Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

06 février 2012

Après Toulouse: Le duo serbe, Ivezic et Pesic, était dans un autre monde

 

     obrad-ivezic-qui-a-ecoeure-ses-adversaires-et-subjugue-les-spectateurs-samedi-portait-en-realite-un La septième victoire de Sélestat, samedi contre Toulouse (31-28), doit beaucoup aux 25 arrêts du gardien Obrad Ivezic ainsi qu’au sans-faute de son compatriote Djordje Pesic au tir (cinq buts). Une prestation que les deux joueurs ont dédiée à deux de leurs proches, décédés dans la semaine.

      Si leur présence dans les rangs du SAHB n’est pas passée inaperçue, leurs pensées étaient à des centaines de kilomètres de là. Car même si Obrad Ivezic a enflammé le CSI de Sélestat une heure durant, si Djordje Pesic a donné raison à ses dirigeants de l’avoir resigné pour deux ans en transformant toutes ses balles en buts, les deux Serbes de Sélestat étaient ailleurs. Touchés chacun par un deuil, ils ont fait le travail comme des pros. Sortant leurs plus beaux atours pour signer une superbe victoire, permettre à leur club de continuer à surfer sur l’euphorisante vague du succès, et finalement dédier cette soirée si particulière à ceux qui les ont quittés. Un oncle pour Djordje Pesic, un ami d’enfance, un frère pour Obrad Ivezic.

     « J’ai perdu mon meilleur ami que je fréquentais depuis l’école. C’est pour lui et l’oncle de Djordje que nous avons gagné ce soir, précise celui dont le prénom a été scandé par le public du CSI tout au long de la soirée.  Il m’est impossible de m’attarder sur ma performance de ce soir. De toute façon à Sélestat, un jour c’est un joueur qui se distingue, le lendemain c’est un autre. Peu importe qui. C’est le collectif qui prime. »

Impossible aller-retour

     Obrad et Djordje n’ont donc pas pu goûter comme ils l’auraient voulu à la joie qui régnait autour d’eux. Leur préoccupation première consistait à trouver un moyen de regagner le plus vite possible leur pays et leur ville de Backa Palanka. Par les airs, il n’y avait plus de places avant mardi, alors que la solution de la route était difficile en raison des conditions climatiques.

      « Quand Obrad m’a appris la nouvelle avant le match, je n’ai pas hésité un moment pour autoriser les deux joueurs à un aller-retour, témoigne Jean-Luc Le Gall.  Hélas ils ont dû renoncer et ne pourront pas assister aux obsèques. »

       C’est la raison pour laquelle une solennelle minute de silence a été respectée avant le coup d’envoi ainsi que pour la maman de Jérôme Fernandez, le capitaine de l’équipe de France qui évoluait en face. Mais dès que le jeu a débuté, le challenge sportif a repris le dessus. Obrad et Djordje auraient naturellement pu passer au travers. Mais c’est l’inverse qui s’est produit. Le gardien s’est immédiatement mis sur l’orbite d’une énorme partie qu’il terminera avec 25 tirs détournés. De quoi donner confiance à ses coéquipiers. À l’autre extrémité du terrain, le massif pivot a fatigué une défense toulousaine qui n’a pas pu le freiner, ni s’opposer à ses cinq occasions qui ont toutes terminé leur course au fond des filets.

De modeste promu à unique sixième

Les deux copains seront même réunis dans une action symbolique : une longue passe d’Ivezic en direction des six mètres que Pesic a pu cueillir d’une main pour aussitôt l’expédier au fond.

Et comme autour d’eux, tout le monde était au diapason, le match a tourné en faveur de Sélestat qui totalise désormais autant de victoires que de défaites (7) et reste sur cinq victoires au cours des sept derniers matches. Le SAHB ne pouvait rêver d’un meilleur parcours avant d’affronter Chambéry, jeudi prochain au Rhenus de Strasbourg devant 5500 spectateurs et les caméras de Canal +. Car cette affiche n’opposera pas un modeste promu à une écurie de Ligue des champions, mais plutôt le sixième du championnat de France contre le deuxième.

Un défi que les Sélestadiens vont pouvoir prendre à bras-le-corps, d’autant qu’ils possèdent désormais sept points d’avance sur le premier relégable.

Source L'Alsace par Christian Weibel

Posté par fredgo à 10:18 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 octobre 2011

Vincent Momper : « Germain Spatz aurait été fier d’eux »

 Au lendemain de la disparition de Germain Spatz, le fondateur du club, son successeur Vincent Momper estime que ses joueurs lui ont rendu un bel hommage en s’inclinant de peu à Chambéry.

Très touché par la mort de son prédécesseur, Vincent Momper a apprécié la combativité de ses joueurs. Photo Denis Werwer
 
A force de ne pas passer loin d’un exploit comme mercredi à Chambéry, êtes-vous gagné par la frustration ou, au contraire, ce résultat vous conforte-t-il dans vos convictions ?

Le groupe progresse à chaque sortie et ne baisse jamais les bras. Les gars se battent jusqu’à la dernière seconde. Ils l’ont prouvé en menaçant trois grosses équipes du championnat (Saint-Raphaël, Nantes et Chambéry) jusqu’au bout. Nous échouons de rien puisque le dernier but savoyard est anecdotique. On perd ces trois matches de deux buts mais on aurait pu finir à un. Ce qui fait plaisir, c’est de voir une équipe qui ne lâche rien.

Malgré quatre joueurs blessés et deux autres qui ont été touchés à Chambéry…

Des cadres jusqu’aux plus jeunes en passant par les coaches, tout le monde est impliqué et se donne à 200 %. Malheureusement, on connaît un début de saison très compliqué au niveau des blessures. Mercredi, Ostarcevic et Beretta ont dû quitter leurs coéquipiers très tôt dans le match. Le premier souffre des adducteurs et risque d’être absent de trois à quatre semaines. Cela semble un peu moins grave pour le second. Avoir cinq joueurs cadres sur la touche, c’est très dur. J’aimerais bien que la série s’arrête maintenant.

Un joker devient donc de plus en plus urgent ?

C’était déjà urgent avant, cela le devient encore plus maintenant. Le joker, aujourd’hui, ce sont nos jeunes qui prennent leur responsabilité. Actuellement, c’est très compliqué. J’en discutais avec le président de Chambéry qui m’a confirmé qu’eux aussi ne trouvaient pas l’oiseau rare. Il n’y a personne sur le marché qui puisse nous convenir ou qui rentre dans notre budget.

Quelle a été la réaction des joueurs après le match ?

Elle était forcément mitigée. Ils étaient partagés entre la joie d’avoir tenu tête à une grosse écurie européenne et la déception. Car, une fois de plus, c’était jouable. On aurait pu et d’ailleurs mérité de ramener le point du match nul.

Cela aurait été une belle manière de rendre hommage à leur ancien président, Germain Spatz, décédé la veille du match.

Bien sûr. Il y a eu une minute de silence très émouvante avant le coup d’envoi. Mais les joueurs ne sont pas montés sur le terrain en se disant il faut qu’on gagne pour Germain. Ils se sont dit : « Il faut qu’on donne tout pour cet homme grâce à qui Sélestat peut aujourd’hui jouer au plus haut niveau français ». Une victoire ou un nul aurait été bien. Mais quelquefois, des défaites sont belles. Je pense que Germain aurait été fier de ses joueurs.

Dans dix jours, vous allez affronter Montpellier qui laisse tous ses adversaires à dix buts. Vous signeriez pour une défaite de deux buts ?

Non, je ne signerai jamais pour une défaite même si l’adversaire paraît intouchable. Quand on monte sur un parquet c’est pour gagner. Contre Montpellier, ça semble impossible. Mais impossible n’est pas sélestadien. Les joueurs vont encore une fois tout donner pour que ce match soit la grande fête du handball devant 5500 spectateurs.

 Christian Weibel

Posté par fredgo à 12:30 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 octobre 2011

Germain Spatz nous a quittés ...

       Germain Spatz s’est éteint, hier matin, à 76 ans, vaincu par la maladie. Parce que c’est lui, garçon courageux et opiniâtre, il a lutté jusqu’à l’épuisement, ne cédant qu’au bout de la souffrance.

Germain Spatz (à droite) avait passé le relais à Vincent Momper en septembre 2009. Photo archives DNA – Franck delhomme
 
     Germain Spatz, l’ancien président sélestadien, s’est éteint, hier matin auprès des siens, à 76 ans, vaincu par la maladie. Parce que c’était lui, garçon courageux et opiniâtre, il a lutté jusqu’à l’épuisement, ne cédant qu’au bout de la souffrance.

      C’est un homme d’une richesse rare que perd le handball alsacien, le handball tout court. Un sportif accompli et un militant de la première heure, joueur d’abord (il débuta par le basket à Westhouse, avant de jouer à l’ASPTT Strasbourg et au Racing), dirigeant hors norme ensuite.
      Engagé sur tous les fronts (il fut président de la Ligue d’Alsace de 1996 à 2008), c’est à Sélestat, sa ville, qu’il œuvra en premier.
      Répondant à une petite annonce parue dans les DNA, il y créa le SCS, en 1967, en compagnie de quelques autres doux dingues. Au fil des saisons et grâce à un investissement sans faille, il fit de son club un des tout meilleurs de France, un club respecté tout comme lui-même l’était.
     Toujours présent, toujours disponible, Germain Spatz restera le “papa” sportif de beaucoup de ceux ayant, un jour, porté le maillot violet.
    On n’oubliera sans doute pas ses coups de sang les soirs de match, on se souviendra surtout de ses coups de cœur. Un cœur qu’il avait énorme.
    Germain Spatz s’en est allé rejoindre ceux, partis eux aussi trop tôt, avec lesquels il s’est donné corps et âme, sans jamais compter, pour que vive le handball. Il a retrouvé, là-bas, Francis Depp ou Branko Karabatic, Robert Demeusy ou Jean Willaume, d’autres encore. Il a retrouvé des amis, il en a quitté plus encore qui n’oublieront pas le sportif, encore moins l’homme.

« Beaucoup de tristesse »

     « J’éprouve de la tristesse, énormément de tristesse, confie ainsi Vincent Momper lequel succéda à Germain Spatz à la présidence du SAHB en septembre 2009. Il n’y a pas de mot pour dire tout ce que Germain nous a apporté sportivement et humainement. Si nous en sommes là, le club et les hommes qui y sont passés, c’est grâce à lui. Personnellement, je lui dois énormément, beaucoup des superbes moments que j’ai vécus. C’est dur, très dur… »
    François Berthier et Christian Omeyer, qui ont fait leur vie dans le handball grâce à lui, les joueurs qui ont appris la triste nouvelle dans le bus les menant à Chambéry, d’autres, beaucoup d’autres, tous sont sous le choc.
    Germain Spatz s’en est allé. Mais il sera toujours là pour ceux, nombreux, qui l’ont aimé et auxquels il a tant donné.

Source Dna

----------------------------

Germain Spatz aura donné beaucoup au handball alsacien et plus particulièrement au handball sélestadien. Mais il aura aussi marqué en profondeur l’action sportive de la Ville de Sélestat au cours de sa carrière professionnelle. Photo archives DNA — FrANCK DELHOMME
 
      La disparition de Germain Spatz, dans la nuit de mardi à mercredi, met le monde du handball alsacien en émoi (lire en pages Sports). Mais l’ancien fondateur du SCS a également marqué de son empreinte la municipalité sélestadienne.
 
      L’enfant de Westhouse, où il a vu le jour le 5 mai 1935, a remporté bien des victoires au cours de sa vie. Mais Germain Spatz n’a rien pu face à la maladie, qu’il aura courageusement combattue jusqu’à la nuit de mardi à mercredi, au cours de laquelle il s’est éteint, à l’âge de 76 ans.

      Germain Spatz, on l’a dit et écrit à de multiples reprises, a été un dirigeant exceptionnel du handball alsacien. C’est lui qui, en 1967, a contribué à la fondation du club de handball de Sélestat, le SCS et qui l’a développé par la suite. C’est aussi lui qui, avec son frère Jean-Pierre (décédé en 2004), a aidé à l’avènement du club de handball de Benfeld, l’Alsacienne. Mais Germain Spatz aura également été une des principales chevilles ouvrières de la municipalité sélestadienne, où il a fait l’essentiel de sa carrière professionnelle.

« Le Monsieur Sport de Sélestat, un symbole et un monument »

       Il y a débuté en 1957, aux services techniques, où il restera 27 années. Pendant cette période, sous le mandat d’Albert Ehm, il s’occupe notamment du Corso fleuri puisqu’il en est le responsable technique et artistique. En 1965, il est nommé chargé du service de la voirie, de l’assainissement et du réseau d’eau potable. Déjà très investi dans le milieu sportif, il contribue en 1976 au redémarrage de l’office municipal des sports et à la création, en 1978, du parcours de santé dans la forêt du Giessen.

      En 1984, il est nommé chef du service éducation et sports, qu’il vient de contribuer à créer. L’organisation des premières animations-vacances en 1985, le passage de la flamme olympique en 1992, la création des 10 km et l’organisation du premier rallye automobile du vignoble alsacien la même année sont quelques-uns des projets que Germain Spatz aura su mener à bien. « Professionnalisme », « rigueur », « enthousiasme » étaient les principaux qualificatifs employés par ceux qui le côtoyaient au quotidien.

     Germain Spatz ne s’est pas seulement illustré dans l’action sportive : il aura également été président des œuvres sociales de la ville. C’est lui qui y a notamment instauré la prime de scolarité, le 13 e mois, la prime de rendement ou les fonds de prévoyance. Egalement secrétaire de l’office municipal des sports et de la commission scolaire de la ville, Germain Spatz a fait valoir ses droits à la retraite au 1 er janvier 2000, à l’âge de 64 ans. Lors de la soirée organisée pour son départ, le maire de Sélestat Pierre Giersch avait salué « le Monsieur Sport de Sélestat, un symbole et un monument. »

     Au cours de sa riche carrière, Germain Spatz aura collectionné les victoires, les récompenses et les distinctions. Il a reçu les médailles d’argent (en 1997) et d’or (en 2006) de la Jeunesse et des Sports. En 2000, il a été fait chevalier dans l’ordre des Palmes académiques. Il avait aussi reçu, en 2001, la plaquette fédérale en or remise par la fédération française de handball. Il avait également été nommé citoyen d’honneur de la Ville de Sélestat en 2004

Source Dna Florent Estival

Posté par fredgo à 12:45 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 octobre 2011

La famille du SAHB en deuil : Salut Germain

      Le Sélestat Alsace Handball est sous le choc.
Germain Spatz, Président fondateur du club s'est éteint la nuit dernière.

56i_germain

      Ce dernier restera à jamais dans le coeur des "Violets" .

   Le club sera à jamais marqué par cet homme qui aura consacré sa vie au SELESTAT ALSACE HANDBALL, mais aussi au handball en Alsace et même au delà !
   Il restera dans les esprits comme celui qui est à l'origine du handball à Sélestat et sans qui rien n'aurait été possible.
    Le SAHB présente ses sincères condoléances à sa famille et ses proches.

Communiqué du SAHB

Philippe Bernat-Salles, Président de la LNH :

« Au-delà de son formidable travail pour le club et la ligue d’Alsace, Germain Spatz a été l’un des artisans du handball professionnel. L’un de ces artisans grâce auxquels le handball a connu cette extraordinaire évolution. L’ensemble de la Ligue Nationale de Handball se joint à moi pour adresser, à sa famille, à ses proches et à l’ensemble du club de Sélestat nos plus vives condoléances. »

Le 8ème Rugiss'Hand,  présente également

ses sincères condoléances

à sa famille et ses proches.

Posté par fredgo à 12:22 - 01) Actus et News - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juillet 2011

L'ancien président du SC Sélestat, Francis Depp s’en est allé.

     depp_1

       Le handball alsacien vient de perdre brutalement un de ses grands dirigeants en la personne de Francis Depp, président du SC Sélestat puis de la section handball de La Robertsau.

     Francis Depp s’est éteint hier après-midi à l’âge de 65 ans, victime d’un accident vasculaire cérébral deux jours plus tôt. La soudaineté de sa disparition est ressentie comme un choc. Elle laisse surtout un grand vide, notamment à La Robertsau où, bien qu’ayant pris du recul, il était encore de toutes les décisions, y compris ces dernières semaines, dans le dossier de la fusion avec Schiltigheim notamment.

       Pour le président omnisports du club, Roland Ohlmann, qui l’a côtoyé pendant 40 ans, professionnellement d’abord, sur le terrain sportif ensuite, il s’agit « d’une grande perte ».

      Francis Depp a été président de sa section hand de 2002 à 2010. « Il a remis le club sur la voie du haut-niveau, témoigne Roland Ohlmann. Mais surtout, en toutes circonstances (NLDR : il fut également président de la Caisse d’Épargne Centre Alsace), il a marqué par sa gentillesse et son humanisme remarquables ».

       Avant de se dévouer pour le handball robertsovien, Francis Depp avait œuvré à la destinée grandissante du SC Sélestat, dont il fut le président emblématique, de 1989 à 2000.

        Dès sa première année, il a vu le club accéder à l’élite nationale et, malgré deux descentes pour autant de remontées immédiates entre-temps, il l’a laissé entre les mains de son successeur Jean-Paul Brunstein après une étincelante 5 e place au firmament du hand français.

      « Il s’est engagé totalement pour la hand professionnel à Sélestat », insistait hier soir l’autre président qui a marqué l’histoire du club du Centre Alsace, Germain Spatz.

      « C’est une triste, une terrible nouvelle, répétait-il, atterré. Je m’associe aux souffrances de sa famille et le remercie pour les dix années de sa vie qu’il a données au SC Sélestat. »

Source DNA du jour

Le 8ème Rugiss'hand adresse ses sincères condoléances à la famille et à ses proches.

Rugiss'hand

Posté par fredgo à 12:05 - 01) Actus et News - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,