Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

31 octobre 2011

Après Montpellier : Ils ont dit ...

Patrice Canayer (entraîneur de Montpellier) : « En première mi-temps, on ne jouait qu’à trois ou quatre et si on continuait comme ça, on pouvait perdre le match. Dans le vestiaire, on a dû remettre quelques têtes en place pour la seconde mi-temps. Et à la fin, j’ai même dû calmer un peu les choses pour qu’on arrête de gambader partout. L’ambiance au Rhénus était formidable, ça m’a rappelé l’Eurotournoi. Si seulement vous arriviez à pousser le basket dehors pour que le hand se fasse une place… »  

Patrice Canayer

Frédéric Beauregard (Sélestat) : « On ne peut pas être satisfait d’une défaite. Mais quand même, chapeau bas à l’équipe pour son état d’esprit. Maintenant, ce qu’il nous faut, ce n’est pas de beaux matches avec zéro point au bout, c’est une belle performance ».

La première accolade sera pour MaxJean-Luc Le Gall (coach de Sélestat) : « J’ai fait du mauvais coaching. Je voulais sortir Ivezic et lancer Duchêne au but à la 55 e. Mais j’ai un peu tardé et Ivezic s’est blessé à la 57 e ! »

Issam Tej (Montpellier) : « Je savais que le match serait difficile dans une telle ambiance. Mais ça m’a fait plaisir de revoir tous mes amis. Et le petit Duchêne, que j’entraînais chez les -12 ans à Sélestat ! »

William Accambray (Montpellier) : « Nous avons l’habitude de rencontrer des clubs survoltés dans de grosses ambiances. Mais Sélestat est vraiment une belle équipe. Et un public de connaisseurs comme il y en a un ici, on n’en trouve pas non plus dans toutes les salles. Ça fait plaisir d’être applaudi quand on fait un beau geste, même quand on est dans l’équipe adverse »

Source L'Alsace

--------------------

Olivier Jung

« On ne peut pas être content d’avoir perdu, confie le capitaine sélestadien, mais c’est tout de même une satisfaction d’être parvenu à tenir plus longtemps que d’autres équipes face à Montpellier. »

Yuri PetrenkoYuri Petrenko

« On a tout donné, on a joué à 100% de nos possibilités actuelles, estime le meneur de jeu du SAHB. On s’incline face à plus fort, mais on peut être fiers de nous, de ce qu’on a montré. »

Patrice Canayer

« Ce match a été difficile parce qu’il arrive au terme d’un mois d’octobre éprouvant  (neuf rencontres), lâche l’entraîneur montpelliérain. Mais aussi parce que Sélestat est une équipe de qualité, vaillante, qui nous a emmenés dans un match d’une grande intensité. Je tiens à la féliciter, tout comme à rendre hommage à ceux qui ont fait que ce match se soit déroulé au Rhenus. Cela prouve que l’Alsace mérite un grand club. J’espère qu’un après-midi comme celui-là ne restera pas sans lendemain. »


30 octobre 2011

J-0 : Le match en direct sur Top Music

.

SAHB 2010vsMONTPELLIER

Sélestat AHB vs Montpellier AHB

A suivre en direct sur Top music
(cliquez sur l'image)

montpellier direct

Posté par fredgo à 11:18 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

J-0 : On y est !

Sélestat aura-t-il l’âme d’un héros contre l’ogre héraultais ?

les-selestadiens-se-sont-entraines-hier-pour-la-premiere-et-seule-fois-de-la-semaine-dans-une-sall          Confronté au redoutable champion de France montpelliérain, presqu’aussi diminué que lui, le SAHB tentera de donner le change à un adversaire qui ne fait généralement   pas de détails, cet après-midi (16 h) à Strasbourg devant des tribunes combles.

        Quand on a comme unique objectif de se maintenir en Ligue Nationale, il faut savoir cibler ses matches et ne pas jouer les fanfarons. Notamment dans une confrontation aussi déséquilibrée entre le multiple champion de France (13 titres nationaux en 16 ans) et le promu. D’autant que les forces en présence plaident en faveur de Montpellier et de ses internationaux, même si l’équipe devra se passer des services des frères Karabatic et de Guigou. Et que les statistiques donnent le vertige. Car au cours de ses trois dernières saisons, l’équipe héraultaise n’a perdu que quatre matches en championnat de France dont trois contre Chambéry, l’autre héros s’appelant Tremblay vainqueur à Montpellier le 4 mars 2009. Ce qui signifie qu’en 84 journées de championnat, cette équipe n’a connu que quatre revers ! C’est dire la tâche qui attend les Sélestadiens face à un adversaire qui gagne sur une marge de plus de 10 buts d’écart depuis le début du championnat.

5500 spectateurs  ou supporteurs ?

Et pour compliquer encore un peu plus les choses, le SAHB connaît une cascade de blessures depuis le début de la saison qui l’empêchera de coucher quatorze noms sur la feuille de match. Il n’y en aura que treize avec deux jeunes de centre de formation : le gardien Maxime Duchêne qui effectuera son baptême du feu face à ce qui se fait de mieux en France et Régis Matzinger qui fait le nombre depuis trois semaines. Seul Djordje Pesic quitte l’infirmerie que fréquenteront encore longtemps Michal Salami et Jordan François-Marie, ainsi que Xavier Rechal qui ont été rejoints par Vlado Ostarcevic (touché à Chambéry) et le gardien Laszlo Fulop (blessé cette semaine).

Montpellier n’est finalement pas mieux loti puisque sa star (et celle de l’équipe de France) Nikola Karabatic restera à la maison pour soigner des traumatismes aux genoux. Son frère Luka sera aussi absent, tout comme la deuxième vedette de l’équipe de Patrice Canayer, Mickaël Guigou, touché mercredi en Coupe de la Ligue. Du coup, le coach montpelliérain n’a pu déplacer que douze joueurs pour ce match.  « Même si l’équipe commence un peu à tirer la langue, non pas par manque d’envie des joueurs mais en raison de la fatigue, il est important d’aller gagner à Sélestat », a précisé l’entraîneur des champions de France. Un match contre Sélestat mais à Strasbourg. Car les dirigeants alsaciens ont transformé ce rendez-vous en match de gala qui se jouera cet après-midi à 16 h à guichets fermés au Rhenus à Strasbourg.

« Le contexte est toujours important dans le résultat d’un match », souligne Jean-Luc Le Gall, le coach des « recevants » qui ont pu s’entraîner pour la première et seule fois de la semaine, hier après-midi.  « Il faudra savoir s’en servir en tentant de transformer en supporteurs ceux qui seront venus en spectateurs. Mais ce ne sera pas simple. On est tous conscients de la difficulté de la tâche. »

Des tripes, du courage, de la chance

N’empêche qu’en sachant leur adversaire diminué, même s’il reste assez d’individualités à Montpellier pour faire la différence, les Sélestadiens se disent qu’il y a peut-être quelque chose à faire. Un truc de fou. À condition d’être à fond dans le match de la première à la dernière minute. En défendant comme des chiens. En essayant d’être le plus propre possible pour lâcher le minimum de ballons.  « C’est un domaine qui nous a plutôt bien réussi jusque-là contre nos précédents adversaires. Maintenant, ce ne sera pas aussi simple contre Montpellier qui en a fait sa force. Il faudra être transcendés, être tous au-dessus de nos capacités et jouer intelligemment. Et puis dans les vingt dernières minutes, quand les forces risquent de manquer et qu’on sera dans l’engagement et dans le combat, il faudra des tripes et du courage… »

Un exploit contre Montpellier ne se réalise qu’à ce prix.  « Avec aussi un peu de chance, celle qui m’a permis de faire match nul avec Créteil il y a six ans en étant mené de deux ou trois buts à quelques minutes de la fin. » Il faudra tout ça. Pour donner ne serait-ce que le change au rouleau compresseur adverse. Jusque-là, Sélestat a toujours été dans le coup en concédant de courtes défaites contre Chambéry, Saint-Raphaël et Nantes. Tout à l’heure, il passera un autre test. D’un tout autre genre. Où il lui faudra éviter le crash.

Christian Weibel

Posté par fredgo à 09:09 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 octobre 2011

Présentation de la 7ème journée: Une grande fête en Alsace !

sahb_-_creteil_j-haeusser_okokChambéry a fait parler l'expérience et s'est imposé à St Raphaël (20-23) au terme d'une rencontre à suspens où les défenses ont bien souvent pris le pas sur les attaques. Cette 7ème journée commence sur du très haut niveau, Montpellier qui est attendu avec les honneurs par Sélestat au Rhénus de Strasbourg a la possibilité de rejoindre les Savoyards en tête de la LNH.

.

.

SAHB 2010vsMONTPELLIER

Sélestat AHB vs Montpellier AHB

Fête du hand à Paris, fête du hand à Sélestat ou plutôt à Strasbourg. Cette semaine, un des deux grands quotidiens d’Alsace a proposé à ses lecteurs de répondre à un sondage avec cette question : les handballeurs de Sélestat ont-ils une chance de battre Montpellier au Rhénus ? La différence est telle entre le promu et les champions de France que la réponse ne fait aucun doute. Mais au-delà du  résultat sportif, le club bas-rhinois a déjà gagné un 1er pari : dimanche sur le coup de 16h, 5500 spectateurs s’entasseront dans les gradins de la célèbre salle qui abrite le non moins célèbre EuroTournoi. Une vraie fête du handball qui selon les dirigeants du SAHB, auraient pu accueillir deux fois plus de monde, tant les demandes de billets ont afflué de toutes parts. L’engouement pour la discipline en Alsace existe et la venue de Montpellier est bien entendu un amplificateur. Mais voilà, mauvaise nouvelle pour les fans, l’équipe héraultaise fera le déplacement sans Nikola Karabatic, blessé aux deux genoux lors du match de Ligue des Champions à Copenhague. Malgré cette absence mercredi en quarts de finale de la coupe de la Ligue, Montpellier n’a pas fait de détails face à Tremblay (succès de 9 buts). Michael Guigou est également incertain. Toujours cette maudite douleur à l'aine ! Comme l’infirmerie sélestadienne est bien remplie avec les défections de François-Marie, Salami, Rechal, Ostarcevic et dernière en date, celle de l’excellent gardien Laszlo Fulop (problème au genou), l’équipe de Patrice Canayer n’a pas grand souci à se faire. Seule éclaircie dans le ciel couvert de Jean Luc Le Gall, l'entraîneur sélestadien, le retour dans l'effectif de Djordje Pesic, le pivot serbe.

Trois questions à Olivier Jung, le capitaine sélestadien

Dans votre position actuelle, comment abordez-vous ce match  ?

Pour nous, en Alsace, c’est avant tout une fête et un honneur d’accueillir Montpellier. Le club a mis les moyens et les passionnés de hand sont attirés par l’affiche. Certes, il ne faudra pas compter sur ce type de rencontre pour récolter des points. L’essentiel est de montrer une belle image de notre équipe à toute l’Alsace.

Vous partez battus d’avance ?

Ah, non ! On a quand même une âme de compétiteur, on a envie de le jouer à fond ce match et donner le meilleur. On sait que le tarif face à eux, c’est minimum 10 buts, il faut essayer de réduire cet écart et surtout de ne pas en prendre plus. Ces matches nous font grandir. Mais il ne faut pas oublier que Montpellier, Nantes ou Chambéry ne sont pas nos adversaires directs pour le maintien.

L’absence quasi certaine de Nikola Karabatic est-elle un avantage ?

Pour moi, cela ne change rien du tout. Leur banc est impressionnant et pour remplacer Karabatic, ils ont Bojinovic. Ils ont du « matos » pour mettre du rythme.
 
Source Handzone

Posté par fredgo à 18:30 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

J-1 : Patrice canayer : « content de jouer contre Sélestat »

Canayer P au Rhénus      C’est une équipe de Montpellier invaincue sur le sol français depuis le début de saison qu’accueille, demain au Rhenus (16 h), le Sélestat Alsace Handball. Un MAHB maître de son sujet depuis une bonne quinzaine d’années (13 titres depuis 1995) qui rêve, de plus, de s’offrir une deuxième Ligue des champions après celle remportée en 2003.

Ainsi donc, c’est un roc, un pic, un cap, une péninsule (comme le disait si bien l’ami Edmond) auquel s’attaque un SAHB handicapé. Mais une équipe héraultaise qui, elle aussi, paie son dû au rythme infernal réservé aux meilleurs.

« Nous avions identifié ce mois d’octobre comme difficile parce qu’il était d’importance sur la quantité  (le MAHB disputera son 9 e match depuis le début du mois demain) et la qualité, lâche Patrice Canayer. Nous ne nous étions pas trompés, il a, effectivement, été difficile. »

Il a, aussi, laissé des traces. Le champion de France en titre ne se déplacera ainsi qu’avec 12 joueurs ce week-end en Alsace  (voir ci-contre). « Et ce n’est vraiment pas parce que nous prenons ce match à la légère, continue le coach montpelliérain. Croyez-moi, si nous avions pu faire le déplacement au complet, nous l’aurions fait. »

Ce n’est d’ailleurs pas le genre de la maison de négliger quoi ou qui que ce soit. « Non, non, continue Patrice Canayer. Nous prenons ce match très au sérieux. Sélestat aligne une équipe de qualité qui n’aura pas grand-chose à perdre sur ce coup-là. Et donc capable du meilleur. Ce match va, pour nous, être affaire de concentration, au niveau personnel comme collectivement. Le danger qui nous guette est celui d’une forme momentanée de relâchement. Mais si cela a pu nous arriver par le passé, il est rassurant de constater que cela devient de plus en plus rare. »

L’entraîneur languedocien n’en fait pas moins preuve de la plus grande méfiance, preuve du respect qu’il porte au SAHB. Il ne cache, de plus, pas son plaisir de retrouver le Rhenus et l’Alsace. « Vraiment, je suis content de ce crochet chez vous, content de retrouver Strasbourg, de jouer contre Sélestat dans une salle qui affichera complet. Je tiens vraiment à féliciter ceux qui ont fait qu’un tel rendez-vous ait été fixé. Cela me permet de dire à ceux qui peuvent penser que Montpellier est un handicap pour le handball français, sous prétexte qu’il écrase toute concurrence, ont tort. Je pense, au contraire, que nous contribuons à l’essor de notre sport. »

« Les joueurs aiment ce genre de matches »

Et les joueurs ne sont pas les derniers à apprécier faire le plein à chacun de leurs déplacements. « Ils aiment ce genre de matches. La preuve, cette séance de dédicaces à laquelle nous nous prêterons volontiers à la fin de la rencontre. Ne serait-ce que pour remercier ceux de Sélestat qui se sont mouillés pour que ce match puisse se dérouler au Rhenus. »

Les Sélestadiens le savent, l’entraîneur héraultais le souligne : Montpellier ne leur donnera rien demain. Il leur reste à « avoir le courage d’être des héros » comme l’a si bien écrit Maurice Rostand, fils de l’ami Edmond…

Source Dna

Posté par fredgo à 18:14 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Vu du côté de Montpellier : l'important c’est d’aller gagner à Sélestat,

 


Sélestat-Montpellier Agglomération Handball, dimanche 30 octobre.

C’est le dernier match du mois d’octobre. Neuf matchs joués tout de même ce mois ci. Ce sera la fin d’un « premier cycle » que l’on savait très important. Dans l’ensemble Patrice Canayer est satisfait de la manière dont l’équipe évolue. Aujourd’hui ce qui est important c’est d’aller gagner à Sélestat, même si l’équipe commence un peu à « tirer la langue » non pas par manque d’envie des joueurs mais par fatigue. Trois jours après le gros match à Copenhague l’équipe a été capable de livrer un bon match contre Tremblay, alors que ces derniers n’avaient pas joué depuis une semaine. Le groupe est donc un peu diminué, puisqu’il se déplacera à douze joueurs, mais il n’y a aucune raison pour qu’il n’arrive pas à tenir la route. Ce sera un match un peu particulier car il se jouera au Rhenus à Strasbourg devant une salle pleine. Mais les joueurs du MAHB ont toute la fraicheur mentale pour mener à bien ce match.

L’équipe qui fait le déplacement à Sélestat ce week-end est donc :
    
      Les gardiens: Richard Stochl, Primoz Prost, 
     Les joueurs : Samuel Honrubia, Rémi Salou, Issam Tej, Dragan Gagic, Maxime Cochard, Vid Kavticnik, Antoine Gutfreund, Mladen Bojinovic, William Accambray et Wissem Hmam

Des nouvelles des blessés :

    Suite au traumatisme survenus aux genoux lors du match Copenhague-Montpellier la Commission Médicale a pris la décision de prolonger la période d’arrêt de Nikola Karabatic jusqu’au lundi  7 novembre. De ce fait Nikola Karabatic ne pourra pas participer à la rencontre de Championnat de France ce dimanche 30 octobre à Sélestat et ne pourra pas honorer sa convocation en équipe nationale lors de la période du 31 octobre au 6 novembre.

    Quant à Michaël Guigou, suite à sa blessure lors du match contre Tremblay en quart de finale de Coupe de la Ligue, le joueur passe cette fin de semaine des examens complémentaires pour déterminer la nature exacte de la blessure. L’équipe médicale pourra ainsi adapter la meilleure thérapie à sa blessure afin qu’il puisse rejouer sans avoir de problèmes. Michaël Guigou sera de surcroit également absent des parquets pendant une dizaine de jours.

   Wissem Hmam avait été sonné pendant le match contre Tremblay (pour rappel, suite à un choc avec un joueur de l’équipe adverse, il avait une plaie ouverte sous l’arcade) mais jouera ce week-end contre Sélestat.

Source MAHB

Posté par fredgo à 13:24 - 01) Actus et News - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

J-1: Guynel Pintor, « J’ai hâte d’y être »

      Pintor G Certes, Nikola Karabatic et Michaël Guigou ne seront pas là. Mais la venue de Montpellier au Rhenus, demain pour la 7 e journée de D1, reste tout de même l’événement sportif de ce week-end en Alsace. Guynel Pintor et les Sélestadiens entendent bien en profiter au maximum.

     Guynel Pintor n’a pas peur des mots. Le match contre Montpellier, demain au Rhenus ? « Un rêve », sourit le jeune arrière gauche sélestadien (20 ans).

     « On va affronter des joueurs que l’on voyait encore à la télévision la saison dernière quand nous étions en D2. Je vais devoir défendre sur Accambray  (l’arrière gauche de Montpellier, champion du monde avec l’équipe de France, ndlr), c’est super ! »

« Ce n’est pas un match comme les autres, c’est quand même Montpellier ! »

     Même s’il sait que les chances sélestadiennes de créer l’exploit sont minces, Guynel Pintor ne boude pas son plaisir. « Ce n’est pas un match comme les autres, c’est quand même Montpellier ! On en parle entre nous depuis le début de la semaine, même si nous restons concentrés. On a envie de bien faire. C’est la première fois que je vais jouer contre cette équipe, en plus devant 5 000 personnes. C’est le plus grand match de ma carrière jusqu’à aujourd’hui. J’ai hâte d’y être. »

     Comme tous ses coéquipiers, ce sera la première fois qu’il jouera devant tant de monde. « Montpellier est un peu comme chez lui au Rhenus et a l’habitude de jouer devant beaucoup de monde. Mais la salle à Sélestat est aussi toujours pleine et il y a toujours de l’ambiance », se rassure le Martiniquais.

      L’arrière gauche sélestadien ne croisera pas sur le parquet du Rhenus Nikola Karabatic ou Michaël Guigou, les stars de Montpellier. « Mais il y a tellement d’autres bons joueurs dans cette équipe… », soupire Guynel Pintor.

       Le double mètre violet, qui se consacre quasi exclusivement aux tâches défensives, sait que le défi sera immense demain. Mais la perspective de croiser Kavticnik, Accambray ou Bojinovic ne hante pas l’esprit du numéro 15 violet.

       « C’est clair qu’il y a un peu de tension, mais je ne joue jamais un match dans la tête avant le jour J. Contre Chambéry il y a une dizaine de jours, il y avait Xavier Barachet  (lui aussi champion du monde avec l’équipe de France, ndlr). Personnellement, je suis content d’affronter des joueurs de ce calibre. C’est magique. »

« Ce ne sera pas facile d’arrêter des joueurs comme Accambray ou Kavticnik »

       Avec les absences des uns et des autres  (voir par ailleurs), Guynel Pintor sera sans nul doute sollicité par Jean-Luc Le Gall au sein de l’arrière-garde sélestadienne. « Les blessures ont fait que j’ai pu m’exprimer en défense lors des derniers matches. Ce ne sera pas facile d’arrêter des joueurs comme Accambray ou Kavticnik. Pour les voir souvent à la télé, on connaît leur jeu. Mais ils sont capables de tout faire sur un terrain. »

       Face à une équipe de Montpellier qui a remporté ses six premiers matches avec un écart moyen de dix buts, Sélestat ne s’est pas fixé d’objectif.

       « Notre équipe ne lâche jamais. On va défendre fort, comme on le fait depuis le début de la saison et on verra… » Guynel Pintor s’emploiera surtout à ce que les étoiles montpelliéraines ne transforment pas son rêve en cauchemar.

Source Dna

Posté par fredgo à 13:15 - 20) La saison 2011/12 en LNH - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

J-1 : Montpellier est-il vraiment imbattable ?

     Quelques anciens de Sélestat ont donné leur avis concernant la manière de procéder pour tenter de battre l’ogre montpelliérain. Selon ces spécialistes, la fenêtre de tir est étroite mais pas tout à fait impossible.thierry-omeyer-baptiste-butto-heykel-megannem-et-sassi-boultif-(de-gauche-a-droite-et-de-haut-en-b

       Depuis plus de deux ans et demi, aucune équipe du championnat de France, à l’exception de Chambéry, n’est arrivée à faire mordre la poussière à Montpellier. Il faut remonter au 4 mars 2009 pour trouver la trace de la dernière défaite des Héraultais. Contre Tremblay. Autant dire que la tâche des Sélestadiens, ce dimanche contre le multiple champion de France, relève de l’impossible. Mais comme l’exploit fait partie du sport, on ne peut rien exclure.

Le match de leur vie

     « Il y a toujours une chance à saisir, aussi petite soit-elle, estime Heykel Megannem (Saint-Raphaël).  Pour réussir un bon match, il faut que tous les joueurs évoluent au-delà de leurs capacités. Il est essentiel de se transcender afin d’aborder un tel match dans l’espoir de le gagner. Sinon ça fait moins 15 à l’arrivée. »

Avant d’élaborer une quelconque stratégie, l’état d’esprit semble donc primordial.  « Nos adversaires sont obligés de sortir le match de leur vie », confirme le gardien de Montpellier Mickaël Robin en convalescence après un accident de scooter au printemps.  « Même si c’est Montpellier en face, il faut y croire à 400 %, suggère Rock Feliho, le capitaine nantais qui rappelle que son équipe avait longtemps inquiété le champion l’an dernier en n’échouant que de deux buts (30-32).  Il faut toujours s’appliquer à rester dans le match et tenter de casser le rythme le plus possible. »

Son coéquipier, Seufyann Sayad penche aussi pour cette option, car le MAHB  « n’enflamme pas immédiatement le match mais pèse physiquement sur la rencontre au fil des minutes. Il faut donc perdre le minimum de ballons pour éviter de leur fournir trop de munitions. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire, d’autant que Montpellier semble inabordable en ce moment. À moins de faire comme Copenhague (N.D.L.R. : premier tombeur du champion de France dimanche dernier en Ligue des Champions) ».

Prendre du plaisir

Deux semaines plus tôt Thierry Omeyer n’était pas arrivé, malgré une bonne vingtaine d’arrêts, à stopper la machine héraultaise, venue s’imposer à Kiel.  « Ça me paraît plutôt compliqué dans la mesure où les deux clubs (Sélestat et Montpellier) n’ont pas les mêmes objectifs. Ses adversaires tiennent souvent une mi-temps avant de céder face au rouleau compresseur montpelliérain. Pour avoir une chance de gagner, il faut déjà réussir un match parfait et compter sur un relâchement de Montpellier. Mais ce n’est pas dans les habitudes de la maison. Les Sélestadiens doivent surtout se lâcher et prendre du plaisir. Goûter à ce qui sera une belle fête et s’en servir pour la suite. Car cette équipe a montré de belles choses depuis le début du championnat. »

Un ancien joueur de Sélestat a déjà réussi l’exploit de battre Montpellier. Il s’agit de Sassi Boultif en finale de la Coupe de la Ligue 2009 à… Miami.  « Il faut être vraiment costaud et se mettre la tête dans les murs. Avoir une envie incroyable, un truc qui vient du cœur, et surtout ne rien lâcher, même pas une seconde. Car Montpellier tabasse tout le monde. Ils sont intouchables. »

Jouer avec ses armes

     « Montpellier pourrait présenter deux équipes en LNH tellement leurs postes sont doublés, estime aussi Baptiste Butto, meilleur buteur du championnat l’année dernière avec Dunkerque.  Si tu rentres dans un combat physique contre eux, c’est se jeter dans la gueule du loup. Car c’est difficile de rivaliser pendant soixante minutes. Il faut essayer de jouer avec ses propres armes. »

      « L’une des grandes forces de Montpellier consiste à récupérer le ballon et à le monter très vite. Il faut donc lâcher le moins de balles possibles et éviter de jouer en première intention, prévient Damien Waeghe qui s’est incliné de 9 buts mercredi avec Tremblay à Montpellier.  Cela demande une grosse débauche d’énergie en défense afin de pouvoir les prendre à leur propre jeu. Mais c’est épuisant pendant une heure. »

      « Si une équipe nous emmène dans le money time, ce ne serait plus la même chose », considère Mickaël Robin. Pour l’instant cela n’est pas encore arrivé cette saison en championnat de France. Sélestat y arrivera-t-il ? Malgré le bel état d’esprit affiché depuis le début de la saison, cela tiendrait du miracle.

 Christian Weibel
Source L'Alsace

28 octobre 2011

Issam Tej : Le cœur ici, là-bas

       Le Sélestat-Alsace accueille Montpellier, ce dimanche (16h) au Rhenus sport. Un match particulier pour Issam Tej, un des piliers de la formation championne de France, qui s’est découvert à Sélestat.
 Issam Tej, ou quand talent et amitié vont de pair…. Photo DNA – michel frison

 

Ce ne fut pas un coup d’essai, mais un coup de maître, oui.

       Pas un coup d’essai dans la mesure où François Berthier, dénicheur de talent et entraîneur du SCS d’alors, avait, un an plus tôt, attiré à Sélestat un Heykel M’Gannem inconnu au bataillon, sauf peut-être à celui d’Afrique. On sait la marque que le garçon a, ensuite, déposé. En Alsace, à… Montpellier, aujourd’hui à Saint-Raphaël.
       C’était en 2002. Un an plus tard, le « Maya » en question embauchait (débauchait, c’est selon) un dénommé Issam Tej ne figurant, à l’époque, sur aucune tablette. On avait, alors, beau consulter tous les sites de recherche, les quelques traitant du handball notamment, rien, nada. Ou si peu.

« Sélestat est mon point de chute, là où j’aimerais terminer ma carrière »

       Pas un coup d’essai donc. Mais un coup de maître, un autre. Parce que, après un attaquant hors norme, la formation bas-rhinoise allait se doter d’un autre joueur unique. Vague défenseur, et uniquement défenseur, de l’équipe de Tunisie d’alors, le Tej en question allait, en effet, vite prouver qu’internet et ses internautes, que les connaisseurs (?), ne détenaient pas toutes les vérités. Mais que lui avait l’étoffe d’un futur grand.
       Tout cela se passa un soir de match au Tournoi de la Mirabelle organisé à Metz. C’est là que l’actuel pivot de Montpellier, devenu au fil de ses saisons françaises un des tous meilleurs (le meilleur ?) spécialiste à son poste, se décida à quitter son Espérance Tunis de toujours pour tenter l’aventure. sélestadienne. Pour commencer et pour trois ans. Trois parce que le garçon, remarqué par beaucoup puis contacté par la formation héraultaise, se fit un devoir de rajouter, de lui-même, une année à son contrat. Juste parce qu’il sentait le devoir au club qui l’avait lancé.
       Il a beau passer pour ce qu’il n’est pas, Issam Tej est un homme de cœur. Et c’est parce qu’il est comme ça qu’il a gardé tant de points de chute en Alsace. Qu’il éprouve tant de plaisir à y revenir, parce que handballeur, parce que fidèle en amitié aussi et surtout.

L’hommage à Germain

        « C’est là qu’on m’a donné l’occasion de me faire connaître, là que je me suis fait mes premiers amis français (Omar, Arthur, Estelle, Jacques, Alain). Alors, bien sûr, je me sens redevable de ce club. Sélestat est mon point de chute, là où j’aimerais terminer ma carrière si ma vie de sportif me le permet. Et si on veut toujours de moi là-haut… »
         Forcément, la rencontre opposant le SAHB à Montpellier ce dimanche ne laisse pas un des plus illustres N.6 sélestadien de marbre.
         « Affronter Sélestat a toujours une saveur particulière. Disputer ce match à Strasbourg c’est bien, mais j’avoue que j’aurais préféré qu’il se déroule au CSI. Parce que je n’y ai jamais joué et que c’aurait été l’occasion de rendre hommage à Germain Spatz dont la disparition m’a énormément peiné. C’est aussi grâce à lui si je mène la vie qui est la mienne aujourd’hui. »
        36993132_pPour l’ancien international tunisien («j’ai mis, pour des raisons qui me sont personnelles, une parenthèse à ma carrière internationale »), évoluer au Rhenus ne sera, de plus, pas forcément un avantage pour Montpellier.
        « On y a plus joué que les Sélestadiens, c’est vrai, mais alors les spectateurs étaient tous derrière nous. Je sais pour l’avoir vécu, l’ambiance qui régnait au Cosec. Ils étaient 1 000 à cette époque, alors 5 500 ! »
        Pour qui a joué (et gagné) à Kiehl ou Copenhague («une défaite qui doit nous servir à avancer »), voilà qui ne devrait cependant pas poser d’énormes problèmes, d’autant qu’ils seront nombreux à avoir les yeux de Chimène pour le pivot montpelliérain.
       « Je me réjouis, vraiment. De jouer ce match, de respirer à nouveau l’air alsacien, de revoir mes amis sélestadiens. Ca fait un bon moment que nous nous sommes donné rendez-vous… »
      Sous contrat avec Montpellier jusqu’en 2015, plus si affinités, Issam Tej opérera en territoire conquis dimanche. Pas sûr, pourtant, que le guerrier qu’il est n’éprouve pas un petit pincement au cœur au moment du coup d’envoi. Sûr qu’il en éprouvera un…

Source Dna

Posté par fredgo à 12:55 - 05) Interviews - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Issam Tej : « Tout mon cœur est à Sélestat »

          Issam Tej est ravi de retrouver Sélestat sur son chemin ce dimanche au Rhenus à Strasbourg. Car le pivot de Montpellier a gardé une relation très particulière avec la ville de son premier club en France.

Issam Tej revient toujours avec plaisir en Alsace où il a fait ses premiers pas dans le championnat de France. Archives Jean-Marc Loos

        Alors qu’il a quitté l’Alsace depuis cinq ans désormais, Issam Tej n’a pas rompu le lien qui le lie à Sélestat. Il y a gardé tellement de relations et laissé tant de souvenirs dans l’ancien Cosec de l’Ill qu’il aime plus que tout remonter le temps lorsqu’il refait étape à Sélestat ou Strasbourg. Si bien que le match de dimanche (16h) dans un hall Rhenus qu’il fréquente chaque début de saison à l’occasion de l’EuroTournoi, constitue un de ses rendez-vous particuliers de la saison.

         « Ce sont des retrouvailles pour moi et le public de Sélestat qui me tiennent à cœur, confirme l’intéressé. Mais avant d’en parler, je voudrais encore une fois saluer la mémoire de Germain Spatz dont le décès, la semaine dernière, m’a particulièrement ému. Car mon cœur battait pour cet homme qui a tant donné au handball alsacien et à sa ville. Il s’est battu pour la construction de la nouvelle salle. Et, personnellement, c’est aussi le président qui m’a fait venir en France, qui m’a fait confiance grâce auquel j’ai pu construire ma carrière. »

        C’est à l’été 2003 que le pivot de la sélection tunisienne a posé ses valises à Sélestat. Il ne lui a pas fallu longtemps pour se faire apprécier et permettre à son club de quitter son habituel statut de relégable. Avec une 8 e place en 2004, suivi d’une 6 e l’année d’après grâce au tandem qu’il formait avec Heykel Megannem. Mais Issam a surtout collectionné les amitiés en Alsace dont la plupart sont restées très vivaces. « Tout mon cœur est à Sélestat où j’ai beaucoup plus d’amis qu’à Montpellier même si la ville est bien plus petite. A Montpellier tout le monde me connaît, mais à Sélestat c’est plus chaleureux. »

       En revanche, sur le parquet dimanche, il ne connaîtra pas grand monde à part Arnaud Freppel et Olivier Jung. « L’équipe a beaucoup changé mais elle obtient de bons résultats depuis son retour en D1. Son match à Chambéry a frappé les esprits, tout comme ses courtes défaites à Nantes ou contre Saint-Raphaël. C’est dommage que le SAHB a laissé passer sa chance de prendre des points. »

        On pourrait ajouter : d’autant que face à Montpellier c’est quasi mission impossible. Issam Tej et ses prestigieux coéquipiers alignant 26 victoires de rang en Ligue Nationale, châtiant leurs adversaires avec une moyenne de 10 buts d’écart depuis le début du championnat. Mais celui qui a été élu trois fois meilleur pivot du championnat ne l’entend pas de cette oreille. « Dimanche ce sera un match difficile. D’autant que Sélestat aura l’avantage de jouer devant 5 000 spectateurs. Comme je suis bien placé pour savoir à quel point un millier de Sélestadiens peuvent peser sur un match à domicile, je redoute qu’ils soient transcendés en étant cinq fois plus nombreux. Surtout si le score est serré. Gare à nous. » Il n’est d’ailleurs pas dans les habitudes du multiple champion de France de sous-estimer un adversaire.

      C’est aussi l’un des secrets de sa réussite. « Depuis des années, nous dominons le championnat, enchaîne Issam. Gagner est devenu une habitude au club. Et pour ne pas être surpris on se doit de respecter tous les clubs même ceux qu’on considère inférieur. Sinon, cela peut se retourner contre nous. Toutes les autres équipes du championnat font le match de l’année contre nous. Toutes les salles où nous jouons sont pleines et nos adversaires font monter leur taux d’agressivité. Cela nous oblige à faire tourner l’effectif à chaque match. À Montpellier, chaque joueur dispose en moyenne de 30 à 35 minutes. Pas plus. Pour ne pas être grillé. »

    Cette constante volonté de gagner, cette accumulation de titres, l’ont convaincu de poursuivre l’aventure jusqu’en 2015 avec Montpellier alors que beaucoup de clubs le courtisaient. « Pourquoi changer si je suis déjà dans un des meilleurs clubs européens ? On vise la Ligue des champions, on a recruté Thierry Omeyer et j’ai construit ma vie ici. Si un jour je quitte Montpellier, ce serait pour Sélestat. Je suis persuadé que même à 36 ans je pourrais encore jouer 3 ou 4 ans à Sélestat. Car je fais attention à ma condition physique en étant le plus sérieux possible. Il me faut surveiller la prise de poids, » confie Issam qui a acquis la nationalité française il y a un an. « J’ai pris ma retraite internationale après les Mondiaux de janvier. Mais je serai fier de porter le maillot bleu si on a besoin de mes services. » Ce qui constituerait un renfort de poids pour les Experts après les Jeux de Londres.

Christian Weibel
Source L'Alsace

Posté par fredgo à 12:43 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,