Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

25 mai 2018

Play-offs (finale retour) : Pontault-Combault – Sélestat

À une heure du bonheur

 

C’est l’heure de vérité. Celle où tout va se décider. Ce soir, à Pontault-Combault, Sélestat veut connaître un immense bonheur. Car la montée en D1 peut être au bout des soixante dernières minutes de la saison.

L’arrière gauche sélestadien Jeroen De Beule (ici à la lutte avec Aurélien Tchitombi) aborde cette finale retour avec confiance. PHOTOS DNA – Franck Delhomme

Au mois de septembre, Jeroen De Beule était (très) loin de s’imaginer qu’il vivrait une fin de saison aussi passionnante. L’arrière gauche belge jouait pour le Callant Tongeren et… corrigeait des copies.

« J’étais encore enseignant », sourit le prof de maths, physique et chimie. Et puis son destin de handballeur a basculé. Sélestat cherchait un joker médical pour pallier la blessure de Yohan Herbulot et Jeroen De Beule a découvert le professionnalisme, à l’aube de ses 27 ans.

« Jouer en D1, contre toutes ces stars du hand, ce serait génial »

L’international belge a pris en marche le train violet et le voilà désormais à soixante minutes d’une montée en D1. « Je savais que le club était ambitieux, mais c’est une très belle surprise », souffle-t-il.

Jeroen De Beule a pris une part active dans le parcours sélestadien (75 buts en 26 matches, sans oublier son apport défensif). Comme tous ses coéquipiers, l’arrière gauche rêve de le conclure en beauté, car il s’agit sans doute pour lui de la seule et unique opportunité de connaître la D1.

S’il a prolongé son contrat jusqu’en 2019, son aventure dans le monde pro n’ira peut-être pas au-delà. « Tout quitter pour venir ici était déjà un choix difficile. » Sa compagne, Sara, est ainsi restée en Belgique.

Raison de plus pour ne pas laisser passer cette si belle opportunité et donner un sens à tous ces sacrifices. « Jouer en D1, contre toutes ces stars du hand, ce serait génial. »

Le bonheur est à portée de main pour les Violets. « Ces soixante minutes vont déterminer toute la saison prochaine », résume ainsi Jeroen De Beule, qui aborde cet ultime rendez-vous avec décontraction.

Le résultat du match aller (31-31), mardi au CSI, ne place pas les Sélestadiens dans la position la plus idéale. « Mais c’est bien de ne pas avoir perdu », souligne l’arrière gauche, qui n’oublie pas que son équipe a compté jusqu’à six buts de retard en seconde période.

Les joueurs de Christophe Viennet peuvent nourrir quelques regrets, notamment celui de ne pas avoir su prolonger leur belle entame. « On encaisse seulement deux buts durant les dix premières minutes. Mais après, on a oublié comment défendre (quinze buts concédés lors des vingt suivantes). »

Mais « la belle réaction » en seconde période a préservé « l’espoir » pour les Alsaciens. Alors, ce soir, Jeroen De Beule est prêt à tout donner pour réaliser son rêve. Même à renouveler l’expérience au poste de demi-centre. C’est quand Christophe Viennet l’a installé au cœur du jeu, dans le deuxième acte, que le Belge a inscrit ses quatre buts.

« Avec Tongeren, pendant la “prépa”, j’avais joué à ce poste et ça ne marchait pas trop bien. » Mardi, cela a très bien fonctionné, son association avec Rudy Seri ou Yohan Herbulot ayant apporté davantage de danger de loin.

Le défi est de taille, les deux équipes sont proches l’une de l’autre, avec le privilège pour Pontault-Combault de disputer cette finale retour à domicile, mais Jeroen De Beule aborde une confiance de circonstance. « On y croit. Nous avons une bonne équipe, peut-être même meilleure que celle de Pontault. Mais c’est à nous de le montrer sur le terrain. »

Des yeux vers lesquels se tourner

Dans le chaudron francilien, Jeroen De Beule aura des yeux ... la suite de l'article et plus encore sur le site des DNA vers lesquels se tourner. Ses parents seront là. Comme à chaque fois. « Je crois qu’ils n’ont raté que le match à Istres (le 6 octobre) , mon premier avec Sélestat. Ils me suivent partout. Plus jeune, ce n’était pas toujours agréable (sourire). Mais maintenant, j’aime vraiment quand ils sont là. »

Une partie de la Belgique aura le cœur violet ce soir et Sélestat aura besoin de tous les soutiens possibles pour résister à “l’enfer” de Boisramé et conclure cette dernière heure de jeu dans le bonheur.

Posté par fredgo à 12:23 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 mai 2018

Play-offs, finale aller : après Sélestat – Pontault-Combault (31-31)

Le calme avant la tempête

 

Après leur match nul à domicile contre Pontault, les Sélestadiens vont devoir l’emporter demain en région parisienne pour obtenir leur billet pour la D1. Un sacré défi qu’Arthur Anquetil et ses coéquipiers sont déterminés à relever.

Arthur Anquetil va disputer son dernier match avec Sélestat demain. L’ailier gauche entend qu’il soit celui de la montée en D1. PHOTO DNA – Franck Delhomme

Hier, au lendemain du premier match de l’indécise finale des play-offs de cette D2 à la hiérarchie si fluctuante, c’était l’heure du repos des guerriers. Et notamment pour l’un des principaux artisans de ce premier acte, Arthur Anquetil (6 buts).

Le virevoltant ailier gauche s’est accordé une journée off. Histoire de bien recharger les accus. D’évacuer la fatigue d’un exigeant premier combat qui en annonce un autre, peut-être encore plus rude.

« Il ne faudra pas avoir peur »

« Ça va être fabuleux, mais ce sera l’enfer en même temps. » Jamais avare d’une bonne formule, le digne héritier d’une formidable dynastie de magiciens de la balle pégueuse se réjouit de ce qui l’attend, demain, dans la petite salle de l’Espace Boisramé à la contenance réduite (1 300 places).

« C’était déjà l’enfer, là-bas, pour le match de saison régulière. J’imagine que ça va être encore plus chaud. »

Les Sélestadiens évolueront en terre hostile. Et ils devront réaliser un exploit dans une salle cependant pas imprenable (8 victoires, 2 nuls dont celui obtenu par Sélestat, 3 défaites en saison régulière).

Le défi est de taille. Mais il reste jouable. À condition d’être à la hauteur de l’événement. De se sublimer. De résister à la pression du terrain et des tribunes. De réduire au maximum les passages à vide.

« C’est l’équivalent d’un match sept d’une finale NBA, glisse ce fervent amateur de basket US. C’est dans ce genre de rencontre qu’on voit vraiment les grands joueurs. Ceux qui ont un petit plus. Il ne faudra pas avoir peur et mettre tout en œuvre pour s’imposer. »

Sélestat devra remporter cet ultime duel. Car si le match nul ne compromet en rien les chances alsaciennes, tout autre résultat lui fermerait les portes du paradis. À moins d’un nouveau match nul, une hypothèse qui n’est pas à écarter entre deux formations très proches l’une de l’autre.

Dans ce cas de figure, les Violets devront marquer 32 buts, un de plus que les 31 inscrits par les Franciliens mardi. Ils l’ont fait à cinq reprises sur les 26 matches de la saison régulière, et la semaine dernière contre Chartres en demi-finale.

Les Alsaciens partiront donc à égalité au coup d’envoi de la dernière heure de la saison. Ce n’est peut-être pas plus mal à en croire Arthur Anquetil.

« On n’est pas une équipe qui sait gérer. On manque d’expérience pour cela, mais on a la fougue. On va jouer, comme on a l’habitude de faire, pour gagner un match. Gérer, ce n’est vraiment pas notre point fort. »

Le pécule de huit buts emmené à Chartres a failli s’avérer insuffisant. Cette fois, il faudra réussir un numéro de haute voltige, mais sans filet.

« On s’est regardé dans les yeux »

Les Violets en sont capables. Même s’ils ont du mal à le faire dans la continuité d’un match. Mardi, ils semblaient marcher sur Pontault, avant de subir un terrible retour de bâton.

« On manque encore de bouteille, estime l’ailier gauche. On a un gros temps fort qui s’arrête soudainement. Derrière, on se fait tout le temps des frayeurs. Ça s’apprend avec l’âge. On est quand même encore jeunes. »

En contrepartie, cette jeunesse a pour elle sa ..

La suite sur le journal les DNA.

Lafolie qui lui permet aussi de revenir de nulle part. « Quand on s’est retrouvé à six buts, c’était compliqué, car on ne pensait pas vivre une telle situation. On s’est regardé dans les yeux pour réenclencher la marche avant, avec l’aide du public qui nous a poussés. C’était bien, même si ça n’a pas suffi pour gagner. »

Demain, à l’exception d’une poignée de supporters (une trentaine est attendue), les Sélestadiens n’auront pas ce soutien populaire. Ils devront y parvenir seuls pour conclure cette saison dans la liesse.

Posté par fredgo à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 mai 2018

Play-offs (finale aller) : Sélestat – Pontault-Combault

Réussir ses adieux

 

La finale aller des play-offs, ce soir face à Pontault-Combault, sonne la fin des matches à domicile. Pour leur dernière sortie devant leur public et, pour certains, sous le maillot violet, les Sélestadiens aimeraient marquer les esprits et faire un pas de plus vers la D1.

Avant de poursuivre sa carrière ailleurs, Ognjen Djeric (24 ans) veut propulser Sélestat en D1. PHOTOs DNA – Franck Delhomme

C’est la dernière séance. Le baisser de rideau à domicile sur une saison qui pourrait se conclure dans la liesse. À condition de ne pas rater le dernier rendez-vous qui se soldera au bout des deux manches, vendredi en région parisienne.

Pour ne pas galvauder ces deux dernières heures avant que le groupe ne change de visage au fil des départs et des arrivées, les Sélestadiens veulent mettre un point d’honneur à aller jusqu’au bout. « Il ne tient qu’à nous de continuer », lance ainsi Ognjen Djeric.

« Envie de finir sur une note positive »

Comme d’autres de ses coéquipiers qui ne porteront plus le maillot violet la saison prochaine (Anquetil, Seri et Ravensbergen), le massif pivot alsacien se fait un malin plaisir à repousser le moment fatidique.

« Tout ce qui se passe là, ce n’est que du bonus. Si on peut aller jusqu’au bout, on prend. »

Depuis qu’il sait que son bail ne sera pas renouvelé, le double mètre n’a cessé de monter en régime au cours du cycle retour. Au point d’être l’un des points d’ancrage principaux d’une défense hermétique et dissuasive, qui a fait déjouer Chartres en demi-finale.

« C’est le choix du club. J’ai juste envie de finir mon parcours à Sélestat sur une note positive. Qu’on ne retienne que cet aspect de l’équipe de cette année et de moi-même, précise avec une touche d’émotion celui qui a fait ses classes à Saint-Raphaël. J’ai passé deux bonnes années dans ce club où j’ai quand même grandi. »

Reste à poser la cerise sur le gâteau. Plus facile à dire qu’à faire. Même si le déroulement de la demi-finale, et surtout celui du match aller, a mis en place une dynamique. Un état d’esprit conquérant, une manière d’évoluer, pas loin de la plénitude.

« On a une base sur laquelle on peut s’appuyer »

« Il y a une âme dans cette équipe, confirme celui que ses coéquipiers surnomment “Ogy”. On a trouvé une sorte de sérénité. On sait qui doit faire quoi. Et comment on doit le faire. Oui, nous sommes sereins. »

Pas au point de se croire arrivés. De ce côté, il n’y a pas de crainte à avoir. L’équipe a traversé tant de hauts et de bas durant la saison régulière qu’elle sait que rien n’est fait.

À l’image des défaites à Billère ou à Nancy qui avaient provoqué le courroux du coach, Christophe Viennet. Ognjen Djeric, lui, se rappelle des premières journées de cette saison qui pourrait finir par être historique. « J’ai encore le souvenir du match à Istres (le 6 octobre). On avait essayé de mettre tel ou tel joueur à un poste. On expérimentait des choses. Maintenant, on a une base sur laquelle on peut s’appuyer. »

Avant d’ajouter comme sous la forme d’un avertissement. « J’espère qu’on ne va pas déjouer parce que si on sait très bien jouer, on est aussi capables de faire un non-match. »

Pour continuer à rêver

Le fait de l’évoquer prouve que les Violets ont gardé les pieds sur terre. Qu’ils ne s’imaginent pas que leur mission sera plus facile parce qu’ils auront en face d’eux le quatrième du championnat, une semaine après avoir sorti la tête de série numéro 1 des play-offs.

« Si ces équipes sont arrivées à ce stade, c’est qu’elles en ont le niveau. Il n’y a pas de différence que ce soit Pontault, Dijon ou Chartres », glisse avec une pointe de sagesse celui qui affiche une réussite supérieure à 81% au tir (13 sur 16).

Conscient qu’une équipe qui joue sa finale aller à domicile doit prendre le maximum d’avance, Ognjen Djeric prévient : « C’est surtout sur nous qu’il faut se focaliser. Pas sur l’adversaire. Et ne pas imaginer, puisque Pontault-Combault, sur le papier, paraît moins fort que Chartres, qu’on va leur mettre douze buts d’écart. C’est une très bonne équipe avec d’excellents joueurs. Il faudra rester réalistes et concentrés ».

Pour s’offrir le droit de continuer à rêver.

Source Dna

Posté par fredgo à 12:55 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 octobre 2015

J7 : Billère fait chuter Besançon, ... Sélestat fait plier Pontault...

Les Béarnais ont dominé le leader invaincu jusqu'ici grâce à une énorme prestation défensive. Avec la défaite de Pontault-Combault face à Sélestat, ça se resserre en haut de classement.

Valentin Aman, ex-violet, n'a pas reussi à vaincre l'armada Sélestadienne souce PCHB

 Valentin Aman, ex-violet, n'a pas reussi à vaincre l'armada Sélestadienne Photo source PCHB

La Handball ProD2 s'annonçait serrée en début de saison. Après sept journées, elle confirme qu'elle le sera, alors que Besançon, dernière équipe à ne pas avoir connu la défaite, est tombée à Billère vendredi. Les Bisontins restent néanmoins leaders grâce à Sélestat, qui est venu s'imposer à Pontault-Combault samedi, et empêche donc les Franciliens de reprendre leur trône, cédé une semaine plus tôt. Les Franc-Comtois n'ont cependant que deux unités d’avance sur le 5e, et quatre sur le 9e, preuve d'une grosse densité en haut de tableau. En queue de classement, Limoges a débloqué son compteur, à l'inverse de Valence et Angers, qui se partagent toujours la dernière place avec sept défaites en autant de rencontres.

 

UMS PONTAULT-COMBAULT HB 20 – 21 SELESTAT HB :  (9-8)
REVOIR LE MATCH EN VIDÉO
Dans le match le plus défensif de la saison, Sélestat s'est montré plus costaud que Pontault-Combault, sachant tirer profit des blessures adverses pour prendre le meilleur. Après une première période où les défenses et les gardiens s'illustrent (9-8), les Franciliens creusent pourtant un écart intéressant (14-9, 37e). Mais Laurent LAGIER-PITRE et Davorin VRANIC, blessés, doivent laisser leurs partenaires, comme Davor TOSKOVIC avant eux. Limité en rotation, Pontault-Combault voit son adversaire revenir (16-16, 50e) et passer devant, le dernier but d'Aurélien TCHITOMBI ne changeant rien (20-21).

Statistiques :
Pontault-Combault : Aurélien TCHITOMBI (6/11 dt 1/1 pen), Ricardo CANDEIAS (20/40 arrêts dt 0/3 pen)
Sélestat : Florent JOLI (5/7 dt 4/4 pen), Jérémy SARGENTON (10/22 arrêts dt 2/4 pen), Julien MEYER (9/17 arrêts dt 1/2 pen)

Classement :
Pontault-Combault 2e (17 pts ; +17)
Sélestat                  7e (15 pts ; +9)

L’info en plus : Avec 20 parades samedi, le gardien de Pontault-Combault Ricardo CANDEIAS est le premier à franchir la barre des 100 arrêts cette saison. Il en compte désormais 108, en sept matches.

Ricardo CANDEIAS, gardien de Pontault-Combault : « On fait un bon match mais TOSKOVIC se blesse en première mi-temps, puis LAGIER-PITRE et VRANIC aussi, cela a limité notre jeu d'attaque. Sélestat s'est rapproché, ils ont multiplié les contre-attaques et ç'a été difficile pour nous. C'est dommage. »

Jérémy SARGENTON, gardien de Sélestat : « On est très contents de cette victoire, chez une équipe de Pontault en forme. On sait qu'il faut une bonne défense et de bons gardiens si on veut des résultats cette année, on l'a bien fait. On a encore des progrès à faire pour ne pas se faire peur dans les dernières minutes, heureusement on a fini mieux qu'eux. »

Voir le résumé des autres matchs sur le site FFHB

 
Saran 28-27 Cherbourg
Billère 30-22 Besançon
Limoges 24-21 Valence
Dijon 31-27 Mulhouse
Nancy 28-25 Angers
Pontault-Combau. 20-21 Sélestat
Istres 32-26 Massy

 

Pl Equipe Pts MJ Vic Def Nul But + But - Place  
1 Besançon 19 7 6 1 0 186 179 =  
2 Pontault-Combau. 17 7 5 2 0 202 178 =  
- Billère 17 7 5 2 0 201 186 +2  
- Istres 17 7 5 2 0 211 203 +2  
- Dijon 17 7 5 2 0 194 192 - 1  
6 Saran 16 7 4 2 1 208 193 +1  
7 Nancy 15 7 4 3 0 187 191 +2  
- Cherbourg 15 7 4 3 0 200 194 -3  
- Sélestat 15 7 4 3 0 182 173 +3  
10 Mulhouse 14 7 3 3 1 192 196 -1  
11 Massy 11 7 2 5 0 186 192 =  
12 Limoges 9 7 1 6 0 191 211 +2  
13 Angers 7 7 0 7 0 178 204 -1  
- Valence 7 7 0 7 0 183 209 -1  

 

Après Pontault , le match en image...

Voici un apperçu des magnifiques images réalisée par Angélique Kieffer.

 

Sargenton Pontault 2015 A kiefferhBeauregard Pontault 2015 A Kieffer

fGaudin T Pontault 2015 A kiefferfJoli Pontault 2015

Sargenton Pontault 2 2015 A kieffer

   Un Jeremy Sargenton des grands soirs..

Supporters violets 2 2015

 Et les supporters violets toujours là ...

Supporters violets.

Voir l'Album complet d'Angélique ici ...

 

 

Posté par fredgo à 18:37 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 octobre 2015

J7 Pontault-Combault 20-21 Sélestat, Les Violets enchaînent ...

joli-et-les-selestadiens-sont-repartis-de-pontault-combault-satisfaits-photo-dna-franck-delhomme-1445118255Porté par ses gardiens et sa défense, le SAHB a su retourner une situation longtemps compromise.

Après l’embellie de la semaine dernière face à Dijon, les Sélestadiens entendaient bien confirmer hier soir en Seine-et-Marne.

Un Sargenton-Callard des grands soirs

Fort heureusement pour les Violets et leurs quelques supporters, ils ont pu s’appuyer, eux aussi, sur un Sargenton- Callard des grands soirs (13 arrêts dont les jets de 7 mètres de Moreno, Tchitombi et Ioannou).

Avec de tels chiffres, la marque a forcément peiné à grimper (1-1, 5e , 2-2, 10e ).

Entre les parades des gardiens, le SAHB effaça un premier break en revenant à 5-5 (18e ), avant d’en reprendre un dans la foulée (7-5, 21e ).

Valentin et Nyembo offrirent ensuite aux Bas-Rhinois leur ultime égalité de l’acte initial (7-7, 28e ).

Le doublé de l’ancien de la maison violette, Aman, permit aux Pontellois de reprendre leurs distances (9-7, 30e ), avant que Joli ne réduise l’écart à la sirène (9-8).

Si Séri rétablit la parité dès le retour sur le parquet (9-9), la suite fit craindre le pire pour les Alsaciens.

Euphoriques, les banlieusards parisiens allaient, en l’espace de sept minutes, prendre le large au score, grâce notamment au triplé de l’ancien Cristolien, Jallamion : 14-9 (38e ).

Pourtant, comme ils l’avaient si bien fait à Saran un mois plus tôt, lentement, mais sûrement, les Sélestadiens allaient revenir dans la partie. Lire lire la suite ici. Thomas Gaudin et Joli, sur penalty, gommèrent d’abord du déficit (15-13, 45e ).Comme Julien Meyer se montra décisif à son tour, la tendance ne tarda pas à s’inverser. Un doublé de Th. Gaudin, suivi d’une réalisation de Lenne, et le SAHB avait repris les clés du camion : 16-17 (52e ).Après trois retours locaux et un but de Beauregard (19-20, 58e ), Jung sut aller chercher le jet de 7 mètres de la gagne que Joli transforma (19-21, 59e ).

Malgré un dernier but de Tchitombi, les Alsaciens ne devaient pas laisser filer leur proie.

« Avec des scénarios comme ça, je ne vivrai pas vieux (rires) , dira Christian Gaudin, l’entraîneur bas-rhinois. Plus sérieusement, nos gardiens et notre défense ont confirmé le bon match de Dijon. Comme à Saran, à moins cinq, on ne s’affole pas malgré les échecs au tir. Le groupe est jeune. Petit à petit, il s’améliore et c’est bien ! »

Source Dna

 

Posté par fredgo à 11:12 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Vu du côté de Pontault: Pontault chute à nouveau

Une semaine après leur premier revers de la saison à Massy, les Pontellois se sont une nouvelle fois inclinés, à domicile cette fois contre Sélestat. Si la mission semblait difficile face à l'un des deux ex-pensionnaires de D1, elle aurait pu être accomplie sans les blessures successives de trois cadres (Vranic, Taskovic, Lagier-Pitre), et trois pénalties manqués.

5196577_qesthumbqda8t57v_545x460_autocrop

La sortie de Davor Taskovic en tout début de rencontre a lourdement pesé Icon Sports/André Ferreira

"Dans ce genre de match, chaque détail compte, explique Sébastien Quintallet, l'entraîneur. Les trois blessures ont beaucoup compté." Dans ce scénario défavorable, ce sont les coéquipiers de Vincent Moreno qui tirent les premiers, avec un Davorin Vranic de retour. Crispante, la 1ère période le devient encore plus lorsque Davor Taskovic sort après un choc sur le nez (4e). Dans les cages, Ricardo Candeias fait des merveilles, à l'instar de Jérémy Sargenton, qui se rappelle par la même occasion à ses anciens partenaires. A la pause, Pontault mène d'une longueur, puis de 5 peu après la reprise. Les sorties prématurées de Vranic et de Laurent Lagier-Pitre redonnent espoir aux Alsaciens. Sans s'affoler, les hommes de Christian Gaudin reviennent au score et passent devant. Pontault a laissé passer sa chance.

PONTAULT - ANGERS : 20-21 (9-8).

Spectateurs : 700.
Arbitres : MM. Klein et Rolland.

Source le Parisien

Posté par fredgo à 09:20 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 octobre 2015

Pontault - Sélestat; Sargenton a fait le bon choix ...

Jérémy Sargenton retrouve ce soir Pontault-Combault qu’il a quitté à l’intersaison pour rejoindre Sélestat où il a retrouvé son premier entraîneur chez les pros, Christian Gaudin. Le gardien ne regrette pas son choix car il s’épanouit au SAHB malgré une sérieuse concurrence à son poste.

Sargenton Meyer Selestat 2015

Ce soir à l’Espace Boisramé, Jérémy Sargenton sera en terrain connu. Même s’il n’y a pas passé les plus belles années de sa carrière, il a gardé les cages pontelloises pendant deux saisons et demie. Sans grande réussite puisque le club de banlieue parisienne y a surtout joué sa survie. « Sur le plan sportif ça s’est assez mal passé même si je suis parti en bons termes cet été au moment où la patte Quintallet commençait à faire son effet. Le résultat est là aujourd’hui puisque le club est passé de l’avant-dernière place aux premières loges de la D2 , confie le gardien du SAHB. Je n’y retourne pas l’esprit revanchard. Mais c’est sûr qu’une victoire à Pontault aurait un autre goût pour moi. Gagner contre des potes a toujours une saveur particulière. »

Celui qui a posé ses valises à Sélestat cet été ne regrette pas son choix même si le club où il évolue a réalisé un moins bon départ que prévu. Il connaît le potentiel du SAHB et a été ravi d’avoir été choisi pour faire partie de cette reconstruction du vaisseau violet qui s’était fracassé en Ligue Nationale l’an dernier. L’ancien gardien de Pontault-Combault était d’autant plus ravi d’aller en Alsace qu’il y a retrouvé Christian Gaudin. « Quand il m’a appelé pour me proposer le poste à Sélestat, je n’ai pas hésité une seule seconde. Car c’est lui qui m’a formé, c’est lui qui a fait ce que je suis aujourd’hui, c’est lui qui m’a permis d’être professionnel. »

« Quand Julien fait 21 arrêts, je m’assois et j’applaudis »

Même si leurs chemins se sont séparés pendant plus de huit ans, Jérémy Sargenton est resté un inconditionnel de l’actuel entraîneur de Sélestat. « J’ai retrouvé une personne plus apaisée, quelqu’un de plus sûr de ce qu’il fait , constate son ancien élève. C’est un coach particulièrement exigeant et sa méthode n’est pas facile. Elle ne passe pas chez tout le monde. C’est l’école de la rigueur. Mais c’est comme ça que ça marche et qu’il a réussi. À 28 ans, je bois encore ses paroles comme lorsque j’avais 18 ans. C’est le meilleur éducateur que j’ai pu avoir. »

Suite de l'article L'Alsace

Photo F WURRY

Vu du côté de Pontault: Sélestat, un sacré Client ...

Après leur défaite de Massy, les Pontellois s’attaquent de nouveau à un gros morceau puisqu’ils reçoivent Sélestat samedi. Pour battre l’ancien pensionnaire de LNH, ils devront réussir un grand match dans leur salle.

Aman V Pontault-Combault 2015

Après un démarrage poussif et trois défaites en cinq rencontres, les hommes de Christian Gaudin semblent avoir lancé leur saison contre Dijon. Nets vainqueurs (27-18) samedi dernier, ils viennent de réaliser un gros coup en dominant l'équipe de Jackson Richardson ! Relégués de LNH cette saison, ils font bien sûr partie des favoris et ont pour objectif de rejoindre assez vite l’élite. S’appuyant sur des joueurs expérimentés (Jung, Martin, Beauregard, Joli) et sur deux jeunes champions du monde des moins de 21 ans (Meyer, Seri), les Alsaciens sont armés pour relever ce beau défi. La tâche sera donc difficile pour les Pontellois, mais pas impossible non plus. Les partenaires de Vincent Moreno ont monté de très belles choses en ce début de championnat et ce n’est sûrement pas la défaite de Massy qui va tout remettre en cause. Ils ne sont pas seconds par hasard. Ils ont prouvé à plusieurs reprises que leur collectif tenait la route, en défense et en attaque. Contre Sélestat, l'ancien club de Valentin Aman, ils voudront rester invaincus dans leur salle et repartir sur une nouvelle série. Pour atteindre leur objectif, ils devront prendre l'ascendant sur Julien Meyer et Jérémie Sargenton, leur ancien équipier, qui viennent de réaliser 21 arrêts contre Dijon ! Chaque match a sa vérité et rien n'est jamais écrit d'avance dans ce championnat de Pro D2. Il faudra en tenir compte samedi au moment de fouler le parquet de Boisramé.

Ce sera sans aucun doute l'un des gros rendez-vous de l'année et le public aura de nouveau un grand rôle à jouer pour aider les siens à obtenir leur sixième victoire.

Source PCHB

Posté par fredgo à 01:19 - 02) Championnat PRO D2 2015/16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 octobre 2015

Avant Pontault : Florent Joli « Poursuivre la progression ! »

Rassurés par leur succès plein d’autorité face à Dijon (27-18), ce vendredi, les Sélestadiens se déplacent sur le terrain de Pontault-Combault pour confirmer l’embellie. Avec 8 buts inscrits face aux Bourguignons, Florent Joli a été l’un des grands artisans du réveil des Violets. Entretien avec l’ailier droit du SAHB

Alsa sport Flrorent Joly

Florent, malgré le statut de candidat à la remontée en LNH, Sélestat a connu un début de saison compliquée, comment l’expliquer ?

On ne le cache pas, on a vécu trois semaines assez mitigées. Mais je pense qu’il y a trop d’attentes sur nous en ce début de saison. Sur nos trois défaites, il n’y a que face à Besançon que nous faisons un « non match« . Que ce soit à Mulhouse ou à Billère, on ne fait pas de mauvaises prestations et ça se joue à des détails. L’équipe a été renouvelée à moitié donc forcément il y a un temps d’adaptation. Sans repères collectifs et en manque de confiance, on a trop subi.

sa-hb.comPhoto sa-hb.com
Malgré une grosse pression sur vos épaules, vous avez tout de même répondu présent face à Dijon

Oui, c’était important de montrer autre chose aux supporters. La victoire fait du bien aux têtes ! On commence à voir du mieux collectivement et à trouver le bon rythme mais notre jeu n’est pas encore totalement abouti. Il faudra continuer à s’améliorer et surtout à être plus strict à domicile.

Face à Dijon, vous avez été le meilleur buteur. Comment vous sentez-vous dans cette équipe ?

Je me sens très bien ! Le groupe a un très bon esprit. On retrouve aussi un certain plaisir de jouer qu’on avait peut-être perdu après une saison compliquée à tous les niveaux.

Malgré un bon début de championnat, Pontault-Combault a encaissé une première lourde défaite (31-24 à Massy). Est-ce le moment pour aller chercher un bon résultat ?

Ils voudront réagir devant leur public, c’est une certitude. Mais sincèrement, je n’en sais rien si c’est le bon moment d’y aller. De notre côté, nous voulons enchaîner et prendre les matchs les uns après les autres.

Êtes-vous étonné du niveau actuel de la Pro D2 en comparaison à la LNH que vous avez côtoyée ? 

On se rend compte que le niveau grimpe aussi bien tactiquement que techniquement. Mais nous n’avons pas été étonnés ! Toutes les équipes ont des jeunes issus des centres de formation qui ont déjà joué en LNH et qui font que la Pro D2 gagne en qualité. Mais ce championnat est long et on verra sur la longueur qui sera en haut de classement. De notre coté, l’objectif reste la remontée le plus rapidement possible.

DIRECT : Pontault-Combault – SAHB sera à suivre en Live-Score sur Alsa’Sports vendredi 20h30

CREDIT PHOTO : Georges Cantarutti

logo-alsasports

i