Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

20 juin 2015

Vincent Momper : « Ma saison la plus difficile »

La relégation, le changement d’entraîneur, l’avenir… A l’issue d’une saison plus que compliquée, Vincent Momper, le président du Sélestat Alsace Handball, a accepté de dresser un large éventail de l’actualité du club.DNA : Une saison difficile vient de s’achever au SAHB. Comment l’avez-vous vécue en tant que président ?

malgre-une-saison-noire-vincent-momper-president-du-sahb-croit-que-le-club-va-rebondir-photo-dna-jean-paul-kaiser

 

F.E Une saison difficile vient de s’achever au SAHB. Comment l’avez-vous vécue en tant que président ?

Vincent Momper : C’est assurément la plus difficile depuis que je suis président. La fin de saison dernière avait déjà été compliquée, nous avions eu du mal à nous maintenir. Cette saison, au vu du recrutement, on avait une des meilleures équipes jamais vues à Sélestat. On pensait passer une année tranquille et regarder davantage vers le haut que vers le bas… On ne s’attendait tellement pas à vivre une telle saison que c’est deux fois plus difficile. C’est aussi ce qui fait la beauté du sport : il n’y a jamais de certitudes. Malheureusement, c’est une mauvaise surprise pour nous et personnellement, une année vraiment noire car j’ai dû être opéré en raison d’une hernie discale.

« Je suis persuadé qu’en changeant d’entraîneur plus tôt, on aurait pu espérer mieux »

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ?

VM:  La mayonnaise n’a jamais pris, mais on est tous responsables, moi le premier. Je ne me défausse pas, j’assume l’échec. On a aussi dû faire face à de nombreuses blessures, touchant des joueurs cadres.

La décision de se séparer de Jean-Luc Le Gall à la reprise de la trêve hivernale a surpris. Avec du recul, pensez-vous qu’il y a eu une erreur de timing ?

VM: On s’est peut-être trop longtemps accroché à Jean-Luc… On espérait vraiment s’en sortir avec lui, surtout après les sept belles années qu’on avait passées ensemble. Ces émotions créent des liens et il est difficile de faire abstraction du côté affectif. Mais ça fait partie de la vie d’un club sportif qui, aujourd’hui, se gère comme une entreprise. Il faut parfois faire des choix. Les joueurs ressentaient aussi de la lassitude d’avoir eu aussi longtemps le même entraîneur, ce qui est humain.

Le bilan de Christian Gaudin (2 victoires en 14 rencontres) est pourtant pire que celui de Jean-Luc Le Gall (4 victoires en 15 rencontres)…

VM: Je suis persuadé qu’en changeant d’entraîneur plus tôt, on aurait pu espérer mieux. Christian est arrivé tard, au moment où plusieurs joueurs cadres se sont blessés. C’était presque mission impossible. J’y ai pourtant cru jusqu’au bout même si je savais qu’il serait difficile d’enrayer la spirale négative.

« Dire qu’on veut remonter, c’est crédible »

A l’arrivée, le SAHB finit 13e sur 14, très loin du 12e. Sélestat a-t-il le niveau pour évoluer durablement en LNH ?

VM: J’ai toujours dit que le SAHB en D1, c’était un petit miracle. On a vu cette saison qu’il y avait une part de vérité même si en 25 ans, Sélestat a connu plus de hauts que de bas. Il faut qu’on arrive à conserver l’esprit familial qui nous caractérise en rajoutant une dose de professionnalisme. L’équilibre est difficile à trouver mais pas impossible. A une autre échelle, Kiel (Allemagne) a su le faire. Christian Gaudin a justement cette culture, qu’il peut imprégner au club. Nous avons un genou à terre, mais il va falloir rebondir.

Le SAHB aura-t-il les moyens de remonter en LNH la saison prochaine ?

VM: Le recrutement n’est pas terminé* mais on affiche clairement l’ambition de retrouver la D1 l’an prochain, au plus tard dans deux ans. Nous n’aurions pas pu, pour des raisons financières, conserver les joueurs qui sont partis. Nous allons nous appuyer sur des joueurs cadres comme Jung, Beauregard, Fleurival, Joli et Vujic et promouvoir les jeunes que sont Yanis Lenne, Rudy Seri, Julien Meyer ou Thomas Gaudin. Nous allons compléter l’effectif avec des joueurs aguerris, même si on sait qu’il est plus difficile de recruter pour la D2 que pour la D1. Mais les joueurs savent que Sélestat a la culture de la D1. C’est un argument, tout comme la présence de Christian Gaudin en est un. C’est pourquoi dire qu’on veut remonter, c’est crédible.

Le budget est-il déjà bouclé pour la saison prochaine ?

VM: Il devrait passer de 2 000 000 € à 1 500 000 €. Même si notre masse salariale devrait baisser de 20 à 30 %, nous devons faire face, outre la baisse des droits télés, à une forte baisse des subventions publiques (seule la Ville de Sélestat s’est engagée à maintenir sa subvention actuelle pendant encore un an), liées non seulement à notre régression sportive, mais aussi à l’état des finances publiques.

« Le Département baisse sa subvention de 160 000 € à 12 000 € »

VM: Le Conseil départemental vient de nous annoncer que la subvention passerait de 160 000 € à 12 000 € la saison prochaine. On savait que ça allait diminuer, mais pas dans ces proportions. Quant à la Région, nous attendons les chiffres mais sa subvention devrait passer de 400 000 € à 250 000 €, sachant qu’une partie est dévolue à notre centre de formation.

Cela signifie-t-il que l’avenir du centre de formation est menacé ?

VM: Non, la formation est essentielle pour nous, il ne faudrait pas qu’elle disparaisse. Le centre de formation a un coût, mais on trouvera toujours des solutions pour qu’il tourne, quitte à impacter le budget de l’équipe pro.

Vos principaux partenaires restent-ils fidèles malgré la descente ?

VM: Chaque année, il y a un renouvellement parmi les 150 partenaires privés que nous comptons et qui, pour moi, sont aussi importants les uns que les autres, au-delà de l’aide qu’ils peuvent apporter. Mais, pour répondre à votre question, personne ne quitte le navire. Nos partenaires sont aussi et surtout des supporters, qui sont là dans les bons moments comme dans les moments difficiles.

Le label LNH (DNA du 3 mai) montre que le SAHB est structuré, mais fragile. « Les perspectives pour faire mieux passent par une augmentation de la surface financière », conclut le rapport du label. Comment faire ?

VM: On est fragile, oui, et l’annonce du Conseil départemental nous fragilise encore un peu plus. Alors on travaille beaucoup et il faudra travailler encore plus. On sème, on sème, et parfois, on récolte. Pour trouver un partenaire, il faut plusieurs facteurs : être au bon endroit, au bon moment. Pour certains, ça n’est pas le moment aujourd’hui mais ça le sera peut-être demain… Certains ont mis dix ans avant de s’engager.

« La visibilité n’est qu’une partie de ce qui peut intéresser une entreprise »

Le SAHB aura plus de mal à trouver des partenaires en évoluant en D2...

VM: La visibilité, ça n’est qu’une partie de ce qui peut intéresser une entreprise. À côté, il y a aussi l’hospitalité. Quand une entreprise nous envoie un de ses clients, elle sait qu’il passera un bon moment car les prestations qu’on propose les satisfont. Aujourd’hui dans le sport professionnel, c’est plus qu’un match qu’on regarde, c’est une soirée qu’on passe. L’objectif, c’est que quelque soit le résultat, on passe une bonne soirée. Et ce n’est pas parce que nous sommes en ProD2 que les prestations seront de moins bonne qualité.

Certaines “soirées” auront-elles lieu au Rhenus la saison prochaine ?

VM: Probablement pas : remplir le Rhenus en ProD2, ça me paraît compliqué. La seule affiche qui pourrait nous le permettre, c’est face à Mulhouse. Mais est-ce que jouer un derby Sélestat-Mulhouse à Strasbourg aurait un sens ? Je ne suis pas sûr…

Mulhouse, justement, rate la dernière marche de la D1 depuis quelques années. Le SAHB, lui, y joue régulièrement le maintien. Pour s’installer durablement en D1, l’avenir ne doit-il pas s’écrire à deux ?

VM: L’Est de la France mérite une équipe en D1 ; or, je constate que l’an prochain, il faudra faire 400 km pour voir de la D1. Un projet de rapprochement avec Strasbourg a échoué il y a trois ans, mais il va falloir sérieusement creuser cette piste, surtout quand on voit qu’Ivry et Chartres, promus en D1 la saison prochaine, présenteront des budgets de 2,8 et 3 millions d’euros. Remonter en D1 avec un budget de 2M € d’euros, comme cette année, ne serait plus suffisant.

« Un rapprochement ? Je pense que ça devient tout doucement urgent »

Avec Strasbourg plutôt que Mulhouse alors ?

VM: Ce serait plus plausible même si je ne suis fermé à rien. En tout cas, il ne faudrait pas une fusion des clubs, mais un rapprochement des équipes professionnelles. Ça nous permettrait aussi de fédérer plus facilement les entreprises. Peut-être que la prochaine fois sera la bonne…

On a l’impression d’entendre ce discours chaque année ou presque…

VM: Je pense que ça devient tout doucement urgent. Il va de toute façon falloir trouver des solutions si on veut pérenniser le club en D1, sachant que pour Sélestat seul, ce sera très compliqué voire impossible, même si impossible n’est pas alsacien.

* Quatre recrues ont été enregistrées depuis l’entretien.

Source Dna

Posté par fredgo à 11:54 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 octobre 2014

5ème journée en LNH: A Sélestat, le temps est couvert ...

A Sélestat, le temps est couvert. Fortement remaniée à l'intersaison, l'équipe alsacienne n'a pas encore trouvé une véritable cohésion. La réception de Chambéry ce mercredi s'avère capitale. Ce 5ème chapitre en D1M sera aussi placé sous le signe des derbys. Celui de l'ouest entre Cesson et Nantes, celui du bassin parisien entre Paris et Tremblay, celui du Languedoc entre Montpellier et Toulouse.   

Beauregard      Ce n’est que la 5ème journée en Division 1 masculine, la situation n’est pas alarmante mais elle pourrait le devenir. Sélestat a du retard à l’allumage et malgré un recrutement jugé consistant à l’intersaison, l’équipe alsacienne a complètement raté ses débuts. Quatre rencontres de championnat, une en coupe de la Ligue et à peine un succès contre Istres, la lanterne rouge. Une seule arrivée l’an passé, sept recrues cette fois mais le ciment a du mal à prendre. Souci d’acclimatation des nouveaux venus ? Apparemment pas puisque le demi-centre Snorri Gudjonsson est le meilleur buteur de la LNH avec 33 réalisations et Richard Kappelin en est le gardien n°1 avec 60 arrêts. Alors d’où vient le problème ? De l’attaque ? Il y a pire parmi l’élite et même si Florent Joli est absent (l’ailier s’est blessé lors d’un entraînement il y a quinze jours et souffre du genou gauche) et fait cruellement défaut sur le côté droit, ses coéquipiers ne sont pas restés les bras croisés. Carence en défense ? Certainement. 137 buts encaissés lors des quatre premières journées, l’addition commence à être salée. Après le match de Cesson et le 1er revers à domicile, les joueurs se sont réunis. Il faudra attendre ce mercredi et la réception de Chambéry pour voir si les bonnes résolutions sont suivies d’effets. Dans ce contexte morose, Frédéric Beauregard, un des tauliers du SAHB (il entame sa 6ème saison au club) tente de garder la foi et surtout aiguillonner ses partenaires.

Es tu étonné de rencontrer autant de difficultés ? 
Oui, je m’attendais à ce que ce soit difficile... mais pas à ce point. Après le stage en Slovénie (début août), on a enchaîné des matches où l’esprit qui nous animait n’était pas le même. 

Comment cela ?
Pendant ce stage, on a fait des matches amicaux. J’avais été agréablement surpris par la réaction des gars. Dès que quelqu’un allait au shoot, le repli était immédiat, au moindre arrêt de gardien, au moindre but, chacun se sentait concerné et levait le poing, il y avait une certaine détermination, une envie, qu’on n’a pas retrouvées par la suite.

Seize pertes de balle contre Cesson. C’est de la fébrilité ?
Je dirais plutôt un manque de concentration. En Slovénie, c’était tout le contraire. On ne se connaissait pas, il n’y avait pas de fond de jeu donc on faisait plus attention en mettant plus d’application. Du jour au lendemain, cette rigueur a disparu.

Les comportements doivent changer....
Oui, même aux entraînements. On ne peut pas les aborder en étant relax et penser que les jours de match, ça ira tout seul et qu’on parviendra à s’en sortir. Il faut se donner à 100%. Si on doit arriver une demi-heure avant les séances pour s’échauffer et être performant, chacun doit se prendre en main.  Aujourd’hui, on fait trop de bêtises et il y a vraiment un malaise.

Ce malaise, l’avez-vous identifié ? 
Non. Je suis impatient d’être au match contre Chambéry pour voir les réactions. D’autant qu’on va récupérer certainement Igor (Vujic), cela fera une rotation supplémentaire et surtout un tireur de loin.

Chambéry, c’est le début d’une série compliquée
On a besoin de prendre des points quelque part ! Chambéry est dans le même cas. Ensuite, on va à Nîmes et on reçoit Dunkerque donc il va falloir se réveiller. Terminées les belles paroles, il faut des actes et surtout des bons résultats ! On doit arrêter de se mentir et dire que la saison est longue et qu’on aura le temps de se rattraper.

L’équipe de Sélestat peut-elle viser autre chose que le maintien ?
On sait qu’on a une bonne équipe mais compte tenu des résultats du moment, notre championnat se joue contre des adversaires de notre niveau et si on n’arrive pas à gagner contre eux, ça sera très dur. Le maintien c’est le principal objectif même si je pense qu’on peut viser plus haut. Le jour où chacun exprimera son potentiel, ça ira beaucoup mieux.



Saint Raphaël, le PSG, Nantes et Montpellier sur leur lancée ?


Avec cinq succès d'affilée (coupe de la Ligue incluse), St Raphaël espère poursuivre sur sa dynamique en se déplaçant à Créteil. Les Cristoliens qui viennent de rater...

La suite ici...

 

SELESTAT ALSACE HANDBALL - CHAMBERY SAVOIE HB

Pronostic : Sélestat

Date et Heure :
Le 08/10/2014 A 20:00:00
Lieu :
Centre Sportif Intercommunal 'Eugène Griesmar'
Quai Albrecht  -  SELESTAT
Lien Google Maps vers la salle

Posté par fredgo à 12:47 - 20) La saison 2014/15 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 septembre 2014

Avant Sélestat - Istres; Quentin Eymann de retour à la maison

      Une rencontre particulière pour Quentin Eymann demain soir, l'istréen retourne en Alsace, il retrouvera son ancien club Sélestat.

      C'est le premier déplacement de la saison pour les joueurs de Gilles Derot, les deux formations se sont inclinées lors de la première journée. A noter les forfaits des deux istréens Cismondo et Peronneau.

Découvrez en vidéo: l'istréen Quentin Eymann.
(interview Manuel Danloy Maritima Médias)

 Source Maritima info

Quentin Eymann de retour...

 

Posté par fredgo à 21:27 - 05) Interviews - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 février 2014

Avant Tremblay - Sélestat: Sélestat en Coupe...comme une habitude...

2014-02-271497305317

Demain Trembaly affronte Sélestat en 1/8 de finale de la Coupe de France. Sélestat en Coupe...comme une habitude. A la veille du match nous avons rencontré Arnaud Freppel, l'ailier droit du SAHB. Interview!

 

Arnaud, troisième fois contre Tremblay cette saison … Comme le dit le proverbe, jamais deux sans trois. Quel est votre état d’esprit avant cette rencontre ?

Effectivement nous avons affronté régulièrement Tremblay en Coupe ces dernières saisons, que ce soit en Coupe de la Ligue ou en Coupe de France. Maintenant on sait que ce sera un match difficile, déjà parce q’ il est a Tremblay et donc à l’extérieur pour nous et  qu’il n est jamais facile de s’imposer ici. De plus c’est une tout autre équipe que celle du début de saison que nous avions battu ici.

Depuis quelques années tu occupes le poste d’ailier droit à Sélestat. Cependant tu n’as pour le moment pas eu l’occasion de soulever le trophée de Coupe de France. Que représente cette compétition pour toi ?

Pour moi la Coupe de France est quelque chose de magique. A la fois une aventure sportive et humaine. C est un trophée national. Le remporter un est quelque chose d’exceptionnel dans une carrière qui restera à jamais gravé. Bien sur Selestat n est pas le favori, mais a partir des quarts tu te dis pourquoi pas? Il ne reste que deux marches avant la finale...Alors pourquoi pas nous ?

Face à toi tu auras Teddy Prat ; un joueur qui comme à ton image, a passé pas mal d’année dans son club actuel, et donnera tout pour permettre à son équipe d’accéder aux quarts de finale. A ton avis, quels vont être  les facteurs de succès qui permettront de remporter ce match ?

Que ce soit pour Selestat ou Tremblay le maintien en championnat reste la priorité bien-sûr. C’est pour cela que je pense que le vainqueur est celui qui en voudra le plus, celui qui aura le plus de volonté et d’ambition.

En dehors des terrains j’aime passer l essentiel de mon temps  avec ma famille et  mes amis. Ensuite en ce moment j'essaie de travailler sur ma reconversion! Ce n’est pas évident mais c’est sûrement le plus important'.... Même si je ne compte pas encore m’arrêter!!!

Tremblay/Sélestat - Vendredi 28 Février - 20h45

Source Site Tremblay HB

Posté par fredgo à 12:45 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 novembre 2013

Vu du côté d'Aix: Aix veut « Faire une perf à Sélestat » et les enfoncer un peu plus...

   A quelques heures d’affronter Sélestat samedi, Vincent Vially a souligné l’importance de ce déplacement en Alsace face à un concurrent direct au maintien. Pour l’ailier droit du PAUC, l'objectif est clair:  « Faire une perf à Sélestat » et de les enfoncer un peu plus... 

 

Source Pays d'Aix

Posté par fredgo à 18:24 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 octobre 2013

Guynel Pintor: Un futur bleu dans la défense de Selestat ?

Guynel Pintor

A 22 ans seulement, Guynel PINTOR est la pierre angulaire de la défense de fer de SELESTAT.

Adoubé par ses partenaires et son coach, il n’est pas très loin de frôler l’excellence en défense. Il fait partie de cette génération 91 (Mahé, Grebille, Afgour…) qui pousse à la porte de l’équipe de France.
Aux vues de tes performances actuelles Guynel, est-ce que tu penses à l’équipe de France ?

Oui, j’y pense, et je suis candidat à une place de défenseur en équipe de France mais cela sera faisable que si je continue dans ce sens et bien sûr que le sélectionneur m’appelle.
Depuis 6 ans, je suis professionnel et je me bats chaque jour à l’entrainement et en match pour y arriver. Mon coach m’apporte beaucoup et c’est grâce à lui si je suis compétitif aujourd’hui. J’ai sa confiance et j’essaie d’être le plus performant possible. Alors oui, l’équipe de France me fait rêver et je veux passer le cap. Par ailleurs, je suis vraiment content pour Benjamin (AFGOUR) j’espère être le prochain, à moi de jouer.

nces-conduisent-guynel-pintor-a-tenter-sa-chance-en-attaque-mais-c-est-dans-la-defense-de-son-but-que-se-distingue-le-martiniquais-du-sahb-photo-denis-werwer

Qu’en pense son coéquipier de défense Beauregard ?

C’est tout simplement un monstre en défense. Il mesure 2m02 avec une envergure énorme, il est mobile comme un mec d’1m80, il ressemble un peu à ces mecs de la NBA. Il est capable de défendre autant en 3 bas qu’en 3 haut en restant tout aussi efficace. C’est très rassurant de travailler à côté de lui. Regarde encore le match à Tremblay, il est le grand artisan de cette victoire, notamment en défense !

Un futur bleu dans la défense de Selestat ?
L’équipe de hand-planet lui souhaite bonne chance pour ses projets !
 

Posté par fredgo à 12:11 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 octobre 2013

1/4 de finale CdL Sélestat 29-27 Tremblay; retour video et réactions

      Belle victoire du Sélestat Alsace Handball ce mercredi soir face à Tremblay (29-27) pour le premier tour de la Coupe de la Ligue. Les hommes de Jean-Luc Le Gall se sont qualifiés pour les quarts de finale de la compétition.


Source TotalSportLive

Posté par fredgo à 12:00 - 03b) Coupe de la Ligue - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 octobre 2013

Coupe de la Ligue : Avant SAHB - Tremblay

       Avant le match de coupe de la Ligue de mercredi soir, l'entraineur Jean-Luc Legall se confie au micro de Top Music. L'objectif affiché est de revivre le Final Four vécu la saison passée. Hasard du tirage au sort, nos violets affronteront au même stade de la compétition l'équipe tremblaysienne en comptant avoir la même reussite que la saison dernière.

Source SAHB

Posté par fredgo à 12:04 - 03b) Coupe de la Ligue - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 septembre 2013

Présentation de la saison, des joueurs et du nouveau maillot du SAHB

 

     Petite retour sur la présentation du maillot pour cette nouvelle saison, la 20ème en première division. Top Music présente les comptes Tweeter de chacun des joueurs, Vincent Momper se souvient de la première saison en 1ere division. Top Music présente les deux nouveaux joueurs; Rudy Seri et le demi-centre Montenégrain de 23ans, Stevan Vujovic...

Ecouter l'interview réalisé par Top Music

 20132014__selestat-alsace-hb__picture_jpg

Source TOP MUSIC

Posté par fredgo à 12:27 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 mai 2013

Après Nantes : Seri s’en souviendra

selestadien-rudy-seri-(ici-en-defense-sur-o-brian-nyateu)-a-dispute-mercredi-a-nantes-le-premier-match-en-d1-de-sa-jeune-carriere-photo-maxppp

Le 8 mai 2013 restera une date gravée dans la mémoire de Rudy Seri. Le jeune arrière gauche a découvert sans complexe le grand monde de la LNH, mercredi à Nantes. Un souvenir fort, en dépit d’une défaite qui n’arrange pas les affaires du Sélestat Alsace Handball.

Le goût, toujours amer , de la défaite était encore trop présent hier pour qu’il puisse profiter pleinement du moment. « Le sentiment est partagé », confie ainsi Rudy Seri. L’arrière gauche de 19 ans sait que la défaite concédée à Nantes fragilise un peu plus la position de Sélestat dans la course au maintien.

Mais ce déplacement sur les bords de la Loire restera toujours pour lui celui de son baptême du feu en LNH. « Pour un jeune du centre de formation, le premier match en D1 est forcément plus important que les autres », souffle Rudy Seri.

Une saison remarquée avec la réserve en N1

C’est donc au Palais des Sports de Beaulieu, l’un des plus beaux écrins de l’Hexagone, que le Sélestadien a été lancé dans le grand bain. « Il y a pire pour une première, sourit Rudy Seri. Nantes est une grosse équipe de LNH, la seule à avoir battu le PSG cette saison. C’est un privilège de se mesurer à ces grands joueurs. »

Le capitaine de l’équipe de France -19 ans attendait sans doute secrètement ce moment, pour s’évaluer chez les “grands”. « Pour voir mon niveau, pour progresser », précise-t-il. Son souhait a été exaucé.

« C’est malheureusement en raison de la blessure de “Bobo” (Frédéric Beauregard, ndlr) , indique Rudy Seri comme pour s’excuser. Mais j’étais vraiment heureux quand j’ai su que j’étais appelé dans le groupe. »

« La D1, c’est un autre niveau »

L’arrière gauche récolte aussi les fruits de son travail. Auteur d’une saison remarquable et remarquée avec la réserve en N1 (122 buts en 22 matches), l’ancien joueur de Troyes met doucement le nez à la fenêtre. « Je commence à m’entraîner davantage avec le groupe pro et j’avais réalisé de bonnes séances dernièrement. »

Jean-Luc Le Gall, le coach violet, n’a pas hésité à le lancer, comme lors du 8e de finale de Coupe de France contre Mulhouse début mars (3 sur 4 au tir pour Seri). « Je me suis dit que c’était un match comme les autres, explique le joueur. Je ne me suis pas senti impressionné. Si on vient avec de l’appréhension, on n’arrive à rien. » Rudy Seri n’a pas froid aux yeux et cela s’est vu sur ses deux premiers tirs, qui ont tous les deux terminé leur course au fond des filets nantais. « J’étais sur le terrain. Il fallait que je prenne mes responsabilités. »

La suite n’a pas été du même acabit (0/5), mais le Sélestadien a osé. « Je sais que je dois encore travailler sur le duel avec le gardien, analyse-t-il avec lucidité. La D1, c’est un autre niveau, c’est à part ! »

Reste maintenant pour lui à transformer l’essai. « J’essaierai de faire mieux si je suis à nouveau appelé, d’apporter encore plus. Si je peux aider l’équipe lors des prochains matches, je le ferai. J’espère que ce n’est qu’un début. Ce premier match en D1 m’a donné envie d’y regoûter », lance Rudy Seri.

Il n’est assurément pas le seul à espérer que le futur du Sélestat Alsace Handball s’inscrive toujours en D1 la saison prochaine…

Source Dna

Posté par fredgo à 15:13 - 05) Interviews - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,