Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

26 octobre 2015

Des nouvelles de nos anciens: Baptiste BUTTO dans le club des « Millénaires » ...

la LNH vous invite chaque semaine à aller à la rencontre de l’un de ses acteurs les plus en forme du moment. Ce lundi, place à Baptiste Butto, l’ailier gauche de Dunkerque, qui vient de passer la barre des 1000 buts en Division 1. 

Butto B Dunkerque 2015
"Quand on commence à jouer en Division 1, on ne se dit pas:
« Je vais marquer 1000 buts »". Alors que ses neuf buts inscrits lors de la défaite de Dunkerque face au PSG, jeudi dernier, lui ont permis de devenir le sixième joueur à passer la barre des 1000 réalisations en Division 1, Baptiste Butto ne cherche pas à en faire plus que cela. "Je savais que ça se rapprochait, mais ce n’était pas un réel objectif, explique l’ailier gauche qui, avec ses 1002 buts, rejoint Anouar Ayed (1204), Guillaume Saurina (1128), Mladen Bojinovic (1101), Raphaël Caucheteux (1081) et  Matthieu Drouhin (1066) dans le club des « Millénaires ». C’est quelque-chose d’un peu anecdotique, qui fait plaisir à son petit ego mais si ça ne fait pas gagner des matches ou des titres, ça ne sert à rien."

is0004d2_20090214_BR

Reste que ce cap, qui ne devrait pas être dépassé de nouveau cette saison, montre la place qu’à su se faire le Dunkerquois au plus haut niveau du handball français. Désormais âgé de 28 ans, Baptiste Butto a démarré sa carrière de handballeur 22 ans plus tôt, en suivant les traces de son père, lui aussi handballeur. "Dès mes premiers pas j’avais un ballon dans la main. J’ai pris une licence dès que j’ai pu vers l’âge de 5-6 ans", explique le natif d’Algrange, en Moselle. Passé par Thionville, celui qui évolue alors au poste d’arrière gauche intègre ensuite le Pôle Espoirs de Strasbourg tout en jouant une première saison à Metz, avant d’intégrer le centre de formation de Sélestat. "C’est ce qu’il y avait de mieux pour moi, ce Pole Espoirs, c’est presque une institution quand on voit les joueurs qui en sont sortis", note-t-il.

"On a écrit les belles pages de ce club"

C’est à ce moment que le jeune homme d’1m86 est replacé à l’aile, en raison de son manque de taille. Pas de quoi l’empêcher de continuer sa progression, qui va finalement prendre un coup de boost en 2009, quand Dunkerque frappe à sa porte. "Ce n’était pas dans mes plans de partir (de Sélestat). En plus on venait de descendre en D2, et je sortais moi-même d’une saison difficile, avec une longue blessure à la cheville, raconte l’ailier. Mais c’était une belle opportunité pour moi d’intégrer un grand club français, et de jouer la Coupe d’Europe. Je remercie d’ailleurs Sélestat qui n’a pas freiné mon transfert, alors qu’il me restait deux années de contrat." Voilà donc Baptiste Butto catapulté dans une équipe pleine d’ambitions, et toujours en quête de son premier titre.

Aux côtés de Vincent Gérard, Mohamed Mokrani ou Bastien Lamon, l’ailier gauche, sa puissance de tir et son sang froid dans l’exercice des jets de 7m, va pleinement participer à la décoration de la vitrine aux trophées du club nordiste avec une Coupe de France, une Coupe de la Ligue et un titre de champion de France. "J’ai également pu participer à la Ligue des champions durant deux ans. On a écrit les belles pages de ce club, souffle le Mosellan, alors que l’équipe nordiste semble désormais lancé dans un nouveau cycle. Il y a un nouvel élan à avoir. On a rajeunit l’équipe, on a perdu des joueurs importants. Après il reste encore pas mal de joueurs qui ont vécu notre épopée. Mais c’est aussi important de rajeunir le groupe pour retravailler."

Battiste_Butto_penaltys

Désormais cadre au sein de la troupe de Patrick Cazal, l’ailier gauche garde tout de même une petite cicatrice, celle d’une histoire avec l’équipe de France qui n’a jamais vraiment commencée. Sélectionné chez les Jeunes, Baptiste Butto n’a été appelé qu’à une seule reprise par Claude Onesta, lors de la préparation pour l’Euro 2012. Depuis, c’est le silence radio. Un silence que le joueur tente de dompter. "J’y pensais plus il y a quelques années, où je pensais vraiment pouvoir intégrer l’équipe, au moins pour les rassemblement. Maintenant ce n’est plus trop dans mon esprit. Je ne me fais pas de faux espoirs", conclut-il. 

Benoît Conta

Crédit photo: Michel Guilbert/USDK
Source LNH

----------

BUTTO Baptiste

Violet pendant 5 saisons de 2004/2009
Formé à Sélestat

20122013_baptiste_butto

Nationalité:

20px-Flag_of_France_svg

France

Né le: 13/02/1987
A : Algrange (57)

Taille: 183cm
Poids: 82kg

Poste: Ailier Gauche 
Numéro: 57

Sélections en équipe de France : 2011 Sélections en Equipe de france A = 1

 

Palmarès:
Saison 2015/16 : 6ème joueur à atteindre les 1000 buts en LNH (22/10/15 contre Paris)
Saison 2013/14 : Champion de France avec Dunkerque
Saison 2012/13 : Vainqueur Trophée des ... voir la suite ici

Ses Stats au SAHB:
Nombre de rencontres: 77
Buts sur tir: 152
Buts sur penalty: 105
Total buts: 257

voir la suite ici

Le violet il a fièrement porté, violet il restera !

Bravo Baptiste

 


10 mai 2015

Liste Alphabétique des anciens joueurs Violets

ANDRES Gilles (Fra) de 1996 à 1998
AMAN Valentin (Fra) de 2008 à 2013
AMREIN Cedric (Fra)  de 1995 à 1996  
ARNAUD Bastien (Fra)   de 2004 à 2009
BALMY Nicolas (Fra) de 2004 à 2007
BARAN Michal (Slo) de 2007 à 2009
BARASSI Martial (Fra) de 1992 à 1998
BARREIRA José (?)  de 1994 à 1996
BERETTA  Kevin (Fra) de  2010 à 2015
BERTHIER François (Fra) de 1984 à 1998 puis entraîneur de 2001 à 2008
BERTRAND Jean Michel  de 1992 à 1994
BEZANCON Jean René (Fra) de 2000 à 2001
BILOUM El Hadi (Alg)  de 2006 à 2009
BLEGER Vincent (Fra) de 1993 à 1994
BOILLAUD Victor (Fra)  de 2002 à 2009
BOISSONNET Jerome (Fra)   de 1992* à 1994
BOUAKAZ Yacinn (Fra) de 2003 à 2004
BOULANGHIEN Yannick (Fra) de 1996 à 2001
BOULTIF Sassi (Fra)  de 2000 à 2003
BUTTO Baptiste (Fra)  de 2004 à 2009
CALIC Milan (Fra)   de 2008 à 2009
CAMARA Tom (Fra)   de 1992* à 1996
CELCAL Gary (Fra)   de 2009 à 2010
CELICA Dusko en 2014
CHABERT Jeremy (Fra)   de 2008 à 2009 
CHAMPAGNE Frantz (Fra) de 2003 à 2004
CLEMENTIA Samuel (Fra) de  2014 à 2015
CROZET Nicolas (Fra) de 2000 à 2002
DEMANGEON Frederic (Fra) de 1997 à 1998
DENAIN Gregory (Fra) de 1998 à 2003
DUCHENE Maxime (Fra) de 2011 à 2014
DOBRESCU Dragos (Rou) de 1997 à 2001
DURAND Kevin (Fra)   de 2009 à 2010
DURBAN Allan (?) de 1995 à 1997
ENGEL Olivier (Fra)  de 1992 à 2003
EYMANN Kentin (Fra)  de 2008 à 2014
FAVEEUW Marc de 1989* à 1994
FELIHO Rock (Fra)  de 2000 à 2004
FOUBERT Robin (Fra)  de 2009 à 2011
FRANCOIS-MARIE Jordan (Fra)  de 2009 à 2015

FRANCK Francis (Fra)  de 2003 à 2007 et 2009 à 2011
FREPPEL Arnaud (FRA) de 1998 à 2007 et 2010 à 2014
FULOP Laszlo (Hon)  de 2011 à 2015

GALLOTTE Sébastien (Fra)   de 2004 à 2010
GATEAU Edie (Fra) de 1994 à 1999
GIRARDIN Nicolas (Fra)  de 2005 à 2011
GOLLING Matthias (?) de 1994 à 1995
GUDJONSSON Snorry Stein (ISL) de 2014 à 2015
GUERS Benjamin (Fra)
de 2000 à 2002
GUERS Nicolas (Fra) de 2000 à 2002
GUTFREUND Antoine (Fra)     de 2009 à 2010
HARAKET  Hatem (Tun)  de 2006 à 2008
HAAS Josselyn (Fra)  de 2006 à 2007
HOFFER Bertrand  de 1992* à 1996
IGHIRRI Mehdi (Fra)  de 2003 à 2007
IVEZIC Obrad (SER) de 2010 à 2014
JEROU Makram (Tun)  de 2006 à 2007
JOVICIC Mladen (Bos) de 2002 à 2003
KARCHER Olivier (Fra) de 1998 à 2003
KEMPF Bruno  de 1992* à 1994
KUHN Daniel de 1992* à 1996
LOEHRER Marc 
de 1992* à 1993
LOU-MOHA Yohann (Fra) de 1995 à 1999
MALASEVIC Nikola (Ser) de 2004 à 2006
MARTIN Gregory (Fra)   de 2003 à 2009
MATHIS Louis (Fra) de 2003 à 2009
MATZINGER Régis (Fra) de 2009 à 2013

MEGANEMM Heykel (Tun) de 2002 à 2005
MICHEL Volker (All)  de 2003 à 2004
MOTLICK Radek (Tch)   de 2007 à 2009
NESTOR Raphael (Fra)  de 2003 à 2007
HULJINA Tomislav (Cro)   de 2007 à 2011

OMEYER Christian (Fra)  de 1996 à 2011 puis directeur technique du SAHB
OMEYER Thierry (Fra) de 1994 à 2000
OSTARCEVIC Vladimir (Cro)   de 2010 à 2012
PABST Bertrand (Fra) de 1996 à 2003 puis entraineur adjoint de 2006 à 2009.
PESIC Djorge (SER) de 2010 à 2012
PETRENKO Yuriy (UKR) de 2010 à 2012
PINTOR Guynel (Fra) de 2008 à 2014
PODSIADLO Pawel (Pol) de 2011 à 2014

RACHDI Youness (Fra)  de 2001 à 2002
RAMEL Julien (Fra)  de 2005 à 2006 et 2007 à 2009
RECHAL Xavier (FRA) de 2009 à 2014
ROBIN Michael (Fra) de 2002 à 2007
ROBIN Stéphane (Fra)  de 2002 à 2004
SALAMI Michal (Pol) de 2007 à 2014
SARNI Naim (Fra)   de 2008 à 2010
SAYAD Seufyann (Fra) de 1996 à 2002
SCHAERLINGER Jeremy (Fra)  de 2000 à 2004
SCHMIDT Stéphane (Fra) de 1993 à 2002
SCHMOUTZ Serge (Fra) de 1994 à 1996
SCHWARTZ Jean François  de 1992* à 1994
SILBER Julien (Fra) de 1996 à 2002
STACHNICK Didier (Fra) de 1992* à 2002
STANGRET Vincent (Fra)  de 2000 à 2003 et 2004 à 2005
TALLO Mariam (Slo) de 2004 à 2006
TCHOUMAK Igor (Rus)  de 2000 à 2003
TEJ Issam (Tun)  de 2003 à 2006
TSCHIRRET Johann (Fra)  de 2008 à 2010
VICHOT Christophe  de 1992* à 1993
VOINA Bogdan (Rou) de 1998 à 2000
VONE Franck (Fra)  de 1992* à 1995
VOLKER Michel (All) de 2003 à 2004
VUJOVIC STEVAN (MON) de 2013 à 2015

WAEGHE Damien (Fra)  de 2005 à 2007
WICK Franck (Fra)  de 1996 à 1999
WILLMANN Julien (Fra)  de 1998 à 2007
WILTBERGER Marc (Fra)  de 1998 à 2001
WINOGRODSKI Daniel (Fra) 
de 1992* à 1994

23 octobre 2014

j7: Selestat 24-27 Dunkerque; ça finira par sourire...

thierry-fleurival-et-selestat-ont-fait-trembler-le-champion-de-france-en-titre-photos-dna-franck-delhomme

Comme souvent, Sélestat n’a pas été loin de faire chuter Dunkerque. Mais le champion de France a parfaitement su exploiter les erreurs des Violets pour éviter le piège (24-27). Frustrant…

Les saisons, parfois, se suivent et se ressemblent. C’est en tout cas valable pour les confrontations entre Sélestat et Dunkerque. « C’est une grosse cylindrée du championnat, mais le résultat montre qu’on l’a embêtée », soufflait ainsi Jean-Luc Le Gall après la rencontre.

« Nous allons revenir plus forts »

L’entraîneur violet avait tenu, presque au mot près, le même discours lors des deux dernières venues des Nordistes en Alsace. Les coéquipiers de Djordje Pesic, encore une fois, ont tenu la dragée haute au champion de France en titre, qui, s’il a presque toujours fait la course en tête (2-1 à la 4e puis 3-2 à la 5e en faveur des Sélestadiens), n’a pas souvent brillé.

Il a même sans doute tremblé, quand tous ses efforts pour décrocher enfin de coriaces Violets se révélaient vains. Mais Jordan François-Marie et les siens ont mal négocié (beaucoup) trop de ballons d’égalisation. Et, à force de ne pas recoller, ils se sont essoufflés…

On passera rapidement, pour rester courtois, sur l’arbitrage, pas loin d’être incompréhensible hier. Juste pour dire que le foot n’est pas le seul sport en France à souffrir du niveau des hommes en noir… Et ce n’est pas là, même si cela a compté, l’unique raison de la défaite sélestadienne.

« Nous devons encore gommer quelques imperfections pour prendre des points face aux meilleures équipes du championnat », soulignait avec raison Jean-Luc Le Gall.

Le CSI, archi-plein et bouillant, avait d’abord apprécié le début de rencontre de son équipe. Et si Dunkerque devait s’en remettre à l’adresse sur penalty de l’ancien Violet Baptiste Butto, Sélestat répondait grâce à Seri et Lenne, ses virevoltants ailiers (3-2 à la 5e ).

Mais quand les Nordistes accéléraient, dans le sillage de Nagy (3-6, 12e ), les Sélestadiens touchaient du bois. Nagy, toujours lui, creusait l’écart (5-9, 17e ). L’interception de Seri, qui filait tromper Gérard en contre-attaque, remettait alors son équipe dans le bon sens (6-9 à la 19e puis 8-10 à la 23e ).

Fleurival, exemplaire en défense, manquait, seul à six mètres, l’opportunité de ramener les siens tout près. La première, malheureusement, d’une longue série… Et Dunkerque éloignait le danger (8-12 à la 24e ).

L’activité de Vujovic au poste d’arrière gauche et le bras de Ghita maintenaient Sélestat à portée (10-13, 26e ). Et les joueurs de Jean-Luc Le Gall, malgré quelques imprécisions coupables, étaient toujours bien placés à la pause (12-14).

La deuxième période allait, elle aussi, s’apparenter à une folle course-poursuite. Mais jamais les Violets n’allaient parvenir à inverser la tendance.

Stevan Vujovic, pourtant, se démultipliait en attaque. Le Monténégrin inscrivait ainsi trois des quatre premiers buts de son équipe. Et Sélestat revenait sur les talons de Dunkerque (16-17 à la 38e ).

Vujovic et Fulop avaient entretenu l’espoir

Mais il y avait toujours un coup de sifflet hasardeux, une passe mal assurée pour empêcher les Violets de passer devant (16-19, 41e ). Clementia, en contre-attaque, mordait la zone des six mètres alors que le tableau d’affichage indiquait 17-19. Et Dunkerque le faisait payer dans la foulée (17-21, 46e ).

Plus tard, c’étaient les deux penalties ratés par Gudjonsson et Clementia qui s’ajoutaient à la liste des regrets. Les Nordistes en profitaient, évidemment, pour prendre le large (18-23, 49e ). La victoire avait, semble-t-il, définitivement choisi son camp. Mais c’était sans compter sur l’orgueil violet.

Fulop, dans le but, signait plusieurs arrêts consécutifs. Vujovic continuait à tourmenter la défense dunkerquoise (21-23, 54e ). Mais les Sélestadiens, encore une fois, gâchaient au moment de recoller (21-24, 58e ). Le but de Pesic permettait bien un ultime rapproché (22-24), mais l’espoir avait vécu (24-27).

« On est tout proche, voulait retenir Jean-Luc Le Gall. Il n’y a pas de raison que ça ne paie pas à l’avenir. Il y a de la déception, de la frustration aussi pour les joueurs. Mais nous allons gommer ces imperfections et revenir plus forts. »

Ça finira bien par sourire…

Source Dna par Simon Giovannini

La réaction d'après match de Rudy SERI par Céline de Top Music : ici

Posté par fredgo à 19:08 - 20) La saison 2014/15 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 octobre 2014

Vu par Dunkerque; le handball reste la grande affaire à Sélestat ...

 

Battiste Butto, formé à sélestat

En France, on associe Guingamp à son club de foot. Cholet, à son équipe de basket. Et Sélestat, au hand. Seule ville de moins de 20 000 habitants dans l’élite, la cité alsacienne résiste. Mercredi soir, l’USDK est attendue par une équipe… et son public. Match à guichets fermés.

   On va se serrer, mercredi soir, au centre sportif de Sélestat. « Cet après-midi (mardi), il restait 16 places. On va jouer à guichets fermés demain, c’est sûr, expliquait Frédéric Antoine, le directeur marketing et communication du club. On était aussi plein contre Chambéry, mais il restait 150-200 places le soir du match. Là, je crois qu’il y a un double effet. On vient voir le champion de France et il y a l’effet vacances scolaires. »

Les 2 300 places de la salle ont trouvé preneur. Pourtant, s’il faut se garder d’enseignements définitifs en octobre, le glissement des matchs de championnat du week-end vers le milieu de semaine, cette saison (1), n’a pas favorisé les recettes au guichet. « On a ressenti une légère baisse du public familial. Par contre, pour les partenaires, venir en semaine, c’est plus intéressant. » Le week-end est alors libre pour les entrepreneurs.

Mais mercredi ou samedi, le handball reste la grande affaire à Sélestat. La concurrence est quasiment inexistante. Une équipe de rugby féminin au 2e échelon, une formation de volley-ball en N3 et des footeux à l’échelon… départemental. Circulez, le hand est roi.

Alors que Cesson s’est rapproché au fil des ans du grand voisin rennais, Sélestat fait figure d’irréductible village, dans la France du hand. Le club alsacien doit se battre. Il serait celui qui est le moins aidé par les collectivités locales, en D1. Pas étonnant : une ville de 19 000 habitants, une communauté de communes de 30 000 habitants. C’est maigre. À l’arrivée, selon nos confrères alsaciens, une aide de 300 000 €. « C’est dû à la taille de notre agglo. Pour le conseil général ou régional, on a comme les autres. La ville et la communauté de communes c’est différent. » Mais pas de reproches dans la voix de Frédéric Antoine. On lui parle d’un handicap actuellement. Il répond : « Oui, ça l’est, aujourd’hui. Mais ça peut devenir un avantage, si demain, les subventions viennent à baisser. C’est peut-être la tendance qui va arriver. Nous, on est prêts. » Le discours paraît empreint de sagesse puisque les caisses des collectivités semblent sonner le creux, en France. Ce qui signifie, en filigrane, que le modèle du financement du sport français sera peut-être bientôt à revoir.

Cette saison, Sélestat présente l’avant avant-dernier budget de D1 (2,57 M€), en progression de 15 %. Il doit se battre pour rester dans l’élite. Il est passé en société, il y a quatre ans. Le club alsacien s’est structuré avec l’arrivée à la fin de sa carrière, en qualité de directeur sportif, de Christian Omeyer, le jumeau de Thierry, le gardien des Bleus. Il entend durer.

Mais il rêve à court terme d‘épingler le champion, Dunkerque. La dernière fois, c’était en 2005.

(1) Décision prise par BeINSPORTS, le nouveau diffuseur télé

Source la voix du sport

Posté par fredgo à 12:43 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 octobre 2013

Olivier Jung et Pawel Podsiadlo dans le 7 de la semaine LNH j4.

       Comme vous le savez, chaque semaine l'AJPH (l'association des Joueurs Pro) délivre son 7 Majeur. Le violet est à l'honneur puisque deux joueurs du Sélestat Alsace Handball en font partie à savoir Pawel Podsiadlo et Olivier Jung. 
       Profitons également des circonstance pour saluer un ancien de la maison Sélestadienne en la personne de Baptiste Butto qui figure également dans la liste des 7.

J4_lnh

       Nos deux joueurs ont marqué de leur empreinte la rencontre face à Tremblay. A eux deux, ils ont inscrit près de la moitié des buts de la rencontre. Notre arrière gauche Pawel Podsiadlo à fait parler son bras et sa détente en faisant trembler les filets à 8 reprises. Quant à notre pivot Olivier Jung, ''passe partout'' de génie, il aura trompé 6 fois la vigilence du portier Ivan Gajic.  

Bravo à vous tous

 

 

Posté par fredgo à 12:27 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 juin 2013

Le 7 majeur de la 26ème journée: Au tour de Bobo... d'être récompensé

Une fois de plus un de nos violets se retrouve dans le 7 majeur de la LNH et de l'AJPH. Bobo, Frédéric BEAUREGARD succède à Pawel Podsialdlo.

A noter également la présence dans le classement d'un ancien violet que l'on a pas oublié; Baptiste BUTTO qui donna la victoire aux Dunkerquois dans les dernières secondes du match contre St Raph...

j26

Voici tous les nominés:

  • Ailier gauche : Baptiste Butto (Dunkerque)
  • Arrière gauche : Frédéric Beauregard (Sélestat)
  • Demi-centre : Romain Ternel (Cesson)
  • Arrière droit : Micke Brasseleur  (Tremblay)
  • Ailier droit : Mathieu Drouhin (Tremblay)
  • Pivot : Robert Gunnarsson (PSG)
  • Gardien de but : William Annotel (Dunkerque)

Source Handnews

Posté par fredgo à 12:35 - 20) La saison 2012/13 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 février 2013

Joyeux anniversaire Baptiste

 71060782

 

       Nous fêtons également l'anniversaire d'un ancien Violet

Baptiste Butto fête ses 26ans 

 

       Joyeux Anniversaire Baptiste  

Posté par fredgo à 12:08 - 24) Anniversaires et naissances - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 octobre 2012

Avant le match Sélestat - Dunkerque: Butto rêve en Grand

 

de-retour-au-jeu-apres-une-blessure-au-genou-baptiste-butto-entend-emmener-dunkerque-vers-les-somm

      Prochain adversaire des Sélestadiens, Dunkerque semble avoir basculé dans une autre dimension cette saison. Baptiste Butto, le plus Violet des Nordistes, évoque les (grandes) ambitions de son club.

     Sa saison a débuté par un rendez-vous manqué. Blessé au genou, Baptiste Butto n’était pas à Monaco début septembre. Et c’est devant son téléviseur qu’il a vu ses coéquipiers faire tomber Montpellier et Chambéry pour remporter le Trophée des champions. « J’ai quand même eu ma médaille, sourit le Dunkerquois. Ce titre m’appartient aussi. »

« Paris est costaud, mais Dunkerque l’est aussi »

Un succès princier en forme de message à destination de tous les ténors de la LNH. C’est une évidence, Dunkerque n’a jamais paru aussi fort que cette saison. « C’est vrai que nous avons une belle équipe, souligne Baptiste Butto. Tous les postes sont doublés, voire même triplés. C’est un luxe. »

Un luxe qui pourrait emmener l’USDK très haut, d’autant plus qu’elle ne disputera pas de Coupe d’Europe cette saison. « La dernière fois que nous n’étions pas engagés en Coupe d’Europe, nous avons gagné un titre (la Coupe de France en 2011, ndlr) », souffle, malicieux, l’ancien Sélestadien.

Ce n’est pas le Trophée des champions qui a pu rassasier l’appétit des joueurs de Patrick Cazal, en quête d’une place européenne en fin de saison (ce qui implique de terminer parmi les quatre premiers de LNH). « Le Trophée des champions ne rapporte pas de points pour le championnat, mais cette victoire a donné de la confiance. »

Secrètement, Baptiste Butto et ses potes rêvent de grandeur. « Si on peut se mêler à la bataille pour le titre, on ne se privera pas. Pourquoi ne pas aller chercher une qualification pour la Ligue des champions que le club attend depuis si longtemps ? On veut aller le plus loin possible. »

Le parcours dunkerquois colle pour l’instant parfaitement avec ces ambitions (4 v, 1 n). « Nous sommes invaincus, donc nous ne pouvons qu’être satisfaits de notre début de saison », indique l’ailier gauche, au repos forcé lors des trois premières journées. « Ce n’est pas évident. Tu as toujours envie de jouer. Alors tu ronges ton frein et tu attends… »

Si le jeune Julian Emonet s’est révélé durant son absence, Baptiste Butto a retrouvé son statut de cadre en même temps que la forme lors d ses deux dernières sorties (3/3 face à Créteil, 6/7 contre Aix-en-Provence en Coupe de la Ligue). « Je me sens bien. Je serai bientôt à 100 %. »

« Sélestat jouera sans pression »

Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour son ancien club à l’aube de ces nouvelles retrouvailles. S’il revient toujours à Sélestat avec plaisir, la nostalgie n’est pas de mise du côté de Baptiste Butto. « Je suis Dunkerquois à 100 % », sourit-il.

Le Mosellan (il est né à Algrange, ndlr) sait plus que quiconque l’importance de ces confrontations avec les candidats au maintien. La saison passée, Dunkerque avait laissé échapper une place en Coupe d’Europe en y égarant l’un ou l’autre point. « Ces matches-là peuvent te priver de quelque chose ou au contraire te faire gagner quelque chose. »

Et avant de défier Montpellier, Paris et Chambéry, les Dunkerquois n’entendent pas trébucher en Alsace. « On sait que Sélestat jouera sans pression et qu’une victoire face à une grosse écurie constituerait un bonus », explique l’ancien du Pôle Espoirs de Strasbourg.

Cette 6 e journée ne doit être qu’une nouvelle étape victorieuse pour Baptiste Butto et les siens. « Je ne sais pas si c’est l’année ou jamais, mais on sent dans l’équipe que l’on a le potentiel pour faire quelque chose. Le noyau dur n’a pas beaucoup changé, les jeunes arrivent à maturité et les nouveaux (les Norvégiens Lie Hansen et Rambo, ainsi que le champion olympique Guillaume Joli, ndlr) apportent un vrai plus. »

Sans allusion aucune à une actualité brûlante, il pourrait être sensé de miser sur Dunkerque. « Ce n’est que le début du championnat, tout peut aller très vite. Mais on sait que l’on peut battre tout le monde. Paris est costaud, mais Dunkerque l’est aussi », lance l’ailier gauche. Il le sera encore davantage avec un Baptiste Butto bientôt à son meilleur niveau.

Source Dna

Posté par fredgo à 12:15 - 20) La saison 2012/13 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 août 2012

Volet 09/14 : Dunkerque

 DUNKERQUE
Dunkerque Handball Grand Littoral

 

dunkerque

 

Sa ville:

     Dunkerque est une commune française de 93 638 habitants, sous-préfecture du département du Nord et de la région Nord-Pas-de-Calais. La ville est baignée par la mer du Nord et plusieurs canaux. Ses habitants sont appelés les Dunkerquois et les Dunkerquoises.

  La ville et ses alentours ont appartenu au comté de Flandre et ils relèvent de la zone linguistique flamande. L'histoire de la « cité de Jean Bart» est liée à la mer : à l'origine, Dunkerque était un village de pêcheurs. Des siècles plus tard, la ville abrita des corsaire dont le célèbre Jean Bart.De par sa position sur la mer du Nord, Dunkerque a souvent été source de convoitises, et aura subi les foudre de la 2ème guerre mondiale. La ville doit son salut à l'installation dans son port de l'usine sidérurgique Usinor qui accéléra sa reconstruction et son développement.

     De nos jours, Dunkerque est le cœur d'une agglomération de 200 000 habitants. C'est la première plate-forme énergétique du Nord-Pas-de-Calais et l'un des pôles économiques de la région notamment grâce à son port, le troisième de France : trafic minéralier et pétrolier, porte-conteneurs, production d'acier.

    Elle est aussi connue pour son carnaval, festivités s'étalant sur une période comprise entre janvier et mars, où les habitants se réunissent dans les rues aux rythmes de la fanfare guidée par le « tambour-major ».

Panorama à 360° de Dunkerque.

Population à Dunkerque: 92 000 habitants

Son club, son histoire:
        3 septembre 1958 : Création de l’Amicale Laïque de l’Esplanade.
        1968 : L’Amicale Laïque Dunkerque et le Denier de Malo fusionnent pour donner vie à l’Amicale Laïque Dunkerque Malo. L’affiliation auprès de la Fédération Française de Handball et l’inscription en Préfecture sont effectuées dans les mois suivants.
        27 avril 1974 : L’ALDM a vécu ; elle est remplacée par l’Union Sportive de Dunkerque section Handball (USD).
        1974/75 : Les garçons gagnent leur ticket pour la Nationale 3 dont ils décrochent le titre la saison suivante.
        1976 : L'équipe garçons est sacrée championne de France de Nationale 3 en battant, en finale, l'équipe réunionnaise de Château Morande et montent l'année suivante en N2.
       1981/82 : Une année faste, les garçons managés par Régis GIUNTA s’ouvrent les portes de la Nationale 1 en terminant deuxièmes de N2.
       1984/85 : Descendus en Nationale 1B l’année précédente, les masculins terminent premiers de leur championnat, battant en finale Créteil pour le titre de champion de France de N1B, et retrouvent l’élite.
       1990/91: Non contents de décrocher à nouveau le droit de côtoyer l’élite (2ème de NIB), ils parviennent en finale de la coupe de France. Ils y seront battus par la grande équipe de Vénissieux.
       Septembre 1997 : L’USD devient USDK ; un nouveau logo est créé.
       Mai 1998 : Terminant à la quatrième place du championnat de France de D1, l’USDK se qualifie pour la première fois de son histoire pour une coupe d’Europe.
       Mai 2002 : En terminant à la 3eplace du Championnat de France après avoir lutté jusqu’au bout avec Chambéry pour la seconde place, l’USDK se qualifie pour une quatrième Coupe d’Europe : celle de l’EHF.
       Avril 2004 : Pour sa 1reannée en tant qu’entraîneur à Dunkerque, Denis TRISTANT emmène l’équipe en finale de la Coupe d'Europe (Challenge Cup). Malheureusement, l’USDK s’inclinera en finale face à Skövde (Suède).
       14 juin 2008 : 50ème anniversaire du club. 
       Octobre 2006 : Yérime SYLLA succède à Denis TRISTANT.
       Septembre 2008: Patrick CAZAL lui succède au poste d'entraîneur adjoint de l'équipe de D1.
      Juin 2009 : L'USDK rate de peu la finale de la Coupe de France, éliminé par Montpellier... équipe rencontrée à 9 reprises en 8 saisons dans les coupes de France et de la Ligue ! L'USDK, quatrième de D1, acquiert une 9equalification européenne en 11 saisons (Coupe d'Europe EHF)
       Le 26 décembre 2010: le président de l'USDK Nicolas Bernard décède. Jean Pierre Vandaele succède à Nicolas Bernard à la présidence du club.
        Le 21 mai 2011 : l'USDK remporte son premier trophée en battant Chambéry aux tirs au but en finale de la Coupe de France.
        En ce début de septembre 2012, les nordistes remportent le trophée des Champions en finale contre ... Chambery! Tiens donc, on se retrouve. Victoire au tir au buts... L'histoire se répète ! Et à la fin, c'est toujours Dunkerque qui gagne.

Son palmarès:
Champion de France :
Champion : -
Meilleur résultat : 3ème en 2010/2011
3 fois troisième en 2010/2011, 2001/2002, 1998/1999
Coupe de France
Vainqueur : 2011
Finaliste : 2000, 1991
Coupe de la Ligue
Vainqueur : -
Meilleur résultat : 2ème en 2002
Coupe d'Europe EHF:
Finaliste: 2011
Trophée des Champion:
Vainqueur: 2012

Sa saison dernière:
5e place au classement, 31 points
15 victoires, 1 nul, 10 défaites
Buts marqués : 713 (8e)
Buts encaissés : 665 (2e)

Meilleur Eval de la saison passée: Vincent Gerard (Eval 10, 2ème meilleur gardien LNH)

Meilleur buteur de la saison passée: Baptiste Butto (136 buts, 8ème LNH)

Ses transferts:B_Butto
Les départs: D. Nilsson (?) Jéremy Darras (Ivry)
Les arrivées : E. Lie Hansen (Silkeborg), C. Rambo (Elverum, Nor.)

Joueurs clefs: B Butto (Ailier gauche), S Bosquet (Arr Droit), Guillaume Joly (Chambery),  V Gerard (Gardien) ...

Anciens violets jouant à l'USDK: Baptiste Butto (de 2004 à 2009)

Ses ambitions:    
      À l'heure où le championnat s'annonce « magique », selon Patrick Cazal, Dunkerque n'a sans doute jamais possédé une base arrière aussi étoffée. L'USDK, c'est pourvu cet été de deux recrues de qualité que sont les arrières gauche Lie Hansen et Christopher Rambo.
     Les nordistes ne veulent pas rester sur leur acquis, et ambitionnent de rester dans le top cinq du championnat. La tache sera rude car il y a du monde qui se bouscule au portillon en particulier Nantes qui monte en puisance d'année en année ainsi que Paris et sa pléiade de stars internationales pour venir jeter le trouble dans une hiérarchie bien trop figée ses dernières années. 

Site du club: http://www.usdk.fr/

D1 Dunkerque BobbySes supporters: Les handiablés
    site:  http://les-handiables.skyrock.com/

Sa Mascotte: Bobby.

Sa salle: (2400 places)
Salle Dewerdt
BP 4197, Avenue de Rosendaël
59 378 Dunkerque

Distance de Sélestat: 675 km ( 6h05 de trajet)

Rencontres:
Match aller:    06ème journée 20/10/12 Sélestat /Dunkerque 
Match retour: 19ème journée 20/03/13   Dunkerque / Sélestat

Dernier rencontre: 15/03/12 : Sélestat 22-27 Dunkerque

Posté par fredgo à 00:36 - 02d) Nos adversaires de la saison - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 mars 2012

Présentation Sélestat - Dunkerque

laszlo-fulop-l-un-des-gardiens-de-selestat-et-ses-coequipiers-sont-determines-a-relancer-la-machin       Dunkerque n’est pas l’adversaire idéal pour effacer la déroute d’Istres et se relancer ce soir à 20 h 30 après trois défaites d’affilée en championnat. Car l’équipe nordiste, à la veille d’un quart de finale de coupe d’Europe, ne peut plus gaspiller de points en D1. Sélestat devra donc se sublimer.

Plus que la série de trois défaites de rang qui n’est pas encore inquiétante, c’est surtout le comportement de l’équipe sélestadienne lors du dernier match à Istres (34-23) qui laisse perplexe au moment de la réception de Dunkerque ce soir (20 h 30) au CSI. « Sur ce qu’elle avait montré jusque-là, je pensais que cette équipe était à l’abri d’un tel accident, avoue son entraîneur Jean-Luc Le Gall. Mais disparaître comme elle l’a fait à Istres, non. C’est arrivé à d’autres cette saison comme Ivry à Cesson. L’important est de réagir. »

Le coach aurait pu aussi citer Chambéry qui avait volé en éclat (30-18) un soir de février à Dunkerque. D’autant que c’est contre ces mêmes Nordistes que Sélestat devra se réhabiliter pour montrer que le mal n’est pas aussi profond que le laisserait croire le mauvais résultat de leur dernière sortie. Comme Chambéry avait d’ailleurs redressé la barre une semaine après cette déconvenue au Rhenus contre… Sélestat.

« On n’est pas en crise »

Alors si les Sélestadiens n’ont pas pu s’imposer chez une équipe du bas de tableau, comment vont-ils pouvoir le faire contre un prétendant à la deuxième place du championnat ? En Provence, au lieu de faire un pas supplémentaire vers le maintien, ils en sont revenus avec un gros coquard. « Une énorme gifle, acquiesce Laszlo Fulop. À se demander comment on va réagir. Allons-nous trouver la force de nous révolter ou allons nous renoncer ? En tout cas, ce sera difficile d’être aussi mauvais qu’à Istres, où seul François-Marie et Aman ont été exempts de reproches. »

Le constat est cinglant. En revanche, le gardien hongrois arrivé à l’intersaison de Saint-Cyr, balaye toute pensée négative. « Il ne faut pas chercher de crise, là où il n’y en a pas. Si on ôte la Coupe de France, on a perdu trois matches de championnat. Contre Chambéry dans le contexte particulier du hall Rhenus à Strasbourg, ensuite à Créteil où on n’était pas si loin (NDLR : défaite de deux buts). À Istres, ce sont nos pertes de balles qui nous coûtent cher, pas le repli défensif. On les a accumulées et on a été immédiatement sanctionné en contre. »

À force de s’entendre dire qu’ils réalisaient une belle saison, les joueurs du SAHB ne se sont-ils pas vus trop beaux ? Ne les a-t-on pas endormis en renouvelant les contrats très tôt dans la saison ? Laszlo Fulop qui vient de resigner pour une saison supplémentaire, tout comme son partenaire dans les buts Obrad Ivezic (2 saisons), un mois après les prolongations pour deux ans de Podsiadlo et de Pesic et un contrat de trois ans pour Beretta, pense que cela a pu être néfaste car « on se retrouve inconsciemment dans une situation plutôt confortable. »

Ne pas attendre le dernier soir

Ce soir, il faudra sonner la révolte. Ne serait-ce que pour éviter de tendre l’autre joue contre un adversaire qui se servira aussi de se match pour se mettre en configuration européenne avant son quart de finale de la coupe EHF contre Saint-Raphaël. Laszlo Fulop a vécu une série de cinq défaites de suite l’an dernier avec Saint-Cyr jusqu’à la 20 e journée avant d’assurer le maintien de l’équipe en remportant quatre de ses six derniers matches, alors que le club était condamné financièrement. « On avait cette rage de s’en sortir face à un avenir incertain. Mais ce serait mieux d’arriver à dix victoires avant la dernière journée… »

Sélestat – Dunkerque. 
Coup d’envoi ce soir à 20 h 30 au CSI 
Arbitres : MM. Clapson et Fieschi.

Sélestat :
Aux buts 12. Ivezic et 69. Fulop
Les joueurs 3. Jung (cap.), 5. Petrenko, 6. Pesic, 7. Beretta, 8. Podsiadlo, 9. Beauregard, 11. Freppel, 13. Aman, 15. Pintor, 19. Eymann, 20. François-Marie, 27. Ostarcevic.
Entraîneur : Jean-Luc Le Gall.

Dunkerque :
Aux buts: 1. Gérard (cap.) et 16. Annotel 
Les joueurs: 3. Afgour, 4. Lamon, 6. Nagy, 7. Touati, 8. Bosquet, 10. Siakam, 15. Soudry, 17. Emonet, 21. Grocaut, 26. Nilsson, 46. Mokrani, 57. Butto.
Entraîneur : Patrick Cazal.

Source L'Alsace par Christian Weibel

Posté par fredgo à 12:17 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,