Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

03 juin 2014

Trophée Jean-André: Petrenko sur la plus haute marche, Freppel sur la troisième ...

le-demi-centre-yuriy-petrenko-photo-dna-franck-delhomme

Yuriy Petrenko (Sélestat) et Ana Djuric (ATH) sont les lauréats cette année du Trophée Jean-André. Ils voleront bientôt sous d’autres cieux, mais ils auront marqué de leur empreinte leur passage en Alsace.

Les belles traditions sont faites pour être perpétuées. Depuis 1983 (!), le handball alsacien récompense ses fleurons, et les clubs à travers eux.

Ils sont arrivés en même temps en Alsace, en 2011, ils vont la quitter en même temps, cet été. En guise d’au revoir, Yuriy Petrenko (Sélestat) et Ana Djuric (ATH) ont été élus meilleurs joueurs de la saison par les entraîneurs et les journalistes traitant de handball en Alsace, inscrivant ainsi leur nom au palmarès de cette 28e édition.

Bruno Boesch (ESSAHB)(ancien coach de la réserve des violet) coach de l’année

Yuriy Petrenko ne portera plus le maillot (ni le brassard de capitaine) de Sélestat la saison prochaine, mais il n’y laissera que de bons souvenirs. À 36 ans, le demi-centre a décidé de tourner la page du professionnalisme et de relever un nouveau défi, à Amiens (N2).

Son sens du jeu, son élégance – sur et en dehors du terrain – et son leadership auront éclairé le CSI durant trois saisons. Et aussi bien aidé à maintenir le club en D1 ! L’Ukrainien devance l’Espagnol Iker Serrano, le pivot mulhousien, très régulier cette saison, et l’ailier droit sélestadien Arnaud Freppel, auteur d’une saison remarquable pour son dernier tour de piste en Violet.

Chez les filles, ...

Retour réussi pour Stéphane Robin

En Nationale 1 masculine, il allait de soi qu’un joueur de l’ESSAHB serait récompensé. Mais lequel, tant le club bas-rhinois a impressionné par la force de son collectif ? Le choix s’est porté sur Régis Matzinger (ancien Violet de la réserve), étincelant et efficace sur son aile droite (131 buts). À travers lui, c’est toute une équipe qui est saluée pour son beau parcours.

L’arrière gauche cernéen Tomi Vozab, meilleur buteur des trois poules de N1 (205 réalisations), est un deuxième plus que présentable. Le demi-centre sélestadien Nicolas Schneider, tout juste 18 ans, a vite pris le pli de la N1 comme tous ses jeunes coéquipiers, et complète joliment le podium.

En Nationale 2, Stéphane Robin (ancien Violet), après plusieurs saisons de l’autre côté du Rhin, n’a pas perdu son handball, loin s’en faut, en revenant de ce côté-ci de la frontière. Le demi-centre a été prépondérant dans le brillant parcours de Plobsheim. Le jeune ailier droit Brice Lachal s’est lui affirmé à ce niveau avec la réserve du MHSA, elle aussi promue en N2 et fièrement maintenue.

En Nationale 3, le serial buteur de Molsheim ...

Chez les filles, ...

Le titre de meilleur entraîneur revient sans surprise à Bruno Boesch (on n’oublie pas non plus son adjoint Greg Denain), grand artisan de la belle saison de l’ESSAHB.

On reparlera sans doute d’eux à l’avenir. Yanis Lenne, pas encore 18 ans, s’adjuge la distinction de meilleur espoir. Sa polyvalence (arrière ou ailier droit), sa vision du jeu et son bras devraient rapidement permettre au Sélestadien, membre de l’équipe de France des moins de 19 ans, d’éclore au plus haut niveau, lui qui fait déjà des ravages en N1.

Rendez-vous en 2015 !

Source Dna


22 mai 2014

26ème journée: Dijon -Sélestat; La “der des ders”

dernier-match-sous-le-maillot-selestadien-pour-yuriy-petrenko-photos-archives-dna-franck-delhomme

Sélestat en termine, ce soir à Dijon, avec sa saison. Dans un match sans enjeu, hormis celui de finir sur une note positive, les Violets voudront simplement prendre du plaisir une dernière fois ensemble, avant, pour certains, de prendre des chemins différents.

Il y avait eu la dernière au CSI, mercredi contre Nantes. Ce soir à Dijon, il y aura la “vraie” dernière.

Le groupe violet, presque inchangé depuis le retour de Sélestat en D1 il y a trois ans, va vivre en Bourgogne ses derniers moments. Il va pouvoir le faire l’esprit libre, le maintien en LNH étant désormais assuré.

« La vie en Alsace était belle »

Certains vont s’aller – ils sont particulièrement nombreux cette année –, d’autres vont arriver. « C’est la vie d’un sportif », souffle Yuriy Petrenko. Le capitaine sélestadien fait partie des partants. « Il y a des moments dans la vie où il faut choisir », explique-t-il.

À 36 ans, le demi-centre a décidé de privilégier son après carrière. L’Ukrainien sera bien sûr toujours joueur de handball, à Amiens, avec l’objectif de faire monter le club picard en Nationale 1.

Mais il va aussi intégrer une entreprise spécialisée dans la fibre optique. « Je continuerai à m’entraîner tous les jours. Mais c’est un nouveau challenge pour moi, une nouvelle vie. »

Dans quelques jours, Yuriy Petrenko va achever la troisième étape de son tour de France. « Toutes auront été importantes », souligne-t-il. Il y a d’abord eu Dunkerque, de 2005 à 2009, puis Paris.

« Je suis arrivé quand le club tombait en D2. Il fallait réussir à remonter tout de suite en D1. Sans cela, le club ne serait peut-être pas ce qu’il est devenu aujourd’hui. »

C’est Sélestat qui a profité de sa science du jeu pendant trois saisons. Trois saisons réussies et qui ne lui laisseront que de bons souvenirs. « Le club venait de remonter en D1 et c’était un bon challenge de prouver à tout le monde qu’il n’y a pas seulement le budget qui compte », lance-t-il en faisant référence aux 7e et 8e places des Violets lors des deux exercices précédents.

« Finir la saison sur une bonne note »

Yuriy Petrenko aura marqué de son empreinte son passage à Sélestat. Il y laisse l’image d’un joueur talentueux bien évidemment, celle d’un grand professionnel, d’un “mec bien” tout simplement.

« La vie en Alsace était belle, répond le demi-centre. Ici, j’ai pu profiter de tout car j’étais bien intégré à la vie française. Je me suis fait beaucoup d’amis. C’est toujours sympa, quand tu te balades en centre-ville, de pouvoir reconnaître des supporters et d’échanger avec eux. Et ça donnait encore plus envie de gagner pour les fois où tu allais les recroiser (sourire) ! »

Il reste encore un match à gagner, pour boucler une saison où tout n’a pas été rose, une saison où les Violets ont parfois tremblé, mais où ils ont finalement atteint leur but.

Un rang au classement à préserver

Sélestat maintenu, Dijon relégué : la rencontre de ce soir ne revêt guère d’enjeu au classement. Il s’agira donc de s’imposer pour conserver cette 11e place, pour surtout « finir la saison sur une bonne note », ce que les joueurs de Jean-Luc Le Gall n’avaient pas réussi lors des deux derniers exercices en s’inclinant à Nîmes et à Aix-en-Provence.

Yuriy Petrenko s’y emploiera, en grand pro, pour lancer sur de bonnes bases la préparation de la prochaine saison qui débutera sans lui. « On va essayer de prendre du plaisir sur ce match-là, avance-t-il, de terminer avec le sourire. » Ils le valent bien.

Ivezic, Rechal, Freppel, Pintor, Podsiadlo, Salami et Celica, le joker médical, ne seront aussi plus Violets la saison prochaine.

Source Dna

Posté par fredgo à 12:01 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 mai 2014

Résultat Sélestat 23-32 Nantes; Entre joie et tristesse...

yuriy-petrenko-aurait-prefere-d-autres-adieux-pour-son-dernier-match-avec-selestat-mais-le-maintien-est-en-poche-photo-dna-jean-paul-kaiser

Sélestat a perdu, mais Sélestat est maintenu. La défaite contre Nantes, pour la dernière à domicile cette saison, n’aura pas eu de conséquence fâcheuse, Ivry s’étant dans le même temps incliné face à Montpellier. Cette joie s’est mélangée avec une certaine tristesse, dans une soirée marquée par les adieux de nombreux Violets.

Merci qui ? Merci Montpellier ! En s’imposant à Ivry (25-30), les coéquipiers de Thierry Omeyer ont rendu un fier service aux Violets. Ivry, champion de France en 1997, doyen des clubs français en D1, plonge donc en D2, quand Sélestat est assuré de connaître une 21e saison dans l’élite du handball hexagonal.

« On voulait s’en sortir par nous-mêmes », soufflait Jean-Luc Le Gall après la rencontre. Mais ses joueurs n’ont pas vraiment réussi à contrarier une équipe nantaise déterminée à verrouiller sa 4e place synonyme de qualification en Coupe d’Europe.

Pintor : « Ça fait quand même quelque chose… »

Et en seconde période, quand les Alsaciens ont explosé (15-25 à la 47e ), il fallait donc compter sur le résultat des Héraultais pour présager de l’avenir violet. Hier à Ivry (comme à Sélestat d’ailleurs), la logique sportive a été respectée. Et la déception de cette lourde défaite s’est assez vite estompée. « On sera en toujours en D1 la saison prochaine », appréciait le coach sélestadien.

C’est ce qu’il fallait retenir de la soirée d’hier. Mais pas seulement. Cette dernière de la saison à domicile marquait également les adieux de nombreux joueurs avec le public du CSI (Ivezic, Salami, Podsiadlo, Petrenko, Pintor, Rechal et Freppel, en attendant peut-être Eymann et sans compter Celica, le joker médical venu de Cesson).

Alors, il y a eu de l’émotion, de belles accolades, quelques larmes également sans doute. Mais il y a eu aussi un match. Un match que les coéquipiers de Beauregard ont entamé de la meilleure des façons (3-1, 6e ). Et puis Nantes a placé une première accélération, comme un signe annonciateur (3-7, 14e ).

Sélestat réagissait pourtant, dans le sillage de Freppel, impérial pour sa dernière à domicile sous le maillot violet qu’il a si bien porté pendant de longues années. L’ailier droit ne ratait rien, replaçant les siens tout près (10-11, 24e ).

Et si Huck ratait l’égalisation, le jeune Trindade (18 ans) inscrivait son tout premier but en D1 quelques instants plus tard pour remettre les deux équipes à égalité (12-12, 27e ). Mais Nantes allait parfaitement exploiter trois ballons perdus pour virer en tête à la pause (12-15).

Jung et Freppel redonnaient de l’allant à leur équipe (15-17, 34e ). Mais un penalty raté par ce dernier – pour revenir à un but – allait subitement réveiller les Nantais. Les Violets ne réussissaient plus rien, quand leurs adversaires se montraient insolents de réussite. Après quinze (trop) longues minutes sans inscrire le moindre but, les Alsaciens étaient (trop) loin (16-25, 49e ). La fin de match devenait anecdotique, et heureusement sans conséquence.

« On n’a pas été à la hauteur en seconde période, mais Nantes n’est pas quatrième par hasard », analysait Jean-Luc Le Gall. Battu, mais maintenu, Sélestat pouvait pousser un ouf de soulagement.

Le club alsacien sera toujours en D1 la saison prochaine. Nombre de ses joueurs ne seront plus là, à l’image du défenseur Guynel Pintor (Créteil). « Ça fait quand même quelque chose, lançait, avec une pointe de tristesse, le Martiniquais, formé à Sélestat. Ça fait sept ans que je suis là… »

Oui, tout le monde avait le cœur partagé hier…

Source Dna.

Posté par fredgo à 12:57 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 février 2014

Après Aix 28-28 Sélestat: Pas de petits profits ...

point-par-point-yuriy-petrenko-et-selestat-gagnent-du-terrain-sur-leurs-concurrents-photo-archives-dna-franck-delhomme

Sélestat n’a toujours gagné depuis le début du cycle retour. Ce qui n’empêche pas les Violets de prendre des points et de l’avance sur leurs concurrents.

« Il n’y a pas de petit profit. » L’adage sied actuellement à merveille aux Sélestadiens. Le point glané face au PSG constituait un bonus inespéré. Celui récolté vendredi sur le parquet d’Aix-en-Provence brille peut-être moins, mais il se révélera sans doute tout aussi précieux.

« On peut dire qu’on a gagné un point »

« Un point, c’est toujours mieux que zéro », sourit ainsi le demi-centre Yuriy Petrenko, résolument positif.

On aurait pourtant pu croire que les Violets nourriraient de légitimes regrets. N’est-ce pas lui, en bon capitaine, qui semblait avoir propulsé Sélestat vers la victoire après son quatrième but (24-25, 57e ) ?

Quelques secondes plus tard, après la contre-attaque de Guynel Pintor, le succès tendait réellement les bras aux Alsaciens (24-26, 57e ). Et puis deux balles perdues ont anéanti l’avantage des joueurs de Jean-Luc Le Gall (27-26, 59e ).

Certaines décisions arbitrales restent encore en travers de la gorge des coéquipiers de Yuriy Petrenko. « On est déçus car on a eu des décisions défavorables dans les trois dernières minutes », souffle le demi-centre, également conscient que son équipe aurait dû mieux conserver le ballon sur les deux actions en question.

Le scénario ne pourra de toute façon pas être réécrit. Et à l’heure d’analyser ce résultat, le capitaine violet ne se départissait pas de son sourire. « On peut dire que l’on a gagné un point. C’est nous qui avons égalisé en toute fin de match. Et au final, ce match nul est relativement logique. »

S’il se montre volontiers positif, Yuriy Petrenko n’en oublie pas d’être lucide. Il sait que Sélestat a raté sa première période contre le Pays d’Aix. Il sait que son équipe a égaré beaucoup trop de ballons durant ces trente premières minutes (sept, contre seulement six face au PSG sur l’ensemble du match). « Mais même en jouant ainsi, on est resté tout près au score (12-11 à la pause). »

La défense aixoise, articulée autour du duo Karabatic-Courtois, ne leur avait pas vraiment permis de trouver de solutions dans un axe central cadenassé. « C’était difficile de faire circuler la balle. Mais on a su adapter notre jeu pour trouver des solutions ailleurs, notamment sur les ailes (11 sur 13 pour le duo Freppel-Salami). »

Une dynamique entretenue

Surtout, l’exploit face au Paris Saint-Germain n’est pas resté lettre morte et Sélestat a continué sa moisson en Provence. Yuriy Petrenko est évidemment le premier à s’en réjouir.

« Un ou deux, c’est important de prendre des points, souligne le capitaine. Ce qui l’est encore davantage, c’est de proposer un jeu de qualité. C’est comme ça que les points viennent. »

C’est ainsi qu’il faudra en faire rentrer lors des deux prochains rendez-vous en championnat au CSI, contre Ivry (le 8 mars) et Tremblay (le 22). Pour que tous ces petits profits se transforment en grand maintien.

Posté par fredgo à 09:52 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 décembre 2013

Sélestat 28-26 Chambery; Ils l'ont Fait

yuriy_petrenko_et_selestat_tiennent_enfin_leur_premiere_victoire_au_rhenus_chambery_a_fait_les_frais_hier_de_l_envie_alsacienne_photos_dna_cedric_joubert

Un bond au classement, une première victoire au Rhenus, un premier succès contre Chambéry depuis très longtemps : Sélestat a tout simplement connu, n’ayons pas peur des mots, un jour parfait hier.

On se souvient toujours d’une première fois. Ce succès, le premier de Sélestat au Rhenus, fera assurément date dans l’histoire du club violet.

Après quatre défaites, dont certaines bien trop lourdes, pour un seul match nul (mais quel match nul !) à Strasbourg, les Sélestadiens ont enfin levé les bras en vainqueurs dans la capitale alsacienne.

« Ce premier succès au Rhenus était très attendu »

« Nous étions encore un peu traumatisés par nos deux dernières sorties au Rhenus (29-45 contre le PSG, 24-41 face à Montpellier, ndlr) , rappelait hier Jean-Luc Le Gall. On n’avait pas montré notre vrai visage. Il fallait se mettre une pression positive, se dire que l’on était capable de gagner ici. »

Yuriy Petrenko et ses coéquipiers ont su tourner le dos au passé pour faire frémir un Rhenus une nouvelle fois bien rempli. Ils ont dominé un Chambéry certes diminué (Basic, Panic et Bertrand Gille blessés), mais « pas un demi-Chambéry » dixit l’entraîneur violet.

Pour battre une grande équipe – et “Chambé” en reste une –, il faut réaliser un grand match. Les Sélestadiens ont réalisé ce grand match, portés par leur défense et leur envie de vaincre le signe indien.

« Ce premier succès au Rhenus était très attendu, soufflait ainsi Jean-Luc Le Gall. Les joueurs l’ont fait, bravo à eux. C’est une magnifique victoire. »

Les premiers instants du match avaient très rapidement montré que Sélestat voulait son exploit. La défense alsacienne avait rapidement fait comprendre aux tireurs chambériens qu’ils allaient passer un après-midi des plus difficiles.

Et après un premier quart d’heure parfaitement équilibré (7-7 à la 15e ), les coéquipiers de Pawel Podsiadlo creusaient un premier écart (10-7, 19e )... presque aussitôt anéanti par un Bicanic au bras ravageur (10-11 à la 24e après les quatre buts consécutifs de l’arrière gauche croate).

Des frayeurs puis le bonheur

Mais Chambéry ne se départissait pas de sa fragilité actuelle (trois défaites de rang en championnat), faisait preuve de son inconstance désormais habituelle et voyait des Violets, gaspilleurs (pas moins de cinq contre-attaques ratées en première période) mais déchaînés, le déborder (15-11 à la 28e , 15-12 à la pause).

Sélestat insistait en début de seconde période, Salami ne ratait rien sur penalty et le Rhenus faisait de plus en plus de bruit (20-15 à la 39e puis 23-17 à la 43e ). Il fallait presque se pincer quand le tableau d’affichage indiquait 25-19 (46e ).

Et puis Dumoulin a détourné le 5e penalty de Salami, celui qui aurait pu sceller (plus tôt) la victoire sélestadienne. Bicanic se montrait toujours efficace, Guillaume Gille lui emboîtait le pas et le public se prenait à trembler (25-23, 53e ).

Mais les temps faibles violets n’ont heureusement jamais duré très longtemps hier et Beauregard relançait la machine (26-23, 54e ). L’arrière gauche martiniquais mettait fin au suspense à la 59e (28-25), alors que “Chambé” s’était rapproché tout près un peu plus tôt (26-25, 57e ). « On a fait vibrer tout le monde », souriait Jean-Luc Le Gall à propos de cette fin de match haletante.

Sélestat devant... “Chambé” au classement

Ce matin, Chambéry, vainqueur du Trophée des champions en début de saison, est 11e de LNH (vous ne rêvez pas…), dépassé par cette pétillante équipe de Sélestat (9e ). Mercredi, c’est à Cesson que les Violets voudront finir en beauté la phase aller.

Mais hier, Jean-Luc Le Gall n’avait pas encore envie, pas tout de suite, de se projeter sur ce déplacement dans sa Bretagne natale.

« Cette victoire contre Chambéry, c’est celle des joueurs. Qu’ils la savourent. » Et tout le monde avec eux…

Source Dna par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 12:38 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 octobre 2013

Avant Sélestat- Montpellier: Yuriy Petrenko aimerait bien rejouer au héros

Yuriy Petrenko vient de trouver l’espace dans la défense montpellieraine pour décocher le tir de l’égalisation quasiment à la sonnerie

Auteur du but de l’égalisation historique de Sélestat contre Montpellier l’an dernier, le capitaine du SAHB Yuriy Petrenko rêve d’un scénario identique ce dimanche au Rhenus.


C’est l’action décisive que tout sportif rêve d’enclencher un jour dans sa carrière. Un coup d’éclat qui restera pour longtemps dans les annales. Cette inspiration géniale, Yuriy Petrenko l’a eue alors que le chrono égrenait les dernières secondes du match entre Sélestat et Montpellier il y a presqu’un an. « Je n’avais pas vraiment eu le temps de réfléchir. Il ne restait plus que quelques secondes et il fallait y aller » , se remémore l’intéressé.

« Ce but restera imprimé longtemps dans ma mémoire »

Mené d’un but (29-30), Sélestat s’en est donc remis au coup de patte de son capitaine qui a payé de sa personne pour trouver le chemin du but entre Hmam, Tej et Karabatic, et glisser la balle hors de portée de Robin. À peine était-elle entrée dans les filets que la sirène retentissait. Une grappe de joueurs s’est immédiatement précipitée sur le héros du jour pour le fêter, célébrer son but historique. Pas uniquement parce qu’il a été réussi sur le gong mais surtout parce qu’il correspond au premier point de Sélestat arraché à Montpellier depuis 17 ans.

« J’aimerais bien refaire la même chose ce dimanche , sourit le demi-centre ukrainien du SAHB. Même s’il est préférable de plier le match avant, de ne pas laisser planer le suspense jusqu’à la dernière seconde. Car c’est vraiment stressant. À la fin, tu reçois beaucoup d’émotion mais avant cela, tu as aussi pris plein de stress à chaque action. Mais je comprends que, pour le public, c’est une bonne occasion de vibrer, surtout quand ça se termine bien. » À l’image de ces blockbusters made in Hollywood qui font passer des sueurs froides avant que la scène finale ne dénoue la situation dans le sens espéré.

« Ce but reste l’une des actions les plus importantes de ma carrière, d’autant que des matches aussi serrés, on n’en vit pas souvent , confie ce joueur qui parcourt les terrains de hand depuis près de deux décennies. C’est vrai quel que soit le sport, mais surtout s’il est collectif car tu offres une émotion à tes partenaires. Réussir un résultat sur une dernière action, ça reste imprimé pour longtemps dans ta mémoire. » Dans celle de ses adversaires aussi, qui le cibleront certainement encore davantage que la saison dernière.

Car Montpellier arrive à Strasbourg ce dimanche, certes sans son gardien cernéen Thierry Omeyer opéré hier, mais pour se refaire une santé après deux défaites consécutives, ce qui est rare pour cette équipe qui dominait le championnat jusqu’à l’avènement du Paris SG.

« Ils viendront avec le couteau entre les dents, car ils ne peuvent plus se permettre de reculer au classement , estime Petrenko. De notre côté, il faudra surtout bien entrer dans le match et rester dans notre projet de jeu. C’est la clé du succès. Un match, c’est une guerre psychologique. Il faut arriver à faire craquer l’adversaire. Après, c’est plus facile de gagner. »

« Si on arrive à casser leur collectif… »

Le capitaine a bien parlé de gagner. Quand on est passé tout près un an plus tôt, on a le droit de vouloir d’en rêver. Car malgré tout le respect que lui inspire son prestigieux adversaire, il aimerait suivre la voie tracée, une semaine plus tôt par Cesson, qui a réussi à l’emporter en terre héraultaise. Comme Créteil, pourtant relégué en D2, au cours du précèdent exercice. « Montpellier reste Montpellier. Même si on fait un bon match, on n’est pas sûr de pouvoir le gagner , estime le détenteur du jeu sélestadien. Cette équipe possède toujours d’excellentes individualités. En revanche, son collectif n’est plus pareil. Avant, Montpellier pouvait se reposer sur un joueur comme Karabatic ou Bojinovic pour prendre le match à son compte. L’année dernière, c’est d’ailleurs Karabatic qui remet son équipe dans le match alors qu’on a eu quatre buts d’avance. Il n’est plus là. Si on arrive à casser le collectif, on peut avoir nos chances. »

Lors de ses trois défaites contre Nantes, Dunkerque et Saint-Raphaël, Sélestat n’a jamais été loin. Dimanche, avec 5000 personnes derrière eux, les Violets peuvent croire en l’exploit.

Christian Weibel
www.lalsace.fr

Posté par fredgo à 12:21 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 septembre 2013

L'équipe du SAHB 2013/2014 et ses joueurs

L'équipe 1 en LNH

Sélestat 2013 2014

En haut de G à D: Jimmy DUCHENE (Responsable Logistique)Arnaud FREPPEL (N°11)Djordje PESIC (N°6) – Xavier RECHAL (N°19) – Jordan FRANCOIS MARIE (N°20) - Christian OMEYER (Directeur Sportif)

Au milieu de G à D : Laszlo FULOP (N°69) - Stevan VUJOVIC (N°23) - Frédéric BEAUREGARD (N°9) Quentin EYMANN (68) - Guynel PINTOR (N°15) –  Pawel PODSIADLO (N°8) -  Obrad IVEZIC (N°12)  Kévin BERETTA (N°7)

En bas de G à DOlivier JUNG (N°3)(Capitaine) Michal SALAMI (N°17) – Thierry DEMANGEON (Entraîneur Adjoint) – Vincent MOMPER (Président du SAHB) – Jean-Luc LE GALL (Entraîneur)Yuriy PETRENKO (N°5)Kévin BERETTA (N°7)

L'équipe 2 (la réserve) en nationale1

 

2013_formation_sahb_710

Debouts de gauche à droite : Blum Frédéric, Stangret Vincent(N°7), Richert David(N°9), Lenne Yannis(N°-), Stroh Valentin(N°17), Griesmar Yann(N°6), Reri Rudy (N°13), Willmann Claude, Demangeon Thierry (Ent)

Accroupis de gauche à droite : Huck Guillaume(), Meyer Julien(N°1), Rechal Xavier(N°8), Abbey Anthony(N°3), Weber Paul(N°2), Schneider Nicolas(N°14), Batt Arnaud(N°4), Duchene Maxime(N°2), Trindade William.

Manque sur la photo : Greynenbuhl Xavier

04 septembre 2013

PETRENKO Yuriy

Violet pendant 3 saisons de 2011 à 2014

Yuriy Petrenko

Nationalité:  

20px-Flag_of_Ukraine_svg

Ukraine


Né le: 17/11/1977
A: Kherson (Херсон)


Taille: 188 cm
Poids: 91kg (2012)

Poste: Demi centre (Meneur)
Numéro: 5

Sélections : 13 années en sélection Ukrainienne

Palmarès :
Saison 2011/2012: 3ème au trophée Jean-André 2012 avec Sélestat
Saison 2009/2010: Champion de France D2 avec Paris HB.
Saison 2004/2005: Champion d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye
                             8ème de Finale Ligue des Champions
Saison 2003/2004: Champion d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye
Saison 2002/2003: Champion d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye
Saison 2001/2002: Vice-Champion d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye
Saison 2000/2001: Champion d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye
                          Coupe d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye
Saison 1999/2000: Champion d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye
Saison 1998/1999: Champion d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye
Saison 1997/1998: Champion d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye
Saison 1996/1997: Vice-Champion d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye
Saison 1995/1996: Vice-Champion d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye
Saison 1994/1995: Champion d'Ukraine avec ZTR Zaporozhye

Joue actuellementDrapeau de la France Amiens PHB (N2)

Fin de carrière professionnelle à 36 ans
Saison 2013/2014:Drapeau : France Sélestat (11ème LNH)

Saison 2011/2012:Drapeau de la France Sélestat (8ème LNH)
Saison 2011/2012:Drapeau de la France Sélestat (7ème LNH)
Saison 2010/2011:Drapeau de la France Paris (11ème Lnh)
Saison 2009/2010:Drapeau de la France Paris (1er D2)
Saison 2008/2009:Drapeau de la France Dunkerque (4ème LNH)
Saison 2006/2007:Drapeau de la France Dunkerque (4ème LNH)
Saison 2005/2006:Drapeau de la France Dunkerque (4ème LNH)
Saison 2004/2005:Drapeau de la France Dunkerque (5ème LNH)

Petrenko

Saison 2003/2004:Ukraine ZTR Zaporozhye (1er D1 Ukr)
Saison 2002/2003:Ukraine ZTR Zaporozhye (1er D1 Ukr)
Saison 2001/2002:Ukraine ZTR Zaporozhye (2ème D1 Ukr)
Saison 2000/2001:Ukraine ZTR Zaporozhye (1er D1 Ukr)
Saison 1999/2000:Ukraine ZTR Zaporozhye (1er D1 Ukr)
Saison 1998/1999:Ukraine ZTR Zaporozhye (1er D1 Ukr)
Saison 1997/1998:Ukraine ZTR Zaporozhye (1er D1 Ukr)
Saison 1996/1997:Ukraine ZTR Zaporozhye (2ème D1 Ukr)
Saison 1995/1996:Ukraine ZTR Zaporozhye (2ème D1 Ukr)
Saison 1994/1995:Ukraine ZTR Zaporozhye
(1er D1 Ukr)

 

Nbre de matchs joué en violet*:  76 matchs**
Nbres de buts marqués: 162
Moyennes de buts marqués par matchs: 2.13
* hors matchs coupe de france et de la Ligue
** Stats arrêtées à juin 2014

Ses saisons en Violet:

Y_PetrenkoSaison 2013/2014 : Sélestat (LNH)
Nombre de rencontres: 25
Buts sur tir: 41/78 (52.56%)
Buts sur penalty: 0/0
Total buts: 68/121 (59ème)
2 minutes: 5
Sa saison: Yuriy a ...

Saison 2012/2013 : Sélestat (LNH)
Nombre de rencontres: -
Buts sur tir: 51/97 (52.98%)
Buts sur penalty: 0
Total buts: 51/97 (59ème)
2 minutes: 10
Sa saison: Yuriy a très ...

Saison 2011/2012 : Sélestat (LNH)
Nombre de rencontres: 26
Buts sur tir: 57/108
Buts sur penalty: 11/13
Total buts: 68/121 (59ème)
2 minutes: 9
Sa saison: Yuriy a très rapidement pris ses marques sur le parquet Alsacien. Il a su prendre le jeu à son compte et devenir un pièce maitresse dans la maison violette.

Lire également: endosser le rôle du grand frère (18/06/11)

Le violet il a fièrement porté, violet il restera !

Merci Yuruy,

19 mai 2013

Après Créteil: Ils ont dit...

Vincent Momper (président du SAHB) : « Ce maintien, c’est un soulagement et une belle récompense pour tous les gens qui œuvrent pour le club. Les garçons ont fait un gros, gros match. On aurait peut-être pu assurer ce maintien plus tôt, mais on s’est inconsciemment relâché en seconde partie de saison. On retiendra la leçon. La D1, c’est le 2e championnat derrière la Bundesliga et on est vraiment heureux d’y rester. » 

Freppel A

Arnaud Freppel (ailier de Sélestat) : « On a le sentiment du devoir accompli. Ce maintien, on est allé le chercher tous ensemble. Les émotions se mélangent : on est heureux, soulagés aussi parce qu’on avait la pression à mesure que les mauvais résultats s’enchaînaient. Cette pression, on s’en est servi pour se rendre la tâche facile ce soir. »

Yuriy Petrenko (capitaine du SAHB) : « On a réalisé le meilleur match de notre saison. On était très motivés parce qu’on se savait dos au mur et obligés de l’emporter face à un adversaire direct. On a fermé d’entrée l’accès à notre but et mis le doute à leur buteur (Minel). Il y a beaucoup d’émotions ce soir, surtout que les dernières semaines avaient été difficiles. »

www.lalsace.fr

Posté par fredgo à 22:46 - 05a) Vite lu... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mars 2013

Présentation de la 19ème journée: Sélestat va tenter de ramasser le jackpot à Dunkerque

pendant-quatre-saisons-yuriy-petrenko-tentera-de-conduire-cette-fois-selestat-vers-une-victoire-qui-lui-avait-echappe-de-peu-a-l-aller-photo-sebastien-riotto

Ce soir à Dunkerque, Sélestat est en lice pour une troisième victoire d’affilée à l’extérieur. Plus difficile à dire qu’à faire chez une équipe qui vise toujours l’une des deux premières places du championnat.

L’hiver est officiellement enterré depuis hier. C’est une bonne nouvelle aussi pour Yuriy Petrenko qui avouait l’an dernier connaître souvent un passage difficile à cette période de l’année au sortir d’un gros match face à Paris à la fin du mois de mars. Cette année encore, la période hivernale n’a pas été favorable au capitaine du SAHB qui a dû composer avec des blessures diverses. « Toute la semaine avant Tremblay, je ne m’étais pas entraîné car je souffrais de la clavicule. Après ce match, je me suis blessé à la hanche ce qui m’a privé de la rencontre de coupe de France à Mulhouse. J’ai repris la veille de la réception de Chambéry où j’ai senti les conséquences en début de deuxième mi-temps. »

L’ancien international ukrainien ne manquait pas vraiment de condition physique puisqu’en bon professionnel, il s’était entretenu. Mais au niveau des bras, moins sollicités pendant sa convalescence, c’était moins évident. Ce qui explique peut-être son inhabituel 2 sur 10 aux tirs lors de ces deux matches. Le printemps est revenu avec quelques jours d’avance, la semaine dernière à Billère pour le demi-centre du SAHB qui a traversé le match avec un joli 4/4 au shoot.

Rester collé au score

Ce soir, à l’extrême nord du pays, il faudra également être au top pour prétendre à un résultat. Plus que tout autre, Yuriy Petrenko sait à quel point il est difficile de « chatouiller » les Nordistes. Pas vraiment du genre à laisser des visiteurs leur marcher sur le râble. Il a porté ce maillot pendant quatre saisons et sait ce que cela signifie. « Dunkerque a l’habitude de commencer ces matches de manière très agressive , prévient celui qui compte plus de 160 matches de LNH à son compteur et vient de prolonger son contrat avec Sélestat. On l’a constaté à nos dépens au match aller ».

En octobre au CSI, les Violets s’étaient retrouvés à six longueurs (2-8) vers le premier quart d’heure. « C’est là qu’on avait perdu le match et pas dans les dernières minutes où on avait eu une balle d’égalisation , estime Petrenko, qui préconise de rester collé au score. S’ils ont la pression, tout sera alors possible. Mais on s’était aussi dit cela pour le match contre Paris et on a vu le résultat. Il faudra éviter de refaire les mêmes les erreurs. »

La semaine dernière, Aix a failli jouer un vilain tour à ces prétendants à une place en Ligue des Champions en revenant de 26-21 à 26-26 à deux minutes de la fin. Mais Dunkerque a fini par avoir le dernier mot (27-26) en passant les 52 dernières secondes en infériorité numérique. Sélestat arrivera-t-il à faire ce soir ce que les Provençaux ont raté d’un cheveu huit jours plus tôt ? Les Alsaciens, qui restent sur deux victoires de suite à l’extérieur, commencent à avoir de la bouteille hors de leur CSI. Pourtant depuis leur remontée en D1, ils n’ont accroché qu’un pensionnaire du top 5 à leur palmarès : Nantes, à domicile, la saison dernière. En réussissant cependant deux superbes matches nuls contre Montpellier et à Chambéry, cette saison.

« Notre jeu a progressé , estime son métronome. Cette année on essaye d’accélérer le rythme et de proposer un handball moderne. On y travaille beaucoup à l’entraînement. L’an dernier ça ne marchait pas en début de saison. Mais aujourd’hui on ne perd plus autant de ballons et ça paye. » Ce soir à Dunkerque qui sera privé de l’ancien sélestadien Baptiste Butto, victime d’un accident domestique à un doigt, le SAHB tentera donc le jackpot à deux pas du casino. Il pourrait rapporter gros.

SÉLESTAT - DUNKERQUE
Stades des Flandres. 
Arbitres : MM. Clapson et Fieschi.

Dunkerque :
Dans les buts : 1. Gérard et 16 Annotel 
Les joueurs : 3. Afgour, 4. Lamon, 6. Nagy, 7. Touati, 10. Siakam, 13. Rambo, 15. Soudry, 19. Emonet, 21. Grocaut, 29. Joli, 46. Mokrani ( cap. ), 89. E. Hansen.
Entraîneur : Cazal.

Sélestat :
Dans les buts :12. Ivezic et 69. Fulop dans les buts.
Les joueurs :3. Jung, 5. Petrenko ( cap. ), 6. Pesic, 7. Beretta, 8. Podsiadlo, 9. Beauregard, 11. Freppel, 13. Aman, 15. Pintor, 20. François-Marie, 68. Eymann.
Entraîneur : Le Gall.

Source L'Alsace par Christian Weibel

Posté par fredgo à 12:13 - 20) La saison 2012/13 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,