Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

20 novembre 2015

Vu du côté de cherbourg: Ne pas sous-estimer Sélestat...

La JS Cherbourg accueille ce vendredi 20 novembre le club de Sélestat dans son antre de Chantereyne. Gare à ne pas sous-estimer cet adversaire redouté, actuel 6e du championnat de Pro D2.

120377

 

La trève aura été plus longue que prévue pour les handballeurs cherbourgeois. Ces derniers devait renouer avec la compétition le 14 novembre dernier en affrontant Massy. Les attentats de Paris en auront décidé autrement. Après trois semaines de pause, les Mauves retrouvent le chemin des parquets ce vendredi 20 novembre, en accueillant le club de Sélestat à Chantereyne.

Invaincus à domicile
Encore invaincus à domiciles, les Cherbourgeois affrontent le 6e du championnat, une équipe que connait bien Lazslo Fulop, le gardien Cherbourgeois, qui a évolué pendant 4 ans dans le club alsacien. "L'équipe de Sélestat a été modifiée à 50%. Mes anciens camarades de jeu vont tenter de trouver mes points faibles... Comme je suis désormais à 100% de mes capacités, je leur ferai opposition", glissait Lazslo Fulop à quelques jours de la rencontre.

Une fraîcheur physique à exploiter
Pour le coach, Sébastien Leriche, les Mauves auront un avantage : "la fraîcheur physique". "Nous devrons les mettre en difficulté dès le départ. Sélestat a une densité physique importante et a fait un amalgame parfait entre expérience et jeunesse. Nous ne devons pas sous-estimer cet adversaire sous peine de le regretter amèrement. Il faudra être bons en défense et jouer juste en attaque afin de mettre en difficulté Julien Meyer qui a été sacré meilleur joueur de Pro D2 au mois d'octobre".

Source La manche libre

Posté par fredgo à 15:21 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 octobre 2015

Vu du côté de Billère: Etxaburu « Ne pas se relâcher »

aitor-etxaburu-tout-le-monde-pense-que-ce-sera-plus_1174111_490x327p

Aitor Etxaburu : « Tout le monde pense que ce sera plus facile maintenant, mais non, au contraire c’est maintenant le plus difficile, à cause du risque de relâchement ». (Photo archives Jean-Philippe Gionnet)

Billère (5e, 3 victoires pour 1 défaite) - Sélestat (8e, 2 victoires pour 2 défaites)
c'est ce vendredi à 20h30 au Sporting d'Este.

L’effervescence qui gagne l’entourage du BHB, après trois victoires de rang et le recrutement ce lundi d’un joker argentin, n’a pas infiltré le bureau d’Aitor Etxaburu.

Pour « garder la concentration », vendredi face à l’athlétique armada de Sélestat, l’entraîneur basque présentera l’équipe vainqueur de ces trois derniers matches (hormis Arnaud Fernandez, blessé). « Leo Querin va bien, il a repris l’entraînement et sera probablement sur la feuille de match, mais il n’a pas joué depuis un mois et n’est pas encore en forme », prévient Aitor Etxaburu.

Idem pour le joker médical d’Arnaud Fernandez, Franco Gavidia, argentin de 24 ans (1,97m, 86kg) qui n’a pas joué à haut niveau depuis le mois d’avril. Au delà de ces aléas de forme, le tacticien billérois ne voudrait pas perturber l’équilibre auquel est parvenu son équipe ces dernières semaines : « Pour intégrer de nouveaux joueurs, il faut bien le faire, et ça prend du temps.On peut encore jouer quelques matches sans Leo ni Franco, mais pour la suite du championnat, ils seront bein évidemment nécessaires.»

Pour le défilé automne/hiver, revenez plus tard.

L'Avant BHB-Sélestat

Source La république des Pyrennées

25 septembre 2015

Vu du côté de Besançon: « ...l’épreuve du feu, ... ils n’attendent que ça !

Lorsqu’on a pris l’habitude de suer comme un damné dans la pénombre, entrevoir, enfin, la lumière du jour ressemble à un cadeau du ciel.

les-bisontins-le-savent-c-est-en-conservant-leur-esprit-de-groupe-qu-ils-peuvent-creer-l-exploit-ce-soir-en-alsace-photo-ludovic-laude

C’est en tout cas de cette manière que les handballeurs bisontins appréhendent leur place de leader, eux qui, depuis plusieurs années, sont plutôt habitués à la noirceur d’une cave qu’à la séance de bronzette sur les tuiles du toit. « C’est sûr que c’est plaisant, même si je n’ai pas l’habitude de regarder à outrance le classement ou le calendrier », reconnaissait hier l’entraîneur du GBDH, Christophe Viennet. « On sent qu’il y a plus d’engouement autour de nous, et ce coup de projecteur valide le travail de tout le monde ».

« Pas de timidité »

Il ne se prolongera toutefois qu’en cas de nouvelles performances lors de plusieurs semaines qui s’annoncent ardues. Avec pour commencer ce qui se fait de mieux, ou de pire c’est selon, sur l’échelle de la difficulté : le déplacement prévu ce soir dans la salle de Sélestat, fraîchement relégué de LNH. En Alsace, les Bisontins seront soumis à l’épreuve du feu. Et pour être franc, ils n’attendent que ça !

L’appétit aiguisé par la victoire sans discussion possible décrochée la semaine dernière devant Massy, les coéquipiers d’Ilija Komnenovic l’ont annoncé à qui voulait bien l’entendre : ils évolueront sans le moindre complexe dans la salle de ce cador annoncé. « Je ne veux surtout pas qu’on fasse preuve de timidité », reprenait Viennet. « Bien sûr tout reste fragile, évidemment on garde les pieds sur terre, car on reste largement perfectibles dans tous les domaines. Mais les gars doivent conserver leur appétit et surfer sur la vague qui les porte en ce moment ».

Une spirale positive dont la puissance a été renforcée, cette semaine, par le retour aux affaires de Sylvain Rognon. Touché au ménisque et absent depuis le début du championnat, ce dernier effectue son retour sur la feuille de match. Et même si Jules Portet, qui marche sur l’eau actuellement, conservera sa place sur le terrain d’entrée, l’expérience du vieux briscard bisontin pèsera forcément à un moment donné. On l’aura compris, le GBDH peut donc s’avancer vers ce test ultime sans la moindre arrière-pensée négative. Tout le contraire de Sélestat qui, battu à Mulhouse et privé de trois de ses treize pros (Vujic, Eudaric et Gaudin), n’a déjà plus le droit à l’erreur.

« La pression peut jouer contre eux »

« Ils auront une pression importante à gérer car ils ne peuvent pas se permettre de perdre deux matches de suite », comprenait bien Viennet. « Ça peut jouer contre eux ». Et permettre par ricochets à Besançon de sortir de ce match entre les deux meilleures défenses du championnat avec une invincibilité préservée. Et le sentiment que quelque chose d’aussi réjouissant qu’inattendu est véritablement en train de se produire dans la capitale comtoise.

Le groupe : Komnenovic, Simonin – Bedel, Bolaers, Gros, Brkljacic, Scotto, Eymann, Alvarez, Laguillaumie, Hugard, Portet, Cornet, Rognon.

Coup d’envoi ce soir (20 h).

Source l'est Republicain.

17 octobre 2014

J5: Nimes 26-32 Sélestat; Le match vu par Nimes

Au terme d'un match qu'ils n'ont cessé de subir, les Gardois ont logiquement encaissé leur quatrième défaite en six journées. Ce n'est pas de bon augure à une semaine du derby à Montpellier

les-nimois-sont-passes-a-cote-de-leur-match-concedant-une_1108334_667x333

Après avoir perdu face à Dunkerque, Chambéry et Paris, Nîmes comptait profiter d'une accalmie dans son calendrier pour se refaire une santé. C'était le cas la semaine dernière à Istres (27-35). Mais ce probant succès n'a pas confirmé ce mercredi soir, au Parnasse, face à Sélestat qui restait pourtant sur trois défaites de suite mais qui a mené le match à sa main et à sa guise.

Nîmes, pour sa part, n'est jamais rentré dans cette rencontre. On l'a compris dès les premières minutes. En attaque, face à Kappelin qui s'est amusé de leur naïveté (19 arrêts), les Gardois ont le plus souvent fait les mauvais choix et ont perdu trop de ballons. En défense, ils ont trop laissé faire les Alsaciens. Presque trop gros pour être vrai.

Source Midi Libre

Posté par fredgo à 09:39 - 20) La saison 2014/15 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 novembre 2013

Vu du côté d'Aix: Aix veut « Faire une perf à Sélestat » et les enfoncer un peu plus...

   A quelques heures d’affronter Sélestat samedi, Vincent Vially a souligné l’importance de ce déplacement en Alsace face à un concurrent direct au maintien. Pour l’ailier droit du PAUC, l'objectif est clair:  « Faire une perf à Sélestat » et de les enfoncer un peu plus... 

 

Source Pays d'Aix

Posté par fredgo à 18:24 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 septembre 2013

Avant Sélestat - Dunkerque: « Le danger, ...il est à Sélestat »

coleaders-du-championnat-guillaume-joli-et-dunkerque-ne-veulent-pas-perdre-la-tete-demain-a-selestat-entre-deux-matches-de-ligue-des-champions-photo-maxppp

Dunkerque a raté ses débuts en Ligue des champions. Giflés à Kielce dimanche, les coéquipiers de Guillaume Joli veulent réussir la transition avec le championnat, demain à Sélestat. L’ailier droit connaît la difficulté d’une telle entreprise.

Guillaume Joli sait de quoi il parle. Si Dunkerque découvre cette saison la Ligue des champions, son ailier droit la fréquente depuis l’âge de 19 ans. Depuis 2004, le Lyonnais a livré plusieurs campagnes européennes avec Chambéry puis Valladolid.

Et c’est avec l’expérience d’un vétéran qu’il n’est pas encore qu’il redoute ce déplacement en Alsace, trois jours après le lourd revers concédé en Pologne, sur le parquet du géant Kielce (33-23).

« Un match piège » pour l’ailier droit

« Le danger, il n’est pas là, il est mercredi à Sélestat. Passer d’une compétition aussi belle que la Ligue des champions au championnat, c’est ça le plus dur », indiquait-il ainsi dimanche dans L’Équipe , à l’aube du premier match de l’histoire de l’USDK dans le grand monde européen.

Hier à Varsovie, avant de prendre l’avion pour Bruxelles et gagner Sélestat en bus dans la nuit, le champion olympique ne disait pas mieux : « Toutes les rencontres à l’extérieur vont constituer des pièges. Tout le monde va avoir envie de nous attraper, de profiter du fait que l’on joue la Ligue des champions et de la fatigue qui va avec. Il faudra être concentrés au maximum. »

Ne pas lâcher de points en vue de la prochaine Ligue des champions

Guillaume Joli, contrairement à la plupart de ses coéquipiers, connaît la difficulté d’enchaîner les deux compétitions, de se remobiliser pour le quotidien de la D1, que ce soit après un exploit ou une déconvenue sur la scène européenne.

Dimanche à Kielce, Dunkerque a reçu une gifle pour sa première en Ligue des champions, après avoir pourtant longtemps rivalisé avec le champion de Pologne (22-21, 47e ).

« La quatrième place (qualificative pour les 8es de finale) ne se jouait pas là-bas, souffle l’international aux 82 sélections. Mais c’est la manière qui est un peu gênante. On s’est mis au niveau d’une équipe demi-finaliste de la dernière Ligue des champions pendant quarante-cinq minutes. Alors c’est décevant d’en prendre dix. »

Les Nordistes n’auront pas vraiment le temps de gamberger. Depuis hier, c’est Sélestat qui occupe toutes leurs pensées (*). Les joueurs de Patrick Cazal n’entendent certainement laisser de côté le championnat, surtout après leur bon départ (deux victoires contre Tremblay et Toulouse).

« Sélestat joue bien au ballon »

« On veut faire un gros match à Sélestat pour ne pas perdre de points, lance le meilleur buteur du championnat 2004-2005. On s’est battu la saison passée pour la Ligue des champions et on veut y retourner la saison prochaine. »

Guillaume Joli a aussi de la mémoire. Il n’a ainsi pas oublié que l’USDK avait dû batailler pour dominer Sélestat lors des deux dernières confrontations. « C’est une équipe qui joue bien au ballon. Ce sera difficile. Mais ce sera aussi agréable de jouer dans cette belle salle et devant ce public. »

Les Dunkerquois se savent attendus par leurs adversaires, par leurs concurrents pour une place en Coupe d’Europe comme par les candidats au maintien. « On va voir pas de mal résultats surprenants lors de chaque journée », avance Guillaume Joli.

Inutile cependant de préciser que le double champion du monde n’aime pas du tout les mauvaises surprises…

(*) Dunkerque enchaînera dès samedi avec la réception de Plock, le vice-champion de Pologne.

Posté par fredgo à 11:57 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 septembre 2013

Vu côté de: Dijon; une occasion manquée

   

cedric-loupadiere-et-les-dijonnais-ont-souvent-bute-sur-laszlo-fulop-en-premiere-periode-photo-denis-werwer-l-alsace      Après une première période ratée, le DBHB est revenu dans le match, mais trop tard (défaite 25-21). Une rencontre qui laisse un sentiment d’amertume, car Sélestat n’était pas si bien que cela…

     L’adage rappelle qu’un homme averti en vaut deux. Malheureusement il n’est pas sûr que les Dijonnais en aient pris bonne note. Ils avaient été menés 9-3 il y a une semaine à Village-Neuf, ils étaient menés 9-4 (18e ) samedi soir à Sélestat.

     Dijon aurait-il été rattrapé par la pression de retrouver la D1 ? Ce retard après 18 minutes peut le faire croire, mais le déroulement du match offre un éclairage un peu différent. Car après avoir encaissé le premier but par Freppel, Dijon trouvait trois fois la mire en 4 minutes. Mais finalement un simple feu de paille… « On a fait ce qu’il fallait pendant cinq minutes, mais après les joueurs ont oublié les consignes, en faisant l’inverse de ce que j’avais demandé », regrettait Denis Lathoud, dont la lecture de la colère froide en filigrane laisse à penser que le technicien sentait qu’il y avait mieux à ramener de ce premier déplacement de la saison.

Avant la rencontre, le technicien espérait faire douter le SAHB le plus longtemps possible. À la lecture du score à la pause (16-7), le train était passé. « Il fallait prendre son temps pour déséquilibrer cette défense, mais en ratant 2-3 immanquables, en encaissant 5-6 contre-attaques, on se retrouve à 10-4 et le trou est fait. On a dès lors une chape de plomb sur la tête, dont on ne se relève pas avant la mi-temps », analyse Denis Lathoud.

Dans le détail, Dijon s’est cassé les dents sur la muraille alsacienne articulée autour de Guynel Pintor pendant plus de 25 longues minutes. Entre la 4e et la 30e , Dijon n’a trouvé que deux fois la faille sur jeu placé (Loupadière 13e et Vazquez 27e ) !

L’entraîneur alsacien évoquait après le match que « Dijon avait mis une mi-temps » pour se hisser au niveau d’exigence que requiert la D1. Et c’est vrai qu’on a senti les Dijonnais sur la retenue pour tenter de franchir le premier rideau, d’autant que le duo arbitral s’est montré parfois bien sévère sur les franchissements. « Quand on a été en échec au tir », reprend Denis Lathoud, « le doute s’est installé, on courrait en travers et on a été moins performant dans les duels. »

Des points à gratter

L’entraîneur dijonnais a pourtant tenté de trouver des solutions venant de son banc, mais ni Bezerra, ni Vrankovic ou Rac n’ont inversé la tendance. « Chacun a voulu sauver la patrie, comme ce qu’avait fait Mulhouse l’an dernier en play-off. On va reposer les choses et essayer de corriger cela », relance-t-il.

Car sur sa prestation de la deuxième période, Dijon a les moyens de gratter des points chez les équipes qui joueront, comme lui, le maintien. Pour preuve, la deuxième mi-temps remportée 14-9, et où il a fallu toute la qualité des arrières gauche Podsiadlo et Beauregard, seuls à trouver la faille dans les moments de vérité (entre la 42e et la 57e ). Mais il ne faudra pas tarder à commencer la récolte. Car même si Sélestat n’était pas l’endroit idéal pour découvrir la D1, aucun terrain ne sera très accueillant dans cette élite française.

« Vu la densité du championnat, il faudra bien prendre des points quelque part », note offensif Denis Lathoud. « On va dire la semaine prochaine que Montpellier c’était trop dur, ensuite que Chambéry, c’est chaud comme la braise, et après que Cesson c’est très dur chez eux. »

Le technicien n’est pas dupe : avec une équipe de Toulouse qui a franchi un cap, et Cesson qui a déjà pris un point contre Chambéry, il ne faudra surtout pas traîner pour entamer la récolte. Le maintien est à ce prix.

Le Bien Public

Posté par fredgo à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 mars 2013

Vu du côté de Billère: et si la victoire c'était enfin pour demain...

 

Billere

             Il reste neuf matches à jouer dont cinq à la maison. L'idée est de jouer notre carte à fond et le plus tôt possible." Sans l'avouer franchement, Arnaud Villedieu a coché la venue de Sélestat demain soir en Béarn comme une des dernières occasions à saisir pour imaginer le BHB obtenir cette satanée première victoire qui se refuse à lui depuis son entrée dans le grand monde.       

                         Un succès face aux Alsaciens, 9es et quasiment sauvés, semble plus envisageable que lors des réceptions restantes, celles des gros bras Dunkerque (4e), Chambéry (3e) et Saint-Raphaël (6e), et des Toulousains à la lutte avec Créteil pour vraisemblablement éviter la seconde place du "con" si la montée en puissance du "Karabat'Aix-en-Provence" se confirme.

Si le compteur du BHB reste figé à zéro, le niveau de jeu proposé est en net regain de vitalité. "Paradoxalement, on prend confiance et on progresse dans notre jeu", apprécie Arnaud Villedieu. Un entraîneur satisfait "du rééquilibrage progressif de l'équipe qui va se poursuive avec le retour programmé de Pierre Le Meur (genou) et la greffe positive de Dejan Cancar. Après les 7 buts enfilés face au PSG en Coupe de France, l'arrière slovène en a inscrit 9 vendredi dernier à Créteil (34-26).

Tout serait presque parfait si le BHB n'avait pas eu à composer avec une vague de grippe qui a touché depuis une semaine la moitié de l'effectif ! "Depuis le retour de Créteil, j'ai eu jusqu'à sept joueurs fiévreux en même temps", dénombre le coach qui a dû alléger les séances du début de semaine mais qui espère toutefois rentrer tout son joli monde d'ici demain.

Source La république de Pyrénnées

Posté par fredgo à 12:21 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 février 2013

Après Tremblay: Stéphane Imbratta " Nous savions à quoi nous attendre et nous devons féliciter Sélestat "

 

2013-02-25277327275

Stéphane Imbratta après la défaite face à Sélestat

Malgré la défaite et un désappointement visible, Stéphane IMBRATTA, le coach tremblaysien, a bien voulu livrer son analyse aux partenaires et invités de l’espace convivialité.

D.B. – A la fin du match, la déception était palpable dans les tribunes et on imagine facilement qu’elle est profonde au sein de l’équipe et du staff ?

S.I. –  Nous sommes effectivement très déçus ! Cette défaite brise notre bel élan des dernières semaines et nous empêche de rester en compagnie de Nantes et St-Raphaël pour la conquête d’une place européenne. Nous savions à quoi nous attendre et nous devons féliciter Sélestat qui a très bien joué son jeu. Nous sommes tombés dans leur faux rythme. Nous avons aussi parfois manqué d’humilité, surtout en menant de trois buts par deux fois, spécialement à dix minutes de la fin, et en ne sachant pas « tuer » le match. C’est très dommage ! Notre public a encore été au rendez-vous pour nous pousser, mais cette fois cela n’a pas suffi. Bien sûr nous pouvons souligner les blessures qui nous ont handicapés car notre capitaine, « Ibou » SALL victime d’une petite déchirure au mollet, nous a manqué. Arnaud BINGO s’est aussi luxé un doigt en première période, même s’il a pu rejouer en fin de match. Mais encore une fois, avec notre super public, nous devions l’emporter pour maintenir notre rang et préserver notre forteresse du palais des sports. C’est une grosse déception !!! Nous irons vendredi à Dunkerque en Coupe de France et nous tenterons de faire un coup chez l’une des meilleures équipes du moment. Ensuite notre déplacement à Aix sera loin d’être facile. Nous aurons plaisir à retrouver notre salle, et on l’espère toutes nos forces, le vendredi 15 mars pour la venue de Créteil. Et nous saurons une fois encore compter sur nos supporters…

Interview par Dominique BOUZIANNE

Posté par fredgo à 18:35 - 02e) Vu par nos adversaires... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 février 2013

Vu du côté de Nancy : « Il ne faut pas avoir de regrets »

jacek-jedrzejewski-pris-dans-la-tenaille-alsacienne

Surclassé en première période par une impressionnante équipe de Sélestat le GNAHB s’est battu avec ses arguments et une bonne dose de fierté, hier soir. Les Nancéiens quittent la Coupe avec les honneurs

    Vandœuvre. La plupart des joueurs de Sélestat sur le parquet, ce jeudi soir, étaient encore bien jeunes à l’époque des faits. Et ils sont sans doute peu nombreux à avoir relevé l’antique anecdote. L’histoire, elle, se souvient que la plus belle campagne du SAHB en Coupe de France - conclue par une finale perdue contre l’immense OM Vitrolles (26-21) - avait débuté par un 1/16 e de finale victorieux face à… Nancy. On jouait alors la saison 1994-1995.
    Ce matin, la route est encore longue pour les hommes de Jean-Luc Le Gall, dans la quête d’un exploit renouvelé. Mais hier soir, aux Nations, les successeurs de Thierry Omeyer et compagnie ont déjà commencé à imiter leurs « ancêtres », en venant à bout d’une valeureuse équipe de Nancy. Une équipe du GNAHB qui aura tenu la dragée haute à son adversaire de gala durant les dix premières minutes de la rencontre, comme sur la majeure partie de la deuxième période. Sans plus de regret…
     Hier, le demi-finaliste de la dernière Coupe de la Ligue, avec son impressionnante base arrière, possédait une certaine marge de manœuvre, dans laquelle on ne l’a pas vu souvent grignoter. Mais surtout une puissance de feu qui a rapidement fait la différence au premier écart de conduite lorrain.
    Avec deux jolis contres d’entrée, et une insistance défensive payante, les hommes de Thierry Thoni avaient pourtant réalisé l’entame idéale. Avant de sombrer devant la furia alsacienne et ses armes de torture : le bras monstrueux de Pawel Podsiadlo (12/17) ou le pragmatisme de Jordan François-Marie (5/7), élu récemment meilleur joueur de LNH du mois de décembre.
   Avec, de surcroît, un Ivezic du feu de dieu (13 arrêts en première mi-temps) dans leurs cages, les Alsaciens s’envolaient littéralement à l’entame du premier quart d’heure (6-9 ; 14’).

Lagrange, le grand jeu

    Reculant défensivement, Nancy ne se trouvait plus sur ses attaques placées, incapable d’emballer le match (7-13 ; 19’) et de nourrir son jeu du grain de folie souvent salvateur dans ce type d’occasions.
   À la pause (11-19), les églises du canton auraient d’ailleurs pu sonner l’hallali sans un Vincent Lagrange irréprochable dans les cages lorraines !
   Avec un différentiel de moins neuf (12-21) creusé dès la reprise, l’addition commençait d’ailleurs à être salée. Avant que Senjin Kratovic et les siens ne produisent un effort salutaire et de circonstance. Eux qui auront eu l’immense mérite de ne pas se résigner !
   Revenus à trois buts (27-30 ; 57’) de leurs adversaires, Max Fortemps - capitaine ressuscité - et les Lorrains parvenaient même à instiller un impensable suspens en toute fin de partie. En vain… enfin pas tout à fait !
   Car si le GNAHB est bel et bien sorti de la Coupe de France - tombé contre plus fort que lui -, au moins n’a-t-il pas donné l’impression d’avoir laissé passer son tour !

François VADOT

Source L'est Républiquains

Posté par fredgo à 12:00 - 03a) Coupe de France - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,