Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

02 octobre 2015

J-5: Billère – Sélestat, Place aux actes ...

Après un début de saison hésitant, Sélestat doit apporter des réponses. Une victoire à Billère, où il est toujours difficile de s’imposer, lèverait une partie des interrogations qui entourent les Violets. Une défaite pourrait les renforcer.       

greg-martin-et-selestat-ne-doivent-pas-laisser-s-installer-la-spirale-negative-photo-dna-franck-delhomme

         

« Je considère que nous sommes à notre place. » Greg Martin n’est pas du genre à se chercher des excuses.

Le début de saison des Violets n’est pas raté, mais pas franchement réussi non plus, surtout à cause de cette défaite à domicile contre Besançon. « On a perdu contre le leader, mais ce n’est pas normal pour moi », souffle l’arrière gauche.

L’analyse de Greg Martin se veut juste et sans concessions. Billère est mieux classé et difficile à manœuvrer dans son antre du Sporting d’Este ? « On ne pourra pas s’en servir comme d’une excuse. On doit avoir une attitude de gagnant. »

Pour ne pas décrocher

Une défaite dans le Béarn ferait décrocher les Violets au classement. La 5e place, la dernière qualificative pour les play-offs, n’est aujourd’hui qu’à deux points. Mais qu’en sera-t-il dans quelques semaines, si la série négative venait à se poursuivre ?

« On ne peut pas rattraper les points perdus. On peut espérer que les équipes devant nous en perdent. Mais on doit d’abord en prendre de notre côté », avance le Martiniquais.

Pour Greg Martin, ce match à Billère ne va pas conditionner la suite de la saison. « Ce n’est que la cinquième journée. C’est sûr qu’une défaite compliquerait notre situation au classement et engendrerait des questions supplémentaires, mais rien ne serait joué. »

Surtout que l’horizon est clair pour l’arrière gauche. « L’objectif principal, c’est la qualification pour les play-offs », rappelle-t-il, comme pour tempérer les ardeurs de ceux qui aimeraient voir Sélestat survoler le championnat.

Au-delà des intentions

Mais ce rendez-vous pourrait agir comme un révélateur. « Il va certainement révéler notre vrai visage en tant qu’équipe. » Dans un contexte difficile, les joueurs de Christian Gaudin vont devoir élever leur niveau de jeu, être prêts pour le combat que ne manqueront pas de leur proposer les Billérois.

Pour Greg Martin, il faut désormais dépasser le stade des incantations. .... Lire la suite ici « En début de saison, nous avons tous annoncé notre intention d’être combatif. Mais il ne faut pas seulement en avoir l’intention. Il faut le faire. Et pour l’instant, nous n’avons pas montré que nous en étions capables. »

L’arrière gauche est sans doute celui qui connaît le mieux la D2 dans l’effectif sélestadien. Il en connaît mieux que quiconque la difficulté pour décrocher la moindre victoire. « Je pense que ce championnat est plus compliqué que la D1, dans le sens où les équipes ont des budgets très proches. La différence se fait sur la détermination, l’envie de gagner. »

C’est sur cette détermination que les Sélestadiens ne peuvent pas transiger. Car pour le reste, leur jeu est encore en chantier. « C’est une nouvelle équipe, on doit créer une nouvelle dynamique. » Et cela demande du temps, inévitablement.

Greg Martin, de retour dans son club formateur, cherche encore ses marques, à l’image de ce nouveau groupe. « C’est un peu compliqué pour moi par rapport à mes performances. On m’attend sur des statistiques plus significatives. Il faut que les choses se mettent en place. Je cherche surtout à apporter le maximum. »

Si les problèmes du moment sont d’abord d’ordre collectif, tous doivent faire plus, dépasser le manque de réussite et de confiance.

C’est en effet la seule solution pour ne pas plonger et ne pas compromettre les objectifs annoncés en début de saison.

Source Dna

Posté par fredgo à 17:38 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 septembre 2015

MARTIN Grégory

Violet depuis la saison 2015/2016
7ème saison en violet

Violet pendant 6 saisons de 2003/2009
Formé à Sélestat

16_martin%20gregory-03Nationalité:

20px-Flag_of_France_svg

France

Né le: 25/03/1985
A: Fort de France

Taille: 192cm
Poids: 92 kg

Poste: Arriere gauche
Numéro: 2

Sélections : /
Palmarès: /

Ses Saisons, ses clubs:

Joue actuellement: Drapeau : France Sélestat (Pro D2)

Saison 2014/2015 : Drapeau : France Mulhouse (2ème Pro D2)
Saison 2013/2014 : Drapeau : France Mulhouse (5ème Pro D2)
Saison 2012/2013 : Drapeau : France Mulhouse (2ème Pro D2)

Saison 2011/2012 : Drapeau : France Mulhouse (3ème Pro D2)
Saison 2010/2011 : Drapeau : France Mulhouse (3ème Pro D2)
Saison 2009/2010 : Drapeau : France Angers    (11ème D2)  
Saison 2008/2009 : Drapeau : France Sélestat (14ème Lnh)
Saison 2007/2008 : Drapeau : France Sélestat (11ème Lnh)
Saison 2006/2007 : Drapeau : France Sélestat (11ème Lnh)
Saison 2005/2006 : Drapeau : France Sélestat (12ème Lnh)

Saison 2004/2005 : Drapeau : France Sélestat (6ème Lnh)
Saison 2003/2004 : Drapeau : France Sélestat (8ème Lnh)
Passé au centre de formation de Sélestat                                                 

Le violet il a fièrement porté, violet il restera !

Merci Greg

03 septembre 2015

Avant match: Sélest - Massy ; Le chant du retour

gregory-martin-est-de-retour-a-selestat-pour-aider-son-club-formateur-a-retrouver-la-d1-photo-dna-franck-delhommeSix ans après son départ, Grégory Martin est de retour à Sélestat. L’arrière gauche entend ramener son club formateur là où il l’avait quitté : en D1.

Même si beaucoup de choses ont changé depuis son départ – la salle, l’équipe dirigeante, le staff technique –, en 2009, il n’est pas pour autant dépaysé. « J’arrive dans une nouvelle équipe, mais quand même pas dans un nouveau club », sourit Greg Martin, formé et lancé dans le monde pro à Sélestat.

« Je ne reviens pas en terrain conquis »

L’arrière gauche (30 ans) est de retour dans la maison violette. Et cela ressemble à une évidence. L’opportunité de revenir dans son club formateur avait déjà existé par le passé, elle s’est concrétisée cet été.

« J’avais encore une année de contrat avec Mulhouse et au départ, j’étais parti pour l’honorer », précise le Martiniquais. Mais les contacts avec Sélestat et la sensation d’avoir peut-être fait le tour de la question après cinq saisons dans le Haut-Rhin l’ont amené à reconsidérer sa position.

Libéré de sa dernière année de contrat par Mulhouse, Grégory Martin s’est « très rapidement mis d’accord » avec Sélestat, où il s’est engagé deux ans.

Avec le MHSA, Greg Martin a toujours joué les premiers rôles en D2, mais a buté trois fois lors des quatre dernières saisons en finale des play-offs, au pied de la LNH. « C’est sûr que quand on n’y arrive pas, on se pose des questions. Mais ce ne sont pas ces échecs qui ont dicté mon choix de partir. »

Son retour à Sélestat, c’est surtout « le choix du cœur », un choix « familial » également. « Cela me permet de me rapprocher de mon fils, qui habite à Strasbourg. Et aussi de retrouver des amis comme Frédéric (Beauregard) , Yoann (Eudaric) ou Olivier (Jung). »

Et il y a bien sûr l’ambition de retrouver la D1, qu’il a connue de 2003 à 2009 lors de son premier passage à Sélestat. Il n’y est pas parvenu avec Mulhouse, il espère réussir enfin, en Violet cette fois. « Mon premier objectif, c’est de prendre le maximum de plaisir avec mes coéquipiers, de me sentir bien, que l’équipe tourne bien, que l’on forme un vrai groupe, surtout dans les moments difficiles. Mais j’espère qu’ils seront rares (sourire). »

Greg Martin sait pertinemment les attentes autour de Sélestat. Mais il a désormais assez d’expérience pour les gérer, parfois même les tempérer. « L’effectif a été chamboulé. Nous visons d’abord les play-offs. Mais si on peut monter directement en terminant premier, on ne se privera pas. »

Parce que revenir dans un club où l’on a déjà évolué est un pari à double tranchant, le Martiniquais n’a pas forcément choisi la facilité. Mais il aborde ce challenge avec sérénité. « Je suis très heureux d’être là, mais je ne reviens pas en terrain conquis, même si j’ai aujourd’hui un autre statut, celui d’un joueur expérimenté en D2. En tout cas, je suis là pour apporter à l’équipe. »

Une expérience de la D2 précieuse

Christian Gaudin, l’entraîneur, compte sans doute sur lui pour densifier la défense, pour faire parler sa puissance en attaque, mais aussi pour encadrer la jeune troupe sélestadienne.

Car la D2, Greg Martin en connaît tous les pièges. « Ce que je sais, c’est qu’il n’y a pas de favori. J’ai pu en faire l’expérience ! Ce n’est pas le championnat le plus facile… »

Hier, lors de la présentation des nouveaux maillots au public sélestadien (près de 150 supporters étaient là), l’arrière gauche a pu s’apercevoir que l’engouement autour des Violets n’avait pas changé. « Je suis content de retrouver ce côté convivial. À 48 heures du premier match (contre Massy) , ces moments avec les supporters permettent d’apaiser l’excitation. On nous attend et il faudra être performant d’entrée. »

Comme beaucoup, Greg Martin n’imagine pas son retour autrement que victorieux.

Source Dna

Posté par fredgo à 20:32 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 juin 2015

Transfert: Des Violets musclés ...

greg-martin-(au-tir)-fera-equipe-avec-vujic-(n-17)-et-beauregard-(n-9)-la-saison-prochaine-photo-dna-michel-kurst

Sélestat (Pro D2) a donné un sérieux coup d’accélérateur à son recrutement en officialisant hier l’arrivée de trois nouveaux joueurs : Grégory Martin, Yoann Eudaric et Kosta Savic.

Il y avait surtout eu beaucoup de départs : sept, en attendant que celui de Cristian Ghita soit officiel (voir nos éditions précédentes). Mais en trois jours, il y a aussi eu des arrivées.

Après l’ailier gauche Thomas Gaudin (2 ans) mardi, Sélestat a annoncé hier la signature de trois nouveaux joueurs : l’arrière gauche Grégory Martin (2 ans), le pivot Yoann Eudaric et l’arrière droit Kosta Savic (1 an plus une option pour une année supplémentaire).

Greg Martin (30 ans) n’est pas un inconnu. Et pour cause, il a été formé à Sélestat, y a découvert la D1. Parti en 2009 pour Angers, il avait rallié Mulhouse l’été suivant.

Un retour pour Greg Martin

« J’avais déjà eu une opportunité de revenir, l’été dernier, mais ce n’avait finalement pas été possible contractuellement », indique l’arrière gauche. Mercredi, le joueur (95 buts en 24 matches de D2 cette saison) a trouvé un accord avec Mulhouse pour se libérer de sa dernière année de contrat. Et l’offre de Sélestat l’a convaincu.

« Même s’il y a eu beaucoup de changements depuis mon départ, je sais où je mets les pieds. Je suis content de revenir. »

À Sélestat, Greg Martin va notamment retrouver ses « potes » martiniquais Yoann Eudaric et Frédéric Beauregard, avec lesquels il se veut ambitieux. « Je pense que l’on aura une équipe compétitive, que l’on pourra viser au moins les play-offs. C’est bien, mais il faudra confirmer notre potentiel sur le terrain », prévient-il.

Comme nous l’indiquions récemment, Yoann Eudaric (54 buts en 21 matches de D2) s’est lui aussi engagé avec Sélestat. Le pivot de l’ESSAHB (Strasbourg/Schiltigheim) vient épauler Olivier Jung, suite au départ de Djordje Pesic.

« C’était une opportunité difficile à refuser, avec la possibilité de rester en D2 dans une équipe ambitieuse. Je connais déjà pas mal de joueurs, mon intégration sera rapide. Le challenge est excitant », souffle le joueur formé à Angers (27 ans).

La troisième recrue n’est pas totalement inconnue non plus. Kosta Savic a fréquenté la D2 et la D1 française lors de son passage à Aix-en-Provence, entre janvier 2012 et décembre 2013.

Depuis, l’arrière droit gaucher de 27 ans évoluait en Pologne, au KS Azoty-Pulawy.

L’international bosnien vient combler le vide laissé par les départs de Jordan François-Marie (qui s’est engagé trois ans avec Dijon) et Cristian Ghita. Grégory Martin devrait aussi être utilisé au poste d’arrière droit. « C’est un joueur intéressant, capable de percuter et de tirer de loin », précise Christian Gaudin.

De la densité physique

L’entraîneur sélestadien voulait ajouter de la densité physique. Avec les arrivées de Greg Martin et Yoann Eudaric, il est servi. Et la défense violette sera indéniablement grande et solide, avec en plus Frédéric Beauregard, Igor Vujic, Rudy Seri et Thierry Fleurival.

« On bâtit un projet avec des jeunes (Julien Meyer, Yanis Lenne, Rudy Seri ou Thomas Gaudin) , mais il était aussi nécessaire de pouvoir compter sur des joueurs d’expérience. »

S’il apprécie l’avancée du chantier, Christian Gaudin appelle cependant à la prudence. Parce qu’il connaît la difficulté de la Pro D2.

« Dijon et Istres montent une grosse équipe, Massy et Cherbourg seront présents. On vise la remontée en D1 dans les deux ans à venir. Mais il faut rester humble et travailler. »

Le recrutement s’est sérieusement accéléré, mais il n’est pas encore terminé. Sélestat espère encore pouvoir attirer un demi-centre pour former un duo avec Rudy Seri. Sachant que l’un ou l’autre mouvement supplémentaire n’est pas à exclure.

Source Dna de Simon Goivannini

Posté par fredgo à 18:51 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juin 2015

Transfert: Gregory Martin de Retour chez les violets... Kosta SAVIC, lui, arrive ...

           La composition du groupe Saison 2015/2016 se poursuit au sein de la maison violette ; En effet, cet après-midi ce sont 2 joueurs qui ont paraphés leur contrat et qui seront à la reprise de l’entrainement en juillet. Kosta SAVIC arrière droit gaucher de 27 ans et Grégory MARTIN ont paraphés cet après midi leur contrat. Tous les 2 renforceront considérablement le bloc défensif des violets Les dirigeants et le staff technique se félicitent de cette double signature et souhaitent une très belle saison à Kosta et Grégory.

savicmartin

 

Grégory MARTIN
Arriere gauche 30 ans -
Fait son retour dans le club 
Il a débuté sa carrière professionnelle après être passé par Angers et Mulhouse
Il apportera sa puissance lui aussi en attaque et en défense
Il a signé pour 2 saisons.

Kosta SAVIC
Arrière droit gaucher de 27 ans
International bosniaqueArrive du club polonais de KS Azoly Pulawy
Il a joué à Aix en Provence de 2011 à 2013 et connait donc déjà le championnat de France.
Joueur complet capable de défendre et d’attaquer, il apportera tout son savoir-faire à notre équipe.
Il a signé pour 1 an + 1 an en option.

Les dirigeants et le staff technique se félicitent de cette double signature et souhaitent une très belle saison à Kosta et Grégory.

Source SAHB

Les supporters violets leurs souhaitent la bienvenue

Posté par fredgo à 20:00 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 février 2013

8ème de Finale Coupe de France à Mulhouse: Grégory Martin, un diamant poli à Sélestat

 

pres-de-dix-ans-ont-passe-entre-les-debuts-de-gregory-martin-a-selestat-(a-g-)-et-aujourd-hui-au-mhs

Atout offensif numéro 1 du Mulhouse Handball Sud Alsace depuis trois ans, Grégory Martin éprouve toujours un sentiment particulier au moment d’affronter son club formateur, Sélestat. Ce sera encore le cas vendredi, lors du 8 e de finale de la Coupe de France à Mulhouse.

      Le soleil et les plages de sa Martinique natale lui manquent. Sa famille aussi, forcément. Quand il a fait le choix en 2003, à tout juste 18 ans, de quitter Fort-de-France, Grégory Martin était déjà une force de la nature, mais pas encore un homme. Il allait rapidement le devenir.   

get

C’est à Sélestat que le colosse, aujourd’hui Mulhousien, a terminé son éducation. Sportive évidemment, humaine aussi : « Même si j’y ai laissé mes parents, mon frère et ma sœur, quitter la Martinique n’a pas été vraiment difficile. Pas mal de gars sont partis avant moi en métropole et ont réussi. » Cédric Sorhaindo, pivot de l’équipe de France, Teddy Poulin (Tremblay), Patrice Annonay (PSG) ou encore Frédéric Beauregard, son grand amiqui porte aujourd’hui les couleurs du SAHB, lui viennent d’emblée à l’esprit.

    C’est à l’issue d’une rencontre interpoles qu’Alain Quintallet, responsable du centre de formation de Sélestat à l’époque et aujourd’hui préparateur physique des Bleus, lui ouvre les portes du feu SCS. Le sérieux de la structure bas-rhinoise ayant franchi depuis longtemps l’Atlantique, Martin savait qu’il posait les pieds dans un environnement sain : « Sélestat jouait en D1, avait un centre de formation labélisé et une réputation solide. Le suivi des études était sérieux. J’ai saisi cette opportunité, et je ne l’ai jamais regretté. »

« Sans le hand, j’aurais peut-être mal tourné »

     Sa vie, Grégory Martin a fait le choix de la consacrer au handball, quitte à abandonner tout ce qu’il y avait de plus précieux à ses yeux : « Sans le hand, j’aurais peut-être mal tourné. En Martinique, je n’avais pas forcément de bonnes fréquentations. »

    Les braquages, la drogue, les problèmes avec la justice, ses « amis » de l’époque ont emprunté une voie que l’arrière gauche mulhousien aurait très bien pu suivre. Mais qu’il a choisi d’ignorer : « Se coucher tôt le samedi soir pour aller jouer les matches le dimanche matin à cause de la chaleur, tout le monde ne semblait pas disposé à la faire. Moi, oui. J’ai décidé de continuer, d’être sérieux avec ma section sport-études. Je ne pensais pas du tout devenir pro. J’avais juste l’ambition de vivre une expérience en métropole, découvrir la N2 quand en Martinique on joue à un niveau équivalent à l’Excellence régionale. »

« Leur dire qu’ils ont bien fait leur boulot »   

Martin

Sélestat lui a tendu une main, Grégory Martin a tout fait pour lui renvoyer l’ascenseur et a gravi un à un les échelons. Plutôt rapidement même puisqu’il a fait son apparition en D1 dès sa première année lors de la dernière journée contre Montpellier : « Sélestat a été une très, très bonne expérience. Ce club m’a permis de découvrir très vite l’élite, de côtoyer des grands joueurs comme Tej, Megannem, Feliho, Michel, Boultif, de jouer très jeune contre Karabatic ou Narcisse. »

       De l’eau a coulé sous les ponts depuis ses premiers pas dans le Bas-Rhin. Après six années sous les couleurs du SC Sélestat (trois comme stagiaire, trois comme pro), puis une à Angers, le puissant arrière gauche a posé ses valises à Mulhouse. Depuis, les moindres retrouvailles avec son club formateur sont toujours un moment à part : « Par rapport à mon vécu, à mon expérience, c’est particulier pour moi de jouer contre le SAHB. J’ai laissé beaucoup d’amis là-bas. Ce match, et c’est valable pour Mehdi (Ighirri) ou Victor (Boillaud) qui ont fréquenté le centre comme moi, on veut le gagner pour montrer au SAHB qu’on a progressé et qu’on n’est pas plus mal lotis à Mulhouse. Leur dire aussi qu’ils ont bien fait leur boulot avec nous. »

      Le soleil et les plages de sa Martinique lui manquent toujours autant. Sa famille aussi. Mais à bientôt 28 ans, Grégory Martin a trouvé son équilibre en Alsace. Il y a fondé sa famille (son fils Lény a quatre ans) et s’est construit sa vie d’homme. « Sélestat m’a offert ma première opportunité et m’a permis de faire du hand mon métier. Mais chacun a fait son bout de chemin depuis. »

      Dans ses veines, c’est aujourd’hui un sang rouge qui coule. Rouge comme les couleurs du MHSA. Mais un rouge sans doute mêlé d’une petite pointe de violet..

Source L'Alsace par Marc Calogero

Posté par fredgo à 18:30 - 05) Interviews - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 février 2011

Cdf 2011: 16eme de finales: Sélestat 28 - 30 Mulhouse

SAHB 28/ 30RTEmagicC_mhsa_logo_OK_new_web_02_jpg

SAHB/ Mulhouse HSA

    

GregVous avez dit match amical ? Si les uns comme les autres avaient laissé croire, durant les jours précédant la rencontre, qu'ils n'accordaient qu'une importance toute relative à ce match de Coupe de France, les joueurs des deux camps, une fois sur le terrain, ne calculèrent plus grand chose.

      Tout comme sept semaines plus tôt lorsque les Sélestadiens l'avaient emporté en championnat, Bas et Haut-Rhinois ne se firent pas beaucoup de cadeaux hier soir.

Une supériorité numérique bien exploitée

      C'est au bout du compte Mulhouse qui l'a emporté, se réservant une possible belle affiche en 8e de finale. Et ce succès du MHSA n'a rien d'illogique tant la troupe de Brahim Ighirri maîtrisa bien son sujet si ce n'est durant les dix dernières minutes, lorsque les Sélestadiens se décidèrent, enfin, a élever leur (petit jusque là) niveau de jeu (de 21-27 à la 48e à 29-30 avant un dernier but de Martin).
      Jouant juste, sans plus de fioritures que ça, sans trop se tromper surtout, les Haut-Rhinois firent ainsi le plus clair de la course en tête (le SAHB ne mena que cinq fois durant la rencontre), pouvant compter sur un Stojinovic une fois encore remarquable (23 arrêts dont 2 pen) et un Martin intenable en début de match.
       Heureusement pour le SAHB, François-Marie avait lui aussi la main chaude, tant et si bien que les deux formations ne se lâchèrent pas d'une semelle jusqu'à la 28e (2-2, 4-7, mais 7-7, 9-8, 11 et 12-13). Jusqu'à ce que les Mulhousiens, négociant au mieux une double supériorité numérique, ne fassent un premier break avant la pause (13-16 à la mi-temps).

Une réaction beaucoup trop tardive

       Plus jamais le SAHB n'allait repasser en tête. Pire, perdant un nombre incalculable de ballons dont Herbrecht d'abord, Cherrier, Ighirri et Schneider ensuite, allaient exploiter au mieux, ils perdirent petit à petit pied.
       Seuls Girardin, trop souvent livré à lui-même, Beauregard, Ostarcevic par intermittence et Freppel en fin de match firent en sorte de ne pas perdre la face d'abord, de laisser planer le suspense ensuite.
       Et suspense il y eut finalement. Parce que les Mulhousiens se mirent, eux aussi, à déjouer. Parce que les Sélestadiens, mais trop tard, enclenchèrent enfin la marche avant.
       Les Bas-Rhinois, loin derrière à la 48e (21-27), s'offrirent une superbe remontée, Franck, entré au relais de Girardin, n'y étant pas pour rien (25-30 à la 55e, 29-30 à 90 secondes du terme). Trop tard, on l'a dit.
      Avant une belle qui s'annonce quoiqu'il en soit prometteuse (ce sera en mai au Palais des Sports), le MHSA a ainsi pris sa revanche. Intéressant pour la formation mulhousienne. Nettement moins rassurant pour des Sélestadiens qui devront montrer un autre visage en championnat pour ne pas se réserver de délicats lendemains...
A.V.

Les chiffres du match

Mi-temps 13-16.
Arbitres : MM. D. et T. Carmaux.
1 600 spectateurs.
Sortis pour deux minutes :
Sélestat  Omeyer (18e et 51e), François-Marie (19e), Aman (29e), Beauregard (30e), Aman (expulsion à la 59e) à  Jean-Zéphirin (18e et 47e, carton rouge à la 52e),
Mulhouse  Gallotte (20e), Martin (40e), D. Schneider (43e), Herbrecht (48e) et Jeauneau (60e) à Mulhouse.

SÉLESTAT
: Girardin (1ere-46e, 11 arrêts) et Franck (47e-60e, 4 arrêts dont 1 pen) au but. Jung (cap) 3, Aman 1, Huljina 1, Omeyer, Beauregard 4, Foubert, Freppel 4, Salami, Eymann, François-Marie 9 (4 pen), Ostarcevic 7 (2 pen).
MULHOUSE : Stojinovic (tout le monde, 23 arrêts) et Hueber au but. Martin 7, Herbrecht 5, Cherrier 3, Ighirri 5, D. Schneider (cap) 5 (2 pen), Fessler, Gallotte 4, F. Schneider, Jean-Zéphirin, Jeauneau 2.

Source Dna.

Posté par fredgo à 12:52 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 décembre 2010

ITW: Un petit derby entre amis

Semaine_sp_ciale


    J-2






.

        Le derby Sélestat - Mulhouse Handball Sud Alsace, ce samedi à 20 h, aura une saveur toute particulière pour Frédéric Beauregard et Grégory Martin. Car au-delà d’un match au sommet de la Pro D2, ce sera également une confrontation entre deux amis de longue date et quasiment inséparables.

Grégory Martin (à g.) et Frédéric Beauregard (à d.) : une amitié qui dure depuis leur adolescence en Martinique. « Nos salaires passent dans les cafés qu’on boit ensemble. » Photo Dominique Gutekunst
Grégory Martin (à g.) et Frédéric Beauregard (à d.) : une amitié qui dure depuis leur adolescence en Martinique. « Nos salaires passent dans les cafés qu’on boit ensemble. » Photo Dominique Gutekunst

Ils sont tous les deux nés sur l’île de la Martinique, l’un à Schoelcher en 1984, l’autre à trois kilomètres de là, à Fort-de-France, un an plus tard. Sur ce petit caillou d’un peu plus de 1000 km², les routes de Frédéric Beauregard et Grégory Martin ne pouvaient pas ne pas se croiser Et c’est autour d’un ballon de handball qu’est née une amitié qui dure depuis plus de 10 ans : « On devait avoir 15 ans quand on s’est rencontrés », débute le Sélestadien Frédéric Beauregard. « C’était à l’UJ Redoute à Fort-de-France, poursuit Grégory Martin. Il y a aussi eu les sélections en équipe de Martinique. » Bref, pendant une certaine période, les deux jeunes hommes ont passé le plus clair de leur temps ensemble.

Martin : « Toujours une bonne raison de rentrer à la Martinique »

        C’était tout juste avant les années 2000 et depuis ils ne sont plus jamais perdus de vue. Ou presque. En 2001, « Bobo » quittait son île natale, après avoir été repéré comme beaucoup de ses concitoyens martiniquais lors des tournois intercomités et interpoles, pour rejoindre la Métropole et Villeurbanne. Un an avant Greg qui posait, lui, ses valises au centre de formation de Sélestat : « Là, on s’est un peu égarés, souffle le Mulhousien. On n’avait pas les moyens financiers pour se voir. » Beauregard lui emboîte le pas : « Greg était à Strasbourg, moi à Lyon, c’était compliqué. En plus, il n’y avait pas le téléphone illimité comme aujourd’hui… », « Ni internet », enchaîne Martin. Les retrouvailles se faisaient donc lors des vacances scolaires, synonymes de retour aux sources pour tous ces « expatriés » : « De toute manière, il y a toujours une bonne raison de rentrer à la Martinique, sourit Greg. Les vacances, une fête, un match de sandball. Tout est bon pour retourner à la maison. »

        Aujourd’hui, leurs maisons sont ici, en Alsace. Et le hasard a fait que, à plus de 7000 km de leurs racines, Beauregard et Martin sont séparés par… un trajet de 40 minutes en voiture : « On se voit quasiment une fois par semaine », poursuit Bobo. « En ce moment, je dors même régulièrement chez lui, note Martin. Ou, si je suis dans le coin, je m’arrête, je prends un café, on parle un peu de hand, de tout et de rien. Et je repars. Bobo fait de même quand il vient sur Mulhouse. On se voit, hop un café, et voilà. » « Ça ne s’arrête jamais en fait, s’amuse Frédéric Beauregard. Nos salaires passent dans les cafés qu’on boit ensemble. Mais malgré ça, on trouve encore le moyen de s’appeler presque chaque jour. »

Beauregard : « S’il le faut, il sait que je lui arrangerai le visage »

       De « vrais amis » donc. Beauregard était présent au baptême du fils de Martin, ce dernier fait les quelques kilomètres pour aller voir jouer son « pote » de Sélestat. Mais samedi, le pote deviendra « un adversaire. On porte chacun un maillot différent. Le respect que j’ai pour lui, il n’existera plus… pendant une heure », note le Mulhousien. « On est tous les deux arrière gauche donc je ne défendrai pas sur lui normalement, enchaîne Bobo. Mais s’il le faut, il sait que je lui arrangerai le visage histoire de laisser mon empreinte. Et il en fera de même. » Les railleries vont bon train : « Entre potes, on se chambre beaucoup plus », note le Sélestadien. « C’est clair, on ne veut pas se faire passer parce qu’on ne veut pas entendre de remarques le lendemain : ‘’Tu te rappelles quand je t’ai mis le vent ? Tu veux une écharpe ? ‘’», renchérit Martin.

       Entre un Sélestat, leader de la Pro D2 et logique favori chez lui, et un MHSA, 3 e et révélation de la saison, le derby s’annonce très indécis et forcément particulier. Quoique… : « Moi, je n’ai pas trop cette notion derby, note Bobo. C’est Mulhouse, OK, mais si on doit perdre deux fois contre eux et monter à la fin, ça me va très bien. » Le son de cloche n’est pas le même pour Martin : « À Mulhouse, le contexte est différent. On ne se voyait pas aussi haut à l’heure du derby. Il y a quelque chose à gagner samedi, mais la saison ne se joue pas là. S’ils veulent la victoire, ils devront la chercher. Il y a deux prétendants à la montée : c’est Créteil et Mulh… » « Lapsus révélateur, sourit Bobo, tu voulais dire Sélestat, non ? Vous aussi, vous pensez à la montée, vous le cachez c’est tout. En tout cas, samedi, je ne connaîtrai plus personne. » « M ais à la fin du match en troisième mi-temps, il n’y aura qu’une équipe » , conclut Martin. Leur derby a déjà commencé.

Marc Calogero
Source L'Alsace

Posté par fredgo à 12:20 - 05) Interviews - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 juin 2010

Des nouvelles de nos anciens violets : Greg Martin

Greg_martin

«Auprès de ma famille»

Qu’est ce qui vous a décidé à signer avec Mulhouse la saison prochaine?
Le faite, qu’avec Angers nous avons pas réussi a nous maintenir officiellement en D2. C’est aussi un choix personnel, puisque je retourne auprès de ma famille en Alsace. Mon choix est aussi du a l’arriver du nouveau coach Brahim Ighirri, c’est lui qui est venu chercher pour le rejoindre à Mulhouse, hors en sachant que j’avais encore 1 an de contrat avec Angers, un contrat que je n’est pas pu honorer puisque l’équipe, actuellement jouera en N1 l’année prochaine, peut être en D2 officieusement.

Quels son les ambitions de Mulhouse la saison prochaine?
L’objectif du club sera le maintien, ensuite travailler avec le même groupe dans la continuité, pour jouer la monter en LNH d’ici 2 voir 3 ans.

Qu’est ce que Hand-Planet peut te souhaiter pour la nouvelle saison?
Faire une saison complète c’est-à-dire éviter les blessures.

Propos recueillis par Hand-Planet

Posté par fredgo à 23:24 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 juin 2010

la saison revue à la loupe... Angers

ANGER

Angers

.

 

     Gregory_Martin_2009_Angers

 

          Des trois promus, c'était sans doute l'équipe la mieux armée pour son retour et son maintien en D2. Mais trop inconstant Angers n'a jamais réussi à engranger les points là où ils pouvaient être pris (Mulhouse, Gonfreville, Valence) et ainsi se mettre à l'abri. Est-ce une question de volonté et d'envie ? On ne sait pas. Une chose est certaine, en perdant chez les normands en février dernier, les angevins signaient sans le savoir le retour à la case N1 .

.

          Tout est donc à refaire pour ce club qui a déjà goûté à l'élite dans les années 2000. Angers doit tout reconstruire avec une huitaine de joueurs sur le départ au minimum.
.

      Le plus constant de la saison aura été Anthony Lambert, auteur de cinq buts en moyenne mais aussi Adriano Marlin. On retrouvera aussi notre ancien violet Gregory Martin, inscrivant quatre buts en moyenne par matches. Si les deux premiers n'ont pas encore pris de décision quant à leur avenir, notre Greg, lui revient en Alsace à Mulhouse où il vient de signer son contrat ce week-end.
.

Bilan:
Classement 11ème
: 47
points.
Bilan depuis le début de saison :  9V, 3N, 14D.

Buts marqués :     728buts (5eme attaque)

Buts encaissés :  705 buts  (9eme défense)

Meilleur joueur de la saison : Adriano MARLIN 8.7pts
Meilleur buteur de la saison : Antony LAMBERT (10eme) 123 buts marqués (moy 5.1)
Meilleur passeur de la saison : Adriano MARLIN (5eme)
Meilleur gardien de la saison : Ilija KomnenovicKomnenovic (5eme)

Résultat contre le SAHB
Angers - SAHB : 28/
31
SAHB - Angers : 34/
29

Posté par fredgo à 22:00 - 20) La saison 2009/10 en Pro D2 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,