Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

17 octobre 2011

Après Ivry: Les Sélestadiens enfin payés...

       Encensé, mais pas payé face à Saint-Raphaël (22-24) ou à Nantes (30-28), le Sélestat-Alsace handball a récolté le fruit de son travail et de ses progrès, samedi face à Ivry (22-21). Voilà un deuxième succès, après celui décroché lors de la première journée devant Créteil, qui fait du bien.

Solidité et solidarité, maîtres mots d’un SAHB qui n’a pas raté le rendez-vous qu’il s’était fixé, samedi, face à Ivry. (Photo DNA — Franck Delhomme)

     Ça n’a certainement pas été le match du siècle, pas même le meilleur du SAHB cette saison. C’est cependant et finalement un des plus apprécié, le SAHB ayant enfin été payé de ses efforts.

« Content de la victoire, satisfait de l’état d’esprit »

      Face à une US Ivry elle aussi handicapée (Sélestat devait faire sans Salami et François-Marie, Pesic n’ayant joué sur une jambe qu’une mi-temps, Ivry était privé des frères Simonet et de Dominikovic), les joueurs de Jean-Luc Le Gall ont su chercher, au bout du courage et de l’abnégation, un succès ayant son importance.
      « Il y a sans doute pas mal à dire sur la manière, confie l’entraîneur sélestadien. Mais je suis content, très content. Content de cette victoire, satisfait aussi de l’état d’esprit affiché. On continue d’avancer et on prend les deux points, c’est ça l’important. »
     Même s’ils n’ont pas sorti le match parfait, même si certains ont déçu, Jean-Luc Le Gall peut effectivement être globalement fier de sa formation, héroïque à l’image de Laszlo Fulop en fin de rencontre.

Un peu à l’image des rugbymen français

Là où d’aucuns se seraient égarés, là où le SAHB d’il y a quelques mois aurait peut-être perdu pied, les Sélestadiens ont tenu bon, solides et solidaires, un peu à l’image des rugbymen français quelques heures plus tôt face aux Gallois.
     « Certains vont peut-être nous reprocher de ne pas avoir “tué” le match en tout début de seconde période lorsque nous nous étions donné cinq buts d’avance (15-10). Mais, à part Montpellier, qui peut prétendre pouvoir “tuer” un match cette saison ? Sincèrement, nous avons fait du mieux que nous pouvions avec les moyens du bord, le fait de perdre Pesic en cours de match nous ayant pénalisé. Il nous apportait en défense, il aurait pu nous apporter en attaque dans la mesure où nos pivots ont été en souffrance face à Chapon (2 sur 7 pour Jung et Aman). »
    Le SAHB n’est pas le MAHB et devra donc se contenter comme tous les autres, de lutter durant 60 minutes pour décrocher le pompon.

Deux matches de gala…

    « On le sait, on est préparé pour ça, continue le coach bas-rhinois. Et on travaille pour ça. Aujourd’hui, nous sommes dans les clous, tant au niveau des points récoltés qu’à celui de la progression constatée. Face à Ivry, nous avons encore balbutié nos montées de balle, mais nous n’avons aussi perdu que sept ballons. On a encore de quoi faire, mais on avance… »
    Mercredi, le SAHB se rendra à Chambéry avant d’accueillir Montpellier le 30 dans un Rhenus sport qui devrait faire le plein pour l’occasion.

… Et une série décisive

   « Je ne dis pas que c’est infaisable, continue Jean-Luc Le Gall. Ça paraît compliqué quand même. On fera notre possible, mais plus importante pour nous est la série qui suivra. Prendre des points face à Toulouse, Nîmes, Cesson ou Istres sera plus à notre portée. D’autant que nous pouvons compter sur un public superbe. Il a encore été décisif face à Ivry. »
   Élu meilleur public de D2 la saison dernière, il joue à merveille son rôle de 8 e homme cette saison encore. Et il est évident que jouer en surnombre ne sera pas de trop pour le SAHB cette saison…

Source Dna

Posté par fredgo à 12:00 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 octobre 2011

Résultat: Sélestat 22-21 Ivry. Ce qu'il fallait !

rrets-pour-Laszlo-Fulop-chaudement-felicite-par-son-entraineur-Jean-Luc-Le-Gall-(a-droite)-et-le-staff-technique-selestadien_-(Photo-DNA-Franck-Delhomme)Le Sélestat-Alsace handball a souvent dominé son sujet, hier soir, face à Ivry. Il a aussi trop gâché. Au final, il remporte le match qu’il devait gagner. Grâce à son gardien hongrois Fulop stratosphérique (25 arrêts !). Là est l’essentiel.

Les Sélestadiens avaient coché cette rencontre. Dans leur course au maintien, elle faisait partie de celles qu’ils devaient gagner. Mission accomplie. Au bout du suspense.
     Le début de rencontre se résuma, enfin presque, à un duel à distance entre Fulop et Chapon, gardiens respectivement d’Ivry et de Sélestat.
    Les deux se firent vraiment plaisir hier soir, rendant des feuilles de stats à rendre (enfin presque encore) jaloux Thierry Omeyer, présent hier soir au CSI.

Quatre buts d’avance  pour Sélestat à la 26 e

      Ce sont les Franciliens qui s’en sortirent le mieux dans un premier temps, le SAHB gâchant trop de munitions à la zone (3-4, 12 e).
     Mais après un penalty raté d’Ostarcevic, le culotté Beretta et le précieux Petrenko sonnèrent la révolte.
     Les Alsaciens passèrent en tête à 5-4 (13 e), se donnant jusqu’à quatre buts d’avance (11-7 à la 26 e).
     La rentrée de Beauregard, rentré au relais d’un Podsiadlo aux abonnés absents, n’était pas pour rien dans ce renversement de tendance.
     Mais si Fulop continuait à se mettre en évidence, Chapon ne lâchait rien, lui non plus.
     Et Ivry revint dans le match grâce à l’impressionnant Ruiz Margaria qui allait malheureusement laisser, en fin de première période, un tendon d’Achille au CSI (12-10 à la pause).
     Sur sa lancée, Fulop s’offrit un début de seconde période à la hauteur de son talent. En fait, c’est tout au long de cette deuxième mi-temps que l’ancien de Saint-Cyr allait faire étalage de sa classe.
     Et la formation alsacienne tira le meilleur profit des exploits de son Hongrois, Ostarcevic et les siens reléguant vite leurs adversaires à cinq longueurs (15-10, 34 e).
     Mais Ivry reste Ivry, une des références du handball français. Grâce à Marjanovic, autre gardien en vue hier, grâce aussi à Bataille et Staigre, l’USI refit, une nouvelle fois surface.
     Ratant à nouveau trop de choses, les Bas-Rhinois en furent réduits à faire le dos rond, à tenir en défense, à compter sur les performances de Beauregard ou Beretta (18-16 à la 47 e, 20-17 à la 50 e, 21-20 à la 55 e) pour ne pas sombrer.
     La fin de match fut stressante, palpitante. Et c’est, tout un symbole, Fulop qui sauva finalement la mise aux siens, réalisant une nouvelle parade d’exception, la 25 e, à trente secondes du coup de sifflet final.

    22-21. Il la fallait vraiment, celle-là…

Source DNA

Posté par fredgo à 10:52 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 octobre 2011

Ivry, privés de quatre joueurs majeurs...

     Privés de quatre joueurs majeurs, les Rouge et Noir vont défier ce samedi Sélestat avec l’espoir de l’emporter. Une tâche compliquée, mais loin d’être impossible.

    396-Lorgere_Xavier_01_Pillaud

        A la sortie du calendrier de cette saison 2011-2012, les Rouge et Noir avaient sans doute coché la case du 15 octobre, jour de déplacement à Sélestat. Sans être offensant vis-à-vis du promu, ce match est a priori abordable pour Ivry. « Disons qu’on aurait pu cocher cette date si on avait été au complet », rectifie pourtant Pascal Léandri, le coach francilien. « Mais là, on doit composer avec les absences de Davor Dominikovic (blessé), des frères Simonet (tournoi de qualification aux JO) et, exceptionnellement, de Damir Smajilagic (malade). En fait, on est en train de vivre trois championnats en un. Le premier jusqu’à Montpellier dans la continuité de la préparation, puis le deuxième lors des deux ou trois prochains matches avec ces absents, et enfin le troisième par la suite avec enfin un groupe au complet ».

      Les Ivryens attaquent donc ce samedi à 20h30 cette deuxième phase sur le terrain des Alsaciens. Avec un effectif réduit, certes, ce qui ne veut pas dire qu’ils partiront là-bas la fleur au fusil. « Même si Sélestat est favori à domicile et que ce sera difficile pour nous, on y va pas sans ambitions », reprend le technicien. « C’est sûr qu’on aurait préféré jouer à cette période Montpellier ou Chambéry, et non pas des équipes à notre portée comme Sélestat ou Istres (le prochain adversaire), mais c’est comme ça. Il y a des points importants en jeu, et on doit essayer de grappiller des points à l’extérieur ».

      Alors, vu les absences, quelle est la solution ? Elle est simple et double à la fois. « On doit répartir les responsabilités autrement et surtout avoir le même état d’esprit que face à Nantes et Toulouse, c’est-à-dire beaucoup de solidarité et l’envie de faire un coup », explique Pascal Léandri. A ces deux conditions, les coéquipiers de Xavier Lorgere (en photo) peuvent espérer retrouver le chemin de la victoire et engranger de précieux points.

Source US IVRY

Posté par fredgo à 18:34 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Contre Ivry, Sélestat devra cette fois présenter l’addition

le-capitaine-des-violets-olivier-jung-deploiera-toute-son-energie-pour-tenter-d-ajouter-des-points        Passé tout près d’une bonne performance contre des équipes du haut de tableau, le SAHB espère capitaliser ses efforts ce soir à 20 h 30 contre Ivry.

Le capitaine des Violets, Olivier Jung,
déploiera toute son énergie pour tenter
d’ajouter des points supplémentaires
au compteur de son équipe.
Photo Denis Werwer


        Coincée entre un match perdu sur le fil à Nantes et deux rendez-vous face aux représentants français en Ligue des champions, Chambéry puis Montpellier, la réception d’Ivry ressemble à un écueil au milieu de l’océan. Une occasion de reprendre de l’oxygène avant de remettre la tête dans l’eau. Car même si un match contre ce club mythique n’est  « jamais quelque chose de simple à négocier » selon l’entraîneur des Alsaciens, l’adversaire semble tout de même plus abordable que ses devanciers ou ses suivants.

Conscients de ne pas être passés loin d’un exploit aux portes de la Bretagne, les joueurs vont tout mettre en œuvre pour ajouter une seconde victoire à celle décrochée face à Créteil.

Le capitaine Olivier Jung, le premier, lui qui devra suppléer l’absence de Pesic finalement moins gravement blessé que prévu. Le pivot serbe sera même inscrit sur la feuille de match, sans toutefois entrer en jeu afin de se préserver.  « Puisqu’on n’a pas pu prendre de points contre des grosses équipes, on n’a plus le choix, estime le jeune capitaine du SAHB.  Ivry paraît un peu moins bien armé que Saint-Raphaël et Nantes contre lesquels on n’a perdu que de deux buts. Si on arrive à reproduire le même type de match que face à ces deux équipes, on peut espérer l’emporter. »

Si Sélestat devra se passer de trois de ses joueurs (François-Marie, Salami et vraisemblablement Pesic), Ivry n’est pas mieux loti puisqu’il sera privé de Dominikovic, blessé, et des frères Simonet, les Argentins disputant, avec leur équipe nationale, un tournoi de qualification pour les Jeux de Londres. Mais Ivry, réputé pour la qualité de sa formation, possède d’autres atouts pour faire déjouer Sélestat. Les Violets, eux, peuvent donner un autre visage à leur début de saison en faisant coïncider une bonne production avec un gain en points. Pour ne pas revivre la difficile saison d’il y a trois ans à ce niveau quand une première victoire avait coïncidé avec douze défaites de rang.

Enfin payé en retour ?

« Je garde un mauvais souvenir de cette période, se rappelle Olivier Jung qui effectuait sa première vraie saison à ce niveau avec l’insouciance de ses 20 ans.  Aujourd’hui les choses sont différentes. On se sent plus à l’aise sur le terrain et en dehors. C’est important car cela influe sur la cohésion du groupe. »

Cette fois, les choses devraient mieux se passer.  « On progresse à chaque match. On vient juste de retrouver le plus haut niveau et on a été loin d’être ridicules contre deux des meilleures équipes de la Ligue. Il faut simplement continuer à travailler et se battre pendant soixante minutes. On fera les comptes à la fin du match. Ça n’a pas encore payé, mais ça devrait venir si on ne dévie pas de l’objectif. » Peut-être dès ce soir sous les yeux d’un des actionnaires de la SASP, Thierry Omeyer, de passage à Sélestat.

SÉLESTAT – IVRY
ce soir à 20 h 30
au CSI de Sélestat.
Arbitres : Mmes Charlotte et Julie Bonaventura.

Sélestat :
Aux Buts :12. Ivezic et 69. Fulop Les joueurs
3. Jung (cap.), 5. Petrenko, 6. Pesic, 7. Beretta, 8. Podsiadlo, 9. Beauregard, 10. Matzinger, 11. Freppel, 13. Aman, 15. Pintor, 19. Eymann, 27. Ostarcevic.
Entr. : Le Gall.

Ivry :
Aux Buts :1. Marjanovic et 16. Chapon 
Les joueurs :2. Pitocco, 4. Loupadiere, 7. Lorgere, 17. Indjic, 18. Bousnina, 20. Sulc, 25. Bataille, 27. Staigre, 45. Idir, 75. Ruiz-Margaria, 76. Smajilagic, 91. Zirn.
Entr. : Léandri.

Source L'Alsace

Posté par fredgo à 10:55 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 octobre 2011

Itw: Freppel, retour gagnant

          Arnaud_Freppel

          Le Sélestat-Alsace handball accueille Ivry samedi (20h30). Face à une équipe huit fois championne de France (la dernière fois en 2007), le club du Centre-Alsace comptera, entre autres, sur Arnaud Freppel pour signer son deuxième succès de la saison.

     C’est le plus ancien des Sélestadiens, lui qui a débuté sa carrière en violet il y a quinze ans. Après avoir aidé à écrire l’histoire du SCS d’alors durant onze saisons, Arnaud Freppel s’est décidé, voilà quatre ans, à aller voir ailleurs si l’air y était plus doux.
     « Le moment était venu de voir autre chose, de rencontrer d’autres gens, de participer à d’autres aventures, confie l’ailier droit. Partir a permis de m’enrichir, de mieux me connaître. »
     Deux saisons à Saintes, une autre à Cesson, soit trois ans pour grandir. Et un retour dans son Alsace à lui en début de championnat dernier. « Il fallait sans doute partir pour revenir. J’ai vécu de belles choses loin d’ici, on m’a proposé d’en découvrir d’autres en rejoignant un club, mon club, qui nourrissait de nouvelles ambitions. Le projet m’a intéressé. Autant je ne regrette pas d’être parti, autant je suis heureux d’être revenu.

«Indispensable, pas suffisant»

      Beaucoup de choses ont changé durant l’escapade occidentale d’Arnaud Freppel. Une nouvelle salle, une nouvelle équipe dirigeante, un groupe de joueurs taillé pour retrouver une place au plus haut niveau. Des ambitions nouvelles aussi, celles de ne plus être qu’un miracle permanent dans le paysage handballistique français, mais de durablement s’installer.

Arnaud Freppel (à droite): «Nous progressons de match en match». (Photo archives DNA - Franck Delhomme)

Arnaud Freppel (à droite): «Nous progressons de match en match». (Photo archives DNA - Franck Delhomme)


      « Revenir était l’occasion d’une remise en question, poursuit le gaucher du SAHB. Il est toujours intéressant de remettre les compteurs à zéro, de se mettre en danger, de devoir prouver quelque chose. Cela permet d’avancer. J’avais besoin d’un nouveau challenge, Sélestat m’a proposé le sien pour arriver à mes fins. Au bout du compte, je suis doublement satisfait. »
      Le début de l’histoire a donné raison à l’ancien de l’ASCA Wittelsheim, le SAHB ayant retrouvé sa place en D1. La suite le passionne. À 31 ans, il déborde d’envie et d’ambitions.
      « Même si nous pouvons être frustrés de n’avoir pris aucun point face à Saint-Raphaël ou Nantes – mais il est rassurant d’avoir des regrets quand on perd face à des équipes d’un tel calibre – notre début de saison est intéressant. Nous proposons du jeu, nous progressons de match en match et le groupe vit parfaitement bien. Mais si tout ça est extrêmement positif, si c’est indispensable, ce n’est pas suffisant. Il nous faut à présent engranger des points. »

Des valeurs à faire valoir

      Avant de se rendre à Chambéry puis de recevoir Montpellier au Rhenus devant plus de 5000 spectateurs – « Ça va être énorme, j’ai vraiment hâte de vivre ça » –, le SAHB serait ainsi bien avisé de se défaire, ce samedi, d’Ivry.
     « Attention, c’est Ivry, une équipe culte de la D1, une référence qui reste sur quelques bons résultats (26-26 à Nantes notamment). Mais je suis confiant. Chez nous, devant un public qui nous pousse à toujours donner plus, on doit le faire. Malgré les absences, on a l’équipe pour, un groupe dont la caractéristique est de ne jamais rien lâcher, des joueurs prêts au combat. Nous sommes peut-être moins bien armés que pas mal d’autres, mais on a des valeurs à faire valoir, de celles qui feront la différence en fin de compte. »
      À ce niveau-là comme à celui du talent, le SAHB sait pouvoir compter sur son ancien, exemple de combativité et d’abnégation. Samedi soir, Arnaud Freppel sera à nouveau un des premiers à donner l’exemple.
      Parce qu’il est revenu à Sélestat pour ça. Parce que, aussi, tout simplement c’est sa façon de voir les choses. La meilleure des façons…

Source Dna

Posté par fredgo à 12:38 - 05) Interviews - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 octobre 2011

Présentation de la 5ème journée.

2920_PT_Indjic_veljko_02_Pillaud        Sensations fortes en prélude de cette 5ème journée de D.1, Nantes n'a fait illusion qu'une mi-temps face à un Paris euphorique, Chambéry a bien failli ne pas sortir indemne de son déplacement à Istres. Jeudi et vendredi, Montpellier et St Raphaël rendent visite à Dunkerque et Cesson. Attention au faux-pas.
 
SAHBvsIVRY
 
Sélestat Alsace HB vs Us Ivry
 
Et si pour Sélestat, ce samedi face à Ivry était un bon jour pour mettre fin à ce qu'on pourrait appeler une spirale de la défaite ? Eliminés de la Coupe de la Ligue, les Alsaciens n'ont pas fait mieux en championnat. Deux défaites mais de peu. De deux buts à St Raphaël et face à Nantes. Les hommes de Jean Luc Le Gall sont à chaque fois, si près de réussir l'exploit qu'ils en perdent leurs moyens et qu'il leur manque ce soupçon d'expérience si utile dans le money time. Après avoir perdu sur blessure, François-Marie, Salami et Pesic, Sélestat est à la recherche d'un joker mais par les temps qui courent, ce pas évident de trouver le profil idoine. Ivry reste sur une sévère défaite face au leader montpelliérain mais n'a pas à rougir d'autant que pendant quarante bonnes minutes, les Val-de-Marnais ont été à la hauteur. Pour ce déplacement dans le Bas-Rhin, Pascal Léandri devra composer sans ses Argentins. Diego et Sebastian Simonet sont au Mexique où avec la sélection albiceleste, ils vont prendre part aux Jeux Panaméricains, qualificatifs pour les prochains J.O. En revanche, le Tchèque Ondrej Sulc a quitté l'infirmerie et redevient opérationnel. 
 
Source Handzone

Posté par fredgo à 12:43 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Avant la reception d' Ivry« Un autre championnat »

       IVRY

        L’US Ivry, un des “grands” du handball français, dépose sa (belle) carte de visite au CSI de Sélestat ce samedi soir. Auteur d’un début de championnat satisfaisant d’après son entraîneur, la formation francilienne s’avance sans trop de certitudes. Le point avec Pascal Léandri.

Pascal Leandri est inquiet. Ivry ne disposera pas, samedi à Sélestat, de tous ses arguments. (Photo MaxPPP)

        C’est le club des records. Le seul qui, depuis la création de la D1, n’a jamais quitté le plus haut niveau du championnat de France. Huit fois championne de France, l’US Ivry est également la seule à avoir réussi à tailler une brèche dans la domination montpelliéraine. C’était en 2007.
        Bref, c’est un monstre du handball français qu’accueille le Sélestat-Alsace HB ce samedi. Une légende cependant moins fringante depuis quelque mois, sans vraiment de certitudes depuis quelques jours.

« C’est clairement Sélestat le favori »

     C’est que la formation du Val-de-Marne ne se présente pas dans les meilleures conditions en Alsace, elle qui devra faire sans ses trois recrues estivales.
     Le Croate Davor Dominikovic, arrivé de Pampelune via Paris, est blessé. Et les frères Simonet, Diego et Sebastian, sont engagés avec l’équipe nationale d’Argentine dans un tournoi qualificatif aux Jeux olympiques de Londres.
     « Ça fait beaucoup, soupire Pascal Léandri. Pour nous, c’est un autre championnat, long de deux semaines, qui débute. Autant à Sélestat que huit jours plus tard à Istres, nous allons souffrir de ces absences. »
     L’ancien international (23 sélections) reste combatif et décidé, comme il le fut en tant que joueur.
     « Les Alsaciens sont eux aussi handicapés. Mais il me semble que nos absents, ne serait-ce que parce qu’ils évoluent tous en base arrière, pèsent plus. Et puis nous joueront à l’extérieur, dans une salle où il a toujours été difficile de s’imposer, face à une équipe qui reste sur de bons résultats face à Saint-Raphaël et Nantes. Au complet, parce qu’alors nous aurions bénéficié d’un banc intéressant et de sans doute plus d’expérience que notre adversaire, nous aurions été favoris. Mais là, clairement, c’est Sélestat qui le sera. Ce n’est pas pour autant que nous ne disputerons pas nos chances à fond… »
      On peut faire confiance au coach ivryen qui sait pouvoir compter sur un groupe peut-être diminué quantitativement, mais qualitativement bien armé.
     Le début de saison de sa formation a d’ailleurs de quoi rassurer Pascal Léandri. Si ce n’est cette défaite à Paris (27-26) qui lui reste un peu en travers de la gorge, l’ex-ailier gauche de l’équipe de France a plutôt apprécié.

« Je ne me fixe aucune limite »

« Nous avons fait deux très bons matches à Nantes (26-26) puis face à Toulouse (32-26), un moins bon face à Paris et, malgré notre défaite, nous avons plutôt bien tenu le choc devant Montpellier (21-34). On peut penser que nous avons perdu deux points (à Paris) en ce début de saison, mais qui aurait vraiment prévu que nous signerions le nul à Nantes ? »
       Au bout du compte, le coach francilien est satisfait, du moins autant qu’un coach exigeant peut l’être. L’US Ivry a respecté son tableau de marche, elle qui, officiellement, s’est fixée pour objectif de terminer dans la première moitié du classement.
      « Mais moi je ne me fixe aucune limite, termine Pascal Léandri. Mieux, quand tu es compétiteur, le seul but du jeu doit être de repousser ces limites-là. »
     Il y aura un guerrier sur le banc ivryen ce samedi soir. Il y en aura beaucoup d’autres sur le terrain. Rien, vraiment rien, ne s’annonce aisé pour les Sélestadiens…

Source Dna

Posté par fredgo à 12:23 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 octobre 2011

La résurrection de Sélestat vu par le journal L'Equipe :

        Retour_en_LNH

     Le promu alsacien, représentant d’une cité marquée par la tradition du hand, retrouve la D 1 après deux saisons où il a complètement changé de visage et d’état d’esprit.


       DE RETOUR parmi l’élite, après deux saisons de purgatoire en D 2, le Sélestat Alsace Handball n’est plus tout à fait le même que celui qui avait plongé au printemps 2009. Et un nouveau projet anime désormais ce club populaire, porté par des individualités et des valeurs fortes.

legallUN ENTRAÎNEUR ATYPIQUE
       Jean-luc Le Gall avait disparu du paysage après une première expérience avec les filles de Toulon (2001-2004) et après avoir été remercié par Créteil (2004-2006). Le technicien s’était même fait une raison sur son avenir dans la profession. « La page était tournée, avoue-t-il sincèrement, et j’avais perdu de vue le milieu en reprenant un poste à la Jeunesse et aux Sports à Évry. J’ai été très surpris que Sélestat vienne me chercher lors de la saison 2008-2009. Je n’étais pas le premier choix puisque Franck Maurice et Raphaël Geslan avaient été contactés avant moi. » L’affaire faillit tourner court puisque lors de sa première saison, Sélestat est descendu en D 2. Un vrai coup d’arrêt après 19 exercices consécutifs parmi l’élite. Le technicien admet volontiers qu’il n’avait pas trouvé sa place. « L’ambiance à l’époque n’était pas fameuse et il y a eu beaucoup d’interférences avec les joueurs. J’ai moi-même commis pas mal d’erreurs de communication. J’avais signé un contrat de trois ans et c’est ce qui m’a sauvé, parce qu’économiquement le club ne pouvait pas faire face à un limogeage. » Petit à petit, le coach d’origine bretonne a trouvé sa place et s’est reconstruit à l’image de son club. « Le type qui se serait endormi il y a trois ans et se réveillerait aujourd’hui ne reconnaîtrait pas le club. »

UNE FORTE IDENTITÉ
     Le club alsacien articule son fonctionnement autour d’une organisation qui a trouvé son rythme de croisière. Avec Jean-Luc Le Gall, Christian Omeyer est passé de l’autre côté de la barrière et est devenu manager général. « C’est l’âme du club », avoue l’entraîneur. Avec Strasbourg au nord (la Robertsau évolue en N 1) et Mulhouse (D 2) au sud, Sélestat, avec ses 20 000 habitants, est bien ancré dans le centre de l’Alsace et reste le village gaulois du hand. La salle est neuve (2 200 places) et très chaude. « Ici, il n’y a pas de spectateurs, mais des supporters. Des gens qui ont une parfaite connaissance du jeu et sont très exigeants. Mouiller le maillot reste la règle d’or. Cette profonde identité habite tous nos joueurs. »

      Quand le club s’est trouvé en difficulté financière il y a un peu plus de deux ans, la mairie, la région et le département ont mis la main à la poche pour le sauver, à hauteur de 250 000 euros. Car, dans ce petit coin d’est de la France, le handball est une vraie religion… « À Créteil, quand j’allais chercher ma baguette, je passais incognito. Ici, on te parle du match, de l’équipe. C’est un sujet partagé par tous », raconte Le Gall. La preuve encore, Thierry Omeyer, le gardien international (et frère jumeau de Christian Omeyer), est devenu actionnaire du club cette saison.

eut_sauter_dans_les_bras_de_Pawel_Podsiadlo_le_SAHB_n_a_pas_rate_son_retour_en_D1_en_s_imposant_contre_Creteil__26_24__hier_soir___Photo_DNA_Franck_Delhomme_UN CŒUR DE PROMU
     Jean-Luc Le Gall n’a pas reconnu la D1 depuis la remontée en juin dernier. « En deux saisons, le niveau s’est terriblement resserré et élevé. » Avec un effectif réduit, où manquent les expérimentés Salami et François-Marie blessés longue durée, Sélestat a une marge de manœuvre assez réduite. « On défend bien, on prend peu de buts mais on est à la peine en attaque. On n’a pas non plus d’individualités qui peuvent, en cas de difficultés, prendre les affaires en main. On a heureusement la bonne attitude. » Un état d’esprit sur lequel le club veut bâtir son maintien. « On a noté huit ou neuf croix sur le calendrier et il ne faudra pas se rater dans ces occasions. Pour se maintenir, il faudra bien huit victoires cette saison. » La première (et unique pour l’instant) a été obtenue dès la première journée sur l’autre promu Créteil (26-24). De passage à Nantes aujourd’hui « pour apprendre », Sélestat vise plus clairement un succès la semaine prochaine face à Ivry.

Source L'équipe
de la semaine dernière (05/10/11)

Posté par fredgo à 12:52 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 juillet 2011

Volet 03/14: US Ivry Handball

 IVRY
US Ivry Handball

Sa ville:-Ivry-sur-Seine-     

    Ivry-sur-Seine est une ville du Val-de-Marne, dans la banlieue sud de Paris, dont elle est limitrophe. Ses habitants sont les Ivryens.
    Les premiers vestiges attestant l'occupation humaine sur le territoire d'Ivry-sur-Seine datent de 4 000 ans, ils font du site un des lieux intéressants de l'archéologie en région parisienne. En 52 avant Jésus-Christ, Ivry est le théâtre de combats opposant les troupes de Camulogène, chef de l'armée des Parisii et celles de Labiénus, lieutenant de Jules César qui remporte la victoire. L'histoire y est riche jusqu'au cours du XIXesiècle, où la commune est amputée en deux temps : d'abord du village d'Austerlitz réuni à Paris par ordonnance royale du 6 janvier 1819 à la suite du déplacement du mur des Fermiers généraux, puis d'une frange nord-ouest, en 1860, suite à la création du 13earrondissement de Paris et de la construction de l'enceinte de Thiers (les « fortifs »). Lorsque celles-ci sont abandonnées va s'installer à la place ce que l'on nommera « la zone ».

     La commune prend son nom actuel d'Ivry-sur-Seine en 1897. 

Population : 56 000 habitants

Son club, son histoire:
        Fondé en 1947, par Maurice DUBREZ enseignant en EPS d’Ivry et Paul MERIGUET, le club a fêté en 1997 son cinquantenaire.
        Née au lendemain de la seconde guerre mondiale, la section handball de l’U.S. Ivry s’est alors appuyée, concernant son recrutement, sur le cours complémentaire existant à Ivry centre. 
        Ivry_2L’U.S Ivry peut s’enorgueillir de posséder l'un des plus beau palmarès du hand français.
        Soutenue en permanence par la municipalité et son maire Georges Marrane, elle disposait dès 1952 du stade Clerville (pour le handball à 11, aujourd’hui disparu) et du gymnase Delaune en 1953 (à l’époque, peu de clubs bénéficiaient d’une installation couverte et les matches de Nationale 1 se jouaient dehors).
       Rapidement, tant à 11 qu'à 7, les équipes féminines et masculines de handball de l’U.S. Ivry devaient franchir les différents échelons de la hiérarchie nationale, accumulant titres et sélections et permettant d’obtenir pour le club le plus grand palmarès du handball français.
       28 internationaux masculins (dont René Richard, capitaine de l’équipe de France A, Robert Scillieri, capitaine de l’équipe de France B et Daniel Hager, recordman ivryen sélectionné à 163 reprises !) ont permis à l’U.S. Ivry de vivre les très riches heures du handball français et international.

Son palmarès:
Champion de France :
Champion : 8 fois.
1963, 1964, 1966, 1970, 1971, 1983, 1997, 2007
Vice-champion : 1982, 1993
Coupe de France
Vainqueur : 1996
Finaliste : 1986, 1997, 2006 et 2008
.
Coupe de la Ligue
Vainqueur : -
Finaliste : 2007
Coupe EHF:
Quart Finaliste : 2009

Sa saison dernière: 12ème/14 en LNH

Ses transferts:
Les départs: F. Guilbert (Créteil), G. Crépain (Tremblay), O. Marrou(Chambéry), M. Diawara (Angers), Y. Magouré (Nanterre), J. Denat (Villeneuve Loubet), B Bataille (Massy)
Les arrivées : S. Simonet (Torrevieja), D. Simonet (Torrevieja), D. Dominikovic (Paris)

Joueurs clefs X Lorgelé (Arr gauche),

Joueurs violet à Ivry: aucuns

Ses ambitions:    Ivry dans le doute
    Il faut vite tirer un trait sur la saison écoulée ! L'US Ivry aura sans doute vécu l'une de ses saisons  la plus dure sportivement depuis que le club existe. Les rouge et noir n'étant sauvés que grâce à la défaite de Cesson à Saint-Cyr  lors de la dernière journée. 
    Ivry décide de tourner la page et ne reconduit pas quasiment la totalité de son ossature de l'an passé. Crépain, Guilbert, Marrou, Diawara pour ne nommer qu'eux s'en vont. Les frère Simonet et le parisien Dominikovic intègrent l'effectif. Jouer l'europe ne sera sans doute pas l'objectif d'Ivry cette année mais plutôt le milieu de classement et préparer doucement le rapprochement avec le club de Paris dans l'objectif de former un grand club pour la capitale.


Sa Mascotte : -

Sa salle:(1500 places)
Gymnase Delaune
16 rue robespierre
94200 Ivry

Distance de Sélestat: 536 km ( 4h50 de trajet)

Rencontres:
Match aller:     5ème journée  15/10/11 Sélestat / Ivry
Match retour: 24ème journée  12/05/12  Ivry/ Sélestat

 Dernier rencontre: Championnat LNH 28/02/2009 : Sélestat 31-31 Ivry

Posté par fredgo à 00:12 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 octobre 2009

Valence approche ...

 Pour les indécis voici les anciennes sorties des supporters...

Après la lecture des vidéos, vous serez obligé de nous accompagner...

Chambery_mars_2009 Ivry_sept_2008

Chambéry en mars 2009 mais aussi Ivry en septembre 08

Villefranche__nov_2007
Villefrance en octobre 2007..

...sans compter Nantes 2008, Mulhouse en 2007 pour les demi en Coupe de France, un mémorable déplacement à Pontault en 2008. A chaque fois ce fut une belle aventure dans la joie et la bonne humeur.

Posté par fredgo à 20:15 - 20) La saison 2009/10 en Pro D2 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,