Le 8ème Rugiss' Hand

Bienvenue sur le 8eme Rugiss'Hand, site amateur dédié au club phare du Sélestat Alsace Handball, à ses joueurs et destiné à son fidèle public. Retrouvez toute les infos possibles...

10 mai 2015

Liste Alphabétique des anciens joueurs Violets

ANDRES Gilles (Fra) de 1996 à 1998
AMAN Valentin (Fra) de 2008 à 2013
AMREIN Cedric (Fra)  de 1995 à 1996  
ARNAUD Bastien (Fra)   de 2004 à 2009
BALMY Nicolas (Fra) de 2004 à 2007
BARAN Michal (Slo) de 2007 à 2009
BARASSI Martial (Fra) de 1992 à 1998
BARREIRA José (?)  de 1994 à 1996
BERETTA  Kevin (Fra) de  2010 à 2015
BERTHIER François (Fra) de 1984 à 1998 puis entraîneur de 2001 à 2008
BERTRAND Jean Michel  de 1992 à 1994
BEZANCON Jean René (Fra) de 2000 à 2001
BILOUM El Hadi (Alg)  de 2006 à 2009
BLEGER Vincent (Fra) de 1993 à 1994
BOILLAUD Victor (Fra)  de 2002 à 2009
BOISSONNET Jerome (Fra)   de 1992* à 1994
BOUAKAZ Yacinn (Fra) de 2003 à 2004
BOULANGHIEN Yannick (Fra) de 1996 à 2001
BOULTIF Sassi (Fra)  de 2000 à 2003
BUTTO Baptiste (Fra)  de 2004 à 2009
CALIC Milan (Fra)   de 2008 à 2009
CAMARA Tom (Fra)   de 1992* à 1996
CELCAL Gary (Fra)   de 2009 à 2010
CELICA Dusko en 2014
CHABERT Jeremy (Fra)   de 2008 à 2009 
CHAMPAGNE Frantz (Fra) de 2003 à 2004
CLEMENTIA Samuel (Fra) de  2014 à 2015
CROZET Nicolas (Fra) de 2000 à 2002
DEMANGEON Frederic (Fra) de 1997 à 1998
DENAIN Gregory (Fra) de 1998 à 2003
DUCHENE Maxime (Fra) de 2011 à 2014
DOBRESCU Dragos (Rou) de 1997 à 2001
DURAND Kevin (Fra)   de 2009 à 2010
DURBAN Allan (?) de 1995 à 1997
ENGEL Olivier (Fra)  de 1992 à 2003
EYMANN Kentin (Fra)  de 2008 à 2014
FAVEEUW Marc de 1989* à 1994
FELIHO Rock (Fra)  de 2000 à 2004
FOUBERT Robin (Fra)  de 2009 à 2011
FRANCOIS-MARIE Jordan (Fra)  de 2009 à 2015

FRANCK Francis (Fra)  de 2003 à 2007 et 2009 à 2011
FREPPEL Arnaud (FRA) de 1998 à 2007 et 2010 à 2014
FULOP Laszlo (Hon)  de 2011 à 2015

GALLOTTE Sébastien (Fra)   de 2004 à 2010
GATEAU Edie (Fra) de 1994 à 1999
GIRARDIN Nicolas (Fra)  de 2005 à 2011
GOLLING Matthias (?) de 1994 à 1995
GUDJONSSON Snorry Stein (ISL) de 2014 à 2015
GUERS Benjamin (Fra)
de 2000 à 2002
GUERS Nicolas (Fra) de 2000 à 2002
GUTFREUND Antoine (Fra)     de 2009 à 2010
HARAKET  Hatem (Tun)  de 2006 à 2008
HAAS Josselyn (Fra)  de 2006 à 2007
HOFFER Bertrand  de 1992* à 1996
IGHIRRI Mehdi (Fra)  de 2003 à 2007
IVEZIC Obrad (SER) de 2010 à 2014
JEROU Makram (Tun)  de 2006 à 2007
JOVICIC Mladen (Bos) de 2002 à 2003
KARCHER Olivier (Fra) de 1998 à 2003
KEMPF Bruno  de 1992* à 1994
KUHN Daniel de 1992* à 1996
LOEHRER Marc 
de 1992* à 1993
LOU-MOHA Yohann (Fra) de 1995 à 1999
MALASEVIC Nikola (Ser) de 2004 à 2006
MARTIN Gregory (Fra)   de 2003 à 2009
MATHIS Louis (Fra) de 2003 à 2009
MATZINGER Régis (Fra) de 2009 à 2013

MEGANEMM Heykel (Tun) de 2002 à 2005
MICHEL Volker (All)  de 2003 à 2004
MOTLICK Radek (Tch)   de 2007 à 2009
NESTOR Raphael (Fra)  de 2003 à 2007
HULJINA Tomislav (Cro)   de 2007 à 2011

OMEYER Christian (Fra)  de 1996 à 2011 puis directeur technique du SAHB
OMEYER Thierry (Fra) de 1994 à 2000
OSTARCEVIC Vladimir (Cro)   de 2010 à 2012
PABST Bertrand (Fra) de 1996 à 2003 puis entraineur adjoint de 2006 à 2009.
PESIC Djorge (SER) de 2010 à 2012
PETRENKO Yuriy (UKR) de 2010 à 2012
PINTOR Guynel (Fra) de 2008 à 2014
PODSIADLO Pawel (Pol) de 2011 à 2014

RACHDI Youness (Fra)  de 2001 à 2002
RAMEL Julien (Fra)  de 2005 à 2006 et 2007 à 2009
RECHAL Xavier (FRA) de 2009 à 2014
ROBIN Michael (Fra) de 2002 à 2007
ROBIN Stéphane (Fra)  de 2002 à 2004
SALAMI Michal (Pol) de 2007 à 2014
SARNI Naim (Fra)   de 2008 à 2010
SAYAD Seufyann (Fra) de 1996 à 2002
SCHAERLINGER Jeremy (Fra)  de 2000 à 2004
SCHMIDT Stéphane (Fra) de 1993 à 2002
SCHMOUTZ Serge (Fra) de 1994 à 1996
SCHWARTZ Jean François  de 1992* à 1994
SILBER Julien (Fra) de 1996 à 2002
STACHNICK Didier (Fra) de 1992* à 2002
STANGRET Vincent (Fra)  de 2000 à 2003 et 2004 à 2005
TALLO Mariam (Slo) de 2004 à 2006
TCHOUMAK Igor (Rus)  de 2000 à 2003
TEJ Issam (Tun)  de 2003 à 2006
TSCHIRRET Johann (Fra)  de 2008 à 2010
VICHOT Christophe  de 1992* à 1993
VOINA Bogdan (Rou) de 1998 à 2000
VONE Franck (Fra)  de 1992* à 1995
VOLKER Michel (All) de 2003 à 2004
VUJOVIC STEVAN (MON) de 2013 à 2015

WAEGHE Damien (Fra)  de 2005 à 2007
WICK Franck (Fra)  de 1996 à 1999
WILLMANN Julien (Fra)  de 1998 à 2007
WILTBERGER Marc (Fra)  de 1998 à 2001
WINOGRODSKI Daniel (Fra) 
de 1992* à 1994


03 avril 2014

Des nouvelles de nos anciens: Victor Boilaud va mieux...

Boillaud

     Victime d’un « burn out »* l’an dernier, et disparu des terrains de handball depuis la mi-novembre, le demi-centre du Mulhouse Handball Sud Alsace Victor Boillaud va beaucoup mieux. Mais peut-être pas au point de reprendre la compétition.

« C’est venu progressivement, les premiers signes sont apparus en juin dernier. » Ces signes, comme les appelle Victor Boillaud, ont été les prémices d’un « burn out », le syndrome d’épuisement professionnel. « J’étais dans un sale état. Mon esprit voulait continuer, mon corps me disait tout simplement stop. »

C’est à la mi-novembre, alors que le MHSA était leader et invaincu (7 victoires et un nul) que le demi-centre mulhousien de 28 ans a décidé de réagir et se prendre en main. Fini le hand, terminé Mulhouse, il fait ses bagages et retourne chez lui, à Dijon. « Aujourd’hui, ça va mieux, je me retape. Le plus dur est passé, mais c’est un processus vraiment très, très lent. Je suis suivi par un bon psy, avec qui j’ai des discussions très intéressantes. Ça m’aide beaucoup. J’ai également acheté un livre sur le ‘’burn out‘’ qui me permet de comprendre pas mal de choses. »

Désormais à Paris, « chez mon oncle pour m’occuper, apprendre un nouveau métier et ne pas ruminer » , Victor Boillaud pense avant tout à se refaire une santé, loin du handball. « Je suis en phase de récupération et j’évite de me prendre la tête. C’est long, mais il faut attendre que le temps passe. Le hand ? Parfois j’ai envie de rejouer, d’autres fois non. Je n’en sais rien en fait. Ce que je sais, c’est que je ne veux plus me remettre dans le même état. »

Mais loin du handball ne veut pas dire loin du MHSA. « Je suis toujours les résultats du club et je suis resté en contact avec les mecs de Mulhouse. J’ai même participé à un entraînement avec eux il y a trois semaines. J’irai peut-être les voir à Massy samedi. Si je me sens bien et si ça ne me perturbe pas trop. »

S’il a évidemment déploré l’absence de son atypique demi-centre, aussi talentueux qu’imprévisible sur un parquet de handball, le MHSA a poursuivi sa route sans lui. Si les mauvais résultats actuels (8 défaites lors des 11 derniers matches) ne peuvent pas uniquement se limiter à l’absence d’un seul joueur, le club mulhousien guette avec impatience le retour de l’un de ses cadres. De son côté, Victor Boillaud remonte la pente, à son rythme, celui que lui impose son corps. La bataille n’est pas encore gagnée, mais elle bien engagée.

*Le burn out, ou syndrome d’épuisement professionnel, résulte d’un stress. Ses symptômes psychologiques et physiques se traduisent par une grande fatigue voire une dépression.

Marc Calogero

www.lalsace.fr

Nous lui souhaitons un bon rétablissement
Le 8ème Rugiss'Hand

Posté par fredgo à 12:23 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juillet 2013

Joyeux anniversaire Victor

 

Victor Boillaud

Aujourd'hui, nous fêtons l'anniversaire d'un ancien violet qui a joué 7 saisons à Sélestat de 2002 à 2009 : Victor Boillaud

 Il fête aujourd'hui ses 28 ans...

    Victor va débuter sa quatrième saison au sein de l'équipe mulhousienne. Sa saison aura été pleine avec en prime une belle troisième place de Meilleur demi-centre de Pro D2 pour la saison écoulée. Sa seule déception restera sans doute celle de n'avoir pas reussi à monter en lnh pour la deuxième année conséquitive.
      Allez... jamais deux sans trois...

 Joyeux anniversaire Victor

Posté par fredgo à 00:20 - 24) Anniversaires et naissances - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 décembre 2010

« Et il nous restera quoi après notre carrière ? Les potes »

    Derby

   

.
.
.
.
..   J-4
.
.
.
.
.
.
.
.

.Mul_1
 

     Ils ont débuté leur carrière professionnelle à Sélestat, ils se retrouvent aujourd’hui sous le maillot du Mulhouse Handball Sud Alsace. À cinq jours du grand derby de la Pro D2 (samedi 20 h à Sélestat) entre le leader et le 3 e, Victor Boillaud, Mehdi Ighirri et Sébastien Gallotte ont accepté d’évoquer avec franchise, mais aussi avec une bonne dose d’humour, ces retrouvailles au goût forcément particulier.

Marc Calogero pour L'Alsace: Pour commencer, dites-nous brièvement ce qui vous a poussés un jour à quitter Sélestat ?
Sébastien Gallotte : Ce n’est pas que je n’ai pas eu le choix, mais en gros ils m’ont fait comprendre qu’il fallait que je parte. C’est comme ça, c’est la vie de professionnel. C’est un mal pour un bien et je n’en veux à personne. Et ensuite Mulhouse m’a contacté. Je suis simplement content d’être là aujourd’hui et de jouer avec mes potes.
Mehdi Ighirri : Perso, il me restait un an de contrat mais Sélestat avait recruté un nouveau demi-centre (Baran) et j’avais l’occasion de partir soit à Mulhouse soit à Pontault. Finalement c’était Pontault… puis Mulhouse !
Victor Boillaud : Ben moi, j’ai connu la descente avec Sélestat et je pouvais continuer l’aventure en D1 avec Créteil et tenter de franchir un cap. Bilan : j’ai terminé avec une deuxième descente de suite.

MC: Que représente Sélestat à vos yeux ?
Seb G : C’est le club de nos débuts en D1, il nous a lancés dans le grand bain on va dire.
Mehdi I : Quand je suis arrivé de Rixheim, j’étais prévu pour la N2. Au bout de huit mois, on m’a fait goûter à la D1. J’y ai découvert des potes qui sont devenus des amis proches. Et je les retrouve maintenant à Mulhouse.
Victor B : C’est le club qui nous a donné notre chance alors qu’on était jeunes et qui nous a offert notre premier contrat pro. Et on est très reconnaissant sur ce point là.
Mehdi (il coupe) : Après, pour des raisons financières et autres, Sélestat n’a jamais été un grand club de D1 même si on a fait 6 es deux fois… (coupé).
Victor : Attends, c’était quand même une place importante du handball. Et on a toujours été bien traités.

MC : Quels souvenirs gardez-vous de votre passage à Sélestat ?

Les trois en chœur : Les potes !
Seb : Niveau handball, c’est la découverte de la D1. On était jeunes et on a joué Montpellier, on n’avait même pas 20 piges.
Mehdi : On a vécu une aventure humaine extraordinaire. On était sept de Strasbourg, on prenait le minibus pour aller à Sélestat. Le soir, on rentrait et on se retrouvait chez moi, chez Seb ou chez Victor et on mangeait tous ensemble. C’est ça qui avait déjà fait la force de Sélestat à l’époque…
Seb :(il coupe) : Et c’est ça qui fait la force de Mulhouse aujourd’hui.
Mehdi : moi j’en garde aussi le souvenir de mon premier match en D1. Je l’ai bien réussi, je fais 6/10 contre Ivry à 18 ans je ne pouvais pas espérer mieux.
Victor : Moi, mon premier match c’était à Créteil en plus (la tête dans les mains, les deux autres rigolent) .
Seb : Le hand ca va durer jusqu’à 30-35 ans. Et il restera quoi après notre carrière ? Ben les potes on les gardera pour la vie.
Victor : On s’était déjà tous retrouvé ici il y a trois ans en demi-finale de Coupe de France…
Seb : (il coupe) : Et on savait déjà qu’on allait tous se retrouver ici (rires).

Justement, comment vous êtes-vous tous retrouvés ici au MHSA et comment vous y sentez-vous ?
Seb : On s’est tous suivi en fait.
Mehdi : J’avais envie de rentrer à Mulhouse et me rapprocher de la famille. Mon père a eu l’idée de contacter des joueurs qui ont déjà joué ensemble…
Seb :(il coupe) : Victor et moi, on n’a pas de famille, on n’a pas de copine d’ici, on n’a rien nous !
Mehdi : C’est toujours un plaisir de rejouer avec ses potes.
Seb : A Mulhouse, il n’y a pas de « T’es jeune, tu te tais ». Ici tout le monde parle avec tout le monde, Il n’y a pas de clan. De David Schneider à Florent Piningre, tout le monde peut parler.
Victor : On a commencé jeunes à Sélestat, on avait tout à prouver. On nous a promis monts et merveilles. Maintenant, on a plus de recul par rapport au handball. On joue vraiment pour se faire plaisir. On a aussi pris du recul par rapport à tout ça… On a vieilli.

Quelles sont les différences entre les deux clubs ?
Seb : À Sélestat c’est très pro, à 100 %. Ils ont connu la D1, ils ont les structures.
Victor : Mais ne dis pas ça ! Sinon on va croire que, nous, on n’est pas des pros. Ils ont des ambitions affichées, des moyens, mais on est aussi très professionnels à Mulhouse.
Seb : Bien sûr. Mais entre nous, on ne ressent pas cette ambiance professionnelle, on est une bande de potes qui joue ensemble dans une structure pro. C’est une nuance importante. On n’a pas l’impression d’aller au boulot, on se retrouve entre amis quoi. Et c’est ça notre force.
Mehdi : À Pontault, ça m’est déjà arrivé de me dire : « J’ai pas envie d’y aller ». Ici non, jamais.
Seb :On se fait plaisir ensemble. Alors qu’ailleurs, c’était plus du pro-pro.
Victor : Ce que j’ai retrouvé à Mulhouse, c’est que j’attends le match toute la semaine. À Créteil, ça ne me convenait pas. C’était mon boulot, point.

Parlez-nous de ce match.
(Ils soufflent tous les trois)
Seb : On est vraiment obligés ? (rires)
Victor : Moi, je l’attends vraiment ce match de Sélestat et je vais me faire plaisir, sans aucune pression.
Seb : Quelle pression on a ? On ne joue pas la montée, nous.
Mehdi : Si on peut gagner là-bas, t’inquiètes pas on gagnera. On sait que ça va être blindé de monde, qu’il n’y aura pratiquement que des supporters de Sélestat. Eux, ils ont la montée comme objectif. Et si on gagne chez eux, ils seront mal car ils ne seront pas dans les deux premiers à la mi-saison. Nous, au pire, on reste 3 e.
Seb : Et même si on perd, et alors ? On n’aura pas loupé notre saison, loin de là. On est largement dans nos objectifs. Les gens seront peut-être déçus par rapport à cette « rivalité » Haut-Rhin — Bas-Rhin mais, sportivement, on sera dans les clous.
Victor : Ce sera une belle soirée pour le hand alsacien. Nous, on va faire quoi ? Jouer devant du monde, des gens qu’on a connus ou qu’on ne connaît pas et on va voir qui c’est le meilleur.

Sentez-vous une rivalité entre les deux clubs ?
Victor : Je ne sais pas si c’est comme à l’époque où il pouvait y avoir des rivalités malsaines, des bagarres. Mais l’enjeu est là, c’est évident.
Seb : Ça sera tendu c’est clair. Et bien sûr qu’on veut gagner et être bons.
Mehdi : Avec Pontault, c’était mon petit derby. Je voulais gagner. Et forcément, on va y penser. C’est notre ancien club, donc on aura quand même un peu de pression. On a envie de faire bonne impression. Les deux équipes sont en pleine confiance, mais ça va se jouer au handball.
Seb : Nous, on a plus à gagner qu’à perdre. Eux, l’inverse.
Mehdi : On aura plus de pression lors du cycle retour que sur ce match-là.
Victor : On veut surtout prendre du plaisir. Un match comme ça, dans cette situation-là, on va peut être en faire un seul dans notre carrière. Si on perd, ça ne va pas bouleverser notre vie.

Une victoire aurait-elle plus de saveur qu’une autre ?
Seb : Non, ça a plus de saveur pour les gens autour. Bien sûr qu’il y aurait un petit plus, mais ça reste 3 points.
Mehdi : Le seul objectif qu’on s’était fixé était de ne rien perdre à domicile. Bon, on a perdu contre Créteil, mais depuis on n’a plus rien perdu…
Victor : ( il coupe) : Ouais, mais il y avait de bons joueurs à Créteil (il éclate de rire).
Seb : (il coupe) : C’est vrai, il y avait Boillaud… Suite à ce match, le MHSA l’a recruté. Avant, on n’en voulait pas (rires).
Victor :Mais moi, je n’ai jamais perdu au Palais des sports au moins…
Seb : Et Mehdi n’a jamais perdu à Sélestat. Bon moi, j’ai déjà perdu à Sélestat… Souvent même, hein Victor ? On est carrément tombés en D2 il y a deux ans.

Quel serait le scénario idéal samedi soir ?
Mehdi : Match nul 26-26 avec une égalisation en fin de match de Seb, soit en contre-attaque soit sur penalty. Rien d’autre.
Seb : Moi je dis passe décisive de Mehdi et je jette la balle à Victor en kung-fu et il marque…
Victor (il coupe) :… de la tête, non de l’épaule.
Seb : On s’en fout du scénario, tant qu’on gagne !

Une victoire à Sélestat changerait-elle vos objectifs ?
Mehdi : Non. Mais il faut savoir qu’en général, quand tu as trois défaites à la mi-saison, tu as beaucoup de chances de monter. Là, on est encore trois à se tenir en un point mais il y a bien une équipe qui va lâcher.
Seb : Il ne faut pas que ce soit nous…
Mehdi : Si c’est nous, ça veut dire qu’on sera des charlots.
Seb : La D2 c'est compliqué, il faut tenir le plus longtemps possible.

Cela risque de beaucoup chambrer cette semaine.
Mehdi : Moi je vais brancher Freppel, je l’aime bien, il vient de Mulhouse.
Seb : C’est pour rigoler, ce n’est pas méchant.
Mehdi : On a vécu de belles années avec beaucoup de joueurs, on se connaît presque tous alors, forcément, on va un peu s’allumer.
Seb : Ça sera des trucs de potes, pour rigoler : « Attention à tes jambes, je vais te défoncer ». Mais ça sera dans l’esprit.
Mehdi : Jusqu’au match, parce que pendant 60 minutes, il n’y aura pas d’amis.

Que redoutez-vous le plus dans ce derby ?
Mehdi : Nous ! On n’a pas peur de Sélestat. Notre ennemi, c’est nous. Si on perd, c’est nous.
Seb : On est capables de prendre 10 buts comme de leur en mettre 10.

Ce genre de match convient le plus à qui ?
Seb : On s’en fout, le plus important, c’est l’équipe !
Mehdi : Ici, on n’a pas de star…
Seb : (il coupe) :… Si, Boillaud ! C’est la star des meufs (il éclate de rire).
Mehdi : Peu importe qui fait un bon match, le plus important c’est de se faire plaisir. Et si on peut gagner, on le fera. J’ai envie de dire que tout le monde va briller.
Seb : Si tu regardes tous nos matches, tu as toujours 3-4 joueurs bien et un qui explose. Et c’est à chaque fois un autre. Sauf Mehdi : t’as brillé quand toi déjà ?

Propos recueillis par Marc Calogero

Source L'Alsace

Posté par fredgo à 12:59 - 05) Interviews - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

ITW, boillaud, igghiry galotte

     Ils ont débuté leur carrière professionnelle à Sélestat, ils se retrouvent aujourd’hui sous le maillot du Mulhouse Handball Sud Alsace. À cinq jours du grand derby de la Pro D2 (samedi 20 h à Sélestat) entre le leader et le 3 e, Victor Boillaud, Mehdi Ighirri et Sébastien Gallotte ont accepté d’évoquer avec franchise, mais aussi avec une bonne dose d’humour, ces retrouvailles au goût forcément particulier.

 

Marc Calogero pour L'Alsace: Pour commencer, dites-nous brièvement ce qui vous a poussés un jour à quitter Sélestat ?
Sébastien Gallotte
: Ce n’est pas que je n’ai pas eu le choix, mais en gros ils m’ont fait comprendre qu’il fallait que je parte. C’est comme ça, c’est la vie de professionnel. C’est un mal pour un bien et je n’en veux à personne. Et ensuite Mulhouse m’a contacté. Je suis simplement content d’être là aujourd’hui et de jouer avec mes potes.
Mehdi Ighirri : Perso, il me restait un an de contrat mais Sélestat avait recruté un nouveau demi-centre (Baran) et j’avais l’occasion de partir soit à Mulhouse soit à Pontault. Finalement c’était Pontault… puis Mulhouse !
Victor Boillaud : Ben moi, j’ai connu la descente avec Sélestat et je pouvais continuer l’aventure en D1 avec Créteil et tenter de franchir un cap. Bilan : j’ai terminé avec une deuxième descente de suite.

MC: Que représente Sélestat à vos yeux ?
Seb G
: C’est le club de nos débuts en D1, il nous a lancés dans le grand bain on va dire.
Mehdi I : Quand je suis arrivé de Rixheim, j’étais prévu pour la N2. Au bout de huit mois, on m’a fait goûter à la D1. J’y ai découvert des potes qui sont devenus des amis proches. Et je les retrouve maintenant à Mulhouse.
Victor B : C’est le club qui nous a donné notre chance alors qu’on était jeunes et qui nous a offert notre premier contrat pro. Et on est très reconnaissant sur ce point là.
Mehdi (il coupe) : Après, pour des raisons financières et autres, Sélestat n’a jamais été un grand club de D1 même si on a fait 6 es deux fois… (coupé).
Victor : Attends, c’était quand même une place importante du handball. Et on a toujours été bien traités.

 

MC : Quels souvenirs gardez-vous de votre passage à Sélestat ?

Les trois en chœur : Les potes !
Seb : Niveau handball, c’est la découverte de la D1. On était jeunes et on a joué Montpellier, on n’avait même pas 20 piges.
Mehdi : On a vécu une aventure humaine extraordinaire. On était sept de Strasbourg, on prenait le minibus pour aller à Sélestat. Le soir, on rentrait et on se retrouvait chez moi, chez Seb ou chez Victor et on mangeait tous ensemble. C’est ça qui avait déjà fait la force de Sélestat à l’époque…
Seb :(il coupe) : Et c’est ça qui fait la force de Mulhouse aujourd’hui.
Mehdi : moi j’en garde aussi le souvenir de mon premier match en D1. Je l’ai bien réussi, je fais 6/10 contre Ivry à 18 ans je ne pouvais pas espérer mieux.
Victor : Moi, mon premier match c’était à Créteil en plus (la tête dans les mains, les deux autres rigolent) .
Seb : Le hand ca va durer jusqu’à 30-35 ans. Et il restera quoi après notre carrière ? Ben les potes on les gardera pour la vie.
Victor : On s’était déjà tous retrouvé ici il y a trois ans en demi-finale de Coupe de France…
Seb : (il coupe) : Et on savait déjà qu’on allait tous se retrouver ici (rires).

Justement, comment vous êtes-vous tous retrouvés ici au MHSA et comment vous y sentez-vous ?

Seb : On s’est tous suivi en fait.

MI : J’avais envie de rentrer à Mulhouse et me rapprocher de la famille. Mon père a eu l’idée de contacter des joueurs qui ont déjà joué ensemble…

Seb :(il coupe) : Victor et moi, on n’a pas de famille, on n’a pas de copine d’ici, on n’a rien nous !

MI : C’est toujours un plaisir de rejouer avec ses potes.

Seb : A Mulhouse, il n’y a pas de « T’es jeune, tu te tais ». Ici tout le monde parle avec tout le monde, Il n’y a pas de clan. De David Schneider à Florent Piningre, tout le monde peut parler.

VB : On a commencé jeunes à Sélestat, on avait tout à prouver. On nous a promis monts et merveilles. Maintenant, on a plus de recul par rapport au handball. On joue vraiment pour se faire plaisir. On a aussi pris du recul par rapport à tout ça… On a vieilli.

Quelles sont les différences entre les deux clubs ?

Seb : À Sélestat c’est très pro, à 100 %. Ils ont connu la D1, ils ont les structures.

VB : Mais ne dis pas ça ! Sinon on va croire que, nous, on n’est pas des pros. Ils ont des ambitions affichées, des moyens, mais on est aussi très professionnels à Mulhouse.

Seb : Bien sûr. Mais entre nous, on ne ressent pas cette ambiance professionnelle, on est une bande de potes qui joue ensemble dans une structure pro. C’est une nuance importante. On n’a pas l’impression d’aller au boulot, on se retrouve entre amis quoi. Et c’est ça notre force.

MI : À Pontault, ça m’est déjà arrivé de me dire : « J’ai pas envie d’y aller ». Ici non, jamais.

Seb :On se fait plaisir ensemble. Alors qu’ailleurs, c’était plus du pro-pro.

VB : Ce que j’ai retrouvé à Mulhouse, c’est que j’attends le match toute la semaine. À Créteil, ça ne me convenait pas. C’était mon boulot, point.

 

Parlez-nous de ce match.

(Ils soufflent tous les trois)

Seb : On est vraiment obligés ? (rires)

VB : Moi, je l’attends vraiment ce match de Sélestat et je vais me faire plaisir, sans aucune pression.

Seb : Quelle pression on a ? On ne joue pas la montée, nous.

MI : Si on peut gagner là-bas, t’inquiètes pas on gagnera. On sait que ça va être blindé de monde, qu’il n’y aura pratiquement que des supporters de Sélestat. Eux, ils ont la montée comme objectif. Et si on gagne chez eux, ils seront mal car ils ne seront pas dans les deux premiers à la mi-saison. Nous, au pire, on reste 3 e.

Seb : Et même si on perd, et alors ? On n’aura pas loupé notre saison, loin de là. On est largement dans nos objectifs. Les gens seront peut-être déçus par rapport à cette « rivalité » Haut-Rhin — Bas-Rhin mais, sportivement, on sera dans les clous.

VB : Ce sera une belle soirée pour le hand alsacien. Nous, on va faire quoi ? Jouer devant du monde, des gens qu’on a connus ou qu’on ne connaît pas et on va voir qui c’est le meilleur.

Sentez-vous une rivalité entre les deux clubs ?

VB : Je ne sais pas si c’est comme à l’époque où il pouvait y avoir des rivalités malsaines, des bagarres. Mais l’enjeu est là, c’est évident.

Seb : Ça sera tendu c’est clair. Et bien sûr qu’on veut gagner et être bons.

MI : Avec Pontault, c’était mon petit derby. Je voulais gagner. Et forcément, on va y penser. C’est notre ancien club, donc on aura quand même un peu de pression. On a envie de faire bonne impression. Les deux équipes sont en pleine confiance, mais ça va se jouer au handball.

Seb : Nous, on a plus à gagner qu’à perdre. Eux, l’inverse.

MI : On aura plus de pression lors du cycle retour que sur ce match-là.

VB : On veut surtout prendre du plaisir. Un match comme ça, dans cette situation-là, on va peut être en faire un seul dans notre carrière. Si on perd, ça ne va pas bouleverser notre vie.

Une victoire aurait-elle plus de saveur qu’une autre ?

Seb : Non, ça a plus de saveur pour les gens autour. Bien sûr qu’il y aurait un petit plus, mais ça reste 3 points.

MI : Le seul objectif qu’on s’était fixé était de ne rien perdre à domicile. Bon, on a perdu contre Créteil, mais depuis on n’a plus rien perdu…

VB ( il coupe) : Ouais, mais il y avait de bons joueurs à Créteil (il éclate de rire).

Seb : (il coupe) : C’est vrai, il y avait Boillaud… Suite à ce match, le MHSA l’a recruté. Avant, on n’en voulait pas (rires).

VB : Mais moi, je n’ai jamais perdu au Palais des sports au moins…

Seb : Et Mehdi n’a jamais perdu à Sélestat. Bon moi, j’ai déjà perdu à Sélestat… Souvent même, hein Victor ? On est carrément tombés en D2 il y a deux ans.

Quel serait le scénario idéal samedi soir ?

MI : Match nul 26-26 avec une égalisation en fin de match de Seb, soit en contre-attaque soit sur penalty. Rien d’autre.

Seb : Moi je dis passe décisive de Mehdi et je jette la balle à Victor en kung-fu et il marque…

VB (il coupe) :… de la tête, non de l’épaule.

Seb : On s’en fout du scénario, tant qu’on gagne !

Une victoire à Sélestat changerait-elle vos objectifs ?

MI : Non. Mais il faut savoir qu’en général, quand tu as trois défaites à la mi-saison, tu as beaucoup de chances de monter. Là, on est encore trois à se tenir en un point mais il y a bien une équipe qui va lâcher.

Seb : Il ne faut pas que ce soit nous…

MI : Si c’est nous, ça veut dire qu’on sera des charlots.

Seb : La D2 c'est compliqué, il faut tenir le plus longtemps possible.

Cela risque de beaucoup chambrer cette semaine.

MI : Moi je vais brancher Freppel, je l’aime bien, il vient de Mulhouse.

Seb : C’est pour rigoler, ce n’est pas méchant.

MI : On a vécu de belles années avec beaucoup de joueurs, on se connaît presque tous alors, forcément, on va un peu s’allumer.

Seb : Ça sera des trucs de potes, pour rigoler : « Attention à tes jambes, je vais te défoncer ». Mais ça sera dans l’esprit.

MI : Jusqu’au match, parce que pendant 60 minutes, il n’y aura pas d’amis.

 

Que redoutez-vous le plus dans ce derby ?

MI : Nous ! On n’a pas peur de Sélestat. Notre ennemi, c’est nous. Si on perd, c’est nous.

Seb : On est capables de prendre 10 buts comme de leur en mettre 10.

Ce genre de match convient le plus à qui ?
Seb : On s’en fout, le plus important, c’est l’équipe !

MI : Ici, on n’a pas de star…

Seb : (il coupe) :… Si, Boillaud ! C’est la star des meufs (il éclate de rire).

MI : Peu importe qui fait un bon match, le plus important c’est de se faire plaisir. Et si on peut gagner, on le fera. J’ai envie de dire que tout le monde va briller.

Seb : Si tu regardes tous nos matches, tu as toujours 3-4 joueurs bien et un qui explose. Et c’est à chaque fois un autre. Sauf Mehdi : t’as brillé quand toi déjà ?

Propos recueillis par Marc Calogero

Posté par fredgo à 12:38 - 05) Interviews - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 décembre 2010

Vite lu: Victor Boillaud a rendez vous à la Fédé

Semaine_sp_ciale

La fédé se réunit à nouveau !

Victor Boillaud. Photo d'archives Jean-François Frey
Victor Boillaud. Photo d'archives Jean-François Frey.

     Le dirigeant du MHSA Jean-Paul Billig et l’avocat Éric Merglen seront cet après-midi au siège de la fédération française de handball. Les Mulhousiens sont convoqués suite à la réclamation de l’US Créteil qui conteste la qualification de Victor Boillaud au MHSA. Ce dernier avait quitté Créteil pour décrocher un contrat à durée indéterminée dans une entreprise mulhousienne avant de reprendre une licence de joueur. La fédération elle-même et la Commission nationale de contrôle de gestion avaient, à l’unanimité, validé la licence de Boillaud. Le MHSA est donc plutôt serein à propos de ce dossier.

Source L'Alsace

Posté par fredgo à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 novembre 2010

Des nouvelles de nos anciens violets : Victor Boillaud

           Victor Boillaud a disputé vendredi contre Vernon son premier match sous ses nouvelles couleurs mulhousiennes. Le nouvel arrière du Mulhouse Handball Sud Alsace se sent déjà bien aux côtés de ses partenaires.

Victor Boillaud a disputé vendredi soir son premier match avec le MHSA. Archives JFF

Victor, vous avez dû apprécier votre retour sur les parquets après deux mois sans jouer ?

     « Oh oui. Je fais du handball pour jouer des matches. Au départ, j’étais venu pour ma reconversion professionnelle, j’attendais un petit plus avec le sport. J’ai accueilli ma qualification avec un grand plaisir car je savais qu’il y avait pas mal d’incertitudes. Mais aujourd’hui, je suis vraiment très content de pouvoir rejouer. »

Comment vous sentez-vous dans votre nouvelle équipe ?

     « Vraiment très bien. J’ai été accueilli chaleureusement par tout le groupe. Même si tout s’était bien passé à Créteil, j’ai découvert un super état d’esprit à Mulhouse. Et j’ai retrouvé des amis comme Seb (Gallotte) que je connais depuis les sports-études à Dijon quand j’avais 13 ans ou Mehdi (Ighirri) avec qui j’ai commencé à Sélestat à 16 ans. »

Vous aviez fait un très bon match contre le MHSA avec Créteil et vous êtes maintenant Mulhousien. N’est-ce pas difficile de se situer dans le groupe ?

« Avec Créteil, j’avais juste fait mon boulot en attaquant le MHSA comme un adversaire. Aujourd’hui, ce sont mes partenaires mais je manque de repères et d’automatismes. C’est pourquoi je n’ai pas trop tenté de choses contre Vernon. Il ne fallait pas faire n’importe quoi non plus. Au niveau du rythme, il n’y a pas de problème puisque je n’ai jamais arrêté l’entraînement. »

Et la suite du championnat ?

« On va tout faire pour continuer sur notre lancée. C’est vraiment agréable de jouer dans cette équipe. Car même si on fait des erreurs, on arrive quand même à s’imposer au final. C’est un vrai plaisir d’être ici. »

Recueilli par Marc Calogero
Source L'Alsace

Posté par fredgo à 12:36 - 11c) Des nouvelles de nos anciens violets - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 octobre 2010

Vite lu: Victor Boillaud dans ....

        ... les tribunes de Mulhouse            

            Victor Boillaud a assisté à la victoire du MHSA contre Saintes vendredi soir.
Victor Boillaud a assisté à la victoire du MHSA contre Saintes vendredi soir.

          Victor Boillaud (ancien violet) était présent vendredi soir au Palais des sports de Mulhouse. Ce dernier, que le MHSA veut faire signer le plus rapidement possible, n’est plus lié avec Créteil depuis quelques jours. Il n’était donc pas du déplacement des Cristoliens à Aix (31-31). Boillaud est reparti hier en région parisienne après la rencontre afin d’organiser son déménagement. Il s’installera dans la foulée à Mulhouse et débutera son travail dans la digigraphie le 18 octobre. Même si Créteil fait tout pour bloquer la transaction, le MHSA espère qualifier Victor Boillaud le plus rapidement possible.

Source L'Alsace

Posté par fredgo à 19:43 - 05a) Vite lu... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 janvier 2010

L'année 2009 des "Violets", nos aventures...(2/3)

En 2009

ciggy_20couleurIl s'est passé beaucoup de choses avec ...

En cette nouvelle année qui redémarre, voici l'occasion, comme L'année dernière, de faire une rétrospective sur l'année 2009 écoulée.
.
.
.
.
..


.

.
Avril 2009
Victor_BoillaudDu 06 au 11:
En dehors de son metier de joueur Pro, Victor Boillaud se faisait ''envoyé spécial '' à Miami pour le compte des supporters Violets. Reporter de luxe qu'on ne remerciera jamais suffisement.
Merci à toi, Victor.

 

 

 

 

.

Revoir ses articles sur la coupe de la ligue vu de l'interieur.

Sans_titre
Cliquez sur le logo -->

 

 

Mai 09
Du 01 au 31:
C'est parti pour les transferts. Les premiers départs officiels sont ceux de Bastiens Arnaud pour Nimes, Radek Motlick à Mulhouse et Victor Boillaud à Créteil qui nous auras à nouveau fait un article sur le site pour nous annoncer son départ.
Revoir l'article : ici
Le premier à prolonger son contrat est le plus Sélestadien (de coeur). Tom Huljina voulait rester, il l'avait dit et il a tenu parole. Ils seront nombreux les supporters à avoir laissé un commentaire de satisfaction et de remerciement.
Revoir l'article : ici

le 15: Sélestat remporte sa dernière victoire en LNH ,dans sa salle du Cosec. Une victoire sur l'une des grosses écuries de la LNH. Une victoire improbable, extraordinaire, privant par la même occasion Tremblay de championnat d'Europe!

Visionnez la vidéo d'un supporter parmis la foule pour comprendre la ferveur et la passion qui fait déplacer des montagnes.

 

Image1

Cliquez sur la photos pour voir la vidéo.

Bastien_Arnaud

Le 19: Autour d’un petit café, Bastien Arnaud se prêtait au jeu du micro violet pour revenir sur son début de carrière pro à Sélestat, son départ, ses ambitions futures...
Revoir l'article: cliquez Ici

.
.
.
.
.
..
.
..
.
.
.

 

Juin 09 :
le 26:
Le ridicule ne tue pas, sinon il n'y aurait plus de supporters pour soutenir le SAHB. Inscrite au 5ème tournoi de Sandball qu'avec des experts du handball (aucuns ne jouent en club), l'équipe se vera attribuer la virtuelle cuillère de bois. Ce n'est pas grave, elle reviendra.

 

5984488090233_0_ALB,T7,T10

4329429090233_0_ALB,
Photos sur le podium cloturant le week end. La place ?.. Peu importe !
C'est sûr, on reviendra !

01__Auberge_de_la_paix

Posté par fredgo à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 juillet 2009

Joyeux anniversaire Victor

Tous les supporters souhaitent

Victor_Boillaud

Il fête ses 24 ans aujourd'hui.

Nous lui souhaitons une bonne suite de carrière à Créteil.

Les violets.

Posté par fredgo à 10:32 - 24) Anniversaires et naissances - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,