Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

21 septembre 2014

CdL: Nantes 30-26 Sélestat

Cdl Nantes

Favori de cette réception du SAHB, le « H » n’a pas manqué son entrée dans cette nouvelle édition de la  Coupe de la Ligue dont il rêve très fort. Les hommes de Thierry Anti ont bien vite pris les affaires en main (4-2 à la 8’) avant que les visiteurs n’inversent la tendance (6-8 à la 16’) grâce à un Jordan François-Marie en pleine forme (5 buts) et un Kévin Beretta (4 unités) tout aussi motivé. Ce changement de leadership ne dura malheureusement pas longtemps pour les visiteurs qui tinrent la comparaison jusqu’à la 24’ (10-10) avant d’inexorablement voir les coéquipiers de Jorge Maqueda (8 buts) prendre le large (15-11). Dans le second acte, Nantes continua d’imposer son jeu fait de défense plutôt régulière et de jeu offensif efficace (21-14 à la 39’). Et si les Alsaciens poussèrent en passant un 1-5 à leurs hôtes (22-19 à la 45’), les forces lâchées pour se rapprocher manquèrent par la suite. Le HBCN géra ensuite son effort et l’emporta. Logiquement.

Les autres matchs

Nantes 30-26 Sélestat
Cesson 25-19 Nîmes
Toulouse 31-29 Aix en Provence
St Raphael 40-39 Tremblay
Chambéry - Créteil

Les autres résumés: ici

Source Lnh

Posté par fredgo à 12:44 - 03b) Coupe de la Ligue - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 novembre 2013

1/4 finale CdLigue: Paris... Un autre monde ...

la-defense-du-psg-s-est-montree-intraitable-frederic-beauregard-et-ses-coequipiers-en-ont-fait-les-frais-photos-dna-franck-delhomme

Sélestat n’a pas fait le poids, dimanche en quart de finale de la Coupe de la Ligue. Le PSG évolue dans un monde auquel les Violets ne peuvent pas prétendre.

Le public du CSI a pu voir quelques-uns des meilleurs joueurs de la planète handball (même si Daniel Narcisse et Marko Kopljar avaient été laissés au repos et même si Mikkel Hansen n’a pas foulé très longtemps le parquet sélestadien).

Sur ce plan-là, ce quart de finale a comblé les attentes des amoureux de la petite balle ronde. Sur le plan sportif, il est évident que le tirage au sort “condamnait” les Violets à une maigre espérance. S’ils ont parfois tenu tête à certains cadors du championnat, « le PSG, c’est encore différent », souffle Quentin Eymann.

Contre Cesson, Nantes, Chambéry, Dunkerque, Saint-Raphaël et dans une moindre mesure Montpellier, les joueurs de Jean-Luc Le Gall auraient pu prétendre à une qualification pour le Final Four. Face au PSG, leurs illusions ont vite été balayées.

« Je ne suis pas petit, mais Vori et Gojun sont impressionnants »

Plus riche, plus grand, plus costaud, plus précis, plus efficace, le Paris Saint-Germain a donné le tournis aux Alsaciens en seconde période. « Quand ils lancent la machine, c’est dur… », reconnaît l’arrière droit.

La défense parisienne n’a ainsi laissé que des miettes à des Sélestadiens parfois en panne d’inspiration. « Comme pas mal d’équipes contre le PSG, on s’est retrouvé en manque de solutions, explique Quentin Eymann. Leur axe central est vraiment costaud. Je ne suis pas petit (1,97 m, ndlr) , mais Vori et Gojun sont impressionnants. J’ai essayé une fois de tirer par-dessus, j’ai été contré. Il aurait fallu se montrer plus patients, les faire bouger jusqu’à ce qu’ils commettent une petite erreur… »

Et si Sélestat a parfois enrayé la belle mécanique adverse, essentiellement durant les trente premières minutes, il n’a pas pu suivre le rythme infernal dicté par le PSG. « À un moment, on se dit qu’on n’est pas loin. Mais Paris a beaucoup de joueurs expérimentés. Ils n’ont jamais paniqué. »

Pas même quand Sélestat s’est rebiffé pour revenir à deux longueurs (10-12, 22e ). Les champions de France ont au contraire écarté le danger sans forcer. « Ensuite, quand tu as sept ou huit buts de retard contre une équipe comme celle-là, c’est difficile de revenir », indique Quentin Eymann.

L’arrière droit, malgré le monde qui sépare les deux clubs, s’est efforcé de profiter du moment. « Tu prends toujours du plaisir à jouer, même si c’est dur quand tu regardes le score. Même si on s’y attend, on joue toujours pour gagner. »

La logique a souvent raison des espoirs les plus fous.

Source Dna

Posté par fredgo à 12:10 - 03b) Coupe de la Ligue - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 octobre 2013

Le chiffre du jour : 728

    

Sélestat Tremblay Omeyer c

728 jours

     Tremblay ne s'est plus imposé face au SAHB depuis 728 jours soit à deux jours près deux ans.

     Sélestat reste sur 4 victoires d'affilés. 
     La dernière défaite de nos violets remonte au 02 octobre 2011 en quart de finale de la coupe de Ligue à Tremblay.

     Sélestat reste à ce jour invaincu au CSI. Sa dernière défaite remonte à une année ''calvaire'' le 04 octobre 2008 exactement. Nos violets jouaient encore dans notre ancienne salle mytique du Cosec. De cette saison là, seuls Michal Salami et Olivier Jung jouent encore actuelement sous les couleurs du SAHB. 

Posté par fredgo à 12:47 - 05a) Vite lu... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Coupe de la Ligue : Avant SAHB - Tremblay

       Avant le match de coupe de la Ligue de mercredi soir, l'entraineur Jean-Luc Legall se confie au micro de Top Music. L'objectif affiché est de revivre le Final Four vécu la saison passée. Hasard du tirage au sort, nos violets affronteront au même stade de la compétition l'équipe tremblaysienne en comptant avoir la même reussite que la saison dernière.

Source SAHB

Posté par fredgo à 12:04 - 03b) Coupe de la Ligue - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 juin 2013

Tirage Coupe de la Ligue: jamais deux sans trois... Tremblay, comme d'habitude..

Tirage au sort

Ce jeudi, la Ligue Nationale de Handball, a procédé au tirage au sort du premier tour de la Coupe de la Ligue. Nos violets qui ont la primeur du terrain rencontreront à nouveau Tremblay

Le premier tour aura donc lieu les 5 et 6 octobre prochains, le tirage au sort du premier tour de la Coupe de la Ligue vient d’être effectué sous l'oeil avisé du président de la Lnh, Philippe Bernat-Salles. Comme lors des trois dernières années où Sélestat a participé à la coupe de la Ligue (2009,2011,2012), elle débutera la compétition avec l'équipe Tremblaysienne. 

Le tirage complet du premier tour de la Coupe de la Ligue :

- Sélestat - Tremblay
-
Nantes – Toulouse
- Chambéry – Aix
- Saint-Raphaël – Nîmes
- Montpellier – Dijon
- Cesson-Rennes – Ivry

Posté par fredgo à 12:26 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 janvier 2013

Retro 2012: les douze temps forts de nos violets lors de l'année écoulée.

Petit retour sur l'année 2012 qui vient de s'achever. Une belle année riche en émotion et que je vous propose de revoir en douze ''temps forts'', un par mois.

Janvier 2012   Les violets en WARRIOR'S

71676216

 

L’équipe de handball de Sélestat a choisi une manière originale et musclée pour débuter sa préparation hivernale avant la reprise du championnat de France de D1 en février. Les Sélestadiens se sont retrouvés  à l’aube d'un mercredi matin à Lorient pour un stage « fighting spirit » chez Pegasus Leadership.

Revoir l'article correspondant: ici
Revoir plus de photos : ici

Février 2012   Eliminés de la coupe de France par Saintes.

73213637

 

L’équipe alsacienne (LNH), à la traîne pendant toute la partie, s’est inclinée en 8 e de finale de la Coupe de France à Saintes (Pro D2) malgré une fin de match très serrée (24-23). L'équipe n'avait pas la tête pour la coupe...

Revoir l'article correspondant 1: ici  
Revoir l'article correspondant 2: ici

 

Mars 2012  Sélestat écrasent les Parisiens (36-29)

a-l-image-d-un-djordje-pesic-particulierement-efficace-les-selestadiens-ont-fait-feu-de-tout-bois-h

 

Sélestat s'est parfaitement relancé face à Paris. Après cinq revers consecutifs, les partenaires de Pawel Podialdlo (10buts) s'offrent une magnifique victoire face aux joueurs de la capitale. Devant leur public, ils ont ainsi réalisé une véritable démonstration. Malgré...  

Revoir l'article correspondant: ici
Revoir plus de photos : ici
Revoir également: Le meilleur public de France: ici

Avril 2012  Sélestat 30-29 Nantes: le maintien presque assuré !

75207734

 

En remportant son premier match de la saison face à une équipe du top 5, Sélestat a signé une grosse performance contre Nantes (30-29)   et se rapproche de plus en plus du maintien.

Revoir l'article correspondant: ici
Revoir plus de photos : ici

Mai 2012 Une 10ème victoire pour finir la très belle saison

sans-titre

 

Dominateur de la première à la dernière minute face à Tremblay, Sélestat a bouclé sa saison à domicile par une nouvelle victoire (35-31). Un dixième succès qui ne sera pas uniquement pour remercier son public mais qui lui offre aussi la 6 e place...

 

Revoir l'article correspondant: ici
Revoir les photos du dernier match à domicile de la saison: ici

 

Juin 2012  Beachand de Sélestat: Encore plus de fun !!

76742686_o

Ils sont venus de toute l’Alsace s’offrir un dernier plaisir handballistique avant les vacances. Professionnels ou non, les acteurs de la BeacHand Party du Sélestat Alsace Handball ont tous œuvré ...

 

Revoir l'article correspondant: ici

 .

.

 

 

Juillet 2012  Le SAHB, Porte drapeau de toute l'alsace

 

sahb

 

Le SAHB se veut être le club de toute une région : l'Alsace ... et le prouve en intégrant dans son logotype la marque Alsace.

Le Sélestat Alsace Handball est fier de ses origines : Sélestat. Fier de son territoire et déterminé à promouvoir sa région dans tout l'hexagone et même au-delà de nos frontières !

on-joue-les-dernieres-secondes-lorsque-frederic-beauregard-s-elance-pour-inscrire-le-23-e-et-dernie

Septembre 2012   Sélestat arrache un nul qui vaut presque une victoire

 

 

Dans un duel à rebondissements, Sélestat aurait tout aussi bien pu l’emporter que perdre aux dépens de Cesson. En égalisant (23-23) dans les dernières secondes, Beauregard a fait bondir de joie partenaires et spectateurs.

 

Revoir l'article correspondant: ici
Revoir les photos du match: ici

 

Octobre 2012   La vie en Rose pour Sélestat qui s'offre son premier final 4 en coupe de la Ligue.

auteur-d-un-sans-faute-au-tir-six-sur-six-le-pivot-selestadien-djordje-pesic-a-ete-un-des-pri

 

À la table des grands

C’est une grande première dans l’histoire du Sélestat Alsace Handball.  En écrasant Créteil, hier en quart de finale (34-19), les Violets se sont qualifiés  pour le Final Four de la Coupe de la Ligue, qui se disputera en décembre à Toulouse.

 

Revoir l'article correspondant: ici

 

Novembre 2012   Sélestat, chasseur de tête !  Montpelliers et Chambery contraints au nul !!!

Grâce à un but de Yuriy Petrenko à la dernière seconde, Sélestat a contraint le grand Montpellier au match nul (30-30). Une juste récompense, aux allures de succès, pour des Violets qui ne méritaient pas moins.

la-joie-intense-des-selestadiens-heroiques-hier-contre-montpellier-photos-dna-jean-christophe-d

Ils ont sauté, crié, exulté, communié

Revoir l'article correspondant au nul de Montpellier: ici
Revoir l'article correspondant au nul de Chambery: ici
Revoir les photos du match contre Montpellier: ici

Decembre 2012     Sélestat, s'offre une dernière victoire à Toulouse comme cadeau de Noel

sans-titre

 

Le Sélestat Alsace Handball a magnifiquement conclu la phase aller en s’imposant hier sur le parquet de Toulouse (31-32). Grâce à ce cinquième succès de la saison, les Violets s’installent, juste avant la trêve, à la huitième place. Vivement la suite...

Revoir le résumé du match: ici
Revoir les photos du match: ici

 

 

GetInline-1

 

 

 

 

 

 

09 décembre 2012

Nantes surclasse Sélestat (33-25) La tête à l’envers

nantes-a-logiquement-pris-le-meilleur-sur-selestat-a-l-image-de-fernandez-lequel-echappe-ici-a-la

Le rêve de Sélestat s’est brisé hier sur une solide équipe de Nantes (33-25). L’aventure en Coupe  de la Ligue s’est donc arrêtée en demi-finale. La marche était assurément trop haute pour les Violets.

Sélestat ne le savait que trop bien. Pour espérer s’inviter en finale de la Coupe de la Ligue, il fallait réaliser le match parfait face à une équipe de Nantes taillée pour le titre. Les Violets en étaient malheureusement très loin hier, dans une demi-finale qui a rapidement tourné au calvaire. Et leur doux rêve s’est transformé en un brutal retour à la réalité.

« À un moment donné, on a eu l’impression que l’on ne savait plus jouer au handball »

« Quand on perd dans les grandes largeurs, c’est toujours cruel », souffle Jean-Luc Le Gall, « marqué comme les joueurs et le staff » par cette large défaite. Sélestat ne s’est pas souvent raté cette saison. Le destin a voulu que ce fameux “jour sans”, qui ponctue les saisons de chaque équipe, se produise hier à Toulouse.

Les Violets ont manqué leur premier grand rendez-vous dans un Final Four. C’est triste, mais c’est ainsi, même si cela n’enlève rien à leur parcours dans cette Coupe de la Ligue.

Les récents coups d’éclat face à Montpellier et Chambéry avaient fait naître l’espoir d’accrocher un nouveau membre du Top 5 de LNH. Les vingt premières minutes contre Nantes l’ont entretenu, tant que Sélestat est parvenu à rester dans le sillage de son adversaire. La réussite de Beretta – cinq buts en un quart d’heure avant de passer étrangement le reste de la rencontre sur le banc – avait idéalement lancé les Alsaciens (3-5 à la 7 e puis 7-8 à la 16 e).

Et puis les Nantais ont sonné la charge, portés par leur trio espagnol Rivera – Entrerrios – Maqueda (17 buts à eux trois).

« On a raté des moments clés en première période », regrette l’entraîneur sélestadien. Et la confiance des coéquipiers de Yuriy Petrenko s’est progressivement délitée. « On a très bien joué au handball pendant vingt minutes. On réussissait à faire douter Nantes. Et puis on n’a plus mis les tirs. Le sport de haut niveau, c’est surtout une question de confiance. »

Celle des Nantais a grimpé en flèche, et le score a suivi la même trajectoire exponentielle (16-10 à la 33 e, 22-13 à la 39 e, 29-17 à la 49 e). « À un moment donné, on a eu l’impression que l’on ne savait plus jouer au handball », lance Jean-Luc Le Gall. Les portes de la finale venaient de se refermer aussi rapidement qu’elles s’étaient (timidement) entrouvertes.

« Nous avons aujourd’hui plus d’expérience que Sélestat pour ce genre d’événement », estime Thierry Anti, le coach nantais. L’argument est parfaitement recevable. Mais il ne constitue pas la seule explication à la faillite violette. Là où Ivezic, Podsiadlo et François-Marie avaient porté leur équipe face à Chambéry par exemple, la lumière hier n’est venue de nulle part.

Sans timonier, le navire violet s’est échoué face à une équipe nantaise revancharde (les coéquipiers de Seufyann Sayad avaient été éliminés en demi-finale la saison dernière par Saint-Raphaël alors que le Final Four se déroulait à Nantes) et en quête d’un premier titre majeur.

Rebondir contre Aix-en-Provence

La parenthèse Coupe de la Ligue est bel et bien refermée. Avec une pointe d’amertume, mais sans véritables regrets. Le Sélestat Alsace Handball va désormais revenir à son quotidien : la lutte pour le maintien en D1. Avant même le Final Four, Jean-Luc Le Gall se demandait comment son équipe, quel que soit le bilan de ce week-end toulousain, saurait rebondir avant d’affronter Aix-en-Provence samedi prochain dans un match évidemment capital.

Les coéquipiers d’Olivier Jung ont apporté un début de réponse face à Nantes en évitant une déroute en fin de rencontre. « On aurait pu finir à moins quinze. Terminer à huit buts, cela peut paraître anecdotique, mais ce n’est pas pareil. C’était important pour moi de bien finir ce match car cela nous lance sur une dynamique avant d’affronter Aix. »

Le Sélestat Alsace Handball a souffert pour son incursion dans le grand monde. Il n’en sera sans doute que plus fort quand sonnera l’heure d’y faire son retour.

Source Dna

Posté par fredgo à 10:53 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 décembre 2012

1/2 finale Coupe de Ligue: Nantes 33- 25 Sélestat...

Nantes passe tranquille en finale

2012-12-08_cdl_nantes_passe_tranquille_en_finale

Dans un match qu’ils ont dominé de la tête et des épaules, les Nantais ont su prendre la mesure de Sélestat (33-25) et passent ainsi en finale. Les hommes de Thierry Anti se présenteront avec le plein de confiance.

L’espoir n’aura duré qu’un peu plus d’un quart d’heure (3-3 à la 5’ puis 8-8 à la 18’) pour Sélestat. Et puis, implacable, Nantes aura déroulé son jeu (14-10 à la 30' puis 24-15 à la 42') pour totalement annihiler des velléités alsaciennes pourtant réelles mais mal dirigées car souvent trop personnelles et pas assez collectives. Ainsi face à la bonne défense ligérienne organisée par Rock Feliho, certains artilleurs d’habitude efficaces sont restés muets, ou presque, tels le meilleur buteur du club Pawel Podsiadlo (1/7) ou Frédéric Beauregard (1/6). Seul Kevin Beretta (5/7) maintenait à flot ses partenaires. La faute à un mur bien groupé et à un dernier rempart, Marouène Maggaiez (18 arrêts), qui aura dégoûté ses adversaires. Côté attaque, Nantes a une nouvelle fois fait montre de ses atouts avec 6 buteurs à 3 unités et plus. Trop difficiles à contenir pour le petit poucet de la compétition…

Les réactions:

Frédéric Beauregard (arrière gauche de Sélestat) :

Il y a beaucoup de déception et de frustration après ce match parce que je pense que l’on n’a pas pu mettre notre jeu en place. On a essayé de revenir au score après avoir été décroché mais ça a été par bribes et pas collectivement, du coup, ça n’a pas pu durer. Sélestat fonctionne par le collectif ! Il n’y avait pas plus de pression que cela. On venait pour essayer de faire une bonne performance, se faire plaisir. Mais on ne peut pas sortir de notre demi-finale en disant qu’on est fier de ce que l’on a fait.

Jorge Maqueda (arrière droit de Nantes, en photo):

Nous sommes très contents de cette victoire car ça a été un match très difficile. Il fallait faire attention à cette équipe de Sélestat qui pratique un bon handball. Nous avons fait un très grand match pour nous qualifier pour cette finale et maintenant il va falloir la gagner. A titre personnel, je me sens vraiment très bien dans cette équipe de Nantes. La ville et le club sont fantastiques.

Thierry Anti (entraîneur de Nantes):

D’entrée, on a respecté Sélestat qui est une bonne équipe, mais qui n’a peut-être pas fait le match qu’elle souhaitait aujourd’hui. Mais je pense aussi que si elle a été moins bonne, c’est aussi parce qu’on a été sérieux d’entrée, que chacun s’est impliqué comme il fallait. On a été solide en défense, ça les a usés et je pense qu’à un moment ils n’y arrivaient plus. Pendant ce temps, on a continué à imprimer notre rythme, à faire tourner l’effectif, ce qui est intéressant pour la suite. Derrière on a pu bien géré la seconde mi-temps sans se faire peur. Tout le monde a fait son boulot. On va savourer cette victoire ce soir et on verra demain la finale.

Source LNH

 

Posté par fredgo à 19:11 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Bis repetita pour françois-marie ?

direction-le-final-four-de-toulouse-pour-jordan-francois-marie-et-selestat-photo-dna-franck-del

La Coupe de la Ligue ne rappelle que des bons souvenirs à Jordan François-Marie. L’arrière droit est ainsi le seul Sélestadien à avoir déjà soulevé le trophée. C’était en avril 2009, à Miami, l’un des temples de la NBA dont le joueur de 23 ans est particulièrement fan. Prêté par Montpellier à Istres, il avait contribué (4 buts) à la victoire surprise de l’équipe provençale face à… Montpellier en finale (22-20). « J’avais dix-neuf ans, je découvrais le haut niveau », sourit “Jojo”.

Trois ans après, le Violet, auteur d’un début de saison époustouflant (49 buts en 11 matches dont 9 lors de la dernière journée à Chambéry), retrouve le Final Four, avec l’envie de créer une nouvelle sensation. « Sur le papier, Nantes est plus fort que nous. Mais on sait se dépasser. Et il ne faut pas oublier que nous avons nous aussi des joueurs d’expérience comme Pawel  (Podsiadlo), Obrad  (Ivezic) ou Yuriy  (Petrenko). Aller en finale serait historique pour le club. »

S’il sait que Sélestat reste le Petit Poucet de ce dernier carré, Jordan François-Marie croit fermement aux chances de son équipe. « On sait que l’on peut faire quelque chose. C’est un rêve de gagner le titre, mais on y va pour ça. Notre force, c’est que nous n’avons aucune pression. »

« Je sens que l’on nous craint davantage »

Surtout, l’arrière droit sélestadien ne nourrit aucun complexe. « Je n’avais pas été intimidé à dix-neuf ans à Miami, alors aujourd’hui… »

Jordan François-Marie brûle d’impatience de montrer que Sélestat peut être un peu plus qu’un simple outsider. « Je pense que l’image du club a évolué aux yeux des gens. Quand je parle avec les joueurs des autres équipes, je sens que le discours a changé, que l’on nous craint davantage. On surprend et il faut continuer dans ce sens-là. On a prouvé que l’on méritait d’être en D1. Maintenant, on veut faire plus… »

Source Dna

Lire plus encore...

1) Ils sont 3...
2) Sans Pesic, resté à sélestat

Posté par fredgo à 10:20 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Coupe de la ligue: Aux porte du rêve

      

jordan-francois-marie-vainqueur-de-la-coupe-de-la-ligue-en-2009-avec-istres-se-verrait-bien-creer

Retrouver le Sélestat Alsace Handball au Final Four de la Coupe de la Ligue n’est pas quelque chose de banal. C’est même une première dans l’histoire du club alsacien. Face à Nantes, nouveau riche  de LNH, les Violets voudront une nouvelle fois déjouer la logique, cet après-midi en demi-finale.

Nantes, Dunkerque, Chambéry… et Sélestat. Cette 12 e édition de la Coupe de la Ligue a réservé une jolie surprise. Pas de Montpellier, huit fois vainqueur de la compétition, pas de Paris, éliminé en quart de finale par de brillants Nantais, au Final Four. Mais bel et bien les Sélestadiens, “intrus” de ce dernier carré ; des “intrus” que tout le monde en LNH prend cependant très au sérieux après leurs récents coups d’éclat.

« Nous sommes outsiders, c’est une évidence »

Et pourtant, le Sélestat Alsace Handball n’appartient pas (encore) à ce monde-là. Le contraste est même saisissant : là où le club violet affiche 1,9 million d’euros de budget, ses adversaires évoluent dans d’autres sphères (4,4 pour Chambéry, 3,5 pour Dunkerque et 3,2 pour Nantes).

Les esprits chagrins diront que les coéquipiers de Yuriy Petrenko n’effectueront qu’un bref passage à Toulouse, théâtre du Final Four. Les plus audacieux feront remarquer qu’Istres, vainqueur surprise en 2009, devait en faire de même.

« Nous sommes outsiders, c’est une évidence, souligne Jean-Luc Le Gall. Nos adversaires font partie du Top 5 du championnat et ce sera encore le cas en fin de saison. » Cette participation au Final Four ne fait pas tourner la tête à l’entraîneur sélestadien.

Le rendez-vous toulousain peut constituer, dans le plus beau des scénarios, une parenthèse enchantée pour un club avant tout focalisé sur son parcours en championnat. C’est donc sans pression, mais pas sans ambition, que les Violets ont rallié la ville rose.

« On a le même objectif que les trois autres équipes qualifiées, lance Jean-Luc Le Gall. On va jouer notre chance à fond. On va s’appuyer sur notre cohésion, notre volonté de se dire que rien n’est impossible. Nous avons montré que nous n’étions pas si loin que ça de ces équipes-là. Théoriquement, Nantes, Dunkerque et Chambéry sont plus forts que nous, mais encore faut-il le prouver sur le terrain. »

Là où Dunkerque et Chambéry marquent le pas actuellement, Nantes reste sur quelques performances de choix, notamment une victoire sur le parquet du PSG en quart de finale (35-36 a.p.). « C’est une équipe bien bâtie avec des joueurs expérimentés, à l’image d’Alberto Entrerrios que l’on ne présente plus, et un entraîneur qui ne l’est pas moins, analyse Jean-Luc Le Gall. Nantes est taillé pour gagner ce titre et l’a prouvé en sortant Paris. »

« Une Coupe de la Ligue sans favori »

« Sur un Final Four, la forme du moment est très importante. Et nous ne sommes pas spécialement en “surchauffe” actuellement », estime le coach alsacien, dont l’équipe n’a cependant concédé qu’une seule défaite lors des cinq dernières rencontres et surtout réalisé deux matches nuls contre Montpellier et Chambéry.

« Ce n’est pas la première fois que nous aurons cette étiquette d’outsider, souffle Jean-Luc Le Gall. Faisons un match parfait et nous compterons les points ensuite. »

Le Sélestat Alsace Handball peut-il bouleverser l’ordre établi ? Personne n’ose affirmer le contraire. Interrogé par le site internet spécialisé  Handzone, Jérôme Fernandez, le capitaine de l’équipe de France et de Toulouse, évoque « une Coupe de la Ligue sans favori ». C’est précisément ce qui rend ce Final Four toulousain particulièrement attrayant.

Source Dna

Posté par fredgo à 06:55 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,