Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

18 juin 2015

Kevin BERETTA : L’envie d’une nouvelle vie

apres-quatre-saisons-en-d1-avec-selestat-kevin-beretta-change-radicalement-de-cap-photo-archives-dna-franck-delhommeÀ seulement 25 ans, Kevin Beretta, ailier gauche de Sélestat en D1 pendant quatre saisons, a décidé de tourner la page du professionnalisme et d’anticiper sa reconversion en revenant à Hoenheim (N3), le club de ses débuts. Un choix mûrement réfléchi. Libérateur même.

L’idée n’est pas nouvelle. Elle lui a même toujours trotté dans la tête. Kevin Beretta s’était imaginé revenir un jour à l’AS Hoenheim Sports, là où tout a commencé il y a quinze ans. Elle se concrétise seulement un peu plus tôt que prévu.

« J’ai vu ce que je voulais voir, je n’ai pas envie d’en voir plus »

C’est donc à seulement 25 ans, après quatre saisons en D1, qu’il a choisi de clore un chapitre de sa vie. La décision, qui peut surprendre au premier abord, mérite assurément quelques explications. « Je pensais être pro plus longtemps, mais ce n’est pas un coup de tête », commence-t-il par dire.

Kevin Beretta quitte le monde pro « heureux », presque soulagé. Quand il a appris, fin mai, que Sélestat ne le prolongerait pas, il y a eu un peu d’anxiété. « Mais depuis que j’ai pris ma décision, j’ai le sourire. »

La non-reconduction de son contrat, une blessure au tibia l’an passé et une dernière saison en Violet difficile, avec très peu de temps de jeu, ont sans doute pesé dans la balance.

En septembre, c’est sur les parquets de Nationale 3 qu’on le verra, très loin des flonflons de la LNH. Même si l’annonce de Sélestat est survenue tard – « Je m’en doutais » –, les opportunités de continuer sa carrière professionnelle existaient.

Mais Kevin Beretta ne voulait tout simplement plus de cette vie-là. « J’ai beaucoup d’attaches en Alsace. Je sais que le changement est parfois bénéfique, mais je n’avais pas envie de repartir à zéro. »

« Une vision différente »

La perspective de devoir tout sacrifier pour le handball, de s’exiler, de faire et défaire ses valises chaque été ne l’emballait pas. « Les priorités sont différentes selon les gens. Une carrière pro, ce n’est pas éternel. Tu vis des choses extraordinaires, tu es privilégié, mais c’est temporaire. Je respecte ceux qui veulent faire une carrière, mais j’ai une vision différente de la vie », souffle-t-il.

Peut-être aurait-il fini par s’y résoudre. Mais la proposition formulée par Hoenheim est venue, « au bon moment », valider son choix.

Pourquoi, tout de même, arrêter si tôt ? Tout simplement parce que l’ailier gauche ne se sent plus à l’aise dans ce monde pro, où l’humain a parfois tendance à devenir un vain mot. « Je veux reprendre du plaisir, celui que j’ai perdu depuis ma blessure il y a un an et demi. »

Ça, c’est pour le terrain. Pour le reste, Kevin Beretta a choisi d’anticiper sa reconversion. « Des personnes à Hoenheim, où j’avais toujours gardé des liens, m’ont tendu la main, souffle-t-il, touché par le geste. Je suis content de revenir dans mon club, au milieu de tous ces gens que je connais. »

Un contrat d’avenir pour préparer le sien

Avec le club hoenheimois, il va signer un contrat d’avenir. « Je ne serai pas payé en tant que joueur. » Mais il devra gérer la comptabilité, la communication, le sponsoring, l’organisation des manifestations mises en place avec la Ville…

« J’aurai un éventail très large de missions, tout en continuant à me former, en passant le BP JEPS par exemple (brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport spécialité animation sociale, ndlr) , et à prendre du plaisir sur le terrain. » Car il n’était évidemment pas question d’arrêter le hand.

En faisant ce choix, l’ailier gauche sait pertinemment que le train ne repassera plus, que le handball professionnel s’éloigne définitivement. « Je n’ai pas spécialement envie d’y revenir, sourit-il. Évidemment, c’est super de pouvoir vivre de sa passion. Mais j’ai vu ce que je voulais voir, je n’ai pas envie d’en voir plus. »

Kevin Beretta anticipe l’inévitable question. « Si j’ai peur d’avoir des regrets ? Non, je ne pense pas. Je ne joue pas au handball pour la gloire. »

L’Alsacien a atteint son Graal, foulé les parquets de LNH (206 buts en 81 matches), affronté certains des meilleurs joueurs du monde. « J’ai fait mon chemin, j’ai pris beaucoup de plaisir. Mais je pense que ce qui m’attend est encore plus enrichissant, humainement et professionnellement. » Kevin Beretta va bientôt redevenir « Monsieur Tout-le-Monde ». Et ça suffit à son bonheur.

Posté par fredgo à 11:58 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 octobre 2014

J05: Sélestat - Chambéry; Une révolte ou la galère ...

Il est encore temps pour les Violets de redresser la barre, ce soir contre Chambéry, après trois (trop) lourdes défaites qui ont complètement plombé leur début de championnat. Mais une défaite obligerait, déjà, Sélestat à vivre une saison galère.

les-selestadiens-n-ont-deja-plus-le-droit-a-l-erreur-s-ils-veulent-s-eviter-une-saison-(trop)-compliquee-photo-dna-franck-delhomme

Kevin Beretta n’est pas du genre à se voiler la face : « Il y a quand même un peu le feu ».

Certes, nous n’en sommes qu’à la 5e journée, mais le début de championnat de Sélestat interpelle. Hormis le succès contre Istres, la lanterne rouge, les Alsaciens se sont inclinés à trois reprises, et à chaque fois dans les grandes largeurs.

« Se lever comme un seul homme après chaque but »

La dernière sortie à domicile, face à Cesson (24-32), a fait naître quelques inquiétudes. Et l’ailier gauche violet n’a que des mots très durs, mais finalement justes, pour la qualifier. « Cesson est une belle équipe, mais sans lui faire offense, perdre de huit buts, avec une manière aussi pitoyable, ce n’est pas tolérable. »

On l’aura compris, Kevin Beretta et ses coéquipiers sont en quête de rachat. « Nous savons que nous sommes attendus au tournant par beaucoup de monde. Et c’est normal. »

Mais ce n’est pas seulement pour se prouver quelque chose à eux-mêmes ou à leur public que les Sélestadiens ont besoin de s’imposer contre “Chambé”.

« En cas de défaite, on va s’embarquer dans une saison galère », sait pertinemment l’ailier gauche (24 ans).

Alors, après la défaite face aux Bretons, on s’est parlé : les entraîneurs et les dirigeants aux joueurs, les joueurs entre eux. « C’était nécessaire. »

On saura bientôt si ces discussions ont été salutaires. Car ce n’est sans doute pas une question de talent. Ce Sélestat-là est taillé pour rester “sans trembler” en D1.

À condition évidemment d’afficher un tout autre visage que contre Cesson/Rennes, une rencontre au cours de laquelle Frédéric Beauregard et les siens se sont inexorablement éteints. « On a tous baissé un peu la tête quand on s’est retrouvé en difficulté », regrette le Violet.

Il va donc falloir retrouver l’état d’esprit des premiers jours, notamment celui de la campagne de matches amicaux en Slovénie, début août, qui avait fait naître de belles promesses. « Il faudra être solidaires, être soudés, se lever comme un seul homme après chaque but, après chaque bonne défense », martèle l’ailier gauche.

« Nous allons tous devoir élever notre niveau de jeu », poursuit-il. Parce que si “Chambé” ne va pas bien plus fort actuellement, les coéquipiers de Benjamin Gille n’ont, eux aussi, guère de temps devant eux s’ils veulent jouer autre chose que le maintien cette saison.

« Il nous faut une victoire, point barre »

« C’est un peu aussi la crise là-bas, mais ça reste Chambéry, prévient Kevin Beretta, comme pour dire que Sélestat devra réaliser un match référence. La question n’est pas de se rassurer sur notre jeu, il nous faut une victoire, point barre. Peu importe la manière. »

Opéré du tibia au printemps, l’Alsacien n’a jamais été aussi près d’entrevoir le bout du tunnel. « Je manque encore un peu de punch et de jump dans la jambe gauche, mais les sensations sont bonnes. J’avais tablé sur courant octobre pour retrouver mon meilleur niveau. J’y suis presque. »

Le retour au premier plan de Kevin Beretta, auteur d’un presque parfait six sur sept au tir en trois matches, ne sera pas de trop pour aider Sélestat à sortir de l’ornière.

Il est encore temps de redresser la barre. Mais plus tard, ce sera peut-être trop tard…

Les équipes

SÉLESTAT : 1. Kappelin et 69. Fulop au but. 2. Lenne, 3. Jung, 4. Seri, 6. Pesic, 7. Beretta, 9. Beauregard (cap.), 10. Gudjonsson, 13. Ghita, 20. François-Marie (photo) , 22. Fleurival, 23. Vujovic, 27. Clementia. Entraîneurs : Jean-Luc Le Gall, assisté de Thierry Demangeon. Blessés : Florent Joli (ailier droit) et Igor Vujic (arrière gauche).
CHAMBÉRY : 1. Diot et 12. Genty au but. 4. Tritta, 8. Panic, 9. Ben. Gille (cap.), 10. Ber. Gille, 13. Basic, 14. Feutrier, 18. Paty, 19. N’Guessan, 21. Matulic, 23. Paturel, 25. Detrez, 77. Bicanic. Entraîneurs : Mario Cavalli, assisté de Jackson Richardson.

Coup d’envoi : 20h au CSI, salle Germain-Spatz.
Arbitres : MM. Bounouara et Sami.

Source Dna par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 12:16 - 20) La saison 2014/15 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 septembre 2014

BERETTA Kevin

Violet pendant 5 saisons de 2010 à 2015

kevin-beretta

 

Nationalité

20px-Flag_of_France_svg

France

Né le: 18/05/1990

Taille: 181 cm
Poids: 77kg (2012)

Poste: Ailier Gauche
Numéro: 7

;

.

.

.

.

Palmarès : ?

Nbre de matchs joué en violet*: 93 matchs**
Nbres de buts marqués: 230
Moyennes de buts marqués par matchs: 2.47
* hors matchs coupe de france et de la Ligue
** Stats arrêtées à juillet 2015

Joue actuellement : Drapeau de la France Hoenheim (N3)

Fin de carrière Pro en 2015
Saison 2014/2015 : Drapeau : France Sélestat (13ème LNH) Rélegués

Saison 2013/2014 : Drapeau : France Sélestat (11ème LNH)

Saison 2012/2013 : Drapeau : France Sélestat (8ème LNH)
Saison 2011/2012 : Drapeau : France Sélestat (7ème LNH)
Saison 2010/2011 : Drapeau : France Sélestat (2ème Pro D2 + N2)
                             Drapeau : France Schiltigheim (N3)

Ses saisons en Violet: 

Saison 2014/2015 : Sélestat (LNH)
Nombre de rencontres : 21
Buts sur tir: 29/45
Buts sur penalty: 2/3
Total buts: 31 (74ème)
2 minutes: 6
Top but de la saison
: 5 buts contre Créteil le 04/06

Sa saison: Saison compliquée pour Kevin. Il a tardé à retrouver son efficacité. Dommage car son dernier match sous le maillot violet a été parfais.

A lire l'article du 18/06/2015: L’envie d’une nouvelle vie

Saison 2013/2014 : Sélestat (LNH)
Nombre de rencontres 12
Buts sur tir: 25/41
Buts sur penalty: 11/14
Total buts: 36
2 minutes: 1
Top but de la saison
: 06 buts lors de la 1ère journée contre Dijon

Sa saison: La saison a été courte pour Kevin suite à une fracture de fatigue nécessitant même une opération chirurgicale au printemps. Il reste une valeur sûre pour la saison prochaine.

Saison 2012/2013 : Sélestat (LNH)
Nombre de rencontres: 23
Buts sur tir: 49/83
Buts sur penalty: 22/31
Total buts: 71
2 minutes: 5
Top but de la saison: 8 buts lors de 5ème journée à Sélestat contre Tremblay

Beretta

Saison 2011/2012 : Sélestat (LNH)
Nombre de rencontres: 26
Buts sur tir: 68/117
Buts sur penalty: 6/8
Total buts: 74/125 (49ème)
2 minutes: 2
Sa saison: La longue blessure de Michal Salami l'a propulsé au devant de la scène dès le début de saison. Avec un sang froid digne d'un joueur experimenté, il a affolé les defenses adverses. Il est sans conteste l'une des belles surprise de la saison.

A lire l'article du 23/11/2011: Je peux encore aller plus loin

Saison 2010/2011 : Sélestat (Pro D2)
Nombre de rencontres: 11
Buts sur tir: 18
Buts sur penalty: /
Total buts: 18
2 minutes: 2
Sa saison: Pour sa 1ère saison au SAHB, il se fait rapidement remarquer avec la réserve. Forcement, il est lancé par Jean Luc Legall dans le grand bain dès le début octobre à Besançon. Il se révelera au grand public Sélestadien, 6 mois plus tard, contre la même équipe.

A lire article du 07/03/2011: Beretta, Le coup gagnant

Son premier match en LNH: 10/09/2011, Journée 1, Sélestat 26-24 Créteil
Son premier but en LNH: 17/09/2011, Journée 2, Tremblay 31-24 Sélestat

Le violet il a fièrement porté, violet il restera !

Merci Kevin

 

Posté par fredgo à 14:16 - 11b) Nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

13 novembre 2013

9ème journée : Paris - Sélestat; là-bas, c'est Paris ...

kevin-beretta-et-selestat-veulent-avant-tout-eviter-de-boire-le-bouillon-dans-la-capitale-photo-archives-dna-franck-delhomme

Trois jours après son élimination en Coupe de la Ligue (25-37), Sélestat retrouve le PSG, en championnat et dans la capitale cette fois. Avec des illusions aussi limitées que la première fois.

Que dire qui n’ait pas encore déjà été dit sur Paris ? Son budget pharaonique (13,5 millions d’euros) ? Son incroyable effectif ? Son ambition dévorante ? Tout cela est désormais parfaitement connu de la planète handball.

La domination du club parisien sur la scène hexagonale est tout aussi bien intégrée par la concurrence. « On sait à quoi s’attendre », souffle Kevin Beretta. L’ailier gauche violet n’ignore pas que le PSG n’a jamais perdu à domicile en championnat depuis septembre 2012 et l’entrée du club dans l’ère qatarie.

« Les Parisiens n’ont pas vraiment de limites »

Que peut donc espérer Sélestat, là où Montpellier, Dunkerque ou Chambéry n’ont jamais réussi ? Réaliser un exploit improbable reste forcément dans les têtes alsaciennes. Même si avec le PSG, il y a toujours un “mais”.

« On ne vient pas faire de la figuration, avance Kevin Beretta. Mais il faudrait que les Parisiens soient tous dans un jour sans et nous exceptionnels pour avoir la possibilité de faire un résultat. » Le discours n’est pas du tout défaitiste, simplement empreint de réalisme.

L’ailier gauche a une nouvelle fois pu constater, dimanche en Coupe de la Ligue, que Luc Abalo et ses coéquipiers évoluent dans un autre monde. « On a été combatifs, on n’a jamais lâché. Mais on perd de douze buts, en toute logique. C’est le tarif. » À plus forte raison contre un PSG décidé à ne pas laisser échapper un titre qui lui manque. « Ce trophée doit leur revenir. Ils le veulent absolument. »

Le championnat, aussi, est promis à Paris. Et si les joueurs de Philippe Gardent lâchent parfois du lest, comme à Dijon lors de la dernière journée (28-30), ils ne perdent jamais.

« Tous évoluent au plus haut niveau depuis de très nombreuses années. Nous sommes capables de très belles séquences sur de courtes périodes. Eux en sont capables pendant pratiquement soixante minutes. » Au final, le PSG n’est pas loin d’être intouchable pour ses rivaux de LNH. « Ils n’ont pas vraiment de limites. On a l’impression que tout est simple pour eux. »

Sans Hansen et Honrubia

Dans ce match sans véritable enjeu (ce n’est pas contre Paris, même sans Hansen et Honrubia, laissés au repos, que les Violets doivent prendre des points), Sélestat devra s’appuyer sur ses vingt-cinq bonnes minutes de la première période en Coupe de la Ligue, celles où il avait rivalisé avec les stars de la capitale.

« On doit essayer d’être encore plus rigoureux, plus attentifs, plus concentrés. Le danger peut venir de partout, à la moindre petite erreur de notre part », explique Kevin Beretta.

Une obligation pour ne pas revenir les valises trop chargées, comme la saison dernière (42-27). « On veut faire bonne figure, jouer notre va-tout, faire honneur au maillot. » Une obligation également pour éviter de gamberger avant la prochaine échéance, Aix-en-Provence, le 23 novembre au CSI, un rendez-vous abordable et décisif.

« C’est important pour notre confiance, pour ne pas laisser le doute s’installer. C’est toujours mieux de sortir d’un match avec l’impression d’avoir fait du bon boulot et de ne pas avoir baissé les bras. »

Là-bas, c’est Paris, mais Sélestat ne se laisse pas tourner la tête par les lumières de la capitale.

Paris- Sélestat: ce soir 20h

Source Dna

Posté par fredgo à 11:55 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 septembre 2013

Kévin Beretta : « ne pas donner le bâton pour se faire battre »

Meilleur buteur de Sélestat lors de la victoire du SAHB face à Dijon, le jeune ailier gauche Kévin Beretta monte en gamme saison après saison. Il revient sur le match du week-end, celui à venir face à Nantes que Sélestat compte bousculer… et se projette plus loin encore.

Kevin Beretta

Kévin, recevoir à la maison le promu de Dijon, c’était le match idéal pour démarrer la saison, non ?
Idéal mais piégeur. Car Dijon est évidemment une équipe à notre portée qui vise d’abord le maintien, mais il ne fallait pas se rater. En plus, on les avait joués quelques jours plus tôt en préparation au cours d’une partie finalement sans grande intensité. On s’était beaucoup observé et on savait à quoi s’attendre. Ce qui est sûr, c’est qu’au terme de la préparation estivale, on attendait tous cette rencontre avec impatience et une grosse envie de reprendre la compétition.

Vous avez construit intelligemment votre victoire…
Dans notre tableau de marche, on ne doit pas faire de faux-pas à la maison, surtout face à des équipes à notre portée. Même si, rétrospectivement, on peut voir qu’on a plutôt bien fonctionné l’année dernière à l’extérieur. Jean Luc (Le Gall, ndlr) voulait qu’on soit tout de suite dans la rencontre. On l’a été et on l’a remporté en première mi-temps en creusant un gros écart.

On a senti un collectif bien soudé, fidèle à ses principes. Vous vous entendez tous bien ?
Cela fait un moment que cette équipe évolue ensemble et il y a eu très peu de départs et d’arrivées. On se connaît bien et ça marche.

Que visera Sélestat cette saison ?
On veut d’abord obtenir le maintien, qui est toujours le premier objectif fixé, au plus vite. Une fois que ça sera acquis ce sera plus facile de jouer et d’être libérés. Ensuite, les dirigeants ont fixé une 7e place. C’est ambitieux car il y a des intouchables type Paris, Montpellier, Dunkerque, Chambéry, Nantes et Saint-Raphaël qui seront sûrement devant. Ensuite Toulouse me semble solide et Cesson-Rennes aussi. Si on arrive déjà à faire la même saison que l’an passé, ce sera déjà positif.

Nous parlions d’intouchables… vous affrontez Nantes lors de cette 2e journée. Quelle est la force de cette équipe ?
C’est une équipe qui défend vraiment très bien. Et puis en attaque, elle sait faire ce qu’il faut. Il y a les champions du Monde espagnols notamment et beaucoup de très bons joueurs. Mais on ne va pas aller là-bas pour donner le bâton et se faire battre. On va y aller pour prendre des points. On jouera notre chance.

A titre personnel, vous avez inscrit 6 buts face à Dijon, on vous a plus vu ces derniers mois, est-ce une année clef pour vous ?
On m’a beaucoup parlé ces derniers temps du fait de devoir passer un cap cette saison. Et c’est ce que je souhaite faire. J’ai la volonté de m’imposer, notamment physiquement, sur le poste. Pour cela je veux essayer de m’appliquer encore plus dans ce que je fais, bien faire le boulot, travailler dur. Après c’est surtout une question de confiance. Quand elle est là, c’est moins difficile de tenter.

Source LNH

Posté par fredgo à 12:57 - 05) Interviews - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 septembre 2013

Résumé de la 1ère journée: Les ténors sont là sauf Paris et Chambéry

 

beretta_cc

      Ce n'est que la 1ère journée mais déjà certaines équipes ont montré de l'ambition. C'est le cas en haut de classement pour Montpellier, Nantes, Dunkerque et St Raphaël. Le PSG et Chambéry ont laissé un point en route mais auront l'occasion de se rattraper. Ce sera dur en revanche pour Aix, Nîmes, Ivry et Dijon. Le championnat LNH débute sur un bon rythme et aucune équipe n'est à l'abri d'une surprise.  

SélestatContreDijon

 

Sélestat Alsace HB  25 - 21 Dijon Bourgogne HB

       L'apprentissage sera long mais avec le professeur Lathoud, Dijon pourrait apprendre vite. Malgré les sauvetages de leur portier Nebosja Stojinovic (15 arrêts), Dijon est resté à quai à Sélestat, un adversaire direct pour le maintien. Après une entame catastrophique (11-4 à la 20ème), les Bourguignons ont laissé passer l'orage alsacien et ont retrouvé quelques vertus en fin de rencontre. A un moment, il faut bien le reconnaître où l'affaire était entendue. Score final 25-21, Sélestat et Kévin Beretta (notre photo) ont rempli leur contrat mais passeront un vrai test, en fin de semaine à Nantes. Dijon accueillera... Montpellier et ça risque encore de piquer.

Les autres matchs:

Montpellier 40-28 Aix en Provence
     Pure formalité pour les pros de Montpellier qui avoir après passé le week-end à regarder leur centre de formation les suppléer sur le Trophée des Champions, étaient dans un état de fraîcheur maximum pour recevoir avec tous les égards, Pays d'Aix. Les partenaires ...

Ivry 24-29 Nantes 
     C'est en patron que Nantes s'est imposé à Ivry. Auteurs d'une entame catastrophique (1-6 à la 14ème) où très vite la défense manquant d'agressivité a pris l'eau, les Val-de-Marnais ont couru après le score sans pouvoir...

Tremblay 26-30 Dunkerque
     A Tremblay, la force de frappe d'Audray Tuzolana (notre photo) n'a pas suffi. Auteur de huit buts et de quatre passes décisives, l'arrière gauche a été emporté par la vague nordiste. Dunkerque a idéalement préparé son match de Ligue...

Cesson 29-29 Chambery
      Chambéry doit une fière chandelle à son pivot qui à 20 secondes de la fin a arraché le point du match nul (30-30). Un moindre mal tant Cesson a montré de belles dispositions notamment en défense et fait la course en tête durant quasiment toute...

St Raphael 35-33 Nimes
     Une défaite peut-elle être prometteuse ? Les joueurs Nîmoiss sont d’ores et déjà impatients de tester leurs capacités dans un autre contexte que celui de St Raphaël. Une avalanche de buts de part et d’autre, un score en faveur des Varois dès les 1ères minutes ...

Le classement après 1 journée:

Pl Equipe Pts MJ Vic Def Nul But + But -    
1 Montpellier 2 1 1 0 0 40 28    
- Nantes 2 1 1 0 0 29 24    
- Sélestat 2 1 1 0 0 25 21    
- Dunkerque 2 1 1 0 0 30 26    
- St Raphael 2 1 1 0 0 35 33    
6 Chambéry 1 1 0 0 1 30 30    
- Toulouse 1 1 0 0 1 29 29    
- Paris 1 1 0 0 1 29 29    
- Cesson 1 1 0 0 1 30 30    
10 Nîmes 0 1 0 1 0 33 35    
- Tremblay 0 1 0 1 0 26 30    
- Dijon 0 1 0 1 0 21 25    
- Ivry 0 1 0 1 0 24 29    
- Aix en Provence 0 1 0 1 0 28 40    

Source Handzone

 

Posté par fredgo à 12:14 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 septembre 2013

1ère journée: Sélestat 25-21 Dijon ; Réations et photos

Retour sur la belle victoire du SAHB avec le résumé et les réactions en cliquant sur ce LIEN : http://www.strasbourgphoto.com/handball-selestat-dijon/

Arnaud Freppel

Retour en Images et réactions

Source Total sport Live
 

1ère journée: Sélestat 25-21 Dijon , Sélestat réussit son entrée

selestat-reussit-son-entree

        En étant devant au score durant quasiment tout le match, le SAHB a très bien entamé sa vingtième campagne en Ligue Nationale. Partis comme des fusées, les Sélestadiens ont baissé de régime durant la seconde partie sans être cependant inquiété par Dijon (25-21).

Sélestat voulait débuter sa saison par la meilleure des manières. Le contrat est largement rempli avec un succès sans discussion aux dépens de Dijon (25-21). Pourtant, cet écart final ne reflète pas véritablement la physionomie de la rencontre tant les Alsaciens ont rapidement tué le suspense en réussissant une superbe entrée en matière dans les 25 premières minutes où ils avaient déjà relégué leur adversaire à neuf longueurs (14-5). Si le promu a crânement tenté de semer le trouble dans les esprits des joueurs locaux durant les premières escarmouches en prenant l’avantage (1-3) grâce à deux buts de Redei, le meilleur Bourguignon, hier soir, les Violets ont rapidement montré qui était le patron sur les bords de l’Ill.

L’envolée par les ailes

Et ce sont les ailiers qui ont permis à la fusée sélestadienne de décoller. L’expérimenté gaucher, Arnaud Freppel, a joliment exploité les balles de contres pour marquer les trois premiers buts sélestadiens qui ont permis à son équipe de revenir à la hauteur du promu dès la 5e minute (3-3). Beretta, sur le côté opposé, lui a emboîté le pas en inscrivant trois des quatre buts suivants. Si bien qu’en six minutes, le SAHB a mis son rival dans les cordes en lui infligeant un 6-0 pour s’envoler 7-3.

La démonstration ne faisait que commencer. Dijon ne savait plus à quelle main se vouer et balbutiait son handball. La découverte de la LNH est rude pour le promu. Surtout face à une équipe en chaleur comme c’était le cas de Sélestat. En se reposant sur une défense particulièrement hermétique (5 buts encaissés lors des 25 minutes initiales) et un Laszlo Fulop inspiré (10 arrêts au cours de la première mi-temps), le SAHB a pu présenter un jeu chatoyant et drôlement efficace. L’attaque s’est mise au diapason pour mettre au supplice le pauvre Stojinovic, transpercé de toutes parts. Podsiadlo retrouvait l’adresse pour y corser l’addition avec trois buts en cinq minutes. Au point que le sort du match paraissait pratiquement joué au moment de regagner les vestiaires (16-7).

Un relâchement sans conséquence

L’écart grimpait même à plus dix dès la reprise et on était en droit de se demander si Sélestat n’allait pas terminer leader au terme de cette soirée inaugurale, charge à lui de faire un peu mieux que Montpellier vainqueur la veille à Aix avec 12 buts d’écart. Mais la suite n’a pas été du même tonneau. Petit à petit, les approximations se sont fait jour. La défense n’était plus aussi imperméable, tandis que les attaquants ont été de plus en plus souvent mis en échec par le gardien. En plus de huit arrêts, Stojinovic a réussi à détourner trois jets de sept mètres. De quoi mettre le doute dans les esprits alsaciens, surtout quand Dijon a passé un 4-0 entre la 52e et la 56e minute pour recoller à 4 longueurs (23-19).

Un but de Beauregard, suivi d’un autre de Rechal ont cependant évité au CSI de broyer du noir. À 25-19 et moins de trois minutes à jouer, le danger d’un incroyable retournement de situation a pu être évité. Sélestat tenait là sa première victoire. L’essentiel est fait comme l’a souligné Kevin Beretta au coup de sifflet final. « On aurait dû continuer comme on a joué en première période, mais on a connu un relâchement qui nous a été préjudiciable , regrettait l’ailier gauche et meilleur marqueur alsacien de la soirée. Mais on a mené de bout en bout et on n’a jamais eu peur. C’était important de bien commencer cette saison surtout quand on sait ce qui nous attend par la suite. » Un déplacement à Nantes avant la réception de Dunkerque, notamment. Ces deux points sont donc déjà précieux.

Source L'Alsace

Posté par fredgo à 18:31 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 septembre 2013

L'équipe du SAHB 2013/2014 et ses joueurs

L'équipe 1 en LNH

Sélestat 2013 2014

En haut de G à D: Jimmy DUCHENE (Responsable Logistique)Arnaud FREPPEL (N°11)Djordje PESIC (N°6) – Xavier RECHAL (N°19) – Jordan FRANCOIS MARIE (N°20) - Christian OMEYER (Directeur Sportif)

Au milieu de G à D : Laszlo FULOP (N°69) - Stevan VUJOVIC (N°23) - Frédéric BEAUREGARD (N°9) Quentin EYMANN (68) - Guynel PINTOR (N°15) –  Pawel PODSIADLO (N°8) -  Obrad IVEZIC (N°12)  Kévin BERETTA (N°7)

En bas de G à DOlivier JUNG (N°3)(Capitaine) Michal SALAMI (N°17) – Thierry DEMANGEON (Entraîneur Adjoint) – Vincent MOMPER (Président du SAHB) – Jean-Luc LE GALL (Entraîneur)Yuriy PETRENKO (N°5)Kévin BERETTA (N°7)

L'équipe 2 (la réserve) en nationale1

 

2013_formation_sahb_710

Debouts de gauche à droite : Blum Frédéric, Stangret Vincent(N°7), Richert David(N°9), Lenne Yannis(N°-), Stroh Valentin(N°17), Griesmar Yann(N°6), Reri Rudy (N°13), Willmann Claude, Demangeon Thierry (Ent)

Accroupis de gauche à droite : Huck Guillaume(), Meyer Julien(N°1), Rechal Xavier(N°8), Abbey Anthony(N°3), Weber Paul(N°2), Schneider Nicolas(N°14), Batt Arnaud(N°4), Duchene Maxime(N°2), Trindade William.

Manque sur la photo : Greynenbuhl Xavier

11 février 2013

Après Paris: faut vite tourner la page

debordes-par-les-attaquants-parisiens-kevin-beretta-et-les-selestadiens-se-sont-aussi-heurtes-a-un

Paris était encore plus impressionnant qu’on ne l’imaginait et n’a pas laissé l’ombre d’un espoir aux Sélestadiens qui devront éviter de ruminer leur lourde défaite pour se relancer contre des rivaux davantage à leur mesure.

L’heure n’est plus à échafauder des rêves. Sélestat ne sera pas le premier club de la LNH à s’offrir le scalp du leader parisien. Et à voir le niveau de jeu atteint par l’équipe de Philippe Gardent, on peut se demander s’il existe un club en France capable de battre cette équipe lancée vers le sacre.

Samedi soir, les audacieux Sélestadiens ont fait peine à voir. Ils n’ont même pas tenu l’espace d’un quart d’heure comme à l’aller, voire d’une mi-temps, galvanisés qu’ils étaient par les 5 500 supporteurs acquis à leur cause. En dix minutes, le soufflet était retombé et la victoire de Paris ne faisait déjà plus aucun doute (2-8, 11 e). D’autant plus que les Alsaciens cafouillaient leurs actions au point de gaspiller une bonne douzaine de balles. Et contre un tel adversaire, cela se paye cash. Sous la forme d’un score à la mi-temps (9-24) qui en dit long sur la physionomie des trente premières minutes.

Paris était trop fort

Comme s’ils avaient reçu un coup de marteau sur la tête, Yuriy Petrenko et ses partenaires ont paru groggy. Incapables de réagir à la pression adverse. Écrasés par le contexte mais surtout par un rouleau compresseur qui n’a pas fait dans la dentelle. « Les joueurs avaient envie de très bien faire, souligne Jean-Luc Le Gall. Mais ils ont été complètement inhibés et ne savaient plus quoi faire par moments. En plus, lors des rares fois où nous avons mis Paris en danger, nous avons manqué de réussite ou sommes tombés sur un gardien, Sierra, qui sortait tout. Il s’agit maintenant de relativiser les choses. L’opposition était beaucoup trop forte. Cela permettra à ceux qui nous voyaient plus beaux que nous sommes de constater qu’on est encore loin des meilleures équipes du championnat. J’ai même entendu certains parler de places européennes. Ils ont eu une réponse samedi soir et ont vu quelle est notre vraie place dans cette compétition. »

Mais tout n’est pas à jeter pour l’entraîneur des Violets qui a dû composer avec un effectif privé de son second gardien Laszlo Fulop ainsi que de Xavier Rechal, alors que Frédéric Beauregard n’avait que trois entraînements dans les jambes après son retour d’une blessure de quatre semaines. Le coach a apprécié le comportement de son équipe en fin de match. « Alors que nous avions la tête dans le seau, nous sommes parvenus à retrouver des couleurs dans les vingt dernières minutes. On a alors vu une équipe qui replie, lance des contres, marque des buts. On a su retrouver nos valeurs dans ces derniers instants. » Le public a d’ailleurs apprécié ce regain de vivacité même si le match était plié depuis des lustres et que cela n’a permis que d’adoucir une addition qui s’approchait des records en frisant les 20 buts d’écart et la barre des 50 buts.

Un calendrier compliqué

Les Sélestadiens ont bien fait de se remettre sur le bon chemin pour préparer la suite. Le calendrier est loin d’être favorable en proposant quatre déplacements lors des cinq prochaines journées (Cesson dès vendredi prochain, puis Tremblay, Billère et Dunkerque) avec, comme unique réception, celle de Chambéry. Les points vaudront très chers au cours de ces deux prochains mois. C’est pourquoi il ne sert à rien de ruminer sur ce rendez-vous manqué contre Paris, mais de « basculer sur autre chose » comme le recommande Jean-Luc Le Gall. L’affrontement entre les deux huitièmes de la LNH offrira deux points précieux à son vainqueur. Ce genre de rencontre est bien plus importante (sur le plan comptable) pour Sélestat qu’une soirée de gala face aux Galactiques de Paris. Aux Violets de rebondir du côté de Rennes.

Source journal L'Alsace par Christian Weibel

Posté par fredgo à 13:11 - 20) La saison 2012/13 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,