Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

17 novembre 2015

Julien Meyer, Elu meilleur joueur du mois d'octobre

C’est donc lui le premier lauréat de l’élection du joueur du mois de ProD2, en partenariat avec Central’Hand. Alors qu’il découvre à peine le monde professionnel à tout juste 18 ans, Julien Meyer, habitué aux lauriers dans les équipes de France jeunes, a été élu joueur du mois d’Octobre grâce à la communauté de la Handball ProD2. #BravoJulien

Julien MEYER, MVP octobre 2015

L’Alsace s’est fortement mobilisée pour plébisciter Julien MEYER, le gardien de la cage sélestadienne comme meilleur joueur du mois d’Octobre de Handball ProD2. Avec près de 1000 voix et 50,4% de moyenne des votes, Julien Meyer est devenu le plus jeune joueur récompensé dans cette élection. Face à lui Luka BRKLJACIC le talentueux et tout aussi novice demi-centre du Grand Besançon Doubs aura longtemps fait de la résistance mais il a échoué à 39,6 des voix. La force de la jeunesse aura été trop coriace pour Pierrick NAUDIN le Dijonnais qui récolte 10% des voix.

Bravo Julien !


Julien MEYER (Sélestat Alsace) –
Gardien
Né le 04/12/1996
Français
1,97 m
90 kg

Ses performances du mois d’Octobre :
J5 : Billère / Sélestat (28-26) : 6 arrêts / 21 tirs dont 1/4 pen
J6 : Sélestat / Dijon (27-18) : 9 arrêts / 17 tirs dont 0/1 pen
J7 : Pontault / Sélestat (20-21) : 9 arrêts / 17 tirs dont 1/2 pen
J8 : Sélestat / Istres (25-21) : 12 arrêts / 29 tirs dont 0/2 pen
J9 : Nancy / Sélestat (28-27) : 9 arrêts / 30 tirs dont 0/3 pen


Julien, le peuple alsacien s’est fortement mobilisé pour vous élire joueur du mois d’Octobre de ProD2. Quelle est votre première réaction ?
J'aimerais bien évidemment remercier dans un premier temps tous ceux qui ont voté pour moi, sans qui cette nomination n'aurait jamais pu aboutir. On connaît l'Alsace pour être une terre de handball et les Alsaciens l'ont bien démontré une fois de plus en se mobilisant pour moi.

Le club a décidé de vous faire confiance cette année en vous faisant signer un premier contrat professionnel et en vous offrant les clés de la cage. Comment vous sentez-vous dans ce nouveau rôle et comment jugez-vous ce début de carrière ?
Cette année est une année de transition aussi bien sur le plan sportif que sur le plan scolaire. Tout est nouveau ! Le début de la saison a été difficile à gérer car c'est un nouveau mode de vie auquel je me confronte et le poids des responsabilités était assez pesant mais au fur et à mesure des matchs, cela est devenu de plus en plus naturel.

Cette année le championnat est extrêmement serré avec 10 équipes qui se tiennent en seulement 2 points. Vous attendiez-vous à une telle situation et comment évoluent les objectifs du club ?
On sait tous que le championnat de ProD2 est rude et qu'il y a des surprises à chaque journée. Le coach nous le rappelle assez souvent. Les objectifs du club restent les mêmes : être dans les 5 premiers pour jouer les playoffs au minimum.

POUR suivre FFHB  

Facebook : Handball ProD2
Twitter : @handballprod2 #PlaceauJeu

Posté par fredgo à 19:48 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 octobre 2015

Résumé J8 : Billère, Nancy et Sélestat enchaînent...

Billère a poursuivi sa très bonne série en évitant le piège tendu par le toujours surprenant promu saranais (31-28). Si le choc au sommet entre Dijon et Besançon a accouché d’un match nul (30-30), Sélestat en a profité pour imposer sa loi contre Istres (25-21), tout comme Nancy à Massy (26-30). C’est en revanche toujours la soupe à la grimace pour Angers et Valence, battus pour la huitième fois en huit journées.

Gardien sargenton et Meyer Istres 2015

Photo Angélique Kieffer
L’affiche du week-end

Sélestat 25–21 Istres 

il y a un an, ce duel aurait été qualifié de match à six points pour le maintien en LNH. Une relégation en Pro D2 plus tard, les deux formations en sont désormais à se reconstruire. Si leurs performances de début de saison ont souvent été hésitantes, il semble que Sélestat ait désormais trouvé son rythme de croisière. L’équipe de Christian Gaudin enchaîne en effet un troisième succès de rang (25-21) après Dijon et Pontault. Oui, le SAHB est parti pour retrouver les premiers postes de Pro D2.

Les alsaciens ont construit leur victoire sur une défense hermétique et des gardiens efficaces dans les cages, que ce soit Meyer (12 arrêts) ou Sargenton (7 arrêts). L’attaque n’a pas été en reste non plus dès les premières minutes, avec un trio Joli – Lenne – Beauregard auteur de 15 buts au total. Dans ces conditions, Istres a rapidement dû hausser son niveau de jeu pour ne pas se faire décramponner (5-4, 9’). Les joueurs de Gilles Derot soutiennent la comparaison avec les alsaciens, en s’appuyant notamment sur Jonsson et Ruiz, auteurs d’un 3-0 (10-10, 26’). Lenne et Joli donnent un coup de collier avant la pause : le SAHB rentre aux vestiaires avec deux longueurs d’avance (14-12).

En seconde période, le mano à mano se poursuit. Aucune des deux formations n’arrive à véritablement creuser l’écart. Auteur de six buts, Boschi répond aux attaques adverses et laisse Istres en bonne position à l’approche du money-time (21-20, 54’). Le public s’attend alors à un final sous tension, mais Sélestat s’évite une fin de match au couteau. Profitant des espaces laissés par les istréens, le SAHB inscrit un 4-1 qui lui offre un nouveau succès (25-21). Istres peut regretter sa fin de match alors qu’il a fait jeu égal avec son adversaire pendant près de 55 minutes.

Les autres matches

Pontault-Combault n’a rien pu faire contre Mulhouse, s’inclinant dans les grandes largeurs (38-28) une semaine après avoir chuté à domicile contre Sélestat. Le match contre le SAHB a laissé des traces puisque ...
Valence continue à voir la vie en noir. Pour la huitième fois de la saison les valentinois ont été battus. C’est Cherbourg qui est venu chercher les trois points de la victoire (25-32). En manque de points et de confiance, Valence a résisté pendant En savoir plus sur ...
Une autre formation attend aussi son premier succès : Angers. Les angevins sont passés complètement au travers de leur rencontre contre Limoges, battus de 14 buts (25-39). Rarement Angers n’avait semblé autant démuni et dépassé En savoir plus sur ...
Quatrième victoire à domicile pour Billère qui s’est à nouveau montré solide face à Saran, s’imposant de 3 buts (31-28). Les joueurs d’Aitor Etxaburu ont mené pendant toute la rencontre ...
Vainqueur de ses quatre derniers matches de Pro D2, Nancy a réussi la passe de cinq samedi soir à Massy (26-30). La performance est d’autant plus remarquable pour les hommes de Stéphane Platin qu’ils ne s’étaient jamais imposés à Massy depuis ...
Billère 31-28 Saran
Valence 25-32 Cherbourg
Besançon 30-30 Dijon
Angers 25-39 Limoges
Mulhouse 38-28 Pontault-Combau.
Massy 26-30 Nancy
Sélestat 25-21 Istres

Posté par fredgo à 19:12 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 octobre 2015

Pontault - Sélestat; Sargenton a fait le bon choix ...

Jérémy Sargenton retrouve ce soir Pontault-Combault qu’il a quitté à l’intersaison pour rejoindre Sélestat où il a retrouvé son premier entraîneur chez les pros, Christian Gaudin. Le gardien ne regrette pas son choix car il s’épanouit au SAHB malgré une sérieuse concurrence à son poste.

Sargenton Meyer Selestat 2015

Ce soir à l’Espace Boisramé, Jérémy Sargenton sera en terrain connu. Même s’il n’y a pas passé les plus belles années de sa carrière, il a gardé les cages pontelloises pendant deux saisons et demie. Sans grande réussite puisque le club de banlieue parisienne y a surtout joué sa survie. « Sur le plan sportif ça s’est assez mal passé même si je suis parti en bons termes cet été au moment où la patte Quintallet commençait à faire son effet. Le résultat est là aujourd’hui puisque le club est passé de l’avant-dernière place aux premières loges de la D2 , confie le gardien du SAHB. Je n’y retourne pas l’esprit revanchard. Mais c’est sûr qu’une victoire à Pontault aurait un autre goût pour moi. Gagner contre des potes a toujours une saveur particulière. »

Celui qui a posé ses valises à Sélestat cet été ne regrette pas son choix même si le club où il évolue a réalisé un moins bon départ que prévu. Il connaît le potentiel du SAHB et a été ravi d’avoir été choisi pour faire partie de cette reconstruction du vaisseau violet qui s’était fracassé en Ligue Nationale l’an dernier. L’ancien gardien de Pontault-Combault était d’autant plus ravi d’aller en Alsace qu’il y a retrouvé Christian Gaudin. « Quand il m’a appelé pour me proposer le poste à Sélestat, je n’ai pas hésité une seule seconde. Car c’est lui qui m’a formé, c’est lui qui a fait ce que je suis aujourd’hui, c’est lui qui m’a permis d’être professionnel. »

« Quand Julien fait 21 arrêts, je m’assois et j’applaudis »

Même si leurs chemins se sont séparés pendant plus de huit ans, Jérémy Sargenton est resté un inconditionnel de l’actuel entraîneur de Sélestat. « J’ai retrouvé une personne plus apaisée, quelqu’un de plus sûr de ce qu’il fait , constate son ancien élève. C’est un coach particulièrement exigeant et sa méthode n’est pas facile. Elle ne passe pas chez tout le monde. C’est l’école de la rigueur. Mais c’est comme ça que ça marche et qu’il a réussi. À 28 ans, je bois encore ses paroles comme lorsque j’avais 18 ans. C’est le meilleur éducateur que j’ai pu avoir. »

Suite de l'article L'Alsace

Photo F WURRY

10 octobre 2015

6e journée : Sélestat 28–17 Dijon , Le mur violet

Porté par un grand Julien Meyer (21 arrêts), Sélestat s’est largement imposé contre Dijon hier (27-18). Quand la défense violette va, tout va…

 

auteur-de-21-parades-julien-meyer-a-pese-dans-la-victoire-selestadienne-hier-soir-contre-dijon-photo-dna-franck-delhomme-1444425883

 

Tout le monde attendait mieux de ces Violets. Lire la suite A commencer par eux-mêmes. « On avait tous à cœur de montrer un autre visage », rappelait Christian Gaudin après la rencontre. Notamment pour effacer les trois défaites consécutives.

Et la victoire, hier, valait un peu plus que trois points. « On est très heureux d’avoir enfin offert un beau spectacle au public », appréciait l’entraîneur sélestadien. Rarement enchanté depuis le début de l’année civile, le CSI a cette fois été comblé.

Le show Meyer

Parce que le match, hormis une égalité (2-2, 7e ), s’est résumé à un cavalier seul alsacien. Parce que la défense a totalement fait déjouer l’attaque dijonnaise. Parce que le Julien Meyer a brillé de mille feux dans son but (21 arrêts).

Et encore, la note aurait pu être plus salée en première période pour les hommes de Jackson Richardson. Les Bourguignons faisaient preuve d’une maladresse inouïe (12 ballons égarés lors des trente premières minutes en première période !).

Mais Sélestat n’en profitait pas assez. La faute, principalement, à un Stojinovic qui prenait un malin plaisir à mettre en échec les tireurs alsaciens. Un exemple ? Cette contre-attaque de T. Gaudin détournée avec classe (15e ), juste avant un double arrêt face à Seri et Jung.  Lire la suite Après une vingtaine de minutes, les Violets étaient devant, certes, mais de pas grand-chose (8-6, 21e ). Il fallait une étincelle. Elle allait venir de Meyer. Inspiré par le show du gardien le plus âgé de D2 (40 ans), le plus jeune du championnat (18 printemps) lui répondait. Dijon, déjà étouffé par la défense alsacienne, n’avait pas besoin de ça. Le résultat ? Un premier écart (12-7, 27e ), que Martin ne parvenait pas à bonifier puisqu’il échouait sur penalty (12-8 à la pause).

Ce n’était qu’une question de temps. Sélestat démarrait très fort le deuxième acte, dans le sillage d’un Joli étincelant (18-10, 39e ). Et là où Stojinovic, abandonné par sa défense, allait s’éteindre (aucun arrêt en seconde période), Meyer, lui, poursuivait son œuvre. Les jeux étaient faits, encore plus après un 3-0 signé Valentin et Savic (23-12, 46e ).

Même un moment de flottement, consécutif au carton rouge dont écopait Beauregard, n’était pas de nature à contrarier la marche en avant de Sélestat (23-16, 50e ). La victoire, logiquement, ne pouvait échapper à des Violets transfigurés par rapport à leur dernière sortie au CSI contre Besançon (27-18).

«Encore du travail »

« Il est encore trop tôt pour parler de match référence, mais c’est une bonne base pour la suite, estimait Christian Gaudin. Cette victoire était importante, pour la tête, car les joueurs montrent beaucoup d’investissement et la réussite n’était pas au rendez-vous ces derniers temps. »

Hier, Sélestat a rendu une copie plus conforme à son statut supposé.
.... Ce succès demande bien évidemment confirmation, car le championnat est encore long et la D2 une course de fond.

... les Violets ont remis la main sur quelques certitudes, qui seront à n’en pas douter précieuses avant les prochaines échéances.

Voir l'article complet sur Dna

Posté par fredgo à 09:14 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Vu par nos adversaires: Sélestat 28–17 Dijon, cette fois ça ne passe pas, le DGHB coule à Sélestat...

dbhb-oct-2015-1Auteur d’un bilan comptable intéressant depuis le début de saison (4v 1D) le DBHB n’avait jamais complètement rassuré montrant des lacunes importantes dans le jeu offensif et la cohésion collective, s’en tirant pourtant finalement pas mal au final. On se doutait que cette fragilité affichée finirait par causer des dégâts si elle devait persister. Hier soir le DBHB a volé en éclat en Alsace, battu sèchement par Sélestat (27-18)

 

Si une défaite n’est pas catastrophique en soi, c’est plus la manière qui inquiète. Car si l’on peut toujours dire que l’équipe est nouvelle et à besoin de temps, cela fait maintenant 6 match où l’on ne voit pas vraiment les choses bouger au DBHB. Sans un Stojinovic sauvant ce qu’il pouvait notamment en première période, l’addition aurait même pu être plus lourde.

Une attaque aux abonnés absent

Cela devient une habitude. Dijon entame sa prestation offensive par un festival de balles perdues ou de tirs sur le gardien adverse. Jugez en plutôt: 13 pertes de balle pour Dijon en première périodes. 8/16 soit 50% d’arrêt pour Meyer le portier alsacien.

Dijon n’arrive vraiment pas au fil des semaines à corriger le tir. Jackson espérait de ses troupes qu’elle relèvent la tête et se retroussent les manches dans l’adversité, force est de constater que ce n’est pas le cas pour le moment. Sans un Sélestat également défaillant par moment et un Stojinovic pas en reste dans sa cage, lui aussi à 8 arrêts à la pause, Dijon aurait pu sombrer en 30 minutes. A la pause auteurs de 8 malheureux buts, les Bourguignons font encore illusion.

Dijon sans réaction

On se raccroche donc à l’espoir d’une deuxième mi-temps plus réussie, ce qui a été le cas plusieurs fois depuis le début de saison. On doit vite déchanter. 2 nouvelles pertes de balle dijonnaise dès la première minute de ce deuxième acte et Sélestat qui s’envole ...

La suite de l'article ...

Source Dijon Sport News.fr

Posté par fredgo à 08:27 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 septembre 2015

L'équipe du SAHB 2015/2016 et ses joueurs

L'équipe 1 en Pro D2

sahb_poster_09_2015

Debout en haut de gauche à droite :

Christian GAUDIN (Entraineur); Thierry FLEURIVAL (N°22),  Rudy SERI (N°4) ,  Olivier JUNG (N°6) , Florent JOLI (N°21), Jérémy SARGENTRON (N°16) , Grégory MARTIN (N°2)Frédéric BEAUREGARD (N°9),  Igor VUJIC (N°17), Julien MEYER (N°31) , Thomas GAUDIN (N°75) , Yoann EUDARIC (N°23) , Kosta SAVIC (N°35) , Claude KARCHER (Entraineur Adj)

En médaillon

Yanis LENNE (N°32)

L'équipe II (la réserve) en N2

SAHB II 2015 2016

 

 

MEYER Julien

Violet depuis la saison 2013/2014
2ème année en violet
 

 

22i_meyer

Nationalité:

20px-Flag_of_France_svg

France

Né le: 04 décembre 1996
A: ? ()

Surnom: ?

Taille: 1.95 m
Poids: 87 kg (2014)

Poste: Gardien
Numéro: 1

;

;

Palmarès
2014 : Champion d'Europe -18ans avec l'équipe de France

Joue actuellement : Drapeau de la France Sélestat (N1 + LNH)

Saison 2013/2014 : Drapeau : France Sélestat (5ème N1 + LNH)
Saison 2012/2013 : Drapeau de la France Sélestat II (6ème N1)
Saison 2011/2012 : Drapeau de la France Sélestat II (1er N2)
Formé au club

Nbre de matchs joué en violet*: 03 matchs**
Nbres de buts marqués: 0
Nbres d'arrêts: 1
Moyennes d'arrêts par matchs: 0.33
* hors matchs coupe de france et de la Ligue
** Stats arrêtées à sept 2014

Ses saisons en Violet:

Saison 2013/2014 :  Drapeau de la France Sélestat (LNH)
Nombre de rencontres: 3
Arrêts sur tir : 1/3 
Arrêts sur penalty: 0/2
Total arrêts: 1/3
2 minutes:
0

Son premier match en LNH: 21/02/2014, Journée 196, Aix 28-28 Sélestat

Posté par fredgo à 15:00 - 02b) Les joueurs de la I et II - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 juin 2015

Trophée Jean-André: Bobo une évidence, Julien des certitudes...

D’un point de vue purement sportif, la saison 2014-2015 ne restera pas dans les annales du handball alsacien. Une seule montée à se mettre sous la dent (celle d’Altkirch qui rejoint la Nationale 2 féminine) pour six descentes (le SAHB rejoint la Pro D2, sa réserve la N2, l’ESSAHB retourne en N1 et Haguenau en Prénationale pour les masculins ; le Colmar CAH quitte la N2 et l’ASPTT Strasbourg/Hoenheim II prend le chemin du championnat d’Alsace) : on a déjà connu largement mieux. Mais parce que la saison touche à sa fin, l’heure est aux récompenses. Et cet exercice a tout de même permis de distinguer de très beaux champions.

15-03-02beauregard_1780337227

Carégorie Sénior 

... le débat fut plus animé du côté des masculins entre le pivot du Mulhouse Handball Sud Alsace Iker Serrano et l’arrière gauche de Sélestat Frédéric Beauregard. Mais au final, et au vu de sa fin de saison de toute beauté malgré la relégation du SAHB en Pro D2, « Bobo » a récupéré un titre qu’il avait déjà conquis en 2011. Une juste récompense pour le puissant Martiniquais qui a décidé de prolonger son bail dans le Bas-Rhin jusqu’en 2018.

Derrière lui, on retrouve donc l’Espagnol du MHSA Iker Serrano, qui a fait preuve d’un sang-froid redoutable face aux gardiens de la Pro D2 et qui a failli hisser son équipe en Ligue Nationale (défaite en finale des play-offs contre Chartres). La troisième marche du podium est occupée par l’arrière de l’ESSAHB (Entente Strasbourg/Schiltigheim) Joffrey Bonnemberger.

Catégorie Espoir

Meyer - Frank : la tradition des gardiens d’excellence se perpétue

L’excellence alsacienne en matière de formation de gardiens n’est plus à prouver. C’est donc tout sauf une surprise de voir deux gardiens décrocher le titre d’espoir de l’année. Le Sélestadien Julien Meyer, champion d’Europe avec l’équipe de France jeunes l’été dernier, a fait une saison pleine en Nationale 1 et montré tout son talent au plus niveau. Tout comme la Haut-Rhinoise de l’ATH Roxanne Frank, elle aussi ...

Source L'Alsace

Posté par fredgo à 21:41 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 janvier 2015

Du violet en bleu...ça pousse derrière !

 Les couleurs Sélestadiennes s'affichent au plus niveau avec pas moins de quatre joueurs qui vont porter le maillot tricolore...

Yannis Lenne et Julien Meyer

 

A commencer par Valentin KIEFFER (Gardien) qui participera mi-janvier à la MASTER CUP avec l'équipe de France Cadet. Ce sera pour lui sa première Sélection... Félicitation

b-rudiseri_893151524

Depuis hier, Yanis LENNE s'entraine avec l'équipe de france -19. Les Champions d'europe en titre disputerons à compter du 9 janvier le tournoi international Hand Master Provence à Aix en Provence.

Les prometteurs Julien MEYER (GB) et Rudy SERI (ARG) sont depuis hier en stage de préparation pour le tournoi de qualification au Mondial U21 avec l'équipe de France Junior.

Source SAHB

Posté par fredgo à 19:54 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29 août 2014

Julien et Yannis, un duo doré au cœur violet

Yanis-lenne-et-julien-meyer-une-meme-trajectoire-pour-deux-caracteres-differents-photo-dna

Yanis Lenne et Julien Meyer viennent d’être sacrés champion d’Europe avec l’équipe de France des moins de 19 ans. Ces deux jeunes hommes, qui évoluent avec la réserve du SAHB, ont découvert ensemble le handball à Sélestat il y a dix ans. Très attachés au club, ils espèrent désormais intégrer à moyen terme l’équipe première.

Ils sont rentrés de Pologne mardi midi et depuis, enchaînent les sollicitations : après les rendez-vous avec la presse ces deux derniers jours, c’est une réception à la mairie qui attend demain Yanis Lenne et Julien Meyer avant une mise à l’honneur de leur club un peu plus tard.

Toute la ville célèbre ses jeunes champions d’Europe de handball (Yanis a 18 ans, Julien 17), qui le lui rendent bien en répondant favorablement à toutes les demandes, même s’ils admettent avoir « un peu de mal à atterrir ». Mais Yanis et Julien sont attachés à Sélestat, leur ville, et au SAHB, leur club, qu’ils ont rejoint il y a dix ans. « Avant, on faisait tous les deux de l’équitation à Ebersheim, c’est là qu’on s’est rencontré », racontent les deux amis. Yanis a très vite arrêté - « ça ne me plaisait pas » et s’est orienté vers l’athlétisme puis le handball. Julien a continué à monter sur un cheval pendant huit ans avant de choisir le handball - « je n’arrivais plus à concilier les deux ». C’est au club de Sélestat, le SCS à l’époque, qu’ils ont commencé à sympathiser. Depuis, ils ne sont plus quittés. Nés avec six mois d’écart, ils ont évolué ensemble dans toutes les catégories de jeunes, ont rejoint ensemble le pôle espoirs à Strasbourg et jouent encore ensemble avec la réserve du SAHB, en Nationale 1. Ils ont également tous deux été sélectionnés pour jouer avec les équipes de France jeunes.

Sur une largeur de terrain à quatre contre quatre pour gagner des sucettes

yanis-lenne-balle-en-main-lorsqu-il-avait-douze-ans-photo-dna

De leur toute première année au SCS, Julien et Yanis se souviennent des tournois du dimanche, à jouer sur une largeur de terrain à quatre contre quatre « pour gagner des sucettes ». Ce souvenir les fait encore rire dix ans plus tard. Leur tout premier entraîneur, Annie Silbert, responsable de l’école de hand, se souvient de « deux garçons super gentils, très corrects, compétiteurs, mais avec un esprit sportif irréprochable. Yanis, issu d’une famille de sportifs (ses parents jouaient tous deux en équipe 1 à Sélestat, son père au handball, sa mère au basket) avait déjà la niaque, Julien était moins expansif. »

Si leur trajectoire est parallèle, leurs caractères n’ont rien de commun. Yanis se lève avec le hand, mange avec le hand et se couche avec le hand. « Il m’a déjà envoyé un SMS pour savoir s’il pouvait participer au tournoi qu’on part faire à Kehl ce week-end », sourit Thierry Demangeon. L’entraîneur de la réserve, également entraîneur adjoint de l’équipe fanion, a découvert Yanis et Julien l’année suivant leur arrivée au club. « Ils étaient déjà au-dessus du lot avec un ou deux autres gamins », se souvient le coach. A leur arrivée chez les moins de 12 ans, ils deviennent d’ailleurs champions d’Alsace « avec des gamins qui avaient un an de plus qu’eux », précise un autre ancien entraîneur, Phillipe Klein.

leur-premiere-annee-a-l-ecole-de-hand-julien-est-au-3-e-rang-tout-a-droite-yanis-est-a-sa-gauche

Julien a quant à lui longtemps évolué comme joueur de champ. Ce n’est qu’il y a cinq ans qu’il s’est durablement installé dans les cages. « J’en avais marre de courir », sourit l’intéressé. « Il a hésité un été, se souvient son entraîneur de l’époque Guillaume Bobet. Ça explique qu’il ait eu une progression plus lente que Yanis, qui avait été repéré très tôt. Puis Julien s’est mis à vraiment bosser dur. Mais il ne vit pas que pour le hand, au contraire de Yanis, qui me disait que s’il était attentif pendant les cours d’allemand, c’était pour pouvoir aller jouer plus tard dans le championnat allemand, le meilleur à l’époque. »

Une année cruciale

Aujourd’hui, leur caractère n’a pas tellement changé, même si Yanis ne rêve plus d’Allemagne, mais du maillot violet de l’équipe première du SAHB. « Le niveau est très bon et ici, on se sent chez nous. C’est un club convivial, où tout le monde se connaît. » Ce maillot de l’équipe fanion, Julien l’a déjà revêtu à trois reprises la saison dernière. Et s’il garde lui aussi en tête l’idée d’évoluer dans le monde professionnel, il n’exclut pas une carrière d’ingénieur dans l’aéronautique, un domaine qui le passionne.

Quel que soit leur avenir, les deux amis entament une année cruciale. Non seulement avec le SAHB, où ils devront confirmer tous les espoirs placés en eux s’ils veulent caresser l’idée d’apparaître avec le groupe pro, mais aussi dans leur cursus scolaire. Mardi, Yanis et Julien effectueront eux aussi leur rentrée, avec le baccalauréat scientifique en ligne de mire au mois de juin prochain. Sans oublier les championnats du monde avec l’équipe de France des moins de 19 ans. Afin qu’une fois encore, la réussite de la formation sélestadienne rayonne à l’international.

Source Dna par Simon Giovannini

 

 

Posté par fredgo à 12:32 - 05) Interviews - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,