Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

30 mars 2015

Des news de nos anciens violets: Saison terminée pour Mickaël Robin

Sorti sur blessure lors de la 1⁄2 finale du Final Four face à Nantes, ce samedi 28 mars, Mickaël Robin a rapidement été pris en charge par le staff médical de la LNH. Il a passé une IRM qui a révélé une rupture du ligament croisé antérieur. Mickaël Robin aura des examens complémentaires sur Rennes et il rencontrera le chirurgien dans les jours à venir, afin de déterminer la date de l’opération. Le portier cessonnais ne retrouvera pas les terrains avant le mois de septembre. 

robin-cesson

Réaction de Mickaël Robin : C’est un coup dur mais c’est une épreuve que j’ai déjà vécu et je suis revenu à chaque fois plus fort ; j’espère que ce sera encore le cas cette fois. Je n’ai pas trop de douleurs, maintenant nous attendons les examens complémentaires, notamment le rendez-vous avec le chirurgien, pour savoir quand je serai opéré et le protocole pour la rééducation. En général, le temps de récupération, pour ce genre de blessure, est d’environ 6 mois ; en plus, au poste de gardien, les contraintes sont différentes que pour un joueur. Nous allons tout mettre en œuvre pour que je sois de retour pour la reprise du championnat en septembre. Je ne serai peut-être pas à 100 %, mais je serai là pour épauler Kévin. Je le soutiendrai jusqu’à la fin de saison, j’ai totalement confiance en lui, je connais sa valeur et je suis sûr qu’il va être performant, il a tout ce qu’il faut.

Lire l'article complet

Communiqué du Cesson-Rennes

Tous les violets lui souhaitent un bon rétablissement


08 février 2015

Coupe de France (16e de finale) : Saran 26–27 Sélestat, Dans la Douleur

christian-gaudin-a-durant-toute-la-partie-beaucoup-communique-avec-ses-joueurs-photo-apl-arthur-lanusse

Accrochés 60 minutes durant par une belle équipe saranaise, les Sélestadiens assurent l’essentiel et se qualifient pour les 8es de finale de la Coupe de France.

Un peu plus de sept semaines après leur brillante victoire à Cesson et cinq jours avant d’aller défier Chambéry au Phare en LNH, le SAHB se voyait proposer un match de Coupe de France piège dans le Loiret.

Sur le parquet d’un leader de Nationale 1, les Alsaciens ont d’abord pris le problème par le bon bout. Gudjonsson et Seri, tous deux impeccables à 3/3 au tir en première période, ont rapidement donné l’avantage aux Violets (0-2, 3’20).

Les choses se compliquèrent quelque peu par la suite. Quatre ballons perdus lors des six minutes suivantes et les Banlieusards orléanais étaient passés devant (7-6). Évoluant sans complexe, les Saranais continuèrent à poser moult problèmes aux Bas-Rhinois. Dans le sillage d’un Gaillard efficace, ils enchaînaient positivement (8-7, 13e ).

C’était sans compter sur la révolte loiretaine

Par bonheur, lors du premier acte, le SAHB put s’appuyer sur les parades de Kappelin pour empêcher que le fossé ne se creuse. Les Violets connurent ensuite un bon passage, matérialisé par le doublé de Beauregard et la réussite de Joli (8-10, 17’40).

Las, sept minutes plus tard, Ramel (ancien violet) et Gaillard avaient inversé la tendance (12-11, 24’40). Malgré tout, durant les deux dernières minutes, Beretta puis, Vujic permirent aux Alsaciens de regagner les vestiaires nantis d’une longueur d’avance (13-14, 30e ).

Au retour sur le parquet les Bas Rhinois se détachèrent progressivement (14-16, 36e puis, 15-18, 37’30 et enfin, 16-20, 40e ). On pensait que fort de leur plus grande expérience, ils venaient de faire le plus dur et, allaient ainsi se ménager une fin de match plus tranquille. D’autant plus que Fulop ne ménageait pas non plus ses arrêts dans le but alsacien, à l’image de son tête à tête victorieux avec Perrin (41’20).

Trouvé à deux reprises au pivot, Fleurival offrit ensuite aux Sélestadiens leur plus large avantage du match (19-25, 46’20). Enfin tranquilles ? C’était sans compter sur la révolte loiretaine. Combinée à la baisse de régime bas-rhinoise, l’avance visiteuse fondit comme neige au soleil (22-25, 52e ).

Vujic et Joli blessés

Même si Vujic trouva deux fois l’ouverture (23-27, 54’40), la générosité saranaise redonna de la voix à la salle. Deux parades de Huyghe sur Beauregard et Joli, un triplé de l’insatiable Gaillard et le SAHB était contraint à trois dernières minutes sur le gril (26-27, 57e ). D’autant plus que joli se blessait à la cheville droite au moment de défier Huyghe (59e ). Par bonheur pour les Alsaciens, le dernier tir d’Acquevillo passa largement au-dessus du but de Fulop. Non sans avoir tremblé jusqu’au bout, le SAHB sera au rendez-vous des 8es de finale.

Soulagé par cette première sortie victorieuse, Christian Gaudin confia : « L’essentiel est acquis. On savait que ça allait être dur face à une équipe en pleine confiance, contrairement à nous. C’était le match dur auquel je m’attendais. Saran est une bonne équipe avec des joueurs capables de réaliser ce type de partie. Il faut désormais qu’on apprenne à se connaître les joueurs et moi. À +6, on a manqué de concentration. On devra absolument éviter ce genre de passage à vide à l’avenir. On se qualifie mais, malheureusement on repart avec 2 blessés, Vujic et Joli ! »

Source Dna

20 avril 2014

Après Sélestat -St Raphael: On va s’en sortir ...

yuriy-petrenko-touche-a-l-epaule-sera-sans-doute-absent-samedi-prochain-contre-cesson-comme-beretta-podsiadlo-pesic-et-vraisemblablement-beaur

Sélestat joue à se faire peur à force d’enchaîner les défaites depuis le début de l’année. Vincent Momper, le président sélestadien, veut croire que son équipe saura surmonter les difficultés actuelles.

Sélestat est-il en crise ? « Non », répond Vincent Momper. Mais en crise de résultats, c’est une évidence. « C’est sûr que l’on traverse un passage noir, un passage très difficile sportivement », ne peut nier le président sélestadien.

« Pas un chat, mais une meute de chats noirs ! »

On se répète, mais les coéquipiers de Frédéric Beauregard n’ont toujours pas gagné en championnat en 2014. Plus inquiétant encore, le jeu alsacien se délite au fur et à mesure des matches. Contre Saint-Raphaël, l’attaque violette a une nouvelle fois peiné à trouver de la fluidité. Et une nouvelle fois, Sélestat a perdu.

Certes, on peut avancer des circonstances atténuantes. Le rendement de n’importe quelle équipe serait affecté par la perte de son atout offensif numéro 1 (en l’occurrence Podsiadlo) et de son maître à jouer (Petrenko, qui a dû “abandonner” ses coéquipiers dès la 5e minute jeudi soir).

« Nous ne sommes vraiment pas épargnés par les blessures, souffle Vincent Momper. Ce n’est pas un chat, mais une meute de chats noirs qui rôde au CSI ! » Seulement voilà, « ça fait partie du sport » et Sélestat va devoir composer avec tous ces coups du sort.

« C’est clair que l’on ne s’attendait pas à vivre un moment aussi difficile, ajoute le président. Avec une équipe au complet, je pense que l’on serait tranquille. » Mais tranquille, justement, le club alsacien ne le sera pas tant qu’il ne regagnera pas.

Jamais les joueurs de Jean-Luc Le Gall n’avaient connu un tel passage à vide depuis leur retour en D1. « Toutes ces défaites marquent forcément le groupe, mais dans les moments difficiles, il faut encore davantage se serrer les coudes pour inverser la tendance. »

Il faut aussi se raccrocher aux branches, et espérer qu’elles ne rompent pas. « La “chance” que l’on a quand même, ce sont les résultats de nos concurrents directs. »

Dijon et Ivry, en effet, ne vont guère mieux et les Violets ont encore « les cartes en main ». C’est une hypothèse tout à fait possible : les coéquipiers d’Olivier Jung pourraient très bien se maintenir sans gagner le moindre match d’ici la fin de la saison.

« C’est toujours embêtant de devoir compter sur les autres, estime Vincent Momper. On veut que notre avenir ne dépende que de nous. » Pour cela, il va falloir (re)gagner, vite.

Le président veut croire que la tempête va bien finir par s’éloigner. « Si en plus on est pessimiste…, sourit-il. Il faut rester optimiste, mais ne pas être d’un optimiste béat. Il faut se dire que l’on a les moyens d’y arriver, même si ce ne sera pas simple. On va s’en sortir. » Puisse-t-il être entendu…

Yérime Sylla, l’ancien entraîneur de Dunkerque, s’est engagé hier ...

Source Dna, par Simon Giovaninni

Posté par fredgo à 07:16 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 octobre 2013

Avant Sélestat - Montpellier: Après Thierry Omeyer, Tej sera aussi absent contre Sélestat

touche-au-mollet-le-pivot-de-montpellier-issam-tej-manquera-aussi-ses-retrouvailles-avec-selestat-archives-denis-werwer

Les deux anciens de Sélestat ne seront pas au Rhenus dimanche face à leur ancienne équipe.

Décidément les ex-Sélestadiens de Montpellier ne sont pas vernis par les circonstances à l’approche du match contre leur ancien club, ce dimanche à 16 h au Rhenus Sport à Strasbourg. Après Thierry Omeyer, contraint de se faire opérer d’une blessure au coude gauche, jeudi, Issam Tej a été, à son tour, obligé de renoncer au voyage en Alsace. Le pivot de l’équipe de Tunisie n’est pas remis d’une blessure au mollet contractée lors du match de la semaine dernière contre Cesson et ne pourra pas tenir sa place.

L’équipe de Patrice Canayer se déplacera donc sans deux éléments majeurs de son équipe. « C’est d’autant plus gênant que Thierry et Issam étaient deux des joueurs les plus en forme depuis le début de la saison. C’est un gros handicap et c’est regrettable pour Thierry qui se faisait un plaisir de revenir jouer en Alsace. » Le forfait du gardien de l’équipe de France n’ouvre néanmoins pas la porte au retour du deuxième portier alsacien de Montpellier. « Mickael Robin qui vient à peine de reprendre l’entraînement cette semaine n’est pas encore en mesure de disputer un match de D1 , estime son coach. Le jeune Kevin Menard secondera Arnaud Siffert à Strasbourg. »

Aussi contrariants qu’ils soient, ces deux gros forfaits ne doivent pas empêcher la machine montpelliéraine de se remettre sur de bons rails après deux défaites consécutives, chose plutôt rare chez l’ancien champion de France. « Ces deux revers nous ont marqués, le premier face à Paris moins que le second contre Cesson qui a montré beaucoup plus d’envie. Nous avons plein de choses à nous faire pardonner et il est temps de retrouver le chemin de la victoire, estime le manager général du MAHB. L’équipe a des qualités. Elle doit désormais le démontrer sur le terrain en faisant preuve d’engagement et de volonté. L’an dernier nous avons été secoués pendant tout le match par Sélestat. Quand on voit les résultats actuels en championnat, on se rend compte que chaque équipe peut battre tout le monde. Il nous fait désormais écrire notre histoire et ne pas nous reposer sur notre palmarès. »

Source L'ALsace

 

Posté par fredgo à 14:50 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 octobre 2013

Thierry Omeyer, blessé, ne sera pas au Rhenus dimanche pour affronter Sélestat

l-ancien-violet-mickael-robin-qui-a-repris-l-entrainement-depuis-dix-jours-se-dit-pret-a-faire-son-retour-dimanche-contre-selestat-photo-le-midi-libre

Le malheur des uns…

Il se faisait une joie de revenir au Rhenus pour affronter son club formateur. Thierry Omeyer va manquer les trois prochains mois en raison d’une blessure au coude et va rater ces retrouvailles très attendues. Mickaël Robin, l’autre gardien alsacien de Montpellier, pourrait bien revenir plus tôt que prévu dans le jeu.

On l’avait rencontré ce lundi sous le soleil de Montpellier, franchement enthousiaste à l’idée de retrouver Sélestat, son club formateur, et le Rhenus, où il a si souvent brillé lors de l’EuroTournoi.

Robin : « Je suis à la disposition de l’équipe »

« Je me réjouis vraiment de revenir en Alsace, au Rhenus. J’ai toujours suivi le parcours de Sélestat. Je reste très attaché au club. J’y ai joué, mon frère (Christian, ndlr) en est le directeur sportif. Pour toutes ces raisons, ce match est forcément spécial », confiait ainsi le gardien alsacien.

« Sur le terrain, je vais tout faire pour aider mon équipe à gagner. Mais pour tous les autres, je serai supporter de Sélestat », avait-il ajouté, heureux d’avoir repris le fil de son aventure montpelliéraine.

Mais ça, c’était lundi. Avant que la mauvaise nouvelle apprise hier ne vienne empêcher ces retrouvailles tant attendues. Blessé – ce qui ne lui est pas arrivé très souvent durant sa carrière – au coude (désinsertion du biceps brachial), “Titi” sera opéré aujourd’hui.

L’indisponibilité du double champion olympique est estimée à trois mois, mettant ainsi en cause sa participation au prochain Euro, du 12 au 26 janvier au Danemark.

L’équipe de France n’avait pas besoin de cette tuile. Montpellier, en perte de vitesse après deux défaites consécutives en championnat contre le PSG et Cesson, non plus. La perte, même temporaire, de l’ancien Sélestadien laisse un grand vide dans l’Hérault.

Mais un gardien alsacien peut en cacher un autre. Et, pour rester dans les dictons, le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres.

Mickaël Robin, lui aussi formé du côté de la maison violette, a repris l’entraînement il y a dix jours, quatre mois après un accident de scooter et une fracture ouverte de la cheville.

« Je m’en suis très bien sorti. Cela aurait pu être bien plus grave. Les sensations sont bonnes, je n’ai plus aucune douleur », explique le gardien de Montpellier, dont l’indisponibilité avait poussé son club à engager Arnaud Siffert afin d’épauler Thierry Omeyer.

« Ça m’embête vraiment pour lui »

Mickaël Robin le sait, la blessure de son compère alsacien va faciliter son retour à la compétition. « Dans un futur proche, c’est une “bonne” nouvelle pour moi, souffle-t-il sans s’en réjouir. Ça m’embête vraiment pour lui. Je sais que ce sont des périodes pas faciles à vivre. Aujourd’hui une place se libère pour moi, mais j’espérais que les choses se fassent dans un autre contexte. »

En mai 2011, l’ancien de la SP Neuhof avait déjà été victime d’un… accident de scooter – « Les deux fois je n’étais pas responsable, mais le deux-roues, c’est fini ! ». “Mika” avait rongé son frein pendant six mois. « J’ai passé du temps en tribunes à regarder mes potes jouer… »

Un objectif après l’autre

Il ne devrait cette fois manquer qu’une poignée de matches. Car il espère vite revenir au jeu. « J’ai le feu vert médical pour jouer, indique-t-il. Il était prévu que je reprenne avec la réserve, en N1, ce week-end. »

La blessure de Thierry Omeyer pourrait-elle changer la donne ? Mickaël Robin ne serait pas contre, bien au contraire. « C’est au staff de décider. Si Patrice (Canayer, le coach, ndlr) a besoin de moi, je suis à la disposition de l’équipe. »

Montpellier prendra-t-il le risque de l’aligner dès dimanche au Rhenus ou fera-t-il appel à l’habituel titulaire de la réserve, Kévin Mesnard, 20 ans, né à… Strasbourg (*) ?

La réponse ne devrait pas tarder à être connue. Mickaël Robin, lui, se dit prêt à replonger dans le grand bain.

« J’ai envie !, lance-t-il. Et puis reprendre face à Sélestat, au Rhenus, face à certains de mes anciens coéquipiers, devant le public violet, ce serait sympa. Beaucoup de choses ont changé depuis mon départ (en 2008) , mais le club ne cesse de progresser. Et c’est une équipe qui joue plutôt bien. »

“Mika”, qui arrive en fin de contrat, sait qu’il va débuter une saison importante pour son avenir. « Je me fixe un objectif après l’autre, avance-t-il. J’ai atteint le premier. Le deuxième, c’est d’être performant. C’est à moi de montrer que je suis à nouveau là. »

La date n’est pas encore connue, mais Thierry Omeyer et Mickaël Robin ne manqueront assurément pas d’être associés cette saison dans le but de Montpellier pour former un duo 100% alsacien.

(*) Montpellier a aussi qualifié cette semaine le jeune gardien Ludovic Fabregas, 17 ans.

Source Dna

Posté par fredgo à 12:25 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,