Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

27 novembre 2014

J11: Sélestat 22-26 Toulouse; La même rengaine

radu-ghita-entoure-par-la-defense-toulousaine-selestat-n-a-pas-pu-se-sortir-du-guepier-hier-photo-dna-franck-delhomme

Une nouvelle fois trahi par son efficacité au tir, Sélestat a encore laissé filer des points précieux, hier contre Toulouse (22-26), dans un CSI devenu bien trop accueillant pour les adversaires des Violets…

Ça devient une très mauvaise habitude. Et c’est à croire que le CSI est devenu l’endroit idéal pour se refaire une santé. Chambéry allait mal, mais avait pris, à la faveur de sa victoire en Alsace début octobre, un bel élan. Il y a quinze jours, Aix-en-Provence s’était remis la tête à l’endroit après un revers à domicile contre Istres, la lanterne rouge.

Ce Fenix-là n’était pas supérieur à Sélestat

Qu’allait donc faire Toulouse, toujours bredouille à l’extérieur cette saison et sevré de victoire en championnat depuis plus d’un mois ? Comme les autres, malheureusement… « Ça commence à être très énervant. Toulouse était largement prenable. Le public est toujours derrière nous et on n’arrive pas à lui offrir une victoire », soupirait Oliver Jung, le pivot sélestadien, après la rencontre.

Mais les Violets méritaient-ils vraiment de gagner ce match ? On est presque obligé de répondre par la négative, tant ils ont raté, et le mot est faible, des tirs à six mètres, tant ils ont perdu des ballons dans les moments importants. Certes, François-Marie, blessé au pouce, a manqué au relais d’un Ghita moins étincelant que lors de ses trois dernières sorties au poste d’arrière droit (16 buts). Mais les absences (Vujic et Seri faisaient aussi défaut) n’expliquent pas tout. Elles n’expliquent pas que Sélestat n’a inscrit aucun but à l’aile, elles n’expliquent pas ces ballons rendus à l’adversaire alors que Gudjonsson avait ramené son équipe tout près (22-23, 55e ).

Les coéquipiers de Pesic avaient pourtant su se relever d’un départ horrible, de huit premières minutes où Dumoulin, le gardien toulousain, leur avait causé bien des tourments (0-4, 8e ). Dans le sillage d’un Beauregard étincelant, Sélestat parvenait même à égaliser, évidemment grâce à son capitaine (7-7, 19e ). Inarrêtable, l’arrière gauche violet ajoutait cinq nouveaux buts dans les dix dernières minutes de la première période et Sélestat creusait l’écart (13-9, 27e ). Ghita avait une nouvelle balle de +4 au bout de son bras gauche, mais son tir fracassait, encore, le poteau. Et Fernandez ramenait les siens sans trembler (13-11 à la pause).

Le scénario allait se répéter à la reprise. Sélestat menait (15-12, 34e ), mais Sélestat gâchait. Pardin écœurait les ailiers alsaciens, à l’image de cette contre-attaque ratée par Joli (15-14, 39e ). Et les joueurs de Jean-Luc Le Gall remettaient seuls Toulouse dans le match. Osmajic redonnait l’avantage au Fenix (16-17, 42e ), Ilic et Calvel l’accentuaient (18-22 à la 50e puis 19-23 à la 52e ). Les Violets arrêtaient enfin de tirer sur Pardin. Et le 3-0 initié par Beauregard redonnait de l’espoir (22-23, 55e ). Deux balles perdues plus tard, et malgré les arrêts de Fulop, c’est Toulouse qui faisait la bonne affaire (22-26).

Sélestat n’a gagné qu’une fois à domicile, contre Istres. Très insuffisant pour un candidat au maintien. Et il s’est tiré hier une nouvelle balle dans le pied. « Ces carences au tir, en particulier à six mètres, commencent à coûter cher, déplorait Jean-Luc Le Gall. Il y a des matches que l’on accepte de perdre, quand l’adversaire est supérieur. »

Ce n’était pas le cas de ce Fenix-là. « Mais Toulouse s’est montré plus réaliste. Et on a laissé échapper un match à notre portée. On est déçu, mais on va se remettre au travail », ne pouvait que lancer le coach alsacien. Hier, Sélestat avait l’occasion de s’offrir une bouffée d’oxygène, de confirmer le début de redressement entrevu à Tremblay. C’est manqué et il est à craindre que l’air se fasse rare lors des deux derniers matches de la phase aller, contre Nantes et le PSG…

Source Dna

Posté par fredgo à 18:30 - 20) La saison 2014/15 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 novembre 2014

J11 : Sélestat – Toulouse; Sur leur lancée ?

thierry-fleurival-(a-gauche)-le-patron-de-la-defense-violette-espere-surfer-sur-l-enthousiasme-ne-de-la-victoire-a-tremblay-la-semaine-passee-photo-archives-

Sélestat, requinqué par son succès à Tremblay, veut confirmer face à une équipe de Toulouse au début de saison contrasté. Et enfin regagner à domicile…

Sélestat, en allant s’imposer à Tremblay, a avancé. C’est (très) bien, mais ce n’est pas encore assez.

Parce que la situation au classement reste encore fragile, parce que seule la victoire, surtout quand elle se conjugue au pluriel, permet de chasser définitivement les doutes.

« Faire en sorte que le CSI redevienne notre fief »

S’il ne constitue qu’un premier pas, ce succès est venu rassurer tout un club après un passage dans une zone de turbulences. « Il nous permet de sortir de la zone rouge, de souffler un peu, même si aux entraînements, on ne souffle pas », sourit Thierry Fleurival.

Le Guyanais (32 ans) a suffisamment d’expérience et d’années en D1 derrière lui pour savoir que Sélestat a encore un long chemin à parcourir, beaucoup de progrès à accomplir. Et que cette performance doit être suivie d’effets.

« On a atteint un premier objectif en gagnant à Tremblay, apprécie-t-il, avant d’évoquer la suite. On doit aussi battre Toulouse, on n’a pas le choix. »

Ça ne fera pas tout seul face au Fenix toulousain, mais la part de confiance emmagasinée dans le “93” ne sera pas de trop. « J’ai vu beaucoup d’enthousiasme lors de ce match à Tremblay. C’est quelque chose que l’on ne doit pas perdre. »

Une défense consolidée ?

Thierry Fleurival, comme tous ses coéquipiers, a retrouvé le sourire. Mais pour ne pas le perdre, il prévient : « Nous devrons être encore meilleurs, rendre une copie encore plus propre, notamment dans l’efficacité au tir ».

Contre Tremblay, les Violets ont montré qu’ils étaient capables de (bien) défendre en encaissant, pour la première fois cette saison, moins de 25 buts.

Mais qu’a donc fait de mieux Sélestat ? « On a été performant collectivement. Il y avait de l’envie, de la communication. On a aussi gagné davantage de duels. Et nos deux gardiens ont été très bons, ils nous ont permis de réparer nos erreurs défensives. »

Les Violets – sans Vujic, Seri et François-Marie ce soir – doivent désormais lancer le deuxième étage de la fusée, tout aussi indispensable pour un candidat au maintien. « On connaît la marche à suivre, souffle “Mister T”. On sait tous que l’on doit prendre un maximum de points à domicile. »

Pour l’instant, c’est raté. Mais Thierry Fleurival veut voir les choses changer. « Lors de nos quatre défaites à domicile (Cesson, Chambéry, Dunkerque, Aix-en-Provence, ndlr) , on s’est tiré une balle dans le pied. On ne doit pas retomber dans nos travers. C’est à nous de faire en sorte que le CSI redevienne notre fief. On travaille tous pour y parvenir. »

Sur le papier, Toulouse peut faire peur, avec ses nombreux internationaux (Fernandez, Porte – incertain ce soir –, Dumoulin, Pardin, Zvizej, Ilic, Osmajic). Au classement, c’est déjà un peu moins effrayant. Et il ne faudrait pas aider le Fenix à renaître en Alsace…

Source Dna par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 17:28 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 mars 2014

Après Sélestat 27-28 Toulouse: Garder cet état d’esprit ..

arnaud-freppel-est-pris-a-la-gorge-par-les-toulousains-selestat-a-vecu-une-soiree-douloureuse-photo-dna-franck-delhomme

Ils ne méritaient pas de perdre ce match, et encore moins dans ces conditions. Les Sélestadiens ont fait jeu égal avec Toulouse avant de subir une terrible désillusion. Sur une faute technique d’arbitrage ?

Les images, provoquant frustration et incompréhension, se bousculent dans la tête de Djordje Pesic, le pivot devenu gardien de fortune sur l’ultime penalty toulousain, celui de la défaite pour Sélestat. « Je pense qu’il n’y avait même pas penalty, il (Beauregard) était en dehors des 6 m. L’arbitre me dit : “Pesic tu vas au but”, alors que moi, je voulais sortir pour laisser la place à Obrad ! »

Obrad Ivezic, donc, ne sera pas autorisé à rentrer. Et le pivot, envoyé au casse-pipe alors que Sélestat jouait le tout pour le tout, ne peut rien sur le tir de Jérôme Fernandez… Les arbitres, MM. Denis et Bourgeois, dont quelques décisions étaient déjà défavorables les 59 minutes précédentes, ont-ils été dépassés par l’enchaînement des événements ?

« Sur un jet franc, on ne peut pas changer de défenseur mais, sur un penalty, un gardien si », précise Jean-Luc Le Gall. Le coach violet doute cependant que la réserve inscrite sur la feuille de match soit analysée d’une manière bienveillante à la fédération. « La logique voudrait que le match soit à rejouer, mais chaque cas est différent et je ne m’attache pas à cette réclamation. »

Du rare à l’improbable

« On fait un grand match, dans la lignée de celui livré face à Tremblay, face au 4e du championnat, qui dispose d’un Fernandez extraordinaire et dont tous les buts sont importants. Vu le nombre de blessés, et avec un seul gardien, on a pourtant su s’adapter à lui, ainsi qu’à Porte, et bien tenu le choc. Il reste six matches et d’autres tomberont, la roue tourne toujours. »

Sélestat reste 11e à l’issue de cette 20e journée, et se console en constatant que les deux derniers, Dijon et Ivry, ont fait match nul. « Nous sommes bien obligés de regarder derrière nous, mais mes pensées ne vont pas vers là. Dans ce cycle retour, nous n’avons raté qu’une seule mi-temps, contre Ivry. Une nouvelle fois, l’équipe n’est pas récompensée. Et il y a du lourd derrière, mais on peut faire un exploit à Nîmes et prendre des points à Saint-Raphaël. »

Louant l’état d’esprit, la qualité de jeu et le collectif, le Breton a pleine confiance sur les capacités et la volonté de son groupe. « Reproduisons ce que nous avons été capables de faire ! » Et cela en l’absence de cadres blessés ou en attente de punition. Une sanction plane sur Pesic, qui passera en commission de discipline le 24 avril pour le carton rouge d’Aix (et il en a aussi pris un à Tremblay). Une autre sur Beauregard pour son geste désespéré de samedi soir, où il a été excellent avec ses 10 buts.

« Il aurait été logique qu’on finisse devant, estime l’arrière gauche qui a marqué dans presque toutes les positions. Malgré les blessés, on affiche une belle mentalité en ne lâchant rien. »

Pawel Podsiadlo, lui, rongeait ses béquilles dans les tribunes : « Je vais être opéré du ménisque à Strasbourg mercredi, pour une absence de six ou sept semaines. C’est dommage pour nous, on aurait dû gagner. » Rien n’est perdu, mais sur le plan comptable, tout reste à faire pour rendre un bilan satisfaisant.

Source Journal Dna par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 12:59 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 mars 2014

Sélestat 27-28 Toulouse: Trop cruelle, cette fin !

frederic-beauregard-(au-centre)-a-vecu-une-soiree-mouvementee-photo-dna-franck-delhomme

Le SAHB ne s’est pas laissé impressionner par Toulouse. En menant pendant la grande partie du match, la victoire lui tendait les bras, mais quelques imperfections et une dernière ligne droite aussi animée que malheureuse le laisse à un but.

Une tuile ne tombe jamais seule : à la liste des blessés du SAHB avant ce match contre Toulouse s’est ajouté Obrad Ivezic. L’entorse au poignet n’a cependant pas empêché le gardien de tenir sa place au but, mais sans doute avec l’appréhension de prendre une mauvaise balle.

Au bout du compte, il sera l’un des meilleurs joueurs de la soirée. Après l’ouverture du score par Jung en pivot, c’est du pied qu’Ivezic stoppe la première tentative de Fernandez, l’ennemi numéro 1. Rien de mieux pour la confiance.

Les éléments sont contraires aux intérêts du SAHB à la reprise

Lorsque l’international marque après un échec initial, c’est sur penalty, la balle touchant cependant le bras du gardien sélestadien. Les deux équipes se tiendront tout au long de cette première mi-temps.

La défense agressive de Sélestat fait de son mieux pour contenir les assauts toulousains (3-4), avec le risque de concéder des jets à 7 m.

Devant, Sélestat éprouve les pires difficultés à passer au centre de la défense, où Zvijev et Osmajic forment un mur très haut. Perez de Vargas Moreno n’effectue son premier arrêt qu’à la 12e ’. Grâce aux décalages, et à trois buts consécutifs de Beauregard, le score bascule à nouveau en faveur des Violets.

François-Marie est aussi efficace deux fois (7-6), mais ses trois tirs à la hanche suivants échoueront ensuite sur le gardien.

Sélestat avait aussi raté deux occasions, en contre, de prendre deux buts d’avance. Et le cadre était aussi frappé trois ou quatre fois.

Le compteur de Toulouse augmente grâce à la vitesse des remontées de balle et aux penalties de Fernandez (4 réussites sur ses 7 buts en 30 minutes). À 9-9, Ivezic empêche Ilic de donner un but d’avance aux visiteurs.

Beauregard est chaud et Vujovic, qui a remplacé Petrenko au poste de demi-centre, accroît la marge (11-9).

Si Fernandez égalise à 12 partout, c’est cependant François-Marie qui marque le dernier but, en perçant aux 6 m pour tirer entre les jambes de Pardin qui avait pris place dans la cage quatre minutes avant.

Les éléments sont contraires aux intérêts du SAHB à la reprise (14-15) mais Salami, sur deux penalties et un tir de l’aile, et Ivezic, qui fait douter les tireurs toulousains, le remettent dans le bon sens de la marche (17-15).

La tension monte d’un cran lorsque Freppel, qui vient de lui marquer un but, et Pardin s’accrochent : leurs coéquipiers auront beaucoup de mal à les calmer, avant qu’ils ne se fassent exclure tous les deux.

Fernandez grignote (19-18), mais Beauregard lui répond, et Sélestat garde deux buts de mieux.

Ce sera encore le cas cinq minutes plus tard (22-20, 48e ’), mais Toulouse reste toujours au contact avant d’égaliser à 23 partout par Ilic. François-Marie et Vujovic échouent successivement sur Perez, et Andjelkovic plonge le SAHB dans le doute (23-24).

Pas pour longtemps, même si Salami expédie un penalty sur la barre. Les événements se précipitent alors : 26-25 – et une standing ovation méritée pour la prestation d’Ivezic – à 1’45 de la fin, Fernandez qui égalise puis Andjelkovic qui donne l’avantage (26-27), deux temps morts dans les trente dernières secondes, Sélestat qui choisit de sortir son gardien pour jouer en surnombre dans le champ.

Réserve pour une faute technique d’arbitrage

Tactique au demeurant gagnante avec un but de François-Marie à 9 m : 27-27. Malheureusement, le repli est défaillant. Sur le rapide engagement adverse, Beauregard bouscule un peu sèchement Chelle sur l’aile et prend un carton rouge.

Et c’est même une double peine : face au tireur de penalty attitré Fernandez, le “gardien” Pesic n’avait aucune chance…

Le SAHB a cependant déposé une réserve pour une faute technique d’arbitrage dans cette dernière séquence. À suivre…

Source Dna par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 10:17 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 octobre 2013

Résumé de la 7ème journée: Toulouse confirme derrière Paris, Dunkerque et Montpellier

 

58897_big

 

Le trio de tête ne change pas mais Toulouse se mêle désormais à la bagarre des chefs. Le Fénix confirme sa belle progression et Wesley Pardin démontre que sa sélection en équipe de France n'est pas usurpée. En bas de classement, le disque va finir par se rayer. Cela ne s'arrange pas pour Tremblay.  

 

 

Toulouse 31-22 Sélestat

Toulouse, 4ème au classement de la LNH, il y a longtemps que cela n'était pas arrivé. Les Hauts-Garonnais profitent certes de certains autres résultats de cette 7ème journée mais confirment surtout les bonnes dispositions entrevues une semaine auparavant à Chambéry. Malgré un Wesley Pardin magistral, le Fénix va mettre une mi-temps et même plus (16-16 à la 40ème) pour se débarrasser d'une équipe de Sélestat très accrocheuse. "A la mi-temps on ne s’est rien dit de spécial, avouera Valentin Porte (notre photo de tête - un des meilleurs sur le champ) le problème n’était pas en défense, on ratait juste des shoots en attaque. Ce qui a changé par rapport aux autres années c’est qu’on s’est dit calmement que ça allait revenir tranquillement, donc en deuxième mi-temps on s’est plus concentré en attaque et on a vu le résultat, donc c’est là qu’on a grandi et c’est ce qui fait notre force aujourd’hui. On a vu cette semaine, notamment à la vidéo que Sélestat jouait lentement, notre but était d’enflammer le match, de jouer à notre rythme comme on l’a fait à Chambéry, c’est ce qui les a tué en seconde période". Les Toulousains vont appliquer à la lettre les consignes, profiter aussi des maladresses alsaciennes pour prendre un avantage conséquent (21-16 à la 46ème). Le Fenix va dès lors se contenter de gérer son capital atteignant même des proportions inespérées (29-20 à la 57ème) après le 7ème but personnel de Nemanja Ilic. Cet écart était maintenu au buzzer (31-22) et dans un palais des sports copieusement garni, le public toulousain et les joueurs réunis au milieu de la piste savouraient leur 3ème succès consécutif en championnat. Dans ses cages, Gonzalo Perez de Vargas avait été le héros des quatre dernières journées, l'Espagnol a trouvé ce vendredi, un relais idéal avec Wesley Pardin. Tout nouvellement sélectionné en France A, le Martiniquais a été le grand bonhomme de la soirée (une vingtaine de parades). " C’était difficile pour lui, reconnaissait Joël Da Silva, son entraîneur car selon certains, sa sélection en Equipe de France est liée à la proximité de Claude Onesta avec Toulouse. Certains journalistes lui avaient même demandé s’il ne vivait pas mal le fait d’être le numéro deux dans l’ombre de Gonzalo. Aujourd’hui je suis très fier de pouvoir dire que j’ai deux vrais gardiens...numéros un, qui en plus s’apprécient, s'encouragent et se donnent des conseils. C’est ce qui nous fera aller loin. Ce match est une bonne mise au point par rapport à tout ça. Ce soir beaucoup de gens vont se taire et je pense que c'est très bien." L'équilibre est précaire et à Toulouse chacun sait qu'il est difficile de rester au sommet. Surtout qu'après la trêve internationale, c'est St Raphaël qui frappera à la porte du palais des sports.

Tous les matchs:



 Journée 7
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score    
Montpellier Chambéry 40 30    
Aix en Provence Cesson 25 25    
Nîmes Dunkerque 23 25    
Ivry Dijon 25 24    
Nantes Tremblay 34 25    
St Raphael Paris 31 36    
Toulouse Sélestat 31 22    

Le classement après 7 journées:



Pl Equipe Pts MJ Vic Def Nul But + But - (places)  
1 Paris 13 7 6 0 1 231 199 (-)  
2 Dunkerque 12 7 6 1 0 180 163 (+1)  
3 Montpellier 10 7 5 2 0 239 194 (+1)  
4 Toulouse 9 7 4 2 1 197 190 (+2)  
5 Nantes 8 7 4 3 0 192 176 (+1)  
6 Cesson 8 7 3 2 2 194 201 (+1)  
7 St Raphael 8 7 4 3 0 208 209 (-4)  
8 Chambéry 7 7 3 3 1 217 212 (2)  
- Nîmes 7 7 3 3 1 187 189 (-2)  
10 Aix en Provence 5 7 2 4 1 175 200 (+2)  
11 Sélestat 4 7 2 5 0 183 209 (-)  
12 Dijon 4 7 2 5 0 166 177 (-3)  
13 Ivry 2 7 1 6 0 162 182 (+1)  
14 Tremblay 1 7 0 6 1 176 206 (-1)  

Source Handzone

Posté par fredgo à 12:40 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 octobre 2013

7ème journée : Toulouse - Sélestat; Rebondir dans la ville rose

frederic-beauregard-et-ses-coequipiers-ont-un-blason-a-redorer-ce-soir-a-toulouse-photo-dominique-gutekunst

Cinq jours après la déroute essuyée face à Montpellier, le SAHB va essayer de se remettre d’aplomb ce soir à Toulouse où la tâche s’annonce rude.

C’est ce soir que l’on connaîtra réellement les conséquences de la spectaculaire sortie de route de dimanche dernier. Est-ce que le véhicule est encore en état de tenir la route ou une réparation s’impose-t-elle ? Car jusque-là tout allait bien. Du moins aucun voyant ne s’était encore allumé pour alerter d’une pièce défectueuse. Malgré une défaite à Saint-Raphaël, la prestation des Violets avait été accueillie comme une bonne sortie qui aurait pu tourner en faveur des Alsaciens. De quoi avoir le moral au moment de défier Montpellier. Et c’est là que le moteur a calé. Que l’essence a manqué. Que les bras se sont baissés.

Plus grand monde n’a envie de reparler de ce cauchemar qui a duré durant une heure. L’entraîneur, Jean-Luc Le Gall, qui reprend sa place ce soir sur le banc estime qu’il n’y en a rien à tirer. « Il n’y a que le prochain match qui compte. Toulouse est une équipe qui présente un effectif bourré d’internationaux à chaque poste et qui gagne. Point. » Le coach n’en dira pas davantage estimant que l’heure n’est pas à s’épancher dans la presse mais à s’exprimer sur le parquet.

Il attend que ses joueurs lui montrent qu’il avait raison de croire en eux. Qu’ils n’ont pas pu devenir aussi mauvais d’un jour à l’autre. Que le travail effectué depuis la reprise en juillet est le bon. La balle est donc dans leur camp. Ils devront profiter de ce match pour se racheter une conduite et présenter un tout autre visage que face à Montpellier. Sous peine de le payer encore très cher à l’arrivée.

« Une réaction s’impose , confirme Frédéric Beauregard. Au-delà même de ramener des points, il faut montrer qu’on est une équipe. On ne doit pas seulement dire, mais agir. C’est sur le terrain qu’il faudra le démontrer. Contre une équipe qui est actuellement dans une spirale victorieuse, ça va être chaud. Nos adversaires ont le moral au maximum. »

Du côté de Sélestat, il n’est pas dans les chaussettes. Mais le groupe a été secoué par cet écart de 17 buts encaissé au Rhenus. Il faut juste espérer qu’il n’a pas traumatisé le groupe. « On a senti davantage d’investissement lors des séances d’entraînement, mais ce n’est que le match qui nous dira où nous en sommes, estime encore l’arrière gauche. Il faudra se faire violence et entrer à fond dans cette rencontre. Montrer un tout autre visage et un état d’esprit plus vaillant. Retrouver cette sérénité qui nous avait toujours accompagnés jusqu’à dimanche dernier. »

Dans une salle qui porte bonheur en championnat au SAHB depuis 2008 puisque sa dernière défaite remonte à 2007, les Sélestadiens peuvent y redorer leur blason.

TOULOUSE - SÉLESTAT
ce soir à 20h30 au Palais des Sports.
Arbitres : MM. Sami et Bouanouara. 

Sélestat :
Aux buts: 12. Ivezic et 69. Fulop
Les joueurs: 3. Jung, 5. Petrenko ( cap.), 6. Pesic, 7. Beretta, 8. Podsiadlo, 9. Beauregard, 11. Freppel, 15. Pintor, 17. Salami, 20. François-Marie, 23. Vujovic, 68. Eymann.
Entraîneur : Jean-Luc Le Gall.

Toulouse :
Aux buts: 1. Perez de Vargas et 12.
Les joueurs: 5. Chelle ( cap.), 9. Ilic, 10. Gilbert, 11. Fernandez, 15. Andjelkovic, 17. Montoro Cabello, 19. Van Cauwenberghe, 20. Morency, 22. Zvizej, 25. Calvel, 28. Porte, 88. Osmajic.
Entraîneur : Joël Da Silva.

Source L'Alsace par Christian Weibel

Posté par fredgo à 12:44 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 octobre 2013

Avant Toulouse - Sélestat; Un fenix renaissant

jerome-fernandez-fer-de-lance-d-une-equipe-toulousaine-en-plein-renouveau-photo-archives-dna-franck-delhomme

Après une saison 2012-2013 aussi difficile que décevante, Toulouse, prochain adversaire de Sélestat, a retrouvé le sourire. Jérôme Fernandez, son capitaine emblématique, explique les raisons du renouveau de cet ambitieux Fenix.

Ce n’est encore qu’un frémissement, un souffle nouveau qui demande bien sûr confirmation.

Mais le Fenix renaît à l’ambition après une saison 2012-2013 à oublier, entre problèmes financiers (suite au départ surprise de l’ancien président Patrick Salles) et résultats décevants (11e de LNH).

« On a repris en sentant que le club allait bien »

L’arrivée de Philippe Dallard à la présidence a remis de l’ordre dans la maison toulousaine. « Il a œuvré pour mettre le club sur les bons rails financièrement », souligne Jérôme Fernandez. Et Toulouse a démarré cette saison sans aucune épée de Damoclès au-dessus de la tête.

« On a repris en sentant que le club allait bien, que le projet était bon », ajoute l’arrière gauche, revenu dans son premier club pro (1997-1999) il y a deux ans après avoir tout gagné avec les plus grands clubs d’Europe (Montpellier, Barcelone, Ciudad Real, Kiel).

Outre cette nécessaire stabilité retrouvée en coulisses, le début de saison réussi du Fenix (7e de LNH, 3v, 1n, 2d) s’explique également par un recrutement intelligent.

« Le club avait décidé de renouveler l’effectif et d’amener de la jeunesse et du talent », indique Jérôme Fernandez. Osmajic, Ilic, Montoro et Perez de Vargas sont ainsi venus renforcer un groupe déjà riche de quelques pointures : Fernandez évidemment, Andjelkovic, Zvizej, Porte ou Pardin.

« En plus d’être des joueurs talentueux, ce sont des mecs bien. On ne s’est pas trompé sur le plan humain. Le groupe vit bien, travaille dur, personne ne triche », apprécie le capitaine toulousain. Et forcément dans pareil cas, l’alchimie n’a pas tardé à se faire.

Au point d’accrocher le PSG lors de la première journée (29-29) ou de s’imposer à Chambéry la semaine dernière (30-31). « On a l’impression d’être sur le bon chemin, estime “Fernand”. On sent aussi que les autres clubs nous prennent au sérieux. C’est vraiment très encourageant pour la suite. »

Se rapprocher du Top 6

L’homme aux 1388 buts en équipe de France (et ce n’est pas fini !) ne veut pas brûler les étapes, mais ne cherche pas non plus à masquer ses ambitions. « Notre objectif principal, c’est de grandir et de progresser le plus vite possible. »

Plus concrètement, Toulouse veut « finir dans la première partie de tableau » et pourquoi pas se rapprocher de la 5e ou de la 6e place, synonymes de qualification européenne. « Ce serait fantastique pour le développement du club. »

Le Fenix peut compter pour cela sur un Jérôme Fernandez toujours fringant à 36 printemps. L’arrière gauche, mieux entouré cette année, n’a plus à porter seul Toulouse sur ses (larges) épaules.

« C’est une très bonne chose pour moi. Cette saison, le danger peut venir de partout. Cela va me permettre de durer et d’être performant », souffle-t-il, sans négliger pour autant son rôle de conseiller auprès de ses jeunes coéquipiers.

Jérôme Fernandez n’a pas manqué de remarquer qu’en cas de victoire contre les Violets (et de résultats favorables dans les autres rencontres), Toulouse pourrait s’emparer de la 4e place du championnat avant la trêve internationale.

C’est donc un match charnière qui attend le Fenix. Un match difficile aussi selon le capitaine toulousain, qui se souvient encore des deux victoires alsaciennes sur les bords de la Garonne ces deux dernières saisons (27-28, 31-32).

« Sélestat nous pose beaucoup de problèmes »

« Sélestat est une équipe qui nous pose beaucoup de problèmes, explique “Fernand”. Elle avait mérité ses deux victoires chez nous, elle avait joué juste et proposé un handball de qualité. On s’attend à un match compliqué. »

Le double champion olympique sait également que les coéquipiers de Yuriy Petrenko seront animés d’un fort sentiment de revanche après leur lourde défaite contre Montpellier.

« Les Sélestadiens vont venir pour faire un résultat. Nous savons qu’ils en sont capables. On n’aura aucune chance de gagner si on ne se montre pas performant. »

Toulouse l’est plutôt actuellement et entend « rester invaincu cette saison à domicile ». Les Violets devront rayonner pour prolonger leur belle série dans la Ville Rose.

Source Dna par Simon Giovannini

Posté par fredgo à 12:47 - 20) La saison 2013/14 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 août 2013

Volet 06/14 : Fenix Toulouse Handball

 Fenix_Toulouse
Fenix Toulouse Handball

Sa ville:

 

Toulouse

     Toulouse (en occitan Tolosa) est une commune du Sud-Ouest de la France, chef-lieu du département de la Haute-Garonne et de la région Midi-Pyrénées.
   
Avec 439 553 habitants, elle est la quatrième commune la plus peuplée de France. 
   Ville à l'architecture caractéristique, Toulouse est surnommée la « ville rose » en raison de la couleur du matériau de construction traditionnel local, la brique de terre cuite.
     Berceau de la firme Airbus, Toulouse est une technopole européenne qui regroupe de nombreuses industries de pointe en matière d'aéronautique, d'informatique et de spatial, ainsi que de nombreux instituts de recherche.
    C'est également une ville étudiante, la quatrième de France en 2007-2008 avec environ 93 000 étudiants, dotée d'équipements culturels de prestige.
   La ville est classée Grands sites de Midi-Pyrénées et selon L'Express, Toulouse était la ville la plus dynamique de France en 2009.

Population à Toulouse: 440 000 habitants

Son club, son histoire:
        Seul représentant du hand masculin de haut niveau dans le grand sud-ouest, le TOULOUSE HANDBALL se défend par ailleurs d’être le premier club de l’agglomération toulousaine de sport de salle.
        Derrière les intouchables Stade Toulousain et TFC, le TOULOUSE HANDBALL offre à ses partenaires un environnement économique convivial à taille humaine, fruit d’une riche histoire...
Résolument ancré dans l’histoire et l’économie locale depuis sa création, le handball fit son apparition grâce aux établissements aéronautiques toulousains en 1964 sous l’appellation ASEAT.
Par la suite, le club s’est successivement nommé Stade Toulousain, Sporting Toulouse 31 puis Spacer’s avant de devenir le Toulouse Union Handball en 2004. Le virage professionnel a définitivement été pris en 2006 avec la création d’une Société Anonyme Sportive Professionnelle (SASP) s’appelant le Toulouse Handball.
         Evoluant parmi l’élite du handball hexagonal depuis 1995, le club a su se forger au cours de son histoire un solide palmarès :
- Champion de France Nationale 2 (1982, 1991)
- Vainqueur de la Coupe de France (1998)
- Finaliste de la Coupe de France (1999)
- Participations en coupe d’Europe (1999, 2004)

        Depuis le 16 juin 2011, le club a changé de nom et se nomme désormais le Fenix (dérivation du Phoenix qui s'écrit Fénis en occitan ) Toulouse handball. Les couleurs seront désormais le bleu clair et orange.

Son palmarès:
Champion de France :
Champion : -
Meilleure place : 3eme (1997/1998)

Coupe de France
Vainqueur : 1998
Finaliste : 1999
Coupe de la Ligue
Vainqueur : -
Meilleure place: Quart de finale (2010/2011)

 

toulouse_carl

Sa saison dernière:
11e place au classement Lnh, 20 points
8 victoires, 4 nuls, 14 défaites
Buts marqués : 757 (4e attaque)
Buts encaissés : 787 (13e défense)

Ses transferts:
Les départs: Karaboué (arrêt), S. Puig-Asbert (?), A. Ayed (Etoile du Sahel, Tun.), M. Célestin (Bacau, Rou.), X. Moreau (Angers, prêt), Y. Cham (?), A. Vasilakis (Aix)
Les arrivées :G. Perez Vargas (Gardien, 22ans, Granollers, Esp.) A. Montoro (Arr Gauche, 23ans, Barcelone, prêt) N. Ilic (Ailier Gauche, 23ans, RK Partizan Belgrade, Ser) V. Osmajic (Arr Gauche, 33ans, Cimos Koper, Slov.)

Joueurs clefs: J Fernandez ( Arr gauche Int), M Zvizej (Pivot),

Anciens violets jouant à Toulouse:  aucun

Meilleur Eval de la saison passée:  Jerome Fernandez (Eval 11.1, 5ème LNH)

Meilleur buteur de la saison passée: Jerome Fernandez (138 buts, 4ème meilleur buteur LNH)

Ses ambitions:    
      Passé près de la faillite il y a un an, suite au départ surprise de l’actionnaire majoritaire Patrick Salles, le Fenix de Toulouse aborde la saison avec plus de sérénité. Le budget, en hausse de 9% permet au président Phillipe Dallard de voir l'avenir avec plus d'optimisme. De ce fait, et pour couper avec une équipe en soufrance depuis quelques temps, quelques joueurs cadres n'ont pas été reconduits. Doudou Karaboué, le gardien qu'on ne présente plus, mais aussi Anouar Ayed, 1er buteur à passer la barre des mille buts en Lnh en 2012, qui aura joué près de dix dans la ville rose. Pour les remplacer, Toulouse a fait appel à quatre étrangers dont un prêté par Barcelone. L'arrière gauche Angel Montoro, sera ainsi le premier prêt issu du nouveau partenariat avec le club de Barcelone mis en place par Jerome Fernandez...

Classement estimé: Entre la 7ème et 10ème place 
   
Site du club: http://www.toulousehandball.com/site/

D1 Toulouse FenixSes supporters: Les occitants

Sa Mascotte : Fenix

Sa salle:(4200 places)
Palais Des Sports André Brouat
3, Rue Pierre Laplace
31000 Toulouse

Distance de Sélestat: 924 km (9h00 de trajet)

Rencontres:
Match aller:     7ème journée  26/10/13 Toulouse / Sélestat
Match retour: 20ème journée  29/03/14   Sélestat / Toulouse

Dernière rencontre :
Saison 2012/13, le 13/04/13
Championnat LNH, 20eme journée
Sélestat 28-35 Toulouse

Posté par fredgo à 00:38 - 02d) Nos adversaires de la saison - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 avril 2013

Résultat de la 20ème journée: Dunkerque rejoint Montpellier, Toulouse et Aix respirent

vassiok_carl

On ne saura que plus tard si cette 20ème journée a été un énième tournant du championnat de D1. Dunkerque a bien profité du faux-pas à domicile de Montpellier, Créteil s'est rassuré, Aix et Toulouse se sont donnés un peu d'air, Chambéry a eu chaud face à Saint Raphaël, tout comme Nantes à Tremblay. Le PSG lui, se prépare au sacre. Billère a les deux pieds en Pro D2.

SAHB 28 / 35Toulouse

La crise allemande a du bon pour Toulouse !

Il a fallu que les Allemands de Melsungen aient des soucis financiers, qu'ils se séparent de deux joueurs de leur trio grec et que Toulouse saisisse l'occasion pour que Alexandros Vasilakis (notre photo) débarque sous le maillot du Fénix. Et la greffe a tout de suite pris ! Les onze buts du gaucher dans sa nouvelle tunique, combinés aux dix réalisations de Jérôme Fernandez, aux parades de Wesley Pardin et au sans faute de Miha Zvizej (7/7) ont permis à Toulouse de s'imposer assez largement (28-35) à Sélestat qui n'a jamais été en mesure d'exister. Série en cours de trois matches sans défaite pour le Fénix, c'est excellent pour le moral avant d'accueillir Chambéry. L'efficacité de Vasilakis nous ramène presque trois ans en arrière. Début mai 2010, Toulouse alors avant-dernier, engage le Serbe Vladica Stojanovic comme joker médical. A peine arrivé de Melsungen (tiens ! comme le Grec), le demi-centre qui évolue aujourd'hui à Aix, plante 11 buts (2ème coïncidence) face à Dunkerque. Il sera l'un des artisans du maintien parmi l'élite. Trois ans plus tard, l'histoire d'un transfert à la dernière minute est profitable d'entrée. Toulouse peut respirer.

Les poursuivant se rapprochent...

Tremblay (9ème,0pts, 17pts) patauge...
Tremblay n’arrive plus à s’imposer à domicile et pourrait connaître une aussi mauvaise fin de saison que l'an passé. Après Sélestat et Créteil, c’est Nantes cette fois qui a crucifié...

Ivry (11ème,0pts, 14pts) n'a rien pu faire...
Un pas de plus a été fait jeudi après une nouvelle victoire face à Ivry. Les joueurs de Pascal Léandri souvent dépassés par l’ampleur de la tâche...

Aix (12ème, +2pts, 15pts) bouffe du Breton...
Pas de souci pour Aix qui n’a pas eu à forcer son talent pour prendre la mesure d’une bien pâle équipe de Cesson. Cueillis à froid...

Créteil (13ème, +2 pts, 14pts) créé la surprise...
... sans minimiser l’exploit de vaillants joueurs de Créteil revigorés par la présence incommensurable de Gorazd Skof venu faire quelques piges dans les buts, les Héraultais... 

Le classement:

Pl Equipe Pts MJ Vic Def Nul But + But -    
1 Paris SG 38 20 19 1 0 665 523    
2 Montpellier 29 20 13 4 3 666 586    
- Dunkerque 29 20 13 4 3 567 516    
4 Nantes 26 20 12 6 2 565 515    
5 Chambéry 25 20 11 6 3 575 560    
6 St Raphael 20 20 9 9 2 565 575    
7 Cesson 19 20 9 10 1 527 556    
8 Toulouse 17 20 7 10 3 583 602    
- Tremblay 17 20 8 11 1 546 527    
10 Sélestat 17 20 7 10 3 567 599    
11 Aix en Provence 15 20 6 11 3 586 600    
12 Ivry 14 20 6 12 2 510 557    
13 Créteil 14 20 6 12 2 553 579    
14 Billère 0 20 0 20 0 467 647    

Posté par fredgo à 18:31 - 20) La saison 2012/13 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Après Sélestat 28 – 35 Toulouse: Rappel à l’ordre

l-audace-du-jeune-ailier-droit-xavier-rechal-a-ete-recompensee-par-deux-buts-et-un-match-plein-photo-dna-franck-delhomme

En s’inclinant à domicile contre Toulouse (28-35), Sélestat a brûlé un joker dans la course au maintien. Il en reste heureusement d’autres aux Violets, conscients qu’ils devront élever leur niveau de jeu lors des prochaines échéances.

Il fallait bien que la série s’arrête un jour. Jamais depuis leur retour en D1 les Sélestadiens ne s’étaient inclinés à domicile contre un adversaire moins bien classé. « Mais ce Toulouse-là n’est pas à sa place au classement. L’équipe que nous avons affrontée samedi nous est supérieure », souffle Jean-Luc Le Gall, l’entraîneur alsacien.

C’est une évidence, ce Fenix new-look ne ressemble en rien à celle que les Violets avaient battue lors du match aller sur les bords de la Garonne.

Vasilakis change la donne

Fin décembre, Jérôme Fernandez revenait tout juste de blessure et le Grec Alexandros Vasilakis était encore loin de la ville rose. En inscrivant 21 buts, les deux arrières ont été les bourreaux des coéquipiers de Yuriy Petrenko.

« Ce que je regrette, c’est que nous n’avons pas pris la mesure de l’adversaire, analyse Jean-Luc Le Gall. C’est la première raison de notre échec. On n’avait pas la bonne image de Toulouse. Je pense que c’est un adversaire qui ne nous a pas fait assez peur. »

« Ce n’était pas arrivé depuis des lustres »

Il n’a fallu qu’un seul match à Vasilakis pour montrer qu’il pouvait terroriser toutes les défenses de LNH. « Leur nouveau joueur change la donne », confirme Jean-Luc Le Gall. Avec lui, Toulouse est déjà devenue une équipe beaucoup plus complète et équilibrée. Une équipe qui n’a pas manqué de poser d’insolubles problèmes à Sélestat, les 21 buts encaissés en première période étant là pour en témoigner.

C’est d’ailleurs quand les Violets ont resserré la garde durant les quinze premières minutes de la seconde période qu’ils sont revenus dans le sillage des Toulousains (22-23, 40e ). Mais le talent du trio Fernandez-Vasilakis-Zvizej (28 buts à eux trois) a fait la différence.

« Nous avons déjà battu des équipes supérieures, mais nous n’étions pas suffisamment prêts pour cela contre Toulouse, insiste le coach. Nous n’avons pas été la hauteur de ce que nous sommes capables de faire. Il aurait fallu réaliser un grand match pour s’imposer contre ce Toulouse-là. »

La copie moyenne rendue par les coéquipiers de Djordje Pesic a logiquement été mal notée. « Ce n’était pas arrivé depuis des lustres à domicile. Et cela ne doit plus arriver d’ici la fin de la saison. Si c’est le cas, le maintien ne sera pas loin. »

Mais si l’écart s’est considérablement réduit lors de cette 20e journée (trois points seulement séparent le 8e , Sélestat, du 13e et premier relégable, Créteil), il n’y a pas encore le feu dans la maison violette. Ce revers constitue néanmoins un rappel à l’ordre pour des Violets qui vont devoir faire le dos rond dans les semaines à venir.

« Le travail n’est pas terminé »

Car avant de recevoir Créteil et Ivry (les 18 et 29 mai), deux rendez-vous assurément décisifs, le Sélestat Alsace Handball va affronter trois membres du Top 6 : Montpellier (3e ), Saint-Raphaël (6e ) et Nantes (4e ). « C’est sûr que cette défaite va nous rajouter de la pression », consent Jean-Luc Le Gall.

Les Sélestadiens ont mal négocié le virage toulousain. Mais leur marge de manœuvre sur leurs concurrents reste réelle. « Ce match contre Toulouse, s’il ne remet pas en question ce que nous sommes capables de faire, aura le mérite de nous piquer à vif, de nous vexer. »

La piqûre de rappel n’était sans doute pas nécessaire pour des Violets dont la moindre des qualités est de toujours savoir garder les pieds sur terre : « Le travail n’est pas terminé ».

Source DNA

Posté par fredgo à 12:07 - 20) La saison 2012/13 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,