Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

03 septembre 2015

Présentation de la 1° Journée de Pro D2: Toujours plus forte ?

Quatorze au départ, un seul à l’arrivée, quatre billets pour les play-offs, deux condamnations à l’exil en nationale 1, la donne est claire à l’orée de cette saison 2015-2016.

beauregard_melody

      D’autant plus claire que pour une fois depuis bien longtemps, l’été n’aura pas été meurtrier pour les participants au championnat le plus fou du monde. Pas de relégation administrative, pas d’empêchement de monter, aucune sanction financière, tout juste quelques limites de masse salariale imposées par la CNCG, l’avant saison s’est écoulée sans heurts pour les 14 protagonistes. Quatorze, les dix rescapés de la dernière saison, les deux relégués de LNH et les deux promus de nationale 1. Du beau monde en vérité pour un championnat qui s’annonce passionnant et disputé. Comme d’hab’…

   Et si l’été n’a pas eu à souffrir de tempêtes ou de coups de chaleur, c’est sans doute grâce aux clubs. La D2 est de plus en plus Pro et de structuration en développement, la raison et la rigueur prennent le pas sur l’amateurisme qui prévalait il y a peu. Pour preuve, les transferts. Soixante seize départs, cinquante neuf arrivées, les clubs ont fait dans le dégraissage du mammouth, une masse salariale toujours plus importante dans des budgets qui peinent à se développer. Exit expérience et (quelques) gros salaires, place aux jeunes et aux bonnes affaires. Jeunesse avec une cohorte de « 92 », comme Antoine Gutfreund (23 ans) qui arrive à Dijon avec 67 matches au compteur avec Montpellier, Antoine Conta, de Créteil à Massy, Adrien Ballet, un autre cristolien venant s’aguerrir à Nancy, ou le néo valentinois Alexis Bon, formé à Chambéry puis à Istres ou encore l’istréen Kevin Mesnard (un 93), strasbourgeois issu de la filière montpelliéraine. Côté bonnes affaires, les clubs se sont tournés vers l’étranger. Notamment vers l’inépuisable filon de l’ex-Yougoslavie et de ses voisins des Balkans : Puljic (Croatie) à Angers, Kuduz (Croatie) à Dijon, Markovic (Serbie) à Mulhouse,...

...  tout ça devrait déboucher sur du beau jeu et une compétition encore plus disputée.

    Des favoris ? Forcément.
     La D2 s’est assagi au fil du temps et si sur un malentendu, tout le monde peut encore battre tout le monde, la lutte pour le Top 5 devrait se circonscrire aux poids lourds de la division. A commencer par les deux exclus de LNH, le Sélestat de Christian (et Thomas !) Gaudin et Istres, l’autre club provençal qui a recruté malin pour retrouver la première division aussi sec. Derrière ces deux là, Dijon et sa recrue emblématique du handball tricolore, Jackson Richardson, Mulhouse l’éternel prétendant à la montée, Massy et sa stabilité, l’ambitieux Nancy et… quelques autres ne devraient concourir que pour les play-offs. Côté maintien, la bagarre sera rude elle aussi. Entre manque d’expérience et hausse du niveau de jeu, les promus (Saran et Limoges) font forcément partie des plus exposés. Pontault-Combault, Angers, Besançon, Valence auront à cœur de mieux faire, et ça ne sera pas difficile… Privé de play-offs, Billère a envie de revanche. Quant à Cherbourg, il s’agira de confirmer, ou plutôt de s’affirmer comme un futur grand du handball hexagonal.

En guise d’entrée en matière, dans le vif du sujet, la première journée s’annonce déjà musclée, incertaine et révélatrice des forces en présence et des ambitions de chacun. Et il y en aura pour tous les goûts ! Un duel des extrêmes entre Istres (ex LNH) et Saran (ex nationale 1), un choc de prétendants, un Sélestat-Massy destiné à donner le ton à la saison et le la à son vainqueur, avec Pontault-Nancy, Besançon-Valence et Mulhouse-Angers des derbies estampillés D2, un gros match pour Limoges en déplacement à Dijon et une belle opposition de probables futures meilleures défenses, un Billère-Cherbourg au doux parfum d’une Pro D2 qu’on aime, une D2 aux suaves relents de sueur, aux doux bruits des bourre-pifs que tous se distribuent généreusement et amoureusement, au son de cette petite balle pégueuse qui n’en finit pas de nous rendre fou… Allez, c’est parti !

Les matchs:
ISTRES - SARAN Pronostic : Istres

SELESTAT - MASSY  Pronostic : Sélestat

 PONTAULT COMBAULT - NANCY Pronostic : nul

MULHOUSE  - ANGERS Pronostic : Mulhouse

DIJON  - LIMOGES Pronostic : Dijon

BESANCON  - VALENCE Pronostic : Valence

BILLERE  - CHERBOURG Pronostic : Billère

Source Hadzone © Philippe Dairou

Posté par fredgo à 21:08 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Avant match: Sélest - Massy ; Le chant du retour

gregory-martin-est-de-retour-a-selestat-pour-aider-son-club-formateur-a-retrouver-la-d1-photo-dna-franck-delhommeSix ans après son départ, Grégory Martin est de retour à Sélestat. L’arrière gauche entend ramener son club formateur là où il l’avait quitté : en D1.

Même si beaucoup de choses ont changé depuis son départ – la salle, l’équipe dirigeante, le staff technique –, en 2009, il n’est pas pour autant dépaysé. « J’arrive dans une nouvelle équipe, mais quand même pas dans un nouveau club », sourit Greg Martin, formé et lancé dans le monde pro à Sélestat.

« Je ne reviens pas en terrain conquis »

L’arrière gauche (30 ans) est de retour dans la maison violette. Et cela ressemble à une évidence. L’opportunité de revenir dans son club formateur avait déjà existé par le passé, elle s’est concrétisée cet été.

« J’avais encore une année de contrat avec Mulhouse et au départ, j’étais parti pour l’honorer », précise le Martiniquais. Mais les contacts avec Sélestat et la sensation d’avoir peut-être fait le tour de la question après cinq saisons dans le Haut-Rhin l’ont amené à reconsidérer sa position.

Libéré de sa dernière année de contrat par Mulhouse, Grégory Martin s’est « très rapidement mis d’accord » avec Sélestat, où il s’est engagé deux ans.

Avec le MHSA, Greg Martin a toujours joué les premiers rôles en D2, mais a buté trois fois lors des quatre dernières saisons en finale des play-offs, au pied de la LNH. « C’est sûr que quand on n’y arrive pas, on se pose des questions. Mais ce ne sont pas ces échecs qui ont dicté mon choix de partir. »

Son retour à Sélestat, c’est surtout « le choix du cœur », un choix « familial » également. « Cela me permet de me rapprocher de mon fils, qui habite à Strasbourg. Et aussi de retrouver des amis comme Frédéric (Beauregard) , Yoann (Eudaric) ou Olivier (Jung). »

Et il y a bien sûr l’ambition de retrouver la D1, qu’il a connue de 2003 à 2009 lors de son premier passage à Sélestat. Il n’y est pas parvenu avec Mulhouse, il espère réussir enfin, en Violet cette fois. « Mon premier objectif, c’est de prendre le maximum de plaisir avec mes coéquipiers, de me sentir bien, que l’équipe tourne bien, que l’on forme un vrai groupe, surtout dans les moments difficiles. Mais j’espère qu’ils seront rares (sourire). »

Greg Martin sait pertinemment les attentes autour de Sélestat. Mais il a désormais assez d’expérience pour les gérer, parfois même les tempérer. « L’effectif a été chamboulé. Nous visons d’abord les play-offs. Mais si on peut monter directement en terminant premier, on ne se privera pas. »

Parce que revenir dans un club où l’on a déjà évolué est un pari à double tranchant, le Martiniquais n’a pas forcément choisi la facilité. Mais il aborde ce challenge avec sérénité. « Je suis très heureux d’être là, mais je ne reviens pas en terrain conquis, même si j’ai aujourd’hui un autre statut, celui d’un joueur expérimenté en D2. En tout cas, je suis là pour apporter à l’équipe. »

Une expérience de la D2 précieuse

Christian Gaudin, l’entraîneur, compte sans doute sur lui pour densifier la défense, pour faire parler sa puissance en attaque, mais aussi pour encadrer la jeune troupe sélestadienne.

Car la D2, Greg Martin en connaît tous les pièges. « Ce que je sais, c’est qu’il n’y a pas de favori. J’ai pu en faire l’expérience ! Ce n’est pas le championnat le plus facile… »

Hier, lors de la présentation des nouveaux maillots au public sélestadien (près de 150 supporters étaient là), l’arrière gauche a pu s’apercevoir que l’engouement autour des Violets n’avait pas changé. « Je suis content de retrouver ce côté convivial. À 48 heures du premier match (contre Massy) , ces moments avec les supporters permettent d’apaiser l’excitation. On nous attend et il faudra être performant d’entrée. »

Comme beaucoup, Greg Martin n’imagine pas son retour autrement que victorieux.

Source Dna

Posté par fredgo à 20:32 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 août 2015

Sondage : « Qui sont vos favoris pour la montée en LNH »

Avant l'ouverture du championnat qui débute vendredi soir, je vous propose un petit sondage.

 

Selon vous, qui des quatorze équipes de PRO D2

 va t'on voir le plus se mêler

à la course à la montée en LNH?

Vous avez jusqu'à vendredi soir 20H, pour cocher deux équipes.

Faites vos choix.

sondage

Posté par fredgo à 21:22 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Sélestat: une image à restaurer ...

Quatre ans après s’en être extirpé, Sélestat est retombé en D2. Si la remontée est dans tous les esprits, le SAHB se donne deux ans pour arriver à ses fins avec un groupe rajeuni qui devra aussi faire oublier une saison ratée.

avec-une-pancarte-d-ex-lnh-dans-le-dos-christian-gaudin-et-les-selestadiens-seront-sur-le-gril-chaque-week-end-dans-la-division-inferieure-photo-l-alsace

Au sortir d’une saison ratée qui lui a valu de perdre sa place dans l’élite, le SAHB est dans l’obligation d’inverser la tendance à l’étage inférieur. Lors de sa précédente dégringolade en 2009, Sélestat avait mis deux ans à remonter. Cette fois encore, le club se donne deux saisons pour voir plus haut. Pas seulement par prudence, mais aussi parce que la concurrence est rude. « Venant de la LNH, on fait partie des favoris. Il faut l’assumer , constate Christian Gaudin. Mais comme il y a eu beaucoup de mouvements chez nous durant l’intersaison et que nous construisons sur une base relativement jeune, j’ai fixé comme objectif à l’équipe de finir dans les cinq premiers. C’est le minimum. Si on fait ça, la saison sera convenable. En dessous, ce sera une déception. »

Avec cette pancarte d’ex-LNH dans le dos, Sélestat sera l’équipe à battre. Elle doit se préparer à un combat permanent et éviter de nombreux pièges. Dans un championnat où la vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain. Dans une course à longue haleine où seule la première place à valeur de ticket pour le paradis, la deuxième accession étant tributaire de tellement de paramètres qu’elle s’apparente davantage à une loterie. Raisons pour lesquelles les Violets avancent avec prudence dans un niveau que Christian Gaudin n’avait plus fréquenté depuis 11 ans, après avoir réussi à y faire éclore Saint-Raphaël voilà plus d’une décennie. « Je vais redécouvrir la D2. Mais je n’ai pas l’intention d’y rester. Ça s’apparente un peu à une guerre de tranchées, même si le niveau a bien évolué. » Contraints par la force des choses et, surtout, par les réalités budgétaires (de 1,9 à 1,3 million euros d’une saison sur l’autre) à jouer la carte jeunes, le coach et les dirigeants violets tablent sur l’avenir. Plaçant leurs espoirs sur de véritables diamants bruts.

« Maintenir un niveau d’excellence »

Rudy Seri, Julien Meyer et Yanis Lenne l’ont démontré cet été en décrochant le titre mondial dans leur catégorie d’âge respective. En signant leur premier contrat avec Sélestat, ils vont pouvoir franchir un cap et aider leur club à redresser la barre. « Ce n’est pas forcément un cadeau pour ces jeunes joueurs qui vont découvrir un nouveau statut. Ils devront composer avec la pression de la performance qu’ils n’avaient pas forcément avant , prévient leur coach. Je ne suis pas trop inquiet parce qu’ils sont talentueux. Mais ils auront un manque d’expérience par rapport à des joueurs plus huppés. »

En matière de vécu, le groupe de Christian Gaudin a quand même de bons arguments à avancer. Malgré les nombreux départs, il peut s’appuyer sur des cadres comme Beauregard et Jung qui connaissent la maison, ou des recrues comme Martin ou Sargenton pour qui la D2 n’a pas de secrets. Et puis, surtout, l’équipe sort d’une saison ratée qu’il convient de faire oublier en commençant par renouer avec des victoires à domicile, là où bat le cœur du club avec des supporteurs qui ne demandent qu’à être séduits par leur équipe.

Christian Gaudin qui est arrivé au cœur de l’hiver n’avait pas pu inverser la tendance. Cette fois, il compte bien redresser la barre. En plaçant les joueurs devant leurs responsabilités. « J’attends beaucoup des joueurs qui étaient là l’an passé , martèle le technicien. Ils devront redorer leur image et celle du club. Ce que j’ai vécu en fin de saison dernière ne m’a pas plu. On a oublié pas mal de professionnalisme. Je ne l’ai pas oublié. On est tous fautifs, mais à un moment, il faut réagir. Ceux qui arrivent devront aussi justifier la confiance qu’on leur accorde. Car je veux qu’on puisse maintenir un niveau d’exigence et d’excellence quand on est joueur à Sélestat. »

Le premier rendez-vous contre Massy, en fin de semaine, donnera déjà un aperçu de ce qui attend Sélestat cette saison

Source L'Alsace par Christian Weibel

Posté par fredgo à 19:59 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 août 2015

ITW: Jeremy Sargenton ... Sélestat grand favori ?

Relégué en Pro D2 en compagnie d'Istres à l'issu du championnat 2014-2015, cette année, les violets de Christian Gaudin feront sans aucun doute, partie  des favoris de ce championnat.

image_414

Après une saison 'compliquée ' Sélestat se verrait bien suivre le même parcours qu'Ivry la saison dernière, accédant à la LNH un an seulement après l'avoir quittée.

L'équipe qui a connu beaucoup de mouvements durant l'intersaison avec pas moins de neuf départs notamment sur le poste de gardien (Kappelin et Fulop) souhaite repartir de l'avant.

Arrivé durant le mois de Juillet en provenance de Pontault-Combaut, Jeremie Sargenton nous livre ses premiers sentiments concernant son arrivée dans le club Alsacien.

Jeremie, comment es-tu entré en contact avec Sélestat, avais-tu d'autres propositions durant l'intersaison?

J'ai d'abord eu un premier contact avec Christian pour éclaircir ma situation, ensuite j'ai eu pas mal de contacts au niveau inférieur avec de vrais projets humains et sportifs mais quand Christian m'a rappelé pour me dire qu'il souhaitait que je fasse partie du projet je n'ai pas hésité une seconde pour lui donner mon accord.

Entre le projet du club et le fait de retrouver mon "formateur" il n'a pas été compliqué de trouver un accord avec le club.

Tu as rejoint Sélestat  qui ne cache pas ses ambitions de retrouver la LNH au plus vite, comment appréhendes-tu cette saison sous tes nouvelles couleurs?

Pour être honnête je me vois presque 10 ans en arrière avec Saint Raphaël,  dans un club avec de vraies infrastructures, un vrai projet et énormément de gens qui font vivre le club.

En plus, comme je l'ai dit je retrouve Christian donc je suis aussi en terrain connu.

Il y a une dizaine d'année nous sommes montés et mes performances étaient tout à fait honorables, je ne vois pas pourquoi avec les mêmes ingrédients on n'y arriverait pas, je suis donc confiant même si je sais qu'il va falloir énormément travailler pour y arriver.

Ce championnat est très compliqué à aborder avec des pièges tous les week-ends et je pense que nous seront attendus de pied ferme.

Julien Meyer qui est devenu champion du monde U21 cet été est promis à un avenir prometteur, comment vois-tu la relation entre vous dans les buts ?

En effet Julien est très prometteur mais il ne faut pas oublier qu'il n'a que 18 ans.

C'est un garçon très intelligent qui a la tête sur les épaules mais il a encore à apprendre et je pense que Christian m'a fait confiance aussi car il sait que je peu lui inculquer de bonnes valeurs que lui même m'a inculquées.

Je pense qu'on sera complice et que la concurrence sera saine entre nous et de toute façon le meilleur jouera et tirera l'autre vers le haut.

En tout cas je lui souhaite une très belle carrière à commencer par une belle saison, cela nous rendra de grands services et si je peux y participer en le guidant ou en lui bottant les fesses je le ferais sans hésiter.

Sargenton

A quelques jours de la reprise du championnat et la réception de Massy, penses-tu que le groupe est prêt ?

Le terrain donnera sa vérité.

Prêts ou pas prêts nous serons chez nous et si nous voulons être à la hauteur des objectifs du club il nous faudra gagner ce match et Massy à domicile est le test parfait pour savoir si on est prêts ou pas.

C'est une très belle équipe habituée aux joutes de la Pro d2.

Lors de la 7eme journée vous vous déplacez à Pontault, un sentiment particulier pour toi de retourner en Seine et Marne pour y affronter ton ancienne équipe?

Cette date est cochée depuis bien longtemps sur le frigo je l'avoue.

C'est la première fois que je vais rencontrer une équipe dans laquelle j'ai joué et j'ai des amis sur place entre Valentin (ndlr: Aman), Vince (ndlr: Vincent Moreno), Billy (ndlr: Alexis Jallamion) et les autres.

Mais encore une fois, une seule chose comptera c'est la victoire de l'équipe pour le reste on verra.

Un mot pour les supporters de Sélestat et les lecteurs d'Hand-Planet ?

Je souhaite à tous encore plus de handball et de bons articles à se mettre sous la dent et j'attends avec impatience le premier match au CSI Sélestat, où il y a une ambiance bien particulière et j'ai hâte de voir cela!!!

Damien Mabille, Hand-Planet


29 août 2015

Match de prépa: Sélestat 31-22 ESSAHB, Sélestat sans frayeur

Les Strasbourgeois n’ont pu donner le change que le temps du premier quart d’heure avant de laisser le champ libre à un SAHB toujours en rodage (31-22).

 

1816i_le_jeune_thibaud_valentin_a_su_donner_du_rythme_a_une_equipe_du_sahb_toujours_en_construction_photo_l_alsace_d

Dans une semaine, ça ne comptera plus pour du beurre, comme hier soir face à l’entente de l’ESSAHB. Il faudra être prêt au moment des trois coups du championnat. Le SAHB l’est-il ? La question reste posée d’autant qu’on ne peut pas tirer trop de conclusions d’un match où l’opposition n’a pas été du même niveau que lors des deux précédentes confrontations contre Dunkerque et Winterthur.

L’ESSAHB qui a débuté sa préparation plus tard que les Sélestadiens a fait figure de sparring partner pour une bonne séance de travail. Mais son niveau n’étant pas celle d’une cylindrée de Pro D2 - que l’équipe strasbourgeoise a quitté pour la N1 -, il ne faut se fier ni au résultat, ni au score. Les Sélestadiens auraient pu s’imposer sur une plus grande marge sans quelques déchets qui montrent que l’équipe manque encore de repères et de liant.

Il faudra notamment du temps à Igor Vujic pour devenir le patron de l’équipe dont on lui a confié les clés. Le Croate est encore loin du compte, dans la gestion du ballon comme dans sa réussite (1/8). Le passage au poste de demi-centre du jeune Thibaud Valentin a été bien plus productif, surtout en première période. C’est d’ailleurs lui qui impulsait un 9-1, entre la 14e et la 25e minute, qui valait à son équipe de se dégager de l’étreinte adverse (14-6). S’il rentrait aux vestiaires sur un excellent 3/3, ses percussions étaient vouées à l’échec (0/5) par la suite.

Sélestat a profité de ce dernier match de préparation pour travailler avec une équipe toujours privée de ses pivots Eudaric et Fleurival et sans Thomas Gaudin. Mais elle a profité du retour de Lenne, qui s’est fait mis en valeur au même titre que les deux autres champions du monde, Julien Meyer (15 arrêts) et Rudy Seri (6 buts). « On voulait se rassurer avant le début du championnat en faisant un match sérieux. On a encore quelques erreurs à gommer et des balles qu’on doit éviter de perdre , souligne Olivier Jung. Il nous reste encore une semaine pour progresser et bien faire les choses. »

CSI de Sélestat.
Mi-temps : 15-9. 300 spectateurs environ.
Arbitres : MM. Gangloff et Gutbub.

Sélestat : 31 buts sur 54 tirs dont 2/2 pen. 10 balles perdues.
Deux minutes : Nyembo (43e , 58e ).
Gardiens : Meyer (44 minutes de la 1re à la 44e , 15 arrêts) et Sargenton (16 minutes de la 44e à la 60e , 5 arrêts dont 0/3 pen.).
Les buts : Martin 5/7, Seri 6/11, Nyembo 3/3, Jung 4/4, Valentin 3/8, Beauregard 2/4, Vujic 1/8, Joli 3/4, Lenne 4/5 dont 2/2 pen., Savic, Wagentrutz. Entraîneur : Gaudin.

Strasbourg-Schiltigheim : 22 buts sur 55 tirs dont 3/4 pen. 7 balles perdues.
Deux minutes : Geffrard 21e ), Ludwig (38e ).
Gardiens : Duchêne (33 minutes de la 27e à la 60e , 8 arrêts dont 0/1 pen. et Nkounga (27 minutes de la 1re à la 27e , 6 arrêts dont 0/1 pen.).
Les buts : Fessler 0/2, Durand 3/14 dont 0/1 pen., Bonnenberger 4/9, Geffrard 4/7, Julvecourt 1/5, Freppel 5/7 dont 3/3 pen., Richert 3/6, Matzinger, Ludwig 2/3, Abbey 0/2. Entraîneur : Boesch.

Source L'alsace

Posté par fredgo à 15:57 - 04) Matchs de préparation - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 août 2015

Match de prépa: Sélestat - ESSAHB ce soir...

Pas égaux du tout           

Dans ce derby entre les deux meilleurs clubs bas-rhinois, le souci des entraîneurs est bien différent.

menage-mardi-apres-une-blessure-au-tournoi-de-bale-kosta-savic-sera-peut-etre-plus-heureux-au-tir-(0-4-contre-winterthur)-photo-dna-franck-delhomme

les deux clubs ne sont évidemment pas du tout au même niveau de préparation. Pour les Sélestadiens, ce sera le dernier match avant les trois coups en Pro D2 (contre Massy dans exactement une semaine). Pour les Strasbourgeois, il s’agit seulement de la deuxième sortie…

« En ne reprenant que le 19 septembre (à domicile face à Gien) , on sera forcément en décalage avec Sélestat, admet Bruno Boesch. C’est sûr que l’on sera en difficulté, c’est l’inverse qui ne serait pas normal. »

Des relations à perfectionner

Avec pour seul repère le match contre Nancy de vendredi, où son demi-centre Ondrej Mika a été touché et manquera déjà à l’appel, l’entraîneur de l’équipe de N1 espère tenir physiquement pendant les soixante minutes. « Ce match va nous permettre de mettre davantage en lumières nos forces et nos faiblesses. »

Pour son vis-à-vis, Christian Gaudin, la mise au point devient plus urgente. « Nous allons nous attacher à améliorer les relations dans les systèmes de jeu mis en place. Par exemple dans la “0-6” de ce début de saison, où des réglages sont encore à prévoir. »

Si Thomas Gaudin et Yoann Eudaric sont toujours out – le second ne retrouvant donc pas ses anciens coéquipiers sur le terrain ce soir – Thierry Fleurival fera peut-être sa rentrée. Yanis Lenne, lui, est redevenu pleinement opérationnel en version club après son titre mondial avec les Bleuets.

« Ça va aller très vite jusqu’à la reprise »

« Il va falloir qu’on se montre concentrés et appliqués, assène le coach, car ça va aller très vite jusqu’à la reprise. J’ai des blessés et il faudra s’adapter, mais toutes les équipes ont les mêmes soucis. »

Au travers de la première victoire au CSI, face à une équipe de D1 suisse, Winterthur, mardi soir (26-24), on a pu percevoir de l’envie et de l’engagement. Ne reste qu’à se doter des outils techniques et tactiques pour assurer une continuité dans la bonne spirale.

SAHB – ESSAHB au CSI à 20 h

Source Dna

Posté par fredgo à 12:45 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2015

Prépa: Semaine à domicile ...

Le SAHB multiplie les matches de préparation en vue de la reprise en Pro D2 du 4 septembre. Cette semaine, ce sont les Suisses de Winterthour et les Strasbourgeois de l’ESSAHB qui sont ses sparring-partners.

ch-ristian-gaudin-espere-voir-ses-joueurs-hausser-leur-niveau-de-jeu-photo-dna-laurent-rea

Les derniers enseignements sur l’état de forme des Violets ont été livrés dimanche, à l’occasion de la confrontation avec l’US Dunkerque dans le cadre du tournoi de Bogny-sur-Meuse.

Le club de l’élite s’est imposé 28-20 face à une formation partiellement amputée d’éléments clés. Elle est toujours privée de Kosta Savic, blessé à l’épaule à Bâle le week-end précédent – « Je veux ménager mon seul gaucher arrière droit, précise l’entraîneur Gaudin. J’espère qu’il sera opérationnel pour le premier match de championnat » – mais aussi son fils Thomas, souffrant également de l’épaule, de Thierry Fleurival, et, depuis l’entraînement de samedi, de Yoan Eudaric (petite lésion à l’ischio-jambier ?).

Finition à soigner

« Face à un des fleurons du handball français, j’ai pu voir des choses intéressantes et d’autres un peu moins dimanche. Sur le plan offensif, on commence à afficher la volonté de mettre l’équipe en place, mais on n’est pas encore suffisamment exigeants dans la finition. C’est dans les duels avec le gardien qu’il faut progresser. »

Hausser le niveau de jeu et l’efficacité, c’est l’obsession de Gaudin au cours de ces semaines consacrées aux répétitions.

La défense du SAHB manque aussi d’agressivité, et les possibilités de montées de balle s’en trouvent réduites.

« Il faut vraiment qu’on se rapproche de la compétition pour voir où on en est, mais la grosse problématique est que l’équipe n’est jamais au complet. C’est un exercice particulier de ne pas pouvoir développer un projet de jeu. »

Si Julien Meyer et Rudy Seri, les deux champions du monde juniors, occupaient leurs nouvelles places de titulaires chez les pros, leur aîné Yanis Lenne, titré également dernièrement, est encore laissé au repos en ce début de semaine.

La carte jeune

Lors de ce déplacement dans les Ardennes, plusieurs autres jeunes appelés à évoluer en réserve ou chez les moins de 18 sont apparus dans les rotations, cependant limitées sur la base arrière, effectuées contre Dunkerque : Édouard Kempf, Thibaud Valentin, Virgile Wagentrutz et Gaby Nyembo. « Ils profitent de la situation pour emmagasiner de l’expérience. »

Et pallier aux défaillances physiques, inévitables au cours de ce cycle où la montée en puissance met les équipes sur le fil du rasoir.

Contre une équipe de D1 suisse aguerrie, Sélestat s’efforcera d’apporter de nouvelles corrections dans la trajectoire menant sur la ligne de départ.

Sélestat – Winterthour à 19 h, au CSI

Source Dna

Posté par fredgo à 13:05 - 04) Matchs de préparation - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 août 2015

Mondial U19 : la France championne du monde

 

     Championne d’Europe l’an passé, l’équipe de France, avec dans ses rangs le Sélestadien Yanis Lenne, s’est offert le monde, après sa victoire contre la Slovénie, hier en finale du Mondial U19 (33-26).C’est tout simplement phénoménal. L’été est bleu. Il y a d’abord eu les cadets, vainqueurs du Festival Olympique de la Jeunesse Européenne (avec quatre Alsaciens, Édouard Kempf, Valentin Kieffer, Benjamin Richert, Noah Gaudin).

l-equipe-de-france-avec-le-selestadien-yanis-lenne-savoure-son-bonheur-photo-stephane-pillaud-ihf

Il y a eu ensuite les juniors, sacrés champions du monde, avec les Sélestadiens Rudy Seri et Julien Meyer.

Depuis hier, il y a les U19, qui se sont eux aussi parés d’or aux championnats du monde, conclusion éclatante d’un parcours parfait dans la compétition (8 victoires, 1 match nul).

Avant de s’envoler pour la Russie, le Sélestadien Yanis Lenne avait annoncé la couleur : « Notre objectif, c’est le titre ». Lui et ses coéquipiers ont associé les paroles aux actes, signant un doublé historique, puisqu’ils avaient été couronnés rois d’Europe l’été dernier.

Hier en finale, contre la Slovénie, qui les avait accrochés en phase de poules (32-32), les joueurs d’Éric Quintin ont survolé les débats après un premier quart d’heure accroché (7-6 à la 15e , 16-13 à la pause).

Yanis Lenne

Plus rien ni personne ne pouvaient alors les arrêter dans leur ruée vers l’or (33-26).

Comme à son habitude, l’ailier droit Yanis Lenne s’est montré efficace (2 sur 3 au tir), contribuant activement au succès français. Et c’est comme Meyer et Seri qu’il va revenir à Sélestat : en champion du monde !

Le chemin est encore long, mais cette génération regorge de pépites, dont certaines viennent déjà de signer leur premier contrat pro, comme Melvyn Richardson (Chambéry), Dika Mem (Tremblay), Ludovic Fabregas (Montpellier) et bien sûr Yanis Lenne.

Ce matin, la France est championne du monde en titre chez les A, les juniors et les U19. Et ce n’est visiblement pas près de s’arrêter…

Source Dna

Posté par fredgo à 17:57 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 août 2015

Yann Eudaric : « Ne pas brûler les étapes »

Alors que Sélestat dispute dimanche prochain un nouveau match amical contre Dunkerque, le nouveau pivot du SAHB, Yoann Eudaric, se confie sur ses ambitions et celles de son club pour la saison à venir.

 eudaric-strasbourg

Yoann, tu fais partie des recrues de Sélestat à l’intersaison. Comment se sont déroulés tes premiers pas avec ta nouvelle équipe ?

Mon intégration se passe bien. L’ambiance est super bonne au sein de l’équipe. Pourvu que ça continue ainsi !

Les premiers matches amicaux ont pourtant été en demi-teinte …

Oui, le résultat est mitigé avec une victoire, un match nul et trois défaites pour le moment. Pour nous, le plus important est de mettre notre projet de jeu en place tout en jouant contre des équipes qui sont plus avancées que nous dans leur préparation. On allie le travail et la compétition. C’est intéressant et enrichissant.

Sélestat visera-t-il les premières places en Pro D2 ?

On a l’ambition de se mêler aux équipes de tête, mais on ne veut pas brûler les étapes car on est une équipe en reconstruction. Cela passe par le travail au quotidien afin de trouver les bons automatismes entre nous les joueurs et le staff. On veut gagner le maximum de matches possible, surtout à domicile.

D’un point de vue personnel, tu t’apprêtes à franchir un cap en passant de Strasbourg qui visait le maintien à Sélestat qui descend de LNH …

Je souhaite faire une bonne saison avec Sélestat, qu’elle soit riche en victoires. J’estime que j’ai encore une grosse marge de progression. Je dois donc faire évoluer mon jeu en attaque et en défense.

Source Handnews

Posté par fredgo à 18:43 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,