Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

25 septembre 2013

Sélestat - Dunkerque (ce soir): « Tout part de la défense »

euse-c-est-bien-en-defense-que-guynel-pintor-est-devenu-indispensable-au-selestat-alsace-handball-et-qu-il-s-est-fait-un-nom-en-d1-photo-dna-jean-paul-kaiser

   Dunkerque, le vice-champion de France, débarque en Alsace pour conserver la tête du championnat. Guynel Pintor, le patron de la défense sélestadienne, compte bien l’en empêcher.

Guynel Pintor est ce que l’on appelle un “spécialiste”. Un joueur la plupart du temps dans l’ombre, mais sans qui les plus grandes victoires ne pourraient jamais voir le jour.

Benjamin Gille à Chambéry, Wissem Hmam à Montpellier, Rock Feliho à Nantes, Ibrahima Diaw ou Jakov Gojun au PSG, Mickaël Grocaut du côté de Dunkerque, pour ne citer qu’eux, partagent la même singularité que le Sélestadien. Ils sont là pour défendre, pour (presque) rien d’autre et c’est déjà beaucoup…

« Je prends vraiment du plaisir à défendre aujourd’hui »

Autant évacuer la question d’emblée : le fait de ne jouer que d’un côté du terrain n’est-il pas frustrant ? « Il y a un défenseur dans chaque club, souffle Guynel Pintor. Bien sûr que j’aimerais aussi jouer en attaque. Après, si je fais une belle carrière dans ce rôle de défenseur, ça ne me dérange pas. »

Le Martiniquais sait aussi qu’il ne serait peut-être pas un joueur de D1 s’il n’avait pas, il y a quelques années, accepté de se consacrer aux tâches obscures. « Quand le club était encore en D2, j’avais peu de temps de jeu », se rappelle-t-il.

Ses missions n’étaient alors déjà que défensives, au relais de Christian Omeyer, depuis devenu directeur sportif. « J’ai beaucoup appris auprès de lui, explique le joueur de 22 ans. Je jouais déjà uniquement en défense et à un moment donné, j’y ai forcément pensé. »

La volonté de prouver qu’il avait l’étoffe pour devenir le patron de la défense violette a fait le reste. Guynel Pintor ne s’est pas seulement fait une raison en se “spécialisant”, il y a aussi et surtout trouvé son bonheur sportif.

« Quand j’ai commencé le handball, un peu avant l’âge de 15 ans (à la Gauloise de Trinité, ndlr) , j’attaquais et je défendais », indique celui qui n’a jamais retrouvé les mêmes sensations au tir depuis une opération à l’épaule droite il y a trois ans.

« C’était aussi le cas en équipe de France jeunes. Mais je pense que c’est par rapport à mes qualités défensives que Sélestat m’a contacté. »

Avec sa taille (2 m), son envergure et sa mobilité, Guynel Pintor présente le parfait profil de l’emploi. « Je prends beaucoup de place. » La défense, c’est aussi un état d’esprit. « Je n’aime pas me faire passer ! », lance ainsi Guynel Pintor.

Le parcours du Martiniquais en Alsace n’a pas toujours été un long fleuve tranquille, mais il assume désormais avec réussite ses responsabilités sur le terrain. « Je prends vraiment du plaisir à défendre aujourd’hui », assure-t-il.

Quitte à forcer quelque peu sa nature. « Avant, je ne parlais jamais sur le terrain. Maintenant, quand Jean-Luc (Le Gall, le coach) me demande de booster l’équipe, je le fais. Je dois commander mes coéquipiers, pour le placement, pour savoir quand un joueur doit sortir sur l’adversaire… Je sais que c’est mon rôle. »

Un rôle de “patron” qu’il joue à sa manière. « C’est difficile pour moi de leur crier dessus, je ne suis pas comme ça, sourit Guynel Pintor. Et la plupart de mes coéquipiers sont plus vieux que moi. J’essaie plus de les motiver, de les remobiliser quand ça ne fonctionne pas. »

« Je sais que l’on peut livrer de meilleurs matches »

Ce soir contre Dunkerque, le Sélestadien sait qu’il va avoir du boulot face à Rambo, Hansen ou Nagy, les artificiers nordistes. Il sait aussi que son équipe devra mieux défendre que face à Nantes si elle veut cette fois obtenir un résultat positif. « Tout part de la défense », rappelle-t-il.

« J’espère que l’on va réussir à faire un “truc”, poursuit Guynel Pintor. Mais si on encaisse dix-sept buts en première période comme contre Nantes, vendredi, ce sera impossible. Quand on est à fond, on peut tenir toutes les équipes. Je sais que l’on peut livrer de meilleurs matches. »

Le défenseur violet n’a ainsi pas oublié que c’est en limitant l’USDK à 27 et 24 buts que Sélestat était passé tout près d’un succès la saison passée contre le vice-champion de France…

Source DNA par par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 12:31 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,