo maxppp 

Son ascension s’était jusque-là déroulée sans heurts. Lancé en D1 à 17 ans avec Sélestat, Mickaël Robin a vite montré qu’il avait l’étoffe d’un grand. Son talent l’avait ainsi conduit à Chambéry (en 2008), pour connaître les sommets de la D1 et s’enivrer du doux parfum de la Ligue des champions.

« Je m’accroche au fait qu’il reste deux mois et demi de compétition »

Puis ce fut Montpellier (en 2010) et une première saison réussie, couronnée par ses deux premiers titres (champion de France et vainqueur de la Coupe de la Ligue). Une trajectoire parfaite jusqu’à ce maudit 24 mai 2011 et cet accident de scooter.

Touché aux ischio-jambiers, le Strasbourgeois a dû se résoudre à l’opération et une longue indisponibilité. Une souffrance pour un joueur jamais blessé ou presque auparavant. « On se pose forcément des questions : “Si je n’arrive pas à revenir, qu’est-ce que je vais faire de ma vie ?” Mais cela m’a seulement traversé l’esprit, pas plus », assure Mickaël Robin.

Le bon déroulement de sa convalescence l’a rapidement rassuré sur sa capacité à redevenir le joueur qu’il était. « Un mois après mon opération, je pouvais faire du vélo, deux mois après je reprenais la course. »

Le plus dur à vivre aura finalement été l’éloignement contraint et forcé de ses coéquipiers. « J’étais un peu en marge du groupe. C’est normal, j’avais mes propres programmes d’entraînement et de rééducation. » Ou de devoir suivre les matches depuis les tribunes. « C’est insupportable ! Même si tu veux toujours soutenir tes copains, je n’avais parfois pas envie d’y aller… »

La délivrance s’est esquissée en décembre, quand “Mika” a retouché ses premiers ballons. Elle est devenue réalité en janvier, quand il a pu reprendre l’entraînement normalement.

« Cela a été un soulagement, souffle l’ancien Sélestadien, car mon corps m’a rassuré. Le poste de gardien demande de la souplesse et de l’explosivité, et je me demandais au début si mon ischio allait tenir. Aujourd’hui, je n’ai plus aucune douleur, plus aucune appréhension. »

Trois gardiens pour deux places

Un soulagement donc, mais aussi et surtout « un commencement ». Le Slovaque Richard Stochl et le Slovène Primoz Prost, recruté cet été pour pallier son indisponibilité, brillent dans le but héraultais et il ne sera pas facile pour lui de les en déloger.

Depuis son retour à la compétition le 5 février, Mickaël Robin n’a pas beaucoup été sollicité par l’entraîneur héraultais Patrice Canayer (deux entrées en jeu en Ligue des champions contre Copenhague et Belgrade, 19 arrêts contre Belfort en 8 es de finale de la Coupe de France, mais aucun match en LNH).

« C’est difficile de revenir dans une équipe constituée et au moment où la saison se joue (*). Le choix de Patrice de ne pas forcément me faire jouer peut se comprendre. »

“Mika” s’attendait cependant à mieux. S’il a regoûté à la Ligue des champions, le Montpelliérain espérait retrouver le but héraultais à temps plein. « Cela n’a pas été le cas. À tort ou à raison, j’y croyais. » D’autant qu’il assure avoir retrouvé son niveau. « Les sensations sont bonnes, je suis à l’aise sur le terrain. Je n’ai pas progressé puisque j’ai été arrêté, mais je n’ai rien perdu. Je suis le même qu’avant ma blessure. »

S’il savait que sa saison 2011-2012 serait obligatoirement tronquée, Mickaël Robin n’a pas envie qu’elle soit « blanche ». « Nous sommes déjà en mars. Je ne sais pas s’il sera possible de bouleverser la hiérarchie. Je m’accroche au fait qu’il reste deux mois et demi de compétition. Chaque début de semaine, je travaille pour faire partie des deux gardiens le week-end. J’espère qu’il y aura des opportunités, notamment contre Sélestat (le 21 avril) ! »

À bientôt 27 ans, Mickaël Robin regarde de nouveau vers l’avenir. « Je suis conscient de faire partie des plans du club car j’ai encore deux ans de contrat (il formera un duo 100% alsacien puisque Thierry Omeyer sera de retour à Montpellier en 2013). J’ai envie de tout casser la saison prochaine. »

(*) Quasiment assuré d’être champion de France, Montpellier est encore engagé en Ligue des champions et en Coupe de France.

Source Dna

Posté par fredgo à 12:30 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 mars 2012

Après Istres: De la nécessité de se relever

En s’inclinant vendredi à Istres (34-23), les Violets n’ont pas rassuré, loin s’en faut, sur la crise de confiance qu’ils traversent actuellement. Cette 3 e défaite consécutive en championnat place Sélestat devant l’obligation de redresser rapidement la barre, sous peine de dilapider le bénéfice de sa belle première partie de saison.

 

L’arrière gauche Frédéric Beauregard n’imaginait pas une défaite d’une telle ampleur face à Istres. Photo archives DNA – Franck Delhomme

     Le retour en bus a été long pour Frédéric Beauregard et ses coéquipiers. Difficile en effet de trouver le sommeil après la déroute en Provence (34-23). Hier, l’arrière gauche violet avait encore du mal à s’expliquer une telle contre-performance.

« On a déjoué dans tous les domaines », soupire un Frédéric Beauregard « en colère ». « C’était vraiment le jour sans. Il y a de la fatigue depuis le début de l’année en raison des longs déplacements, mais ça n’explique pas cette large défaite. On n’a peut-être pas joué avec suffisamment d’intensité, on a peut-être manqué de solidarité, je ne sais pas… Ce que je sais, c’est que ça fait mal. »

La dynamique n’était déjà pas vraiment positive avant ce déplacement à Istres, les Violets restant sur trois défaites consécutives (dont une à Saintes en Coupe de France). Mais les Sélestadiens avaient à cœur, à en croire le Martiniquais, de faire un pas important vers le maintien.

« On a réalisé une très bonne semaine d’entraînement. Tout le monde était confiant, tout le monde voulait faire un gros match. Je ne pouvais imaginer que l’on joue comme cela… », souffle “Bobo”, avouant « un sentiment d’impuissance ».

Largués à la pause (18-9), les Sélestadiens n’ont jamais été en mesure d’espérer s’imposer face à Istres. Le 5-1 encaissé au retour des vestiaires a très vite annihilé leurs maigres espoirs de revenir au score.

« Deux victoires d’avance, ce n’est rien du tout »

« Les Istréens ont fait leur match. Ils ont été très bons et très agressifs sur le plan défensif. » Tout le contraire de Violets étonnamment “passifs” défensivement. « On les regardait tirer à neuf mètres », lâche, dépité, Frédéric Beauregard.

En cas de victoire, le Sélestat Alsace Handball pouvait « prendre le large au classement ». Le scénario s’est finalement révélé totalement contraire en raison des victoires de Paris et de Nîmes. À première vue, la situation des Violets au classement pourrait ne pas paraître alarmante, avec quatre points d’avance sur les Parisiens, premiers relégables.

« On n’a plus que deux victoires d’avance, ce n’est rien du tout », souligne l’arrière gauche. Alors qu’il ne reste plus que neuf journées et au moins deux victoires à décrocher pour assurer le maintien, la fenêtre de tir s’est quelque peu refermée. Et qu’en sera-t-il dans quinze jours après les rencontres face à Dunkerque (4 e) et Saint-Raphaël (3 e) ?

« Si on joue comme on l’a fait à Istres, on ne perdra pas de onze buts, mais on va battre le record de la LNH, ironise-t-il. Ces deux matches seront compliqués. Le mot d’ordre sera de se rassurer, de retrouver l’équipe de la première partie de saison. Sinon, on ne pourra rien obtenir. »

L’état d’urgence n’est pas encore décrété sur le plan comptable. Il doit l’être en revanche sur le plan du jeu. Car ce Sélestat-là, s’il continue de déjouer ainsi, se dirige sans aucun doute vers des jours sombres. « Les gens se posent des questions. C’est normal par rapport à l’image que l’on montre depuis plusieurs matches. On doute un peu, c’est certain, mais on ne doit pas s’apitoyer sur notre sort. On doit passer outre. J’ai confiance dans ce groupe », assure Frédéric Beauregard.

La belle unité affichée lors de la phase aller doit permettre aux joueurs de Jean-Luc Le Gall de tenir bon dans la tempête. « Est-ce que l’on va se relever ?, s’interroge le Sélestadien. Oui. Nous en sommes obligés. Il faut maintenant que tout le monde tienne le coup dans la difficulté. »

Frédéric Beauregard refuse en tout cas de céder à la fatalité. « Je ne pourrais pas comprendre que l’on s’écroule, surtout après notre belle première partie de championnat. On ne peut pas avoir perdu toutes nos qualités. On doit retrouver cette envie de jouer ensemble, se remettre vraiment en question pour repartir de l’avant. »

S’ils parviennent à convertir ces paroles en actes, les Sélestadiens se sortiront de cette mauvaise passe. Sinon…

Source Dna

Lire également l'article de L'Alsace : Une remise en question s’impose

Posté par fredgo à 12:19 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 mars 2012

Résultat Istres 34-23 SAHB: Balayés !!!

djordje-pesic-peut-lever-les-yeux-au-ciel-le-sahb-n-avance-plus-photo-archives-dna-franck-delhoLa défaite à Saintes n’était donc pas un accident. Les Sélestadiens ont lourdement chuté, hier à Istres (34-23).   Au-delà de la défaite, la quatrième consécutive, c’est la manière qui interpelle.

C’est comme si les Sélestadiens avaient perdu leur handball en l’espace de quatre semaines. Solides début février contre Toulouse pour la reprise du championnat (31-28), les coéquipiers d’Olivier Jung ont depuis cumulé quatre défaites, signant à chaque fois des prestations de plus en plus inquiétantes. Le revers à Saintes, la semaine dernière en Coupe de France, n’était pas un simple accident de parcours.

S’il avait encore six points d’avance sur la zone rouge avant cette 17 e journée, le Sélestat Alsace Handball a vu son pécule se réduire hier soir.

Ce dixième revers de la saison constitue une bien mauvaise affaire au classement, Nîmes et Paris s’étant imposés dans le même temps. Mais c’est surtout le doute et le manque de confiance qui habitent cette équipe qui semblent le plus problématique.

Cinq minutes. C’est le temps, très court, trop court, durant lequel les Sélestadiens auront rivalisé avec Istres. Après l’égalisation de Petrenko (1-1, 5 e’), Sélestat a plongé, multipliant les balles perdues (14 à la pause, 18 au final) et les échecs au tir. Les Istréens n’en demandaient pas temps pour s’envoler au score (9-2 à la 13 e’, 12-6 à la 20 e’).

La suite n’aura été qu’un long chemin de croix pour les joueurs de Jean-Luc Le Gall, dépassés par l’engagement provençal. Symbole des malheurs alsaciens, ce but de Derbier depuis son propre camp, qui lobait un Fulop avancé (18-9, 30 e’).

« C’est une défaite collective, que  l’on assume tous ensemble »

La révolte espérée en seconde période n’a pas eu lieu, Istres continuant de profiter des erreurs sélestadiennes (23-10 à la 35 e’, 30-17 à la 52 e’). « Il n’y a pas grand-chose à dire sur ce match, soupire Valentin Aman. Nous n’avons pas été bons. »

Le pivot violet assure que son équipe n’a pas manqué d’envie. « On l’avait, assure-t-il. Mais on n’a pas réussi à trouver de solutions, on a eu des échecs au tir et ensuite, c’est la spirale négative… »

Les Sélestadiens parviendront-ils à se relever rapidement de ce revers, le plus lourd de la saison ? « C’est une défaite collective, que l’on assume tous ensemble. Et on va s’en sortir tous ensemble. On doit retrouver la solidarité que l’on affichait durant la première partie du championnat », lance Valentin Aman.

Sélestat n’a bien évidemment pas compromis ses chances de maintien hier. Mais c’est aujourd’hui une équipe en plein doute. Un doute symbolisé par un jeu offensif en panne totale d’efficacité. Les Violets vont devoir très vite retrouver de la confiance pour inverser la tendance, sous peine de s’acheminer vers une fin de saison stressante.

Source Dna

Posté par fredgo à 09:20 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mars 2012

Ce soir: Istres - SAHB: Sélestat doit se remettre sur le bon chemin ce soir à Istres

        Pour ne pas se mettre dans le rouge après deux défaites de suite en championnat, Sélestat espère mettre un terme à cette mauvaise série ce soir (20 h) sur les bords de la Grande Bleue.

Si au match aller, Frédéric Beauregard et les Sélestadiens avaient facilement dominé les Istréens Boultif et Fleurival, le match retour en Provence s’annonce plus délicat ce soir.Photo d’a rchives Denis Werwer

   Même si Sélestat possède toujours six points d’avance sur les deux équipes relégables de la LNH, une réaction s’impose pour ne pas que la situation se complique. Mais aussi pour mettre un terme à une série de trois défaites (deux en championnat et une autre en Coupe de France) qui commence à faire tâche. S’imposer en déplacement n’est pas la chose la plus aisée à ce niveau, mais il faudra se faire violence et passer outre.

Conscient qu’une réaction s’impose, Frédéric Beauregard avoue que lui et ses coéquipiers visent les deux points à Istres. « Ce n’est peut-être pas le meilleur moment pour affronter Istres qui est dans une phase dynamique après son succès à Dunkerque et sa victoire en coupe sur Tremblay, estime l’arrière du SAHB. On est conscient que ce sera très, très dur d’affronter une équipe dont le moral a dû remonter en flèche. Mais on a envie de faire un bon match pour essayer d’assurer le maintien le plus vite possible et effacer notre boulette de Saintes. Il faudra, d’entrée de jeu, leur mettre une grosse pression défensive pour faire douter leurs attaquants et nous permettre de retrouver notre confiance aux shoots. »

Le secteur défensif a d’ailleurs honorablement tenu le coup lors des deux dernières défaites : 10 buts encaissés en seconde période à Créteil et 24 à Saintes. C’est surtout dans l’efficacité que les Bas-Rhinois ont pêché. D’où l’effort effectué pour dynamiser ce secteur. « On a beaucoup travaillé dans ce domaine, principalement sans ballon, souligne le coach Jean-Luc Le Gall. Mais ce n’est pas parce que nous connaissons un coup de moins bien que notre jeu s’est soudainement envolé. Il y a une dimension psychologique dans tout ça car nous perdons aussi davantage de ballons que d’habitude. À Istres, il faudra être en tenue de combat. Être efficace au-delà du beau jeu. Et se méfier d’un adversaire dont les derniers résultats montrent qu’il s’annonce particulièrement difficile. Par rapport au match aller, sa ligne arrière a changé aux deux tiers. »

La passe de trois ?

Les arrivées à l’intersaison du Tchèque Martin Hrstka et du Grec Spyridon Balomenos ont fait glisser le Ludovicien Sassi Boultif à droite où il reste sur 16 buts lors des deux derniers matches de championnat. « Il faudra être particulièrement attentif à leur base arrière mais aussi à leurs ailiers qui excellent en contres. Ils visent la passe de trois et nous, on ne voudrait pas perdre une troisième fois. Alors pour qui la passe de trois ? Ça ferait un bon titre pour l’article ! » Frédéric Beauregard a le sens de la formule. Il faut souhaiter que lui et son équipe, qui enregistre le retour de Pesic, la trouveront aussi sur le terrain ce soir à partir de 20 h.

Lire plus ici:

Source L'Alsace par Christian Weibel

Posté par fredgo à 12:42 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,